Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clamart - Page 4

  • L’ UMP ET L’UDI 92 EN ORDRE DE MARCHE POUR LES MUNICIPALES MAIS PAS A VANVES

    Deux réunions importants se déroulées cette semaine en perspective des élections municipales de Mars 2014 et des prochaines échéances électorales : La convention constitutive de l’UDI 92 à Vanves et la commisson nationale d’investiture UMP qui s’est intéresssé aux Hauts de Seine, et où siége Isabelle Debré aux côtés de Jean François Fillon et François Fillon qui la co-président.

     

    La première a crée un précédent à Vanves que la gauche n’a pas manqué de relever : La nouvelle salle « La Palestre » a accueilli mercredi soir sa première réunion politique, avec la convention constitutive de l’UDI 92 qui a rassemblé 500 élus et militants : « L’UDI est une formation récente qui est né du rassemblement des différents centres. Et elle a donné lieu à la création d’un groupe parlementaire à l’assemmblée Nationale, au Sénat, à la Région. Aujourd’hui, nous poursuivons la mise en place de notre organisation, en se dotant d’une organisations départementale avec bien entendu, les 3 parlementaires (André Santini, JC Fromantin, Hervé Marseille), les conseillers régionaux et généraux, les militants » expliquait récemment Hervé Marseille, sénateur-maire de Meudon. Ils ont élu André Santini à la présidence de la Fédération, et leurs représentants dans les instances départementales : « A nouveau rassemblés au sein de l’UDI, les responsables des formations centristes du département (Force Européenne Démocrate, Parti Radical, Nouveau Centre, La Gauche Moderne, Alliance Centriste, Parti Libéral Démocrate, Centre National des Indépendants) se sont félicités de la dynamique militante issue de cette union et de ce rassemblement. Ainsi dotée d’instances départementales, l’UDI 92 est désormais en ordre de marche pour porter et faire gagner les valeurs européennes, démocrates, humanistes et sociales du Centre dans les Hauts de Seine dans la perspective des échéances électorales à venir » indiquait un communiqué de presse.

     

    Avec pour première étape : les municipales de Mars 2014 : « Nous avons ici et là des discussions entre nous. Depuis longtemps, nous travaillons ensemble  à la région, au département sur la préparation des municipales. J’ai vu que l’UMP avait réuni ses instances. Nous allons réunir les notres le moment venu » indiquait Hervé marseille récement dans la presse en confirmant que  la régle altoséquanaise traditionnelle qui veut que l’UMP et l’UDI apportent leurs soutiens aux sortants et qui sera appliquée : «  C’est la régle habituelle. Il n’y a pas de raisons qu’il y ait des difficultés ! » A ses yeux, il  n’y a pas de points d’achoppement « puisque nous n’avons pas eu de discussions. Et on est à un an des élections municipales. Il faut examiner les problèmes comme ils se présentent ici ou là. On sait qu’il y a des points difficiles comme Asnières,  délicats ici ou là qui feront l’objet de discussions comme d’habitude. Et comme d’habitude nous trouverons des solutions ! ».

     

    Les discussions UDI-UMP se déroulent pour l’instant sur le terrain communal, mais pas encore départemental, comme c’est le cas à Vanves, avec une particularité singulière qui rappelle la « guerre froide » à un moment où les Etats Unis vont célébrer, le 11 juin prochain, le 50éme anniversaire du discours de John Fitzgerald Kennedy sur la fin de la course aux armements, et que les diplomates avaient traduit par cet adage soviétique face aux américains  : « Ce qui est à moi n’est pas négociable, ce qui est à vous, est négociable ! ». Comme les négociations sont encore en cours, sur le point d’aboutir, il était normal que Vanves ne soit pas cité dans les villes tenu par un maire UDI auquel l’UMP 92 apporte son soutien. Mais on s’aperçoit que l’UMP apporte son soutien à l’UDI Laurent Vastel qui a réussi à fédérer l’ensemble des mouvements UDI, Modem, UMP…et reçu leur soutien pour essayer de batte un  Pacal Buchet (PS) affaibli par les divisions au sein du PS. Tout comme l’UDI à apporter son soutien à l’UMP Jean Didier Berger à Clamart qui pourrait profiter de la division à Gauche contre Philippe Kaltenbach qui devrait se retrouver avec des listes EELV, Front de Gauche face à lui, pour citer des communes dans le voisinage proche de Vanves.

  • LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES A VANVES : La Mairie demande une dérogation pour l’appliquer à la Rentrée 2014

    Le conseil Municipal qui se réunit Mercredi en fin d’après midi demandera une dérogation pour appliquer à partir de la Rentrée (de Septembre) 2014 et non 2013, la réforme des rythmes scolaires : « Il y a une tendance des villes à penser 2014 serait mieux approprié. Mais on ne va pas attendre de savoir quand. Nos services y travaillent avec l’inspectrice,  sur plusieurs hypothéses : Mercredi ou Samedi. La majorité va vers le mercredi matin. Mais nous ferons une consultation avant de prendre une décision » réponduait Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjoint chargée des écoles, lors d’une réunion publique de quartier en Décembre dernier.  Ce conseil municipal se déroule à un moment où  le décret sur les rythmes scolaires, vient d’être publié au Journal officiel. Il  prévoit que l’organisation de la semaine scolaire sera fixée par le directeur académique de l’éducation nationale pour une durée de trois ans sur proposition des élus locaux et du conseil d’école. Un fonds spécifique d’aide aux communes accompagnera cette réforme. Mais ce fonds n’est pas pérenne. Les changements de rythmes scolaires impliqueront l’organisation, notamment par les municipalités, d’activités périscolaires supplémentaires, et un surcoût pour les transports scolaires. Et c’est là que le bat blesse !

     

    Les élus locaux, comme à Vanves, sont très critique vu les conséquences financière d’une telle réforme qui risque d’affecter durablement les finances déjà fragiles des collectivités locales comme l’a constaté l’Association des Maires de France. « Il en coûtera en moyenne 150 € par enfant et par an, soit 600 M€ en année pleine (personnel encadrant, activités péri-scolaires, rammasages scolaires etc…) » selon les associations d’élus qui ont constatée que face à cela « le Premier ministe s’est contenté d’annoncer une prise en charge de 50 € par an » pouvant être portée « à 90 € dans les communes les plus en difficulté (entendre les communes gérées par la gauche )» ajoute le président UMP de l’Association des Maires Altoséquanais  (AM92), Jacques Gautier, Sénateur maire de Garches. « Encore faut il préciser que les communes qui ne se plieraient pas suffisamment vite et n’organiseraient la semaine de 4 jours et demi qu’en 2014, se verraient privés de cette aide ». Plusieurs associations d’élus ont commencé à demander le maintien, au-delà de la rentrée de septembre 2013, de l’aide de l’État prévue pour compenser partiellement le surcoût pour les collectivités du retour à la semaine de 4,5 jours en primaire. « Le fonds d’aide de 250 M€ doit être pérennisé car les dépenses induites par la réforme seront durables » 

     

    Ainsi pour une commune  comme la nôtre, il faut s’attendre à 1 à 2 points d’impôt supplémentaire soit plus de 300 000 €, voire 500 000 € pour certaines,  mais aussi des problèmes d’organisations entre écoles qui n’accueillent pas des centres de loisirs et celles qui en hébergent, sans parler du recrutement de nouveaux animateurs : « Les élus sont tous conscient qu’au-delà des 4 jours et demi, c’est le raccourcissement d’une heure à une heure et de demi de la journée des enseignants qui va obliger les villes à prendre en charge les enfants avec les animateurs municipaux. Rien n’a encore été précisé sur la formation de ces animateurs, et du nombre d’enfants qu’ils pourront encadrer (une classe pour un ensrignant ou yn animateur 8 enfants comme dans les centres de loisirs » s’interroge le Président de l’AM92.  « 100 personnes s’occupent des enfants et des jeunes dans les centres de loisirs. Des animateurs considérés comme des professionnels  qui prennent en charge les enfants plus longtemps maintenant que les enseignants. Des personnes sur lesquels on doit être exigeant. Et on ne parle pas assez  d’eux. Il y a encore une dimension qui n’a pas été prise en compte avec ses animateurs » notait d’aileurs Bernard Gauducheau.

