Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

département des hauts de seine - Page 3

  • RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL DU 25 JUIN A VANVES

    ECOLE du PARC : Le conseil municipal a avalisé le contrat de développement Département des Hauts de Seine/Ville de Vanves pour la période 2019-2021 qui prévoit notamment 3,2 M€ de subventions départementales dont 1,2 M€ d’investissement pour l’extension-reconstruction de l’école du Parc dont le coût du chantier se monte à 16,3 M€. Ce groupe scolaire édifié en 1953-1954 comprend une école maternelle répartie dans un bâtiment en rez-de-chaussée et dans le pavillon Arnaud (avec 7 classes), une école maternelle répartie dans deux bâtiments de 13 classes avec deux préaux, ne communiquant que par les espaces extérieurs. L’objectif de la ville, avec ce projet, est de réaliser un accès différencié par les deux écoles, regrouper les classes maternelles qui passeraient de 7 à 9 en un seul site, d’éviter une circulation extérieur pour l’école élémentaire qui passerait de 13 à 18 classes, avec une seule cuisine et un seule réfectoire commun aux deux écoles. Les batiments de l’école maternelle serait toujours en rez de chaussé raccolés au pavillon Arnaud, et relié au réfectoire aménagé en rez-de-chausée côté parc, fermant la cour verte actuelle, puisqu’il serait accolé  à l’école élémentaire sur-élevé, avec un centre de loisirs élémentaire la séparant de l’école Larmeroux    

    PLAN D’ALIGNEMENT : Une délibération du Conseil municipal du 25 Juin dernier a éclairé l’un des points principaux soulevés par les riverains du projet de construction Bouygues Immobilier rue Marcheron à l’emplacement de 3 pavillons. La question est finalement de savoir pourquoi la ville n’en a pas profité pour obliger ce promoteur à respecter l’alignement de cette rue afin d’élargir le trottoir à cet emplacement, même s’il a maintenant concédé à reculer son projet d’un métre ou un mére et demi. Il se trouve que les PAA (Plan d’Alignement Approuvé) qui ont valeur de servitudes d’utilité publique figurant en annexe des PLU, ne sont plus adaptées aux politiques du département sur ses voies départementales dont il se sépare. Elles datent de la période entre 1865 à 1953 et n’autorisent que des corrections mineures, pour une collectivité qui a maintenant recours à un dispositif plus adapté de création d’emplacement réservés de voirie. Vanves est concerné mais pour la rue Larmeroux comme c’est le cas pour 8 autres communes avec une vingtaine de PAA. La rue Raymond Marcheron qui est inclut sur le RD 130 n’est pas concerné, car en cours de municipalisation, si ce n‘est déjà fait. Ce qui a laissé libre la ville de Vanves pour faire ou non respecter cet alignement qui était obligatoire pour toute nouvelle construction avant, ce qu‘elle sera obligé de faire, en partie, sous la pression des riverains qui ont déposé un recours.

  • UN CONSEIL MUNICIPAL CANICULAIRE QUI A ASSOMME L’OPPOSITION

    Ce conseil municipal mardi soir a été ouvert sur les mesures prises par la municipalité avec le plan canicule du CCAS qui a été déclenché au début de la semaine selon Bernard Gauducheau : Plus de 250 semiors sont suivis quotidiennement par 3 agents , 2 assistantes de convivialité, et des bénévoles qui apportent leur aide. Une salle climatisée a été ouverte à Danton. Chaque créche a une salle rafraichie, chaque école en aurait deux. Les horaires d’ouverture de la piscine et du parc F.Pic ont été prolongés jusqu’à 22H pour la première, jusqu’à 23H pour l’autre.

    Les 35 délibérations inscrites à l’ordre du jour ont été examinées en 2H30. Marie France Mugnier a pris la parole en posant une question restée sans réponse, après qu’elle se soit vue retirée sa délégation, en demandant si elle était conseillére municipale d’opposition ou indépendante. «Si vous vous êtes exclue, prévenez-nous ?» s’est elle entendu dire. Pareille pour le compte administratif 2018, où l’intervention de Valérie Mathey (PS) a fait psichtt parce que hors sujet : «A chaque fois que Vanves à gauche s’exprime, vos réponses sont des attaques personnelles !» s’est elle plaint. «Quel est le rapport avec le compte administrif ?» demanda le maire. Du coup, elle indiquait que son groupe n’interviendra plus durant toute la séance. «Il valait mieux pour tout le monde !» pensérent en leur fort intérieur certains ex-collégues socialistes, Anne Laure Mondon (PS) étant absente. Du coté écologiste et communiste, ce fut le mutisme total, même pas de question orale, sauf une ou deux interventions de Boris Amoroz (FG/PC) réaffirmant son opposition à la privatisation des créches, comme à toute privatisation des services publics. Finalement, seul le conseiller municipal LREM a posé de nombreuses questions, certes techniques, sur plusieurs ces délibérations, et une question orale sur le projet d’immeuble Bouygues rue Raymond Marcheron à l’emplacement de 2 à 3 pavillons sur laquelle reviendra le blog. Comme l’une des responsables de l’association de riverains filmait avec son portable l’intervention, le maire est tout de suite intervenu pour demander d’arrêter

