Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tour triangle - Page 7

  • LE PLATEAU DE VANVES FACE A DES OPPORTUNITES DE TRANSFORMATIONS ET DE RENOVATIONS

    La première des 3 réunions publiques de quartier de printemps s’est tenu jeudi soir à l’école Marceau pour le Plateau et a duré plus de 3 h. Beaucoup de sujets étaient inscrits à l’ordre du jour dont 3 reviendront à chaque réunion (et sur lequel le blog reviendra) : Les modifications apportées au PLU voté en 2011 suite à des ajustements provoqués par le SDRIF (Schéma Directeur Régional) et le nouveau PDUIF (Plan de Déplacements Urbains) de la Région Ile de France, qui doit faire l’objet d’une nouvelle enquête publique et d’une nouvelle délibération au Conseil Municipal, et bien sûr le budget 2015. Si l’on doit retenir une chose de cette réunion, ce sont les prémices d’une mutation de ce quartier provoquée inévitablement par la transformation et la modernisation du parc des expositions avec son futur centre européen des congrés, et la construction de la tour Triangle qui doit repasser devant le Conseil de Paris le 30 Juin prochain après quelques transformations apportées par Unibail. Elle n’accueillera plus uniquement que des bureaux mais aussi un hôtel, un centre de conférence…

    Il y a un vrai besoin de chambres d’hôtels ou d’hôtes dans ce quartier. Ce qui n’a pas échappé aux dirigeants de Fêtes et Feux dont le siège social est installé face au parc des expositions et son palais Sud à l’angle des rues M.Yol et H.Martin : « C’est une opportunité pour nous car se construit le plus grand centre de congrès européen en face de nous ! » .  D’autant plus qu’à côté des feux d’artifices et de l’événementiel, cette société vanvéenne se lance dans les résidences hôtelières, comme ses responsables l’ont expliqué devant les vanvéens en présentant leurs projets : Une résidence hôtelière de 4 étages  (15 m de haut) dont le dernier est en retrait, avec 12 chambres-studios et 4 appartements disposant chacun d’une kitchenette, à l’emplacement du bâtiment actuel. Leur siège social resterait toujours là puisque des locaux professionnels sont prévus où ils installeraient leurs bureaux. Ils ont répondu à de nombreuses questions leur permettant de préciser qu’il n’y a pas de parkings car la parcelle est trop étroite, qu’il s’agira d’une résidence hôtelière luxueuse et de haut standing, avec services de petits déjeuners, lingeries, ménages….nécessaires pour obtenir ce label de résidences hôtelières.

    Le maire a indiqué qu’il venait d’être informé du projet d’une résidence classique d’habitation de même hauteur tout à côté face à l’entrée des parkins du Parc des Expositions. « Je croyais qu’on était dans un quartier pavillonnaire » s’est étonné un riverain. « Les propriétaires qui vendent leur pavillon veulent toujours en tirer un bénéfice !  » répondit un maire fataliste. Un peu plus tard un  propriétaire s’est plaint que les arbres de la rue Marcel Yol soient trop hauts suscitant des désagréments aux pavillons. Une voisine est même venu déposer un sac représentant 2 jours de poussières qu’elle a ramassée et bouchent les gouttières. Enfin un troisième s’est inquiété des nuisances provoquées par les rassemblements dans la salle Orillard, à la veille du Ramadan (17 Juin), notamment lors de la rupture du Ramadan chaque soir. « Pour l’instant cette salle reste la propriété de la ville. L’association qui l’occupe signe un bail chaque année avec la ville. Leur projet d’installation rue de l’Avenir n’avance pas. Et l’association reste pour l’instant dans ce local » a indiqué le maire

    Lors de cette réunion,  une habitante s’est plainte de la dégradation du Plateau  (graffitis, fissures, fuites, eaux stagnantes…) et a demandé ce que souhaite faire la municipalité ? Bernard Gauducheau a fait un rapide historique qui a amené ses services à dilligenter une étude de géométre pour définir les espaces privatifs et publics, avec l’aide de GPSO. Avant d’engager un chantier d’étanchéité,  de la place des Provinces à la place du 19 Mai. « Les services sont en train d’estimer le coût, le phasage de 3 à 10 ans. Et on commencera par ce qui est le plus abimé ». Mais ce n’était pas fini, car une habitante de la résidence Auvergne s’est plainte d’un problème de sécurité incendie qui a amené le bailleur à faire assurer par un sapeur pompier une veille pendant 10 jours. « Je ne peux pas faire à la place du bailleur ! » lui a répondu le maire.

