Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil de quartier - Page 7

  • A VANVES DES EVENEMENTS DE PROXIMITE MARQUE UNE ENTREE DANS L’AUTOMNE

    L’automne est bien tombé sur Vanves ce week-end avec les prémices d’un vendredi gris/bleu qui s’est terminé par une rosée du soir humidifiant les toits des véhicules garées le long du parc F.Pic et du PMS André Roche, avant une fine pluie. Avec malheureusement un suicide en fin d’après midi rue Jean Baptiste Potin, une personne s’étant jeté d’une fenêtre de l’immeuble HLM côté Parc F.Pic. La G.V. (Gymnastique Volontaire) tenait son assemblée Générale hier soir au pavillon des Boules/tennis en présence de Maxime Gagliardi, maire adjoint chargé des Sports, alors que dans la journée, Bernard Gauducheau (NC) s’était envolée pour Ballymoney, la ville jumelle irlandaise, à la tête d’une délégation officielle avec Françoise Saimpert, maire adjoint chargée du Jumelage qui séjournera jusqu’à Lundi là bas. Ainsi le maire ne sera pas présent pour assister au premier match de l’équipe première de Basket contre Charenton sur le nouveau parquet  du gymnase André Roche qui a fait beaucoup parler de lui, ainsi qu’au fonctionnement du tableau de « marque » digne d’une équipe de NBA. Il parait qu’il a fallu deux jours de formation pour maîtriser son fonctionnement – et encore - à ceux qui seront aux manettes sachant qu’un coup de sifflet arrête automatiquement le chrono. Beaucoup vont s’amuser ce soir au gymnase. Enfin, la section Tennis ne participe pas à « l’échange not limit » lancé par Marne la Vallée candidate à l’accueil de Roland Garros et de la FFT, contrairement à ce qui était indiqué dans le communiqué de presse des organisateurs de ce défi sportif qui avait cité le Club du Stade deVanves parmi 20 autres pour battre le record de l’échange de tennis le plus long de l’histoire. Son président n’ayant pas été prévenu (ou mis devant le fait accompli) a rappelé qu’il s’en tenait à son programme établi et chargé d’un début de saison.

     

    CONSEILS DE QUARTIERS RENOUVELES : PARTICIPER C’EST REFUSER LA DISTANCE !

    Les 3 conseils de quartier ont été renouvelés, jeudi soir à la Mairie, par tirage au sort. 24 vanvéens étaient inscrits pour 16 siéges pour le Plateau, ce qui permettra d’avoir 8 candidats en réserve, Mauricette Noyer, maire adjoint et président de ce conseil de quartier reconnaissant qu’il avait terminé le mandat précédent (de 2 ans) avec 8 conseillers de quartier sur 16. 21 l’étaient pour le Centre-Saint Remy, 5 restant en réserve, Bernard Roche, maire adjoint et président étant satisfait d’avoir autant de volontaires. Enfin, pour les Hauts de Vanves (du parc F.Pic au Clos Montholon), 7 à 8 conseillers nouveaux sont arrivés et ont été tous désignés sans problème avec les 8 à 9 conseillers de quartiers qui ont renouvelés leur mandat. Toutes les opérations de tirage au sort se sont déroulées sous l’œil attentif de Bernard Gauducheau, de Françoise Saimpert, et de nombreux candidats. Occasion pour le Maire de Vanves de  parler « participation » plutôt que de « démocratie de proximité », de faire un bilan de la démocratie locale à Vanves qui voit participer 500 à 600 vanvéens aux instances de participation, une centaine d’associations très actives sur Vanves. « Participer c’est se sentir concerné ! »

    Il a bien sûr rendu hommage à M.Noyer, B.Roche, D.Barois qui « sont les interfaces entre le Maire et les élus, et les habitants de ces 3 quartiers », expliqué que « des remarques sont faîtes, mais pas toujours suivies d’effets », « qu’il faut de la patience. Et nous ressentons la même chose que vous parce qu’il faut faire des choix et des arbitrages. Mais tout finit par se faire ». Il a parlé d’un « exercice complexe » qui ne doit pas empêcher de « proposer » mais qui permet à chacun d’entre vous de « décider ». Pour lui, « le Conseil de Quartier peut donner une dimension humaine des quartiers notamment à travers la permanence du conseil de quartier du Centre-Saint Remy qu’a lancé Bernard Roche », inciter fnalement « les gens à se parler ». Et de raconter ces témoignages de nouveaux vanvéens qu lui ont dit « qu’on a l’impression d’être chez soi à Vanves ». Tout en expliquant que « la relation humaine ne coûte rien que faire l’effort d’aller vers l’autre ». D’où son intention d’inciter les deux autres Conseils de Quartiers à organiser de telles permanences mensuelles. Il a d’ailleurs fait une confidence en rappelant le provincial qu’il était, monté à Paris dans sa jeunesse « était sidéré de voir que les gens ne se regardaient pas à Paris. A la campagne, ce n’est pas le cas car tout le monde se connaît. Il h’y a pas un tel sentiment de distance ».

