Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre meige - Page 7

  • LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

    Lundi 29 Novembre

    A 19H30 à la salle Latapie (rue de Chatillon) : Réunion publique du candidat NC/UMP  Bernard Gauducheau avec sa suppléante Françoise Saimpert

    Mardi 30 Novembre

    A 19H à l’école Larmeroux : Réunion de Quartier (Hauts de Vanves)

    Du 1er au 15 décembre

    Concours de lettres au Père Noël

    Jeudi 2 Décembre

    A 19H30 au Lycée Michelet : Les conférences du Jeudi consacré au théme : « Ni Goncourt, ni Fémina : la littérature française aujourd’hui »par Françoise Carmignani

    Vendredi 3 Décembre

    A 18H30 à la Librairie des Bénédictnes : Témoignage de Jean Marie Combe sur son métier d’ornemaniste provençal

    A Vanves : Collecte pour le téléthon avec :

    A 19H au Club Murillo : 24H de poker organisé par le Vanves Poker Club

    A 20H30 à L’école Marceau : concert du Conservatoire

    Samedi 4 Décembre

    A 14H à Saint Remy: Journées d’Amitiés des Paroisses de Vanves

    A 20h45  à la salle des cinéastes : soirée CIV publique consacrée à un auteur

    A Vanves : Collecte pour le téléthon avec :

    A 10H sur le Plateau : Animations

    A 19H30 à Marceau : Spectacle de l’Echaugettye , Musidora et Phénoméne

    A 20H au restaurant Chez Manu : Soirée Paella animée par Pierre Meige et ses chanteurs

    Dimanche 5 Décembre

    A 11H à Saint Remy : Journées d’Amitiés des Paroisses de Vanves

    A 11H au square de verdun : Cérémonie patriotique départementale en hommage aux morts pour la France pendant  la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tnuisie en présence du préfet Patrick Strzoda et Bernard Gauducheau

    A 12H30 au Nikita : L’Amicale des Pieds Noirs orgabise son déjeuner spectacle annuel  dans le plus ancien cabaret Russe de Paris 

  • VANVES CELEBRE LES CHANSONS POPULAIRES SUR UNE PETITE PLACE DE VILLAGE

    « IL Y A CHEZ LUC… ET CHEZ LORETTE »

     

    Heureusement qu’il y a la fête de la musique pour nous consoler de l’équipe de France qui a donné depuis sa défaite face au Mexique, un spectacle déplorable, attristant, attérrant…. A tel point qu’un collègue de Bernard Gauducheau (NC), maire de Vincennes et président du groupe NC au Conseil Régional a supprimé la restransmission publique du match Afrique du Sud – France cet après midi avec ces mots tout à fait juste : « J'estime que le comportement de plusieurs des joueurs de l'équipe de France constitue un manque flagrant de respect vis-à-vis des entraîneurs, des bénévoles, des éducateurs et des joueurs des clubs amateurs, qui s’efforcent au quotidien de prôner des valeurs de respect, de fair-play et de dépassement de soi. Pour cette raison, j'ai décidé d’annuler la retransmission du match France / Afrique du Sud : nous avons estimé que c'était la meilleure des réactions à avoir face à des joueurs français qui, en quelques jours, ont mis à terre le travail patient de ces milliers de bénévoles et des collectivités locales qui les soutiennent ». Ce qui n’empêchera pas certains de regarder le match cet après-midi chez eux ou dans un café de Vanves…comme au Relais de Vanvres place du Val

    C’est là justement qu’hier soir, s’est déroulé une fête de la musique, comme elle devrait se dérouler beaucoup plus souvent, grâce à la mobilisation de passionnés, sans rien demander à la collectivité publique, sauf de l’annoncer sur les supports d’informations locales. Et qui défend la culture, la vraie culture populaire, que demandent des vanvéens sans succès, sans vraiment entendu qu’être déclaré personae non grata ou dissuadé d’organiser café littéraire ou cabaret du swing. D’ailleurs l’élue chargée de la culture était invisible hier soir sur cette place du Val où sont passés Bernard Gauducheau,  Françoise Saimpert, maire adjoint chargée de l’animation notamment.

    « Les chansons choisis sont de toutes les époques. Ce sont celles que nous travaillons et chantons dans les ateliers avec Léone, Catherine, Monique, Muriel… » explique Pierre Meige qui a animé toute cette soirée installé sur la terrasse du Relais de Vanvres, devant de très nombreux vanvéens venus dîner et écouter. Et ces « mamies » se sont éclatées en première partie de ce spectacle. Léone : « La fête de la musique, c’est toute ma jeunesse » confiait elle après avoir chanté Edith Piaf, Léo Férré… « ceux qui ont de belles paroles. Et l’on retrouve cela avec Pierre Meige ». Et de confier quelques souvenirs : « Je venais déjà dans ce café où on faisait la fête au milieu des années 50. Il y avait une boucherie chevaline tout à côté. Et sur cette place, à côté de la fontaine, que j’ai connu et rencontré mon mari. On s’y retrouvait tous les soirs avec des copains ! »

    Pendant le le « bal renaissance » de la place de la République, et la « scéne ouverte » au kiosque du square Marceau, les spectateurs de la place du Val découvraient ou retrouvaient le répertoire des belles chansons d’hier et d’aujourd’hui… la chanson à parole. Nicole : « La fête de la musique ! Ce sont des rencontres, la possibilité de s’exprimer, de s’amuser » confiait cette participante aux Ateliers  et infirmière à la retraite qui écrit un livre sur son métier qu’elle a exercé aux urgences et au service pédiatrie de Béclére. Pendant ce temps là, Henri Louis Barolet qui a fêté ses derniers jours ses 90 ans, photographiait les vedettes d’un jour, et les spectateurs.