    Enfin, les riverains du siège social d’Hachette se sont plaints de ne pas avoir été invité à l’inauguration (début Mars) : « Ses responsables ont présentés leur projet dans ce préau d’école avec champagne et petits fours. 3 ans après, les riverains ont été évités. Ils ne nous ont même pas invités à l’inauguration, ni même pour visiter leur siège » s’est plaint l’un d’entre eux, oubliant qu’Hachette avait glissé une invitation dans la boîte aux lettres des riverains pour leur dire merci et leur offrir un livre de leur choix à l’accueil. « 80% des riverains sont venus » a fait remarquer le maire en expliquant que « cette inauguration était destinée à leurs clients. Hachette Livre regroupe 30 éditeurs. Mais ils organiseront une visite pour les riverains lorsqu’ils seront bien installés »

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : QUELQUES ECHOS DE LA MGP DE GPE ET DE LA TOUR TRIANGLE

    METROPOLE DU GRAND PARIS : « DANS LES SABLES MOUVANTS »

    Le Conseil des Elus de la Mission de la Préfiguration se réunit de nouveau ce matin à la Préfecture de la région Ile de France à laquelle devrait participer Bernard Gauducheau. Elle intervient au lendemain d’élections départementales remportées bien sûr par l’opposition nationale UMP/UDI : « C’est très bien pour notre département, pour nos villes ! C’est un exemple d’union, d’intelligence, de synthèse et nous devons continuer dans la voix qui nous a été tracée déjà auparavant » commentait  André Santini, président de l’UDI 92 au soir du 2éme tour en demandant à Patrick  Devedjian, président de Paris Métropole de sauter sur l’obstacle : « On s’est foutu de notre gueule après des journées, des heures de négociations. Nous avons joué le jeu de la démocratie, du consensus. Et finalement, nous avons été cocu en fin de parcours par des gens qui n’avaient même pas la pudeur de s’excuser d’avoir oublier la peinture ! Le président est très bien placé – il le dira avec son élégance mais aussi sa fermeté – pour le faire. J’ai été très sensible au fait que M.Vallini, a été élu dans son trou, mais a été battu comme  président du Conseil départemental de l’Isére, ce qui est quand même révélateur. Il n’était pas obligé -  comme disait mon ami Edgar Faure « il ne faut pas abuser de son incompétence » - de sortir de  son trou. Il n’a pas préparé le projet de loi qui nous opprime aujourd’hui. Il a laissé faire Mme Lebranchu, et il est arrivé à la fin du débat. On a eu le droit à une seconde lecture à minuit et demi contre nous pour reprendre des choses qui avaient déjà été approuvé en 1ére lecture par l’Assemblée. C’est bien fait pour lui. Il faudra nous dire que l’opinion n’est pas tout à fait inopérante puisqu’il a été mis en cause » a-t-il expliqué. « Nous sommes très menacé. Tant que nous n’aurons pas trouvé la solution, il faut que nous soyons prêt pour la seconde bataille car nous n’avons pas été respecté lors du 1er combat ». Référence à la seconde lecture de la Loi NOTRe.  

    Patrick Devedjian  n’a pas caché que « nous nous apprêtons à vivre des années denses dans un contexte national pourtant tendu » sur le plan institutionnel avec ce chantier de la réforme territorial qui a «évolué, il faut bien le dire, dans des sables mouvants – suppression des départements annoncée voilà un an, puis renvoi de la question à 2020, puis maintien de l’échelon départemental – avec, en région parisienne cette « tectonique des plaques » qui devrait donner lieu à un super continent : la MGP » Mais il a fixé la ligne : « Sachez que je reste totalement mobilisé pour défendre les missions de proximité qui sont les nôtres, et les engagements qui ont été pris vis-à-vis des élus locaux ». Il est prêt à se battre contre ce gouvernement « qui fait une politique de recentralisation avec la MGP (Metropole du Grand Paris), avec les projets d’OIN (Opération d’Intérêt Nationale) – qui devrait être l’un des thèmes abordés par le premier Ministre Valls lorsqu’il inaugurera le salon des Maires de l’AMIF (Association des Maires Ile de France) mardi prochain  -  avec la volonté de retirer aux maires l’essentiel de leurs pouvoirs en matière d’urbanisme, la volonté de densifier notre département. Nous allons les empêcher de construire eux même. Car c’est là que l’on fait le lit du FN, des extrêmes, parce que le problème de la vie quotidienne des gens leur échappe ».

