Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paul guillaud - Page 4

  • L’UNC DE VANVES SOUS L’ARC DE TRIOMPHE POUR LE RAVIVAGE DE LA FLAMME SACREE

    La section UNC de Vanves présidera ce soir à 18H30 la cérémonie du ravivage de la flamme qui a lieu tous les soirs à cette heure sous l’Arc de triomphe avec la présence du maire de Vanves, de quelques adfjoints et anciens combattants. Rappelons que cette section a participée pour la première fois à cette cérémonie le 28 Novembre 1924, quelques mois après sa création le 24 Mai 1924. Frédéric Pic, maire de Vanves à l’époque avait tenu à accompagner ses anciens combattants pour cette « pieuse et simple manifestation » qui permet « d’évoquer le souvenir constant que nous devons garder de ceux qui donnèrent sans compter leur sang pour la France » selon ses propres mots. La délégation défilera et déposera une gerbe, avec les drapeaux dont celui de la Flamme. Un membre du Comité de la Flamme transmettra au président de la section,  le glaive en l’invitant à faire le geste du ravivage, et le feu sacré triplera alors de volume. Une minute de silence sera alors respecté, et la Marseillaise sera chantée, ce qui est nouveau, puis  toute la délégation vanvéenne  ira signer le livre d’or qui conserve la trace de tous ceux qui viennent rendre un hommage particulier au soldat inconnu. Ainsi, depuis le 11 Novembre 1923, date à laquelle André Maginot, ministre de la guerre alluma pour la première fois la Flamme sous l’arc de triomphe, chaque soir au cours d’une cérémonie simple et émouvante, une association d’anciens combattants vient refaire le geste symbolique, volonté de mémoire en hommage aux soldats morts pour la France.

     

    L’idée est due à un journaliste ancien combattant, Gabriel Boissy : « Je voudrais que l’on vit sur cette tombe quasi abandonnée, quasi oubliée, brûler une flamme vivante ». Après l’aval des autorités de l’époque, le projet fut rapidement mis au point, un ferronnier Edgar Brandt réalisa un dispositif selon les plans de l’architecte Favier qui fut placé à la tête du tombeau : Ainsi la flamme surgit de la gueule d’un canon braqué vers le ciel, encastré au centre d’une sorte de rosage représentant un bouclier renversé dont la surface ciselée est constituée par des épées formant étoile. Le Ravivage conçu par Jacques Péricard, ancien combattant et père du député maire de Saint Germain en Laye, célèbre chroniqueur Radio-TV, est une véritable prouesse car il nécessite à une heure fixe la présence d’une délégation d’anciens combattants. Le culte du Soldat Inconnu est perpétré par une association « La Flamme sous l’Arc de triomphe ».

     

    Ainsi, depuis 1923, la Flamme ne s’est jamais éteinte et a toujours été ravivée, et pour cela,  des hommes ont risqué leur vie aux moments les plus sombres de notre histoire. Et même nos ennemis d’alors  l’ont respecté : Ainsi un certain 14 Juin 1940, alors qu’un immense drapeau à croix gammée était hissée au sommet de l’Arc, les officiers allemands feront preuve de correction et d’attitude respectueuse. Et lorsqu’un petit groupe d’anciens combattants ira accomplir le geste pieux, une trentaine d’allemands présent, rendront hommage à leur vainqueur de 1918. Et ce rite continuera sans discontinué durant cette période jusqu’à la Libération de Paris en Août 1944, les 22, 23, 24 Août, notamment où ce sera au risque de leur vie que les anciens combattants iront accomplir le geste sacré.

     

    Mais jamais ce fief de la Patrie n’a été souillé, sauf le 7 Mai 1968 par des étudiants arborant des drapeaux rouges et noirs. Aujourd’hui encore, certains citoyens, très patriotes, viennent régulièrement, assister à ce ravivage de la Flamme : « Je me recueille tous les soirs devant le Soldat Inconnu, qui est un symbole de paix » témoignait l’un d’entre eux encore récemment.

    Cette cérémonie intervient une semaine après la première réunion du Comité de pilotage Vanvéen qui doit organiser les commémorations du centenaire de la guerre 1914-18 avec le Comité Locale des Associations Patriotiques, la Municipalité, le service Documentation /archives, le Syndicat d’Initiative. Il a ainsi décidé que la commémoration sera célébrée de 2014 à 2018 non seulement lors des cérémonies du 11 Novembre, mais à travers des actions et des événemets déclinés au long des 4 annéesde guerre afin de faire référence aux réalités et aux conséquences locales de la « der des der » comme on l’a surnommée à l’époque. Des expositions, des visites sont prévus à Verdun, la Seomme, Meaux… des conférences, des projections de films etc…

  • RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE TRES REGIONALE

    Finalement, Isabelle Debré n’aura siégé que Samedi au Sénat jusque tard dans la soirée, puisque après une suspension de séance, le groupe CRC (FdeG/PC) a décidé de quitter l’hémicycle. Il avait entamé un bras de fer avec le gouvernement et le PS sur le projet de loi sur la « sécurisation de l’emploi ». Du coup, le gouverrnement a appliqué la procédure d’urgence du vote bloqué permettant son adoption dans la nuit de Samedi à Dimanche par 172 voix (PS, RDSE, centristes) contre 24 (CRC), l’UMP et les écologistes s’abstenant. « C’est un nouveau couac qui met en évidence les fortes tensions qui existent au sein de la majorité sénatoriale. Le gouvernement veut museler les communistes en accélérant les débats. Il est difficilement acceptable que sur un tel sujet – l’emploi – on refuse aux élus de la Nation le temps nécessaire au débat. C’est du jamais vu !  Le  Gouvernement panique une nouvelle fois après l’accélération inédite de la procédure concernant le projet de loi sur le mariage pour tous » a déclarée Isabelle Debré au nom du groupe UMP dans un communiqué de presse. « Un nouveau couac qui met en évidence les fortes tensions au sein de la majoriité sénatoriale ». Isabelle Debré devrait siéger au sein de la Commission Mixte Paritaire constituée de 7 députés et de 7 Sénateurs qui devraient soumettre leurs conclusions à une nouvelle lecture de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

     

    L’événement du week-end à Vanves a été le « Vanves Games Day » organisé dimanche après-midi à la Palestre,  par l’association Hamber’Game constitué par des jeunes de l’Institut de l’Internet et du Multimédia (IIM) installé au Pole Universitaire Léonard de Vinci  à la Défense (la fameuse fac « Pasqua »). Mikael, l’un de ses étudiants et surtout ex-membre du Conseil Municipal a monté ce projet  dans le cadre de ses études avec une vingtaine d’étudiants en liaison avec Xavier Lemaire, conseiller municipal, qui a mobilisé le Pôle Jeunesse, le Syndicat d’Initiative, l’ASCAL, le PHARE et l’espace Santé Jeune. Ils ont monté ce salon du jeu vidéo qui a attiré plus de 100 jeunes de 11/17 ans dont certains sont venus avec leurs parents. Ce salon était composé d’ateliers de jeux, de de’ssin, de conception de jeux avec des conférence notamment sur les dangers des jeux vidéos, et des tournois avec des lots à la clef.      

     

    Lundi 22 Avril

    A 14H30 au Conseil Général des Hauts de Seine : Commission permanente à laquelle participe Guy Janvier

    A 19H au restaurant Il Giardino : Apéro politique de l’UDI de Vanves avec B.Gauducheau, Laurent Lafon, pdt du groupe UDI au conseril régional et Philippe Laurent, maire de Sceaux et président de Paris Métropole

    Mardi 23 Avril

    A 20H30 au théâtre (Festival art Danthé) chaque soir jusqu’à Jeudi : « Joue à Tom Waits » par l’orchestre d’hommes-orchestres qui propose un événement digne d’un spectacle de foire ou d’un cirque musical. Cet orchestre d’affairés se joue des composition de Waits en utilisant près de 100 objets et instruments inventés sur scéne qu’ils martèlent et caressent au cœur de tableaux vivants déraillés.  Ce collectif d’artistes-musciens indisciplinés (musique, théâtre, performance, danse, arts urbains…) vient de Québec où il s’est formé en 2001. Les quatre multi-instrumentistes délirants de ce collectif, coqueluche de la ville de Québec, jouent l’un devant l’autre, l’un par-dessus l’autre, s’échangent les instruments et les voix, se mettent les doigts entre les cordes, les bâtons dans les roues, la corde au cou. 

    Jeudi 25 Avril 13

    A 9H30 au Conseil Régional : Séance plénière à laquelle participe Benard Gauducheau qui devrait examiner plusieurs rapports : la lutte contre l’échec scolaire grâce à la création de micro-lycées, des communications sur les conséquences des projets de lois de décentralisation sur la Région  Capitale avec la création de la Métropole de Paris, mais aussi le transfert de nouvelles compétences aux régions, sur la conversion écologique et énergétique avec un  compte rendu des travaux d’écociliens, une proposition du groupe PS pour lutter contre le gaspillage alimentaire….

