Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le tout va mieux - Page 3

  • UNE SEMAINE A VANVES D’ENTR’LES DEUX FÊTES

    NOEL : Les vanvéens qui étaient restés à Vanves, ont pu profiter finalement d’une semaine pratiquement printanière entre Noël et la Saint Sylvestre, certains s’inquiétant tout de même de voir la végétation reprendre sur leur balcon ou leur jardin, alors que d’autres profitaient de la disponibilité des courts de tennis en terre battue généralement fermés à cette époque, ou des terrasses de café comme au Tout Va Mieux ou au Relais de Vanvres. Occasion d’oublier un peu cette menace qui pése au dessus de nos têtes après les attentats du 13 Novembre qui sont encore dans les esprits. L’Etat d’urgence était visible avec ses militaires présents durant les messes de Noël notamment aux abords de l’église Saint Remy, ou dans les propos des prêtres célébrant la nuit de Noël notamment chez les bénédictines où les fidéles avaient été accueillis par la mére supérieure, sœur Marie Madeleine, le 24 au soir, qui veillait ainsi à la sécurité de tous et de son prieuré.Ce qui n’empêchait pas la convivialité puisque les participants ont été invités à partager un bol de chocolat et un morceau de brioche après la messe de minuit. Mais une semaine plus tard, pas de militaire devant les édifices religieux, certes moins fréquentés, mais tout aussi exposés après une intervention présidentielle expliquant que des attentats sont déjoués régulièrement.

    SAINT SYLVESTRE : Saviez-vous qu’une fête corporative s’est déroulée durant la nuit de la Saint Sylvestre, pendant de très longues années à Vanves : La « fête des petits pains ». Elle avait été instauré par les blanchisseurs de Vanves jusqu’en 1911. Elle s’arrêta à la première gréve des ouvriers-blanchisseurs « En raison des fêtes du jour de l’an, quantité de blanchisseurs travaillaient cettte nuit-là jusqu’à l’heure tant attendue de l’arrivée du marchand. Le patron faisait alors un important achat de petits pains qu’il arrosait d’un vin délicieux et tous ensemble au milieu de ces agapes toutes empreintes de joie, patrons et ouvriers, tout en s’embrassant de bons cœur, se souhaitaient la bonne année, et chacun s’en retournait à son logis, charmé de ces bons passés pour ainsi dire en famille » selon Jean Minard dans un article paru en 1909 dans « Le Clocher de Vanves ».

    REVEILLON : Parmi les réveillons organisés à Vanves deux ont retenus l’attention : Tout d’abord celui de Saint François organisé pour ceux qui étaient seuls ce soir là : « Grand moment convivial qui a réuni une quarantaine de personnes à Saint François d'Assise. Depuis 4 ans ce traditionnel réveillon improvisé puisqu'on ne sait pas qui va venir...ce qui constituera le dîner et comment se déroulera la soirée. Cela permet à des personnes seules ou n'ayant rien prévu de se retrouver à Saint François pour passer un bon moment se retrouver ou faire connaissance. Cette année un délicieux dîner aux champagnes et autres vins a eu son apothéose à minuit avec cotillons et serpentins à l'instigation d'un jeune père de famille pour la plus grande joie des petits et des grands. Et ce fut une belle réussite grâce à la participation et à l'investissement de tous » témoigne Blandine Maury, l’organisatrice avec son époux, de cette soirée. Ensuite la soirée roumaine du Tout Va Mieux avec chants et musique tziganes en présence de l’ambassadeur de Roumanie en France

