Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

police municipale - Page 2

  • LES JOURS D’APRES L’ATTENTAT CHEZ « CHARLIE » : L’ARMEMENT DE LA POLICE MUNICIPALE DE VANVES EN QUESTION

    Le Blog de Vanves au quotidien avait fait état la semaine dernière de l’article du Parisien Hauts de Seine  sur « Pas de ruée sur les révolvers dans les polices municipales » où Bernard Gauducheau maire de Vanves, reconnaissait que pour Vanves, « la question se pose » mais »il convient de ne pas réagir à chaud » Le Parisien, dans cet article, constatait « qu’en dépit de la mort de Clarissa Jean Philippe – assassinée à Montrouge – et de l’appel des syndicats, la majorité des élus rechignent à armer davantage leurs agents ». Pourtant la réflexion est bien entamée à Vanves entre le maire et la municipalité d’un côté,  et sa police municipale de l’autre, soutenue par quelques élus,  comme dans de nombreuses communes qui disposent d’une police municipale non armée.

    « Conscients que leurs uniformes constituent une « cible », les policiers municipaux revendiquent une plus grande protection et demandent des gilets pare-balles, des armes à feux et parfois invoquent le droit de retrait… » faisaient état ses derniers jours les médias. «  Sidérés par l’assassinat de leur collègue, Clarissa Jean-Philippe, tombée le 8 janvier sous les balles du terrorisme, la crainte s’est ravivée chez les agents et le débat sur l’armement a été relancé : «Nous sommes des cibles» brandissent les policiers municipaux » ajoutaient ils. Le nouveau président de l’Association des maires de France (AMF), François Baroin,  estimait qu’il « n’était plus concevable que des policiers municipaux soient envoyés sans être en situation de se défendre ». Un de ses syndicats de police aurait porté plainte comme le maire de Montrouge, pour ne pas avoir assez protégé sa police municipale car elle n’était pas armée. 

    Les policiers municipaux n’ont plus rien à voir avec ceux des premières polices municipales qui ont été créée dans les années 1980, comme à Vanves en 1984, par d’anciens de la police nationale, dont certains agents se prenaient pour des shérifs. Elle  intervient dans un cadre institutionnel aujourd’hui bien stabilisé par le législateur, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années, comme le reconnaissent de nombreux élus. A Vanves comme ailleurs, la sélection de ses agents municipaux est sévére. Tous doivent avoir suivis des formations, passés un examen pour être sélectionnés et retenus.  Didier Morin qui a augmenté les effectifs de la police municipale  à 11/12 agents avait confié à Antoine Goetzmann, un ancien de la gendarmerie, sa direction. Celui-ci insistait beaucoup sur la formation, la qualité humaine, morale et psychologique de ses agents « ce qui leur permet d’être efficace, reconnu, considéré. La Mission d’une police municipale n’est pas d’être répressive, mais d’éduquer, d’assister, et de prévenir avant de sanctionner et réprimer » expliquait il. Ses successeurs actuels sont quasiment sur la même ligne, avec pour objectif de fidéliser ses agents dont quelques uns à Vanves, sont présents depuis  maintenant 7 ans et peut être plus, ce qui est un gage de sûreté. La police municipale a été équipée notamment de gilets pare-balls en 2004. Mais aucune liste présente aux élections municipales de 2014 n’a proposée d’armer la police municipale. Guy Janvier (PS) n'a jamais voulu en entendre parler lorsqu'il était maire, même si les circonstances l'avaient amené à grossir ses effectifs aprés les avoir réduit lorsqu'il avait dirigé la commune .

    Une nouvelle étape pourrait être franchie plus de 10 ans  après, avec son armement. D’autant plus qu’en dehors des formations continues, ses policiers municipaux ont droit à deux séances de tir par an, avec 50 cartouches à chaque fois, alors que les policiers nationaux n’ont droit qu’à une seule séance annuelle avec seulement 10 cartouches.  Le débat est d’autant plus d’actualité que la collaboration police municipale-police nationale s’est renforcé ses dernières années, à cause notamment des baisses d’effectifs chez cette dernière, leurs agents travaillant « mano in mano ». Le commissaire de police de Vanves est très favorable à cette collaboration car il a vécu une telle expérience dans son précédent poste au Plessis Robinson. Sans compter  avec les événements de ses dernières semaines, car la police municipale participe dans la mise en œuvre du plan vigipirate à son niveau « alerte attentat ». Avant-hier soir, elle assurait la sécurité de la réception des nouveaux habitants par le maire à la Palestre…. « C’est avec dignité que les policiers municipaux font face aux événements tragiques que nous venons de vivre ils n’ont pas abandonné les populations qu’ils se sont engagés à protéger. Envers et contre tout, et ce malgré le peu de moyens dont ils sont parfois dotés pour se protéger eux même, ils sont présent dans nos rues » rappelait la FA-FPT Police Municipale.  