    « Il y a chez Luc et chez Lorette » annonçait alors Pierre Meige en présentant le jeune Aloys qui a été très apprécié : « C’est pour que tout le monde puisse chanter ! Comme sur cette place du VAL » confiait Aloys à propos de la fête de la musique. Monique prenait le relais pour chanter une très belle chanson de l’entre deux guerres de Jacqueline François : « La Seine ». Fifi, une retraitée : « La fête de la musique ! Oh là là, c’est se rassembler, chanter. Et je chante mes compositions ». Et de passer à une autre séquence de cette soirée avec Adel qui a chanté Léo Ferré avec des accents et des gestes rappelant cet immense auteur-compositeur-chanteur. Normal dans la mesure, où ce comédien fait des spectacles où « j’interpréte Léo Férré, mais je ne le chante pas » précisait il en racontant qu’il est né comme lui un 24 août mais avec quelques années de différences. La soirée pouvait se terminer  alors que la nuit tardait à tomber au son de la guitare.

  • UN ARTISTE DE VANVES NOUS PROMENE A TRAVERS L’HISTOIRE DES HAUTS DE SEINE

    Les livres fleurissent comme les fleurs en ces dernières semaines de printemps. Après Sarkozy et le Sports, la révolution numérique terrestre, l’histoire avec ses personnages qui ont marqué l’histoire de nos communes altoséquanaises et construit en quelque sorte leur identité, grâce à un vanvéen bien connu des  vanvéens : Pierre Meige

     

    « Ballade poétique et historique dans les Hauts de Seine »

     

    Un « Manuel historique, poétique et féerique des Hauts de Seine » (Edt l’Ours Blanc) vient de paraître. Il a été écrit par un auteur-composition-écrivain amoureux de l’histoire, de la chanson, de la poésie : Pierre Meige, auteur de nombreux livres comme « paroles vanvéennes » auquel il avait fait contribuer de nombreux habitants de notre commune pour raconter leir histoire de Vanves. Dans ce dernier ouvrage, il raconte ses personnages illustres qui ont marqué l’histoire des Hauts de Seine et de ces 36 communes dont certaines se sont plus ou moins appropriés le souvenir et l’image : La dame blanche de Châtenay (Blanche de Castille), le roi des pauvres de Saint Cloud (Saint Clotoald), la petite bergére de Nanterre (Ste Geneviève) dont des tableaux retracent la vie dans l’église Saint Remy, Issoire le géant détrousseur du Petit Montrouge, le troubadour du Bois de Boulogne, le  prince des poétes à Vanves (Philippe Desportes), les géants rabelaissions de la forêt de Meudon, le chevalier page du domaine de Sceaux, les fantômes de la Malmaison, l’inspirateur de  la « nouvelle Californie » à Malakoff et chanteur ambulant (Alexandre Chauvelot), la vierge rouge de Levallois, les Robinsons du Plessis, le poéte martyur du Mont Valérien (Missak Manouchian), le poéte du jazz et du swing de Ville d’Avray (Boris Vian).

    « Ce livre s’adresse à tous les curieux de l’origine et de l’histoire de ce département encore tout récent qui n’en a pas.  Un résumé finalement de tout ce que l’on devrait retenir dans l’histoire de nos 36 communes altoséquanaises, bien incrustés pour la plupart du temps avec des découvertes étonnantes comme Victor Noir, tué pour avoir posé des questions politiquement incorrectes à un Bonaparte » ou ces personnages comme « Chauvelot qui s’inscrit dans la lignée de Sellier et Payret Dortail avant l’heure » lit on dans la préface signé par un journaliste bien connu de Vanves.  « Il fait connaître aussi l’étymologie des noms des lieux, des personnages qui les ont illustrés, des moins connus aux plus connus, reines, poétes, peintres, écrivains attachant par leurs vies, leurs rôles,  mais aussi les mythes et les légendes qui s’y rapportent, avec des textes poétiques illustrant ce livre.  Nous redécouvrons des racines bien plus implantés sur notre territoire qu’on ne le croit. Avec des personnalités hauts en couleurs : Marguerite de Valois (la Reine Margot), Desportes pour qui l’auteur a un faible, avec Condorcet, arrêté à Clamart… »

    « Pierre Meige a, d’ailleurs pour tous, un coup de cœur quelque part. Il en livre la raison à la fin de ce livre   en citant Jacques Prévert : « notre vie n’est pas derrière nous, ni devant, ni maintenant... Elle est dedans… cette citation a été mon guide poétique qui a accompagné mes recherches historigraphiques puisées le long des rives de cette vallée altoséquanaises jusqu’au sommet de ce mont mémorial ». Et qu’il résume dans ce poéme final : « La balade des Hauts de Seine ». Mais l’on peut reprendre ce qu’écrivait Rabalais : « L’ignorance est la mére de tous les vices ». Ce livre devrait contribuer à rendre les habitants de ce département encore tout jeune, un peu moins ignorants quant à l’histoire de cette terre altoséquanaise, grâce à des personnages que l’on dit connaître et que l’on redécouvre à travers ses 160 pages.