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    TOUT VA ENCORE MAL : Une partie des vanvéens, car la plupart s’en foutent,  ont bien sûr suivi de prés, grâce au Parisien et aux chaînes d’informations continue, l’affaire du club de football de Nîmes où ses dirigeants ont truqué plusieurs rencontres lors de la saison 2013-14. D’autant plus qu’apparaissait, de nouveau, le patron du restaurant Le Tout Va Mieux, surnommé « Sarkis »,  déjà poursuivi dans le cadre de l’affaire du cercle de jeu Cadet, actionnaire principal de ce club, dont l’un des fils,  fait parti de l’équipe. « Là on a vraiment affaire au grand banditisme » constatait un vanvéen au Café du Commerce, surtout après avoir lu l’article du Monde de Vendredi soir. Cette affaire divise même parmi certains vanvéens, supporters de Sarkis d’un côté qui  expliquent que « cet homme est  bien sympathique au demeurant », les autres étant scandalisés, dégoutés  par de tels faits, surtout en cette période. D’autant plus que ce club de Nimes, comme d’autres mis en cause, vont, de toute façon, s’en  sortir, quoi qu’il arrive. Alors « qu’il n’en a pas été de même pour un petit club  de passionnés qui sont montés très haut la dernière saison,  situé dans les Hautes Pyrénées…Vous voyez bien de qui je veux parler ! . Mais voilà, il  ne respectait pas des règles ou des normes budgétaires aux  yeux de ses dirigeants du Football (Ligue et Compagnie…), bien moins graves que les faits rapportés concernant ce club de foot du Gard.  Mais devinez qui va tirer son épingle du jeu ! » constatait un amoureux du football qui commence à être dégoûté notamment par « ce moustachu qui dirige le football français ». Certains élus se souviennent de la mise en garde d’André Santini lors des dernières élections législatives lorsque Bernard Gauducheau lui avait annoncé le nom du repreneur de ce restaurant : « Nous avons tout fait pour  qu’il ne s’installe pas à Issy les Moulineaux ! ». Et beaucoup d’élus vanvéens en ont été témoin.  Ce qui n’empêchait pas le maire de Vanves dans le Vanves Infos de Juillet/Août 2012 de s’en féliciter : « Le Tout Va Mieux va beaucoup mieux » titrait il en page 25 : «  L’adresse pourtant centrale et pleine de charme, avait d’abord périclité pour finalement fermer pendant plusieurs années avant de retrouver un repreneur en la personne de Serge Kasparian. Nouveau look pour une nouvelle vie. Il aura fallu un peu de temps pour permettre à l’heureux propriétaire de mener à bien son projet de transformation totale et d’agrandissement de l’établissement avec le soutien de la ville ». Comme disait André Santini, champion de l’humour politique, à propos de VGE à l’enterrement de Mitterrand « On n’en a pas tant fait pour VGE » qui pourrait être repris allégrement concernant les restaurants vanvéens : « On n’en jamais autant fait pour la renaissance du Tout Va Mieux ! »

    BORNES INTERNET : A l’occasion du dernier conseil municipal, Jean Cyril Le Goff  (PS) s’était inquiété du sort des bornes internet en libre accés installée au marché, au square du métro et devant le centre administratif qui n’étaient pas entretenu, ni mis à jour. « En effet, le menu de ces bornes propose un certain nombre de liens vers des sites utiles dont l’Arc de seine qui n’existe plus depuis le 1er  Janvier 2010 ou celui de l’ANPE ou des Assedics qui ont fusionné depuis le 19 Décembre 2008….Pourquoi n’y a-t-il pas un lien vers un moteur de recherche de type Google alors qu’il y a un lien vers le blog de Bernard Gauducheau. Il aurait été utile dans ce cas là de mettre un lien vers les blogs de chaque formation politique composant notre conseil ». Bertrand Voisine maire adjoint (UMP) s’est contenté de le renvoyer dans les cordes en rappelant que ces bornes ont fait l’objet d’un marché, qu’il avait été décidé de limiter l’accès à ces sites… « Leur intérêt a disparu avec les tablettes numériques. Quant à la généralisation du Wi-Fi en ville, la municipalité n’a pas souhaité le développer par principe de précaution ». 