    Le Conseil municipal en dehors de garanties d’emprunts, d’actualisation de tarifs, de marchés publics, a approuvé tout d’abord l’externisation de cette équipe de l’association  omnisport Stade de Vanves et de la section Basket et la création de l’association Vanves GPSO Basket nécessaire pour gérer cette équipe qui monte en Nat 1, Ensuite le versement d’une partie de la subvention dédiée au stade de Vanves, soit 75 000 € sur 606700 € versé en 2019  à cette association omnisports. Enfin dans la foulée, le renouvelemment de la convention pluriannelle de partenariat et d’objectifs entre la commune et le stade de Vanves pour 2019-2022. Auparavent, le conseil municipal avait approuvé le contrat de développement entre le Conseil Départemental et la vile qui lui permettra de recevoir des subventions notamment pour la construction-reconstruction de l’école du Parc, et pour la réalisation de la médiathéque

  • HAUTS DE VANVES : LE MAIRE CONFIRME AVOIR LANCE UNE ETUDE SUR UN NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION

    Les travaux de la ville, de GPSO, de SNCF Réseau (Mur anti-bruit), de la Société du Grand Paris (Grand Paris Express) avec ceux du promoteur Franco-Suisse dans le triangle d’or de Vanves (au Clos Montholon) ont occupé la soirée de Mercredi dernier à l’école Larmeroux pour la 3éme réunion publique de quartier concernant les Hauts de Seine. Cette réunion de printemps a commencé comme l’année dernière sous un début timide d’orage avec quelques coups de tonnerres, une maigre pluie, puis le retour du soleil couchant qui a été gênant pour voir les photo, textes, schémas des power point qui accompagnaient les propos des intervenants.

    A l’occasion de la présentation des travaux de la rue Aristide Briand entre René Coche Diderot (réaménagement de la voirie, avec 3 plateaux surélevés pour les passages piétons, 20 places de stationnement, une pour handicapé et 2 déposes minutes,  réfection de l’éclairage, des trottoirs mis aux normes PMR, plantations de nouveaux arbres, installation de jardinières) qui était un engagement pris par la municipalité de le mener à bien à la fin du chantier de la résidence NIWA, des riverains ont interrogés le maire sur le maintien ou non du sens interdit, sur lequel Ils auraient été consulté, alors que cela n’a pas été le cas à entendre certains d’entre eux présent à la réunion

    « J’ai demandé à mes services de travailler à une refonte du plan de circulation comme je l’ai annoncé le 21 Mai dernier lors de la réunion publique du quartier du centre Ancien-Saint Remy. Il n’y a pas d’intentions électoralistes. Il y a plutôt un souci de régler des problèmes de circulation. Revoir 10 Km de voirie, ne peut pas se faire comme cela. Il faut prendre le temps ! c’est complexe !» a-t-il expliqué. Ce qui est compréhensible, car à 9 mois des élections municipales, il n’est pas question de sortir un tel plan qui va susciter inévitablement débats, controverses. Il est urgent d’attendre et de prendre date, avec sûrement des annonces dans le prochain programme de mandature de l'équipe sortante. 

    «Il y a une urbanisation importante qui se développe chez nous et autour de nous. Et ce sont des véhicules de transits qui circulent chez nous comme partout. Mais on ne veut pas subir une circulation de plus en plus sauvage. Il faut revoir ce plan de circulation, pas seulement à Vanves, mais au niveau de la métropole» a-t-il expliqué en rassurant les riverains en ajoutant : «La décision concernant ce sens interdit n’est pas définitive. C’est appelé à évoluer grâce à des études significatives » notamment à travers ce travail sur ce nouveau plan de circulation. En attendant, il a indiqué avoir obtenu les crédits nécessaires pour requalifier les rues Larmeroux et Raymonde Marcheron du département des Hauts de Seine à l’occasion de la municipalisation de ses deux voies départementales. «On n’était pas d’accord sur le montant auparavant» a-t-il expliqué tout en reconnaissant « qu’on ne peut pas empêcher les véhicules de traverser note ville » et notamment sur cet axe Nord-Sud fort fréquenté.