    A 11H15 à la Porte de Vanves : Inauguration du jardin Anna-Marly aménagé au dessus de la dalle qui recouvre  le bd Périph entre les portes de Brançion et de Vanves par Bertrand Delanoë, Bernard Gauducheau et Catherine Margaté qui célébreront en même temps les 40 ans du Bd Périphérique, puisque le 25 avril 1973, Pierre Messmer, premier ministre inaugurait la dernière tranche à la porte Maillot. « Un  contre-pied qui montre que le Périph n’est pas une fatalité » indique t-on à la mairie de Paris qui a confié à l’atelier Arpentière ce jardin de 8000 m2 conçu comme une bande boisée, avec des chemins au milieu des pins, bouleaux ert bruyéres,  un terrain de sport, une aire de glisse, une pelouse, des troncs d’arbres à escalader. Cette inauguration intevient à un moment où il est envisagé de faire passer la vitesse de 80 à 70 km/h sur cette voie rapide de 35 km alors que le trafic a baissé de – 8,9% ses dix dernières années.  

    Vendredi 26 Avril 2013

    A 18H30 à l’Arc de Triomphe : Ravivage de la Flamme par la section UNC de Vanves. Rappelons que chaque jour à 18 h 30, des anciens combattants, et désormais également des associations patriotiques, ravivent la flamme du souvenir, allumée le 11 novembre 1923 par André Maginot, ministre de la guerre, sur la tombe du Soldat inconnu, inhumé sous une dalle avec l'inscription : "Ici repose un soldat français mort pour la patrie   /   1914-1918." C'est un journaliste, Gabriel Boissy, qui a eu l'idée d'une flamme du souvenir, en 1923. Depuis cette date, elle ne s'est jamais éteinte, grâce à la vigilance de l’association « la flamme sous l’arc de Triomphe », désormais « Flamme de la Nation » dont fait partie Paul Guillaud président de la 71éme section de l’UNC Vanves-Malakoff, et qui tient, à juste titre, à faire participer Vanves à cette cérémonie une fois par an.

    Samedi 27 Avril 2013

    A 14H au PMS A.Roche : La Section Boules Lyonnaises du Stade de Vanves accueille une partie du Championnat tête des Hauts de Seine

    à 20H au Palais des Sports de GPSO à Issy les Moulineaux  : Match de basket Vanves Aviators GPSO – Tourcoing S.M. précédé pa un march exhibition à 18H45 entre ml’équipe Mary Patrux VS Aviators & Partenaitres

    à 20H30 à Panopée : Concert de piano à 4 mains dans le cadre du 16éme concours internationak de piano Jean Francaix avec Bruno Canino et Bettrand Giraud

    Dimanche 28 Avril 2013

    A 9H au PMS A.Roche : La Section Boules Lyonnaise’s du Stade de Vanves accueille une partie du Championnat tête des Hauts de Seine

    A 11H45 devant la stéle commémorative des victimes vanvéennes du Nazisme de la place de l’insurrection : Cérémonie  dans le cadre de la Jurnée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Résistance

    à 19H à Panopée : Concert des lauréats du 16éme concours international de piano Jean Francaix

    Lien permanent Catégories : VIE LOCALE ET REGIONALE
  • A VANVES, LES ANCIENS COMBATTANTS SONT INVITES A SE RASSEMBLER POUR EVITER l’OUBLI SANS SE RENIER

     

    « Vanves sera candidate pour l’organisation du congrès départemental de l’UNC 92 en 2018 » a annoncé Paul Guillaud président de la 71éme section de l’UNC de Vanves lors de son assemblée générale qui s’est déroulée Dimanche dernier dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville, à la veille du vote définitif par le Parlement de la loi qui fait du 11 Novembre le « D Day » français. Tout un symbole car cette date a été la raison d’être des fondateurs de l’UNC pour ne jamais oublier. Mais c’est ce que souhaitaient aujourd’hui une majorité des anciens combattants même si certaines dates sont inscrites à jamais dans la mémoire et que certains d’entre eux souhaiteront célébrer.

     

    D’ailleurs Bernard Gauducheau, maire de Vanves qui a conclut cette assemblée générale, a appelé à la mobilisation : « On croit toujours que le pire est derrière nous,  que l’avenir nous est ouvert ! Les choses ne sont pas aussi simples. Nous sommes loin d’assister à « la vie est un long fleuve tranquille ». Surtout lorsqu’on voit ce qui se passe dans le monde ! Rien ne peut justifier que des innocents meurent. Alors qu’autour de nous des gens inconscients ou insousciants  ne s’en rendent pas compte ! » a-t-il déclaré en citant bien sûr le Moyen Orient avec la Lybie et la Syrie, en rendant hommage au président de la République « qui a bien réagit et pris les bonnes décisions…pour éviter le bain de sang. Nous pouvons être fier de ce que a fait la France sans que cela lui coûte une vie ! Mais nous ne sommes à l’abri de rien car les événements sont très proches » a-t-il poursuivi en donnant des exemples comme le réarmement de la Chine, en appelant à la  vigilance et à la mobilisation. « Les efforts fait en matière de défense ne doivent pas être diminué ! »  a-t-il conclut en rappelant que « le résultat (de tout cela) est de pouvoir vivre libre dans notre pays ! ».