    GRAND PARIS EXPRESS : PREMIER MARCHE DE GENIE CIVIL

    Le Blog faisait le point voilà quelques jours sur l’état d’avancement du chantier de la gare « Fort d’Issy-vanves Clamart » à l’occasion de l’exposé des représentants de la SGP  (Société du Grand Paris) devant le Conseil Municipal le 25 Février dernier : début des travaux de préparations avec les opérations de déviations des réseaux souterrains existants (gaz, électricité, télécom, eau…) réalisés par les concessionnaires  à partir de la fin Avril. La SGP va publier au Journal Officiel  de l’UE  (Union Européenne) entre le 2éme trimestre de 2015 et le second de 2016, un avis périodique indicatif (pré information) relatifs aux premiers marchés de travaux de génie civil concernant la ligne 15 Sud du GPE (Grand Paris Express) entre Pont de Sévres et Noisy-Champs (16 gares, 38 ouvrages annexes). 8 principaux marchés sont prévus comprenant selon les cas, la construction de gares, de tunnels forés, d’ouvrages spécifiques entonnements, arrière gare) et ouvrages annexes en ligne (accés de secours, ventilation). La procédure de consultation relative aux travaux de génie civil a été lancée pour la gare de Firt d’Issy-Vanves-clamart

    TOUR TRIANGLE : RECOURS ET QPC

    Alors que l’enquête publique se termine aujourd’hui sur la construction de la tour Triangle, le Tribunal Administratif de Paris étudiera ce vendredi 10 avril les recours contentieux déposés par le « Collectif contre la Tour Triangle » contre la Révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme de Paris (PLU de Paris), sur la Partie « Petit Parc » du Parc des Expositions de la Porte de Versailles où se trouvele hall n°1 : « cette délibération est indispensable pour pouvoir déroger à la règle qui plafonne à 37 mètres de haut, toute nouvelle construction sur ce secteur du 15ème   arrondissement de Paris » indique l’un des animateurs de ce collectif qui grand espoir sur un rejet. « Il est grand temps que l’exécutif parisien abandonne définitivement le projet Tour Triangle, projet massif et dépassé qui est rejeté par 2/3 des Parisiens ». Cette tour Triangle a même fait l’objet d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par Nathalie Kosciusko-Morizet, chef de file UMP à Paris, après un vote mouvementé sur la tour Triangle le 17 novembre. La délibération qui devait autoriser le déclassement du domaine public de la parcelle sur laquelle Unibail prévoit d’édifier la tour Triangle, avait été rejeté.  Mais le président du groupe PS Rémi Féraud avait attaqué le déroulement du vote devant la justice administrative, au motif que le secret du scrutin n’avait pas été respecté par quelques conseillers de Paris UMP. Cette QPC conteste que le vote au scrutin secret soit de droit lorsqu’un tiers des membres du Conseil municipal présents le réclame. Enfin, depuis Novembre dernier, Unibail-Rodamco a travaillé à un projet de tour amendé, susceptible d'emporter l'adhésion d'une majorité des conseillers de Paris. « Unibail a finalisé son projet qui inclut un hôtel, un second restaurant, un bar. Ses responsables doivent désormais le présenter aux différents groupes politiques du conseil de Paris » indique t-on à la mairie de Paris qui souhaite présenter une nouvelle délibération au Conseil de Paris d’ici les vacances d’été

  • VANVES ET LE PARC DES EXPOSITIONS : UNE TOUR EN STAND BY !

    La construction de la tour triangle,  Immeuble de Grande Hauteur (IGH) le long de l’avenue Ernest Renan (180m de haut ! et 200m de large !) ne serait plus d’actualité.

    La société Unibail-Rodamco, porteur du projet, aurait annoncé à la Presse ne plus être liée à la Ville de Paris, car le déclassement de la parcelle où devait être érigée la Tour Triangle, aurait dû être voté en Conseil de Paris avant le 31 décembre 2014. « Le contrat liant Unibail-Rodamco à la Ville de Paris pour la construction de cette tour de 180 mètres, prévue au cœur du Parc des expositions de la porte de Versailles (Paris 15e), pour un investissement de 520 M€, ayant expiré le 31 Décembre 2014, les deux parties ne sont plus liées par un projet devenu caduc. La fonciére doit avoir, à ce stade, retiré la tour Triangle de son portefeuille de projets en développement » selon Jean Jacques Larrochelle, journaliste,  dans Le Monde Architecture.

    Néanmoins, Unibail-Rodamco et ville de Paris continuent de travailler pour remanier ce projet. « Nous avons bon espoir d'un vote positif, en avril, ou un peu plus tard. Nous ne sommes pas à un mois près. S'il faut prendre  un ou deux mois de plus pour convaincre, nous le ferons » a déclaré Christophe Cuvillier, président du directoire qui indiquait travailler sur  des modifications, notamment en incluant un hôtel qui était prévu, dans sa mouture initiale, au sommet, mais dont la faisabilité s’était avérée risquée.