    CENTRE MEDICO PSYCHOLOGIQUE (CMP): Lucile Schmid (EELV) s’est inquiété lors de ce conseil municipal du sort réservé au CMP de Vanves avec l’opération d’aménagement du secteur Aristide Briand puisqu’il est hébergé dans une partie des bâtiments du conseil général des Hauts de Seine. Il devait être relogé dans un bâtiment appartenant au département avenue de la Paix mais cette solution a été abandonné. « Le maintien de cette activité sur le territoire de la commune est une nécessité pour conserver un service public de proximité. Toute solution de délocalisation conduirait à rendre très difficile pour un public vanvéen souvent fragilisé, constitué notamment d’enfants,  le recours à ces soins » a constaté  l’élue écologiste  qui a demandé ce qu’il en était. Delphine Roy conseillére municipale déléguée à la Santé,  l’a rassurée en indiquant que « les échéances du déménagement de ses services ne sont pas encore arrivées à terme.La Commune, en lien avec le Conseil Général des Hauts-de-Seine, a proposé une prolongation de mise à disposition des locaux jusqu’au 30 juin prochain afin de travailler avec les intéressés pour trouver une solution pérenne ». Elle a rappelé que « le maire avait soutenu la solution d’une relocalisation du CMP dans d’autres locaux départementaux situés à Vanves depuis quelques années et qu’il en avait  régulièrement fait part au Président du Conseil Général. Nous recherchons tous une solution pour ne pas pénaliser les familles concernées par l’activité du CMP dont la  direction et toute l’équipe ont été reçu par le maire de Vanves afin d’évoquer des solutions envisageables pour un maintien de leur activité dans notre ville.Il existe plusieurs possibilités que nous étudions actuellement et nous allons associer le Conseil Général à notre démarche afin de bénéficier d’un soutien financier pour d’éventuels frais d’aménagement de nouveaux locaux ».

    COUPE DE L’AMITIE : Retour sur la Coupe de l’Amitié organisé depuis 50 ans par le CIV avec des 52 courts métrages projetés pour sa 50éme édition le week-end dernier, et réalisés par  des jeunes talentueux, des cinéastes plus aguerris, des associations qui y ont participé pour la première fois. « L'équipe technique en charge des projections a assuré cette tâche presque sans incident, le public est resté nombreux pendant les deux journées de la manifestation, près de 90 personnes ont assisté à la soirée de gala samedi soir  dans la très belle salle Henry Darien à l'Hôtel de ville animé par le  groupe de musiciens et chanteurs Les Chanteurs Livreurs » raconte Nicole Bost,présidente du CIV.  « Le jury a distingué une quinzaine de films dont « Le Silence est d'or » de Greg Ruggeri ( association YA FOUEI (cinéma contre les préjugés) qui a obtenu La 50éme Coupe de l’Amitié et sera projeté le 19 Décembre au Ciné Le Vanves à l’occasion de la Nuit du Court Métrage ». 

    CENTENAIRE : La série d’articles sur le centenaire de la guerre 1914-18 n’est pas finie, mais devant une actualité riche en événements, elle est reportée à la semaine prochaine. Elle pourra adopter un rythme moins soutenue que chaque week-end, en rappelant certains faits et événements selon les périodes de l’année qui ont marqué Vanves à cette époque.  

  • L’EVENEMENT DE L’ETE 2014 A VANVES : LA PIETONNISATION DE LA PLACE DE LA REPUBLIQUE

    C’est l’événement de ce week-end et de cet été 2014 à Vanves : La piétonnisation de la Place de la République tous les week-end du Vendredi 17h au Dimanche 23h  jusqu'au Dimanche 28 septembre 2014. « Il s'agit là d'une première phase de test afin d'évoluer à l'avenir, et si l'évaluation est concluante, vers un espace entièrement piétonnisé » selon la municipalité qui tente grâce à cette initiative de revaloriser ce cœur de ville avec les commerçants, les riverains et le concours des services publics (GPSO, RATP, Police nationale, Sapeurs pompiers)