     

    L’assemblée générale est toujours un exercice obligé avec ses traditions surtout chez les anciens combattants :  Accueil des nouveaux adhérents, qui s’est limité à Alexandre Badkine, ancien d’Indochine, « toujours attaché à l’Asie qui organise des voyages au Vietnam ». Minute de silence qui a été observée en hommage aux membres de l’UNC de Vanves disparus auparavant : « Nous associons à cet hommage tous les militaires français décédés au combat ou en service durant l’année 2011, y compris les 26 soldats décédés en Afghanistan en 2011, et les 4 militaires sauvagement assassinés en janvier 2011 portant à 82  le nombre de  militaires français morts en service en Afghanistan de 2001 à ce jour » a déclaré le Président Guillaud, en demandant à tous d’avoir une  pensée particulière « pour les soldats de la « nouvelle génération du feu » et des nouveaux conflits », mais aussi  « pour des membres de la section très malades et affectés dans leur chair, citant parmi eux Mr Mohamed Bouda qui a été longtemps porte-drapeau de la section et Mr Maurice Le Guen le plus ancien adhérent ».

     

    Le Président a fait ensuite quelques rappels  tout d’abord sur les droits des anciens combattants : La demi part supplémentaire pour les titulaires de la carte du combattant âgés de plus de 75 ans, ainsi que sous certaines conditions leurs veuves. L’attribution de la campagne double pour les anciens d’AFN, ce qui peut entrainer une révision de la retraite du combattant. Le décret 2011-1459 du 8 novembre 2011 qui permet aux militaires ayant servi en opérations extérieures en Afghanistan, à compter du 3 octobre 2001, de bénéficier de la campagne double….Il a ensuite, présenté le plan Hommage mis en œuvre par le Gouverneur Militaire de Paris pour les soldats morts pour la France en opérations et l’hommage rendu sur le pont Alexandre III, auquel il est pratiquement toujours présent. Enfin, il a rappelé qu’un projet de loi créant une obligation d’inscription du nom des morts pour la France en Opex sur les monuments aux morts communaux est en cours d’approbation.

     

    Il a indiqué que la section avait participé à de nombreuses cérémonies patriotiques (22)  et réunions (7), tenu 22 permanences, a permis d’apporter des aides particulières à des vanvéens en difficulté pour l’obtention de documents administratifs ou des aides spécifiques. Mais il a surtout rappelé que la section UNC de Vanves-Malakoff  s’est dotée fin 2008 d’un site internet, accessible par tous, vitrine de la section et des actions de l’UNC : «  c’est un outil pour l’information des citoyens et qui doit être une base d’échanges, qui a connu près de 4900 connexions à ce jour, par près de 3800 internautes provenant de 54 pays ou territoires, dont des internautes de Djibouti et du Japon  avec un temps moyen de plus de 6 minutes par visite ! et plus de 12 200 pages vues»

     

    Mais tous les participants attendaient le rappel historique auquel le président lers a habitué à l’occasion de cette réunion annuelle : Occasion de rappeler que « l’année 1942, avec l’opération Chariot à Saint Nazaire, la victoire de Bir Hakeim le 11 juin 1942, a été un  tournant décisif de la 2eme guerre mondiale,avecc le débarquement allié en Afrique du Nord en novembre, ainsi que l’occupation de la Zone libre à partir du 11 novembre 1942, et le sabordage de la flotte de Toulon le 27 novembre ». Parmi les anniversaires de 2012, il est revenu sur l’année 1962, avec les accords d’Evian le 18 mars, le cessez le feu du 19 mars et l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet, ainsi que la réconciliation franco-allemande. Il a rappelé les 24179 morts de la guerre d’Algérie depuis la Toussaint sanglante de novembre 1954, « guerre qui n’a obtenu officiellement ce nom qu’en 1999 ». Il a rappelé que « le cessez le feu du 19 mars n’a pas entrainé l’arrêt des combats » et que « plus de 100 000 harkis, ou supplétifs ont péri après cette date ainsi que 535 militaires français. Le 2 juillet 1962 est la date butoir pour l’obtention de la carte du combattant mais le départ effectif de l’armée française n’a eu lieu que début juillet 1964. Entre ces deux dates, il s’agissait de la première OPEX ! ».

     

    A noter que la FNACA était représentée à l’AG de l’UNC par son président Dumont avec quelques membres du bureau, en dehors de quelques adjoints comme Françoise Saimpart,  Jacques Landois, Laurent Lacomére, et Michel Judde, président du Comité Local des anciens Combattants. Preuve que si le « D DAY » français a fait son chemin en 2012, beaucoup d’anciens combattants cherchent à rassembler pour justement se mobiliser pour ne pas oublier les leçons du passé. Et il y a du travail à faire comme le constatent chaque jour nos responsables publics.