     

    En attendant, les Conseils d’écoles de Vanves comme des communes riveraines de couleurs politiques différentes seront consultés avec des fortunes diverses. A Issy les Moulineaux, André Santini (UDI) qui a entamé une réflexion sur les rythmes scolaires depuis plus d’un an, pousse à sa mise en place dés la Rentrée 2013. Mais voilà, il a décidé de consulter tous les conseils d’école. Et le choix des enseignants qui sont contre cette réforme, risque de reporter son application à 2014. A Clamart le résultat risque d’être le même mais pour une autre raison : le parti socialiste avec ses groupes parlementaires font une très forte pression sur les maires socialistes pour qu’ils appliquent cette réforme dés la Rentrée 2013. Ce qui est le cas à Clamart, où son sénateur maire PS, Philippe Kaltenbach qui n’est pas très favorable à cette réforme, a décidé de consulter tous les conseils d’école. Ainsi il est à peu prés sûr,  que sa mise en  place sera reportée à la Rentrée 2014 à Clamart. Quant à Paris, tous les enseignants sont contre, comme l’ont montré les manifestations et les gréves de ces derniers jours : « Généralement les manifestations d’enseignants se terminent devant le Ministére de l’Education Nationale. Maintenant c’est place de l’hôtel de Ville sous les fenêtres de Bertrand Delanoë » expliquait un enseignant de Vanves.

  • CANTONALES A VANVES : PAS DE VACANCES POUR LES CANDIDATS

    Pas de vacances pour les candidats aux cantonales. D’autant plus qu’ils commencent à dévoiler leurs programme. Bernard Gauducheau (NC) a fait distribuer la semaine derniére sa brochure de 6 pages sur papier glacé après l’avoir présenté et commenté lors d’une réunion publique à l’école Lemel voilà plus d’une semaine. Guy Janvier (PS) devrait être présent à Clamart aujourd’hui à 16H comme beaucoup de candidats socialistes pour accueillir Martine Aubry qui lancera un appel « pour une autre politique du logement » avec des propositions concrétes. Un des chevaux de bataille du conseiller général de Vanves.

     

    Bernard Gauducheau : « Il faut une nouvelle ambition pour Vanves »

    Le programme de Bernard Gauducheau  est le fruit de rencontres et d’échanges réguliers avec les vanvéens. « Il vise à poursuivre la modernisation de notre ville et à renforcer les solidarités. Il inscrira Vanves dans la dynamique des Hauts de Seine, département le plus innovant de France » explique t-il dans une tribune qui ouvre ce document. « Malheureusement, depuis 7 ans, le conseiller général sortant a privilégié l’opposition partisane affaiblissant ainsi la place de Vanves dans les débats locaux et nuisant aux intérêtes de notre commune. Aucun projet ne s’est d’ailleurs réalisé à son initiative. Il faut donc une nouvelle ambition pour Vanves afin de  recréer un réel lien actif avec le conseil général par des actions fortes qui porteront rapidement leurs fruits » ajoute t-il.

    Sur 4 pages ce document présente ses priorités dans 4 domaines :

    - « Pour notre cadre de vie, Vanves au cœur de notre projet » qui lui permet de s’exprimer notamment sur  l’habitat : « A Vanves, le partenariat efficace entre la ville, l’Office Départemental d’HLM et les divers bailleurs sociaux devrait nous permettre d’attendre 25% de logements sociaux dans un proche avenir sachant qu’il est de 23,6% en 2011 ». Et La tranquillité publique, en rappelant la rénovation du commissariat de police avec  la création d’un réseau de vidéoprotection de 10 caméras « dont l’extension reposera dans les années à vennir sur un partenariat entre la mairie et le département ».   

