Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité - Page 3

  • LE MAIRE DE VANVES VA PARTICIPER A LA REVOLUTION DES TRANSPORTS PRONEE PAR PECRESSE AU STIF

    Bernard Gauduchea a donc été élu au Conseil d’administration du STIF qui est la haute autorité des transports dans la Région Capitale. Auparavant présidé par le préfet de région, elle l’est par le président de la Région et les élus depuis dix ans, puisque c’est en Mars 2005 que cet organisme a été décentralisé. Il décide de tout en la matière depuis le prix du ticket de métro à l’unité – il a institué non sans mal le Pass Navigo à tarif unique (70 €) – jusqu’aux projets de prolongement ou de nouvelles lignes de métro, de tram, de RER, de bus… et même sur le projet de téléphérique entre le pont de Sévres et Vélizy au dessus de la RN 18 sur lequel, il devrait se prononcer ces prochains jours.

    Lors de sa prise de fonction, vendredi dernier, Valérie Pécresse (sur la photo devant la maquette du tunnelier qui creuse le tunnel du prolongement de la ligne 14 jusqu'à Saint Ouen pour désaturer la ligne 13), nouvelle présidente de la Région et bientôt du STIF, a annoncée qu’elle lancera « la révolution des transports » pour changer la vie quotidienne de millions d’usagers, en entamant avec le président de la SNCF et la PDG de la RATP la révision des conventions – qui viennent d’être signées – qui lient ces deux entreprises à la région : « Nous y intégrerons les volets essentiels de mon programme transports en matière de rénovation de matériel, de sécurité, de ponctualité et d’accessibilité ». Durant la campagne électorale, elle a précisé que sa majorité augmenterait de 50% les investissements pour les porter à 18 Milliards d’euros sans toucher aux grands chantiers du plan de mobilisation pour rénover l’existant mais en faisant mieux. Elle exigera de l’Etat le respect de ses engagements pour financer les nouvelles du Grand Paris express : « Alors que nous constatons que tous les nouvelles lignes ont déjà pris 2 ans au moins de retard ou ne sont pas financé comme le prolongement d’Eole à l’Ouest, nous utiliserons tous les leviers à la disposition de la Région, pour contraindre l’Etat à construire ces nouvelles lignes et dans les délais initialement prévues ».

    Elle s’occupera du transport au quotidien tant des prolongements ou création de ligne comme le tramway T 10 entre Antony (Croix de Berny) et Clamart (Place des Gardes), que du renouvellement du matériel, RER et Transilien et de la modernisation des infrastructures ferroviaires dont certaines ont 90 ans, ou d’un plan « 1000 bus pour la grande couronne » avec le développement d’une offre de nuit élargie le week-end en laissant ouverte toutes les lignes automatiques la nuit… pour ne citer que quelques unes des mesures préconisées durant la campagne sans entrer dans le détail. En matière de sécurité, elle souhaite rassembler dans un corps unique, les agents chargé de la sureté de la RATP et de la SNCF, installer partout des caméras de vidosurveillance (gares, stations, de métro, bus, rames RER…), lutter contre la fraude et la récidive, les pickpockets en leur interdisant l’accés du métro dés la première condamnation… Elle mettra le paquet sur le numérique en déployant la 4G dans le métro et le RER, des applications mobiles en tout genre, ce qui est déjà en cours tant au sein de la RATP que de la SNCF-TRansilien

    Les membres du conseil d’administration vont avoir du travail sur la planche d’autant plus que Valérie Pécresse veut faire du STIF, un établissement public « Ile de France mobilité » compétent sur tous les modes de transports, afin de mieux articuler transports en commun avec pratique du vélo, covoiturage, taxis, VTC…Elle demandera même que le STIF puisse déléguer aux maires, la possibilité de modifier eux même le tracé des lignes de bus pour répondre rapidement aux besoins des habitants. Ce qui serait une sacrée avancée lorsqu’on sait qu’il a fallu attendre de très nombreuses années pour obtenir le prolongement de la ligne 89 jusqu’à la gare SNCF Vanves-Malakoff demandé par André Roche (1965-80) et réalisé sous le mandat de Bernard Gauducheau.