    Cette place est toute jeune dans la vie de la commune dont l’histoire remonte jusqu’au Moyen Age. Elle n’a été ouverte qu’en 1880, le conseil municipal ayant demandé en 1873 la création d’une voie de 15 m devant l’église (actuelle rue de la République) pour permettre à un tramway de circuler. Elle devait être baptisée du nom d’Hunebelle en l’honneur de l’ingénieur-maire de Clamart qui avait établi les devis et était appelée familièrement rue Tortillard. Suite à une pétition des habitants et sur instruction du Maire Jullien, la municipalité a acheté les terrains face à l’église pour ouvrir cette place de la République dénommée alors « Dupont ». Mais elle a dû régler le problème posé par un affreux puisard, véritable danger pour la santé et source d’épidémies en aménageant un égoût. Elle a fait installer une pissotière en 1880 prés de l’église, 4 bancs avec une seconde vespasienne en 1882, et un gymnase pour les sapeurs pompiers. Cette place a accueillit un « marché au comestible » qui était alors installé place du VAL (De Lattre deTassigny), et la fête de Saint Remy qui était la fête du village, avec des forains et des manéges. Elle s’est agrandie en 1894 et 1896 grâce à l’expropriation d’immeubles et la création de la rue Kléber dans laquelle s’est installé le premier commissaria de Vanves

    Elle a vraiment commencé à acquérir sa physionomie actuelle grâce à de nombreux petits immeubles construit, notamment par les fréres Marme ( l’immeuble avec la pharmacie de l’église en 1937), à l’emplacement de vieux hôtels dans le passage de l’église immortalisés par Atget, et surtout de ses vieilles maisons décrépies, enfumées, pittoresques qui appartenaient aux blanchisseurs qui ont disparus à cette époque… « au profit de constructions propres, confortables, souvent élégantes. Les rues s’élargissaient, se rectifiaient, se nivelaient » constatait Hyppolite Chailley, l’un des historiens de Vanves. Elle n’a pas bougée jusqu’aux années 1990 où sa rénovation est redevenue d’actualité avec le projet de ZAC Saint Remy qui a mis le feu aux poudres. Elle n’a pas vu le jour grâce à une forte opposition des riverains qui avaient créé des associations de défense, et la crise immobilière. La Municipalité a préférée laisser faire le marché, avec de nouvelles constructions (immeuble BICS retardées par des fouilles archéologiques pendant un an sous le mandat de Guy Janvier, puis le Hameau de Saint Remy derrière l’es-presbytére  dénommé la « maison du vicaire » sous le mandat de Bernard Gauducheau) avec l’élargissement du passage des écoles, puis un autre immeuble en face, à l’emplacement de DEF Incendie (où s’était installé un faux commissariat pour les besoins de la série TV Julie Lescaut) au pied duquel s’est installé Bio C Bon, en  suscitant des aides (au FISAC) dans les années 2000 pour aider les commerçants à rénover leurs boutiques, et en lançant une OPAH  (Opération programmée  d’amélioration du patrimoine) à l’automne 2007 pour réhabiliter l’habitat ancien….

    Mais le réaménagement de cette place a été lancé voilà dix ans grâce une étude d’un Bureau d’Etudes qui fit l’objet de deux réunions d’informations et de concertations le 17 Mai et le 15 Juin 2004 suivi d’ateliers promenades durant l’été 2004 pour aboutir à cette place de la République actuelle  dont le projet a été présenté le 12 Mai 2005, et les travaux réalisées entre entre l’été 2006 et l’hiver 2007. La piétonnisation de cette place craint par certains, demandés par d’autres, est une nouvelle étape de son histoire, même si elle n’est que partielle durant cet été 2014. Mais c’est une façon de marquer l’anniversaire du début de sa reconquête par les vanvéens, mais aussi par de nouveaux commerces avec les ouvertures simultanément du Tout Va Mieux, de la Girafe, de Bio C Bon etc…