    - « Pour une solidarité active, répondre aux besoins de chacun », c'est-à-dire des seniors – développer les moyens afin de mieux accompagner les malades et les famillers dans la perspective du futur « plan dépendance » - des personnes fragiles – restructuration du pôle social situé rue A .Briand devant permettre à terme de coordonner et de moderniser les services à la personne et aux familles – des personnes  handicapées – partenariat d’action sociale avec le département qui doit être renouvelé  avec des objectifs ambitieux en matière d’insertion dans la vie locale et de sensibilisation du public aux problématique du handicap   - et des enfants avec leur famille – nouvelle structure petite enfance à l’étude rue de Châtillon.

    - « Pour notre avenir, l’emploi et l’éducation au service de l’ambition » avec l’accélération de la rénovation du collége Saint Exupery, l’encouragement de l’initiative « Vallée de la culture » à proximité de Vanves.

    - « Vanves et le Conseil Général des Hauts de Seine, un partenariat à renforcer » dans plusieurs domaines comme l’aménagement (Ilôt Cabourg), l’accueil petite enfance (1 M€ investis par le département), la solidarité (600 vanvéens titulaires du RSA aidés), la jeunesse (10 dispositifs communaux en faveur de la ciyoenneté soutenus par le Conseil Général), de cadre de vie (réfection J.BLeuzen, rénovation A.Fratacci avec couloir  de bus, Marcheron-Larmeroux bientôt).

     

    Logement : Le combat emblématique de Guy Janvier

    Pour Guy Janvier (PS), cet appel que lancera Martine Aubry, 1ére secrétaire du PS, aujourd’huii à 16H, « pour une autre politique du logement » ne pouvait pas mieux tomber, même si cela se déroule à Clamart, commune voisine tout de même, en présence de nombreux maires de grandes villes françaises, dans le département des Hauts de Seine où 14 villes sur 36 sont toujours hors la loi SRU, imposant un taux de 20% de logements sociaux, toutes administrées par la Droite, sauf Asnières. « Le Clan Sarkozy du 92 se sait actuellement protégé et continue de se cacher derrière les prix élevés du foncier pour ne pas construire de logements sociaux et souvent même en détruire » expliquent ses collégues socialistes. Il en a fait l’un de ses combats emblématique à Vanves même si celle-ci respecte bien l’obligation de 20% de logements sociaux (23,6%) en visant les 25%. Ce qui ne l’empêche pas d’expliquer que « de nombreuses personnes sont inéluctablement chassées des villes et en particulier de Vanves. Les jeunes peuvent difficilement s’y installer. Pire, certaines familles avec de jeunes enfants vivent dans des logements insalubres, parfois à 5 ou 6 dans 20 m2. Au total, le département compte 25 000 logements insalubres et 100 000 personnes en attente de logement social, dont 1 000 à Vanves ». Tout en constatant que les appartements dans le privé se vendent à des prix très élevé (6000 € le m2) ou se louent de 500 à 600 € par mois dans les constructions neuves.

    Occasion de rappeler que dans ses 50 propositions, le PS 92  propose de passer au rythme de 2000 à 5000 constructions par an de logements sociaux, de créer un bouclier logement pour aider les familles altoséquanaises qui consacrent plus de 30% de leurs ressources à leur logement, de rendre abordable les loyers en limitant leur augmentation – « On lancera une pétition citoyenne pour que les loyers n’augmentent pas et restent raisonnable dans le privé »  -  d’abaisser le niveau des charges en favorisant les économies d’énergie (et d’eaux),  de réduire les 25 000 logements insalubres recensés, de développer un plan d’action pour le logement des étudiants et jeunes travailleurs