  • STADE DEVANVES : UNE ASSEMBLEE GENERALE EN ETAT D’URGENCE

    Plusieurs dirigeants sportifs bénévoles ont reçus la médaille de la Jeunesse et des Sports à l’occasion de l’assemblée générale Stade de Vanves, vendredi soir  à la Palestre : Le bronze pour Ariane Delahaye (Escrime), Annette Bienfait  (GV), Charles Bouteyre (Tennis), argent  pour Guy Mars (GV-Basket), Jean Pierre Viemont (GV), et l’or pour Patrice Roussard (Pétanque). Occasion pour les dirigeants du Stade deVanves, du service des sports et la Municipalité de Vanves  de mettre en avant des représentants de ses 150 bénévoles de cette association omnisports qui ne comptent pas leur temps pour animer, initier, former au sein de ses 17 sections à différentes disciplines. Ainsi que quelques sportifs : Jordan Coelho a reçu le Trophée Sportif de la ville de Vanves pour ses résultats en natation au sein de l’équipe de France de natation. Julien Contant a été choisi comme stadiste de l’année 2015 au titre de « sportif enseignant » puisqu’il est le responsable pédagogique et sportif de l’école de Tennis (350 enfants), avec, en athlétisme, Mathieu Monnat, champion inter régional 30 00 m et Vice Champion Inter-cross et Djamel Mastouri champion du monde des jeux mondiaux militaire sur 1500 m.     

    Cette assemblée générale a été l’occasion de faire le point sur la saison sportive passée (sur laquelle reviendra le Blog) mais surtout sur les perspectives, avec les points forts  et faibles de cette association omnisports : 11% des vanvéens sont adhérents du stade de Vanves qui en compte 4520 et propose une offre sportive qui se diversifie avec 17 sections dont deux nouvelles (rugby, golf) depuis moins de deux ans, 40 activités représentants 800 h de sports par semaine, encadrés par 150 bénévoles qui permettent de développer le sport pour tous, du loisirs à la compétition, avec des résultats encourageants dans chaque section, 4 d’entre elles étant au niveau national. L’un des points les plus encourageants est la professionnalisation du club dans sa gestion et son organisation administrative avec un véritable organigramme, une révision de ses statuts et de son règlement intérieur,  une gestion des ressources humaines, mais aussi un plan communication, et des actions omnisports : Journée Portes Ouvertes de Septembre, Course de Noël, Barbecue des dirigeants bénévoles… Bien évidemment, quelques points faibles ont été relevés : Des installations qui se dégradent, une diminution de la subvention de la ville en 2015 qui aura pour conséquence de ne plus emmener des jeunes à l’extérieur pour des compétitions, couplé avec une incidence fiscale provoquée par la professionnalisation de cette association (+ 5 000 € à débourser pour l’URSSAF), ce qui pose le problème de la pérennisation des activités proposées, si ce n’est l’arrêt de certaines compétitions.

    Le maire, accompagné de Maxime Gagliardi et Philippe Thieffine, respectivement maire adjoint et conseiller municipal délégué aux sports, a répondu  à certaines préoccupations notamment sur 3 points :  Tout d’abord la période difficile que traverse les collectivités locales sur le plan financier : « Il faut faire avec. Le rôle des responsables est de faire avec la réalité du moment. On ne peut continuer à vivre sur le même train de vie. Il faut s’adapter à cette réalité » a t-il expliqué en revenant sur la négociation de la nouvelle convention ville-Stade de Vanves « dont les données ne sont plus les mêmes que voilà 3 ans » et qui prévoit une baisse substantielle de la subvention municipale  étalée sur 3 ans.  « Je ne peux pas dépenser l’argent que je n’ai pas. Notre responsabilité est d’adapter la voilure à la réalité du moment. Dans les marges de manœuvres, on a proposé de mettre un plafond à l’aide apportée aux équipes élites au niveau de la NAT 3 » a-t-il expliqué en rappelant que la municipalité œuvre à obtenir des subventions auprès d’entreprises à hauteur de 50 000 €, « ce qui est rare pour une ville ».

    Ensuite la sécurité  qui est une question majeure avec l’Etat d’urgence suite aux attentats du 13 Novembre : « Nous avons une réalité auquel nous avons à faire face ensemble. Ce qu’on vient de vivre est très grave. Il ne faut pas tout oublier 8 jours après. On doit avoir la conscience tranquille, c'est-à-dire prendre les mesures qui viennent d’en  haut et celles que nous jugeons utile. Je demande à tous cet esprit de responsabilité » a-t-il déclaré, en démontrant qu’il  a décidé d’appliquer à 300% le principe de précaution, avec même une disgression sur le skate park. Il a expliqué qu’il a été obligé d’enlever tous les éléments, même en dur, pour des raisons uniquement de sécurité, sur les conseils de son directeur des services généraux. Car il ne souhaite pas être tenu responsable, intitue personae, si un accident arrivait, à cause d’un équipement ou d’un mobilier municipal défectueux. Exit la station GNV… qui a curieusement, aussi, révélé le problème ( ?).

