Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cérémonie patriotique

  • PAUL GUILLAUD PRESIDENT DE L’UNC VANVES : POUR NE PAS OUBLIER

    Paul GUILLAUD, président de la section locale UNC Vanves (sur la photo à gauche)  Union  Nationale  des Combattants née dans les jours qui ont suivi l’armistice du 11 novembre 1918, et dont la section de Vanves a été officialisée le 12 octobre 1924, remercie tous les Vanvéens qui ont participé aux cérémonies d’hommage au centenaire de l’armistice de 1918, et qui, par leur présence, derrière dix drapeaux, malgré les conditions météorologiques, ont permis une commémoration digne de l’héritage que nous devons aux poilus de 14-18 et à tous nos morts pour la France y compris en OPEX depuis 1963.

    Paul GUILLAUD, au nom de l’UNC Vanves, remercie également tous les services municipaux qui ont œuvré pour la qualité de ces cérémonies, service du protocole, services techniques, police municipale, pour que, en présence de nos autorités, des représentants des cultes, et avec la participation de nombreux jeunes élèves de Vanves, se déroule dans les meilleures conditions cette matinée de recueillement et de souvenir.

    Paul GUILLAUD remercie particulièrement les trois jeunes élèves qui ont porté des drapeaux dont celui des « fils et filles des anciens combattants de Vanves », quel symbole….,.ainsi que le porteur la Flamme  pour le Souvenir Français.

    Le 11 Novembre 1918 marque la fin de quatre années de commémorations de la Grande Guerre,

    En 1918 nous fêtions la victoire, en 2018 nous célébrons la paix.

    Pour ne pas oublier !

  • LE CENTENAIRE DU 11 NOVEMBRE A VANVES (3) : UNE CEREMONIE ANNIVERSAIRE PLUVIEUSE ET DENSE

    S’il n’y avait qu’une chose à retentir de ce 11 Novembre 2018 à Vanves, c’est le nombre important de vanvéens présents, malgré la pluie qui n’a cessé de tomber, durant les deux héures de cérémonie, la présence des jeunes, des scouts, du Conseil Municipal des Jeunes, des colléges Michelet, dont 3 portes-drapeaux, qui ont été associé à chaque dépôt de gerbes par les associations d’anciens combattants et les autorités publiques.

    Mais aussi la lecture des morts pour la France en 1918, des morts pour la France dans les Opérations Extérieures (OPEX) en 2018 cités par le maire dans son discours, la priére des Evêques de France pour ce 11 Novembre lu par le curé Bertrand Auville l’hommage à Clemenceau de Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjointe, ses cloches qui ont sonné lorsque le cortége s’est déplacé du carré du cimetière au monument aux morts  la présence d’un ministre, avec Gabriel Attal secrétaire d’Etat à la Jeunesse, qui a lu le message du Président de la République, ce poéme d'Appolinaire lu par des éléves du collége Michelet, cette Marsellaise des Chanteurs du Val de Seine…

    Tout cela restera dans la mémoire vanvéenne, 100 ans après l’armistice, après 4 ans de guerre où Vanves a été durement éprouvé, avec plus de 600 morts, comme l’a rappelé le maire de Vanves dans son discours. «Si je suis venu, c’est pour rendre hommage à tous ces morts, mais surtout à un homme que j’ai connu dans ma jeunesse, qui a vécu avec tout son côté droit arraché par un obus, sans plus de bras, ni main droite, et une jambe de bois. C’était la joie de vivre, malgré ce terrible handicap. Il avait une passion : l’élevage des pigeons voyageurs, qui ont marqué ce conflit, avec lesquels il participait à des championnats qu’il remportait haut la main, et un sacré perroquet qui chantait la marseillaise et imitait le téléphone. Mon seul regret, est de ne pas avoir su à l’époque parce que trop jeune, parler de cette guerre et cette terrible blessure, sur lesquels il restait très discret, lorsqu'il avait 20 ans. Mais c‘était un ancien combattant de 14-18 très respecté et admiré dans son village » confiait un participant à cette cérémonie lors du verre amical offert par la mairie à La Palestre.    

  • LE CENTENAIRE DU 11 NOVEMBRE A VANVES (4): CE QU'AURAIT DIT LE PRESIDENT DE L’UNC POUR SES 100 ANS

    Paul Guillaud, président de l'UNC Vanves  qui a conseillé le service du protocole pour une bonne tenue des cérémonies, et veillé durant celles-ci à leur bon déroulement, avec Michel Judde, ex-président du CLAP (Comité Local des Associations patriotiques)  aurait bien voulu dire un mot pour le centenaire de l’armistice et de l’Union Nationale des Combattants créé dans la foulée par Clémenceau et le pére Brottier : «Nous rendons hommage aux millions de poilus, à tous les soldats alliés et à ceux qui les commandaient. Cent ans nous séparent de ces hommes et femmes ayant vécu quatre années de guerre, de privations. Les sacrifices de nos anciens nous rappellent qu’il nous faut demeurer, unis, …. comme ils l’ont été au front… « Unis comme au Front » devise de l’UNC, (Union Nationale des Combattants), qui est née quelques jours après l’armistice. « Unis comme nos pères » …formule inscrite sur un drapeau vanvéen présent ce 11 Novembre  et porté par un jeune. Quel beau signe pour l’avenir» aurait il expliqué.

    « Commémorer le 11 novembre 1918, c’est espérer un avenir où jamais plus personne n’aura à endurer ce qu’ont vécu nos ainés. En 1918, et plus encore en 1945, nous avons partagé la victoire avec d'autres nations, quelquefois plus puissantes que nous. A présent, la France, comme de nombreux autres pays, est engagée, sur son territoire, dans une « guerre » qui ignore tous les principes humanitaires pour s'attaquer à des êtres sans défense. La France n'est pas seule dans ce combat, mais elle ne peut compter que sur elle pour faire régner la paix sur son sol. Face à cet ennemi qui espère nous soumettre par la terreur et nous imposer son idéologie totalitaire, affirmons les qualités qui ont permis à notre pays de vaincre en 1918 » aurait il ajouté en citant le Général de Gaulle  « Commémorer c’est se souvenir, et se souvenir c’est d’abord se rappeler ceux qui sont tombés, en uniforme et au combat, pour notre liberté et la République. Ne pas comprendre une telle chose … C’est ignorer ce que signifie le mot de Patrie »