  • UN WEEK-END FESTIF A VANVES : SAINT REMY ET FETE DES QUARTIERS

    A LA SAINT REMY, VANVES FETE SON SAINT PATRON

     

    La paroisse Saint Remy  célébre ce dimanche  son saint patron, dont la fête était le vendredi 15 Janvier dernier, avec solennité de la Saint Remy à la messe de 11h15  et « farandoles des Saints » à 15H30  où les enfants sont invités à venir déguiser en Saint Remy ou en leur saint patron pour un dessin animé sur la vie de Saint Remy bien sûr et un goûter.  L’année dernière à cette époque, c’était l’inauguration des travaux de restaurations intérieurs et la consécration du nouvel autel.

    Cette communauté paroissiale renoue avec une fête que tout le village de Vanves célébrait mais le premier dimanche d’Octobre. Une grande messe était célébrée à l’église Saint Remy, une fête foraine se déroulait place du Val (De Lattre de Tassigny) avec  chevaux de bois, guignol, et un grand bal qui attirait beaucoup de monde des villes voisines, terminait cette journée. Les boulangers confectionnaient à cette occasion les délicieuses « tartes de la fête à Vanves », sortes de galettes à pâte légèrement feuilletée, garnie de pâte d’amende et aromatisée à la fleur d’oranger  Elle est la seule à avoir traversé les siècles, se transformant d’une fête religieuse en fête paienne lorsque ne fut gardé que la fête foraine qui s’est alors déplacé dans la rue Jézéquel entre la gare et la place de l’Insurrection.

     

    PETITE HISTOIRE DES FÊTES DE QUARTIER POUR LE NOUVEL AN

     

    Ce soir à partir de 19H au gymnase André Roche, les 3 Conseils de Quartiers fêtent ensemble et dans un même lieu la nouvelle année. Et pour cause, l’école du centre n’existe plus, démolie dans le cadre du chantier de réaménagement de l’ilot Cabourg. Et le gymnase du Plateau est encore réquisitionné pour accueillir le centre de vaccination. Du coup cette année, tout le monde se retrouve là où le conseil de Quartier des Hauts de Vanves a l’habitude de fêter le nouvel an, dans ce gymnase où se déroule un samedi soir sur deux les matchs de l’équipe première de Basket.  Une tradition qui a été lancée par Guy Janvier, alors maire de Vanves qui avait souhaité remplacer la traditionnelle réception des personnalités et forces vives de Vanves  « qui ne correspondait à l’attente des vanvéens » par ces fêtes décentralisées dans les quartiers dés le 1er Janvier 1996, sept mois après son élection surprise à 2 voix.

    L’idée a été retenue et poursuivi par son successeur Bernard Gauducheau lorsqu’il a été élu en 2001. Mais celui-ci lorsqu’il était dans l’opposition municipale avait instituée une fête semblable mais de l’Opposition dés 1997. Ella a été organisée un certain 18 Janvier 1997 par l’association « Vivre Vanves »,  mais dans le préau de l’école Larmeroux. Premier acte de résistance de l’opposition municipale avec 300 vanvéens qui s’étaient déplacés dont Guy Janvier avec 8 co-listiers. Mais Bernard Gauducheau avait refusé de céder le micro au maire qui était alors reparti courroucé. En 1998, il l’avait organisé avec 28 associations et il avait laissé le maire s’exprimer au micro, celui-ci se faisant copieusement siffler par l’assistance à cause de propos très partisans…. Et il avait changé d’école pour Marceau en 2000, cette fête de l’opposition municipale pour le nouvel an étant devenue une tradition…que n’a pas perpétué Guy Janvier lorsqu’il s’est retrouvé dans l’opposition municipale, ni même lorsqu’il a été élu conseiller général.