    Enfin, et surtout, et c’est par là qu’il avait commencé, il a demandé à tous ces dirigeantes et sportifs finalement de respecter le personnel communal qui travaille dans les équipements sportifs à côté de ses bénévoles. « On ne pense pas assez à eux. Sachez qu’ils sont vos partenaires. Vous avez des exigences et des obligations ! Eux aussi ! Ce sont des gens dévoués. Gardien, ce n’est pas toujours facile ». Et tous les dirigeants de leur avoir rendu hommage, avec quelques exemples comme pour le tennis de table avec le gardien du Gymnase Maurice Magne qui leur a rendu un grand service ces derniers temps. Mais si les instructions étaient plus claires, et la concertation plus réelle de la part de leurs responsables, ils y auraient moins problèmes avec les dirigeants sportifs bénévoles lorsque la tension monte, comme ce fut le cas avec la mise en  place de l’état d’urgence, où ils étaient pris entre deux feux.          

  • STADE DE VANVES : DES RIVERAINS MECONTANTS ET DES STADISTES INQUIETS

    Depuis l’application de l’Etat d’urgence à Vanves, la vie des riverains du PMS A.Roche dans le secteur de son entrée principale, rues du Docteur Arnaud, Gresset et Mansard, est redevenu un enfer. Avant à chaque orage, ils étaient inondés par les eaux descendant de Clamart, de Châtillon et de Malakoff. Grâce à d’importants travaux d’assainissements couplés l’aménagement d’un réservoir sous le terrain synthétique de football dans le PMS A.Roche, avec une requalifcation de ces rues ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Mais depuis le 14 Novembre, ils sont envahis de nouveau, non par l’eau, mais une noria de véhicules de stadistes qui ne peuvent plus se garer dans le PMS et même rue JB Potin en empruntant cette entrée secondaire. Le week-end et certaines soirées de la semaine, impossible de se garer, les véhicules étant stationnés n’importe où, en infraction bien sûr.

    Certains stadistes ou visiteurs ont eu quelques explications orageuses avec des riverains qui en ont assez d’être envahis, défendant tant bien que mal leur « bâteau » à l’entrée de leur pavillon, et la tranquillité de leur quartier. Sans parler de l’entrée du PMS : Sans que l’accès soit véritablement bloqué, un véhicule de secours du SAMU ou de la BSPP aurait du mal à passer en cas d’incendie ou de malaise grave, à certaines heures de la semaine et du week-end, justement au moment où il y a une forte affluence. Plusieurs responsables de sections présents sur ce PMS commencent à s’inquiéter du fait qu’il n’y ait plus qu’un seul accès, car si celui-ci était bloqué pour une raison ou une autre et qu’il faille évacuer le PMS de toute urgence, par où passeraient tous ceux qui sont à l’intérieur. Seraient-ils pris au piége ? Alors qu’à côté, tous les accès du parc F.Pic sont ouverts.
    La ré-ouverure de la porte JB Potin permettrait de calmer les esprits de ceux qui craignent pour leurs enfants, moins 30% de fréquentation à l’école de tennis, et des riverains de la porte principale d’accès du PMSrue du docteur Arnaud. D’autant plus que le service des Sports dispose de gardiens pour assurer la sécurité des deux accès s’ils sont tous mobilisés. « C’est le seul équipement sportif où je vois cela ! A l’extérieur où l’on joue, les gardiens sont bien à leur poste, et ne le quittent pas comme à Vanves, car ils doivent se déplacer pour ouvrir là un vestiaire, là un local, laissant sans surveillance l’accès, même si c’est un court instant. Dans d’autres communes, ils donnent le chef du vestiaire à l’entraineur ou au capitaine de l’équipe contre leur carte d’identité » explique un dirigeant sportif. Il est fort possible que la question de la sécurité et de l’accès du PMS soit abordée lors de l'assemblée générale du Stade de Vanves vendredi prochain