  • RETOUR SUR LE BUDGET 2014 DE VANVES (Suite) : 30 ANS DE POLICE MUNICIPALE ET DE DEBAT SUR SON ROLE ET SES MOYENS

    La Sécurité avec un grand « S » est divisée en trois postes budgétaires : Tout d’abord la Police Municipale qui a été mise en place voilà 30 ans, dispose d’un budget de  2200 € en fonctionnement (+99,73%) pour le contrôle de la base radiotéléphonie, l’achat de balles en caoutchouc (1000 €), l’entretien et la réparation des jumelles et de l’éthylotest (12 00 €) et de  2000 € en Investissement (+7,36%) pour l’acquisition d’un flashball  

    Ensuite, le service Prévention Sécurité qui coordonne l’action de la police municipale et la surveillance des Espaces Verts avec la gestion des actions mises en place par le Contrat Local de Sécurité. Il dispose d’un budget de 137 880 € en fonctionnement  (+8%)  dont 54 000 € pour les frais de gardiennage occasionnés par la mise en place durant les salons du dispositif de restriction de la circulation et du stationement lors des grands salons au parc des expositions,  37 000 € pour la maintenance et l’entretien du système de vidéoprotection urbaine, 16 180 € pour la fourrière ; et de  34 000 € (-21,98%) pour l’investissement  avec l’acquisition de deux nouvelles caméra de vidéoprotection  et 2 panneaux indicateurs de vitesses

    Enfin, le service Hygiéne et Sécurité qui dispose de  52 500 € pour son fonctionnement  (+38,28%) et de  23 500 € en investissement  (+21,33%) principalement pour le renouvellement de bouches d’incendie

    Occasion de rappeler la petite histoire de la police municipale de Vanves qui fait débat aujourd’hui : Faut il disposer d’une PM « rikiki » comme le fait le maire actuel – « Je n’ai pas envie, ni les moyens d’avoir à Vanves une PM comme dans d’autres villes. On s’est limité à une petite équipe qui ne devait pas être censée intervenir sur les missions de la Police Nationale »  expliquait Bernard Gauducheau lors du Conseil Municipal du 3 Octobre 2012 -  ou d’une « vraie » PM afin de compenser malheureusement le manque d’effectifs criant de la police nationale comme s’en plaignent les commissaires de police dont celui de Vanves. D’autant plus que le renforcement des effectifs n’est plus d’actualité, surtout dans les Hauts de Seine, dans un contexte de crise budgétaire, de réduction des ressources étatiques, alors que les ressources territoriales sont mobilisées et les maires incités à maximiser l’emploi des polices municipales. Et Vanves en aurait bien besoin, parce que la tranquillité est loin d’être assurée dans certains quartiers, à la merci d’un dérapage, même si la situation parait réglée. Il suffirait de mobiliser un budget de 1,5 M€ pour disposer d’une PM de 15 agents, et il pourrait très bien être trouvé « si on arrêtait de financer certains danseuses de la ville » notamment du côté culturel selon certaines sources bien informées.       

    Ainsi la police municipale a été créée en Novembre 1984, par Gérard Orillard (RPR) avec un seul agent municipal, sous la direction de Marcel Gaumard, délégué à la Sécurité et à l’environnement auprès du maire, ex-commandant du corps urbain du commissariat de Vanves. Très vite, elle a été composée de 5 agents dont deux femmes. L’objectif était de dissuader, en effectuant des rondes en fin d’après midi et  en soirées, accompagner les personnes âgées à la poste ou à la banque. Ils disposaient alors d’un local en 1988, dans l’espace Sébastien Giner (siége du PHARE), où ils disposaient de cellule (ex-salle de musculation). Quelques années plus tard, en 1992,  Didier Morin (RPR) a augmenté ses effectifs à 11/12 agents avec pour chef, Antoine Goetzmann, un ancien de la gendarmerie,  qui insistait beaucoup sur la formation, la qualité humaine, morale et psychologique de ses agents « ce qui leur permet d’être efficace, reconnu, considéré. La mission d’une police municipale n’est pas d’être répressive, mais d’éduquer, d’assister, et de prévenir avant de sanctionner et réprimer » expliquait il. Ils patrouillaient alors toute la journée et toute la nuit, disposant de 4 cyclomoteurs et d’une voiture.  Ce qui avait donné des résultats, évitant les phénomènes de bandes et de jeunes stationnant sur les places et dans les halls d’immeubles, ainsi que les trafics en tout genre qui se sont développés après Juin 1995. Elle aurait permis de faire baisser de 30% la délinquance à Vanves

    Dés son arrivée à la Mairie en Juin 1995, Guy Janvier (PS)  en a réduit les effectifs au stricte minimum, qui sont passés en six mois de  15 à 4/5 agents, car elle coûtait trop chére, et rédéfini ses missions  (priorité à l’ilotage, surveillance du stationnement, prévention, accompagnement des personnes âgées) en ayant souhaité la détacher de taches administratives : « Les PM doivent passer 95% de leur temps de travail dans la rue auprès des vanvéens pour mener à bien leur véritable mission : le travail de proximité ».  Résultats : vols, cambriolages, braquages petits délits, vandalisme, bagarres entre bandes se sont du coup multipliés provoquant de nombreux mécontentements, protestations des habitants du Plateau qui se sont intensifiés fin 1996/début 1997, polémiques entre l’opposition de droite et la majorité municipale de gauche. Guy Janvier a dû augmenter leur effectif à partir de 1997/98 jusqu’à 12 agents (6 agents assermentés, 4 agents de surveillance de la voirie et 8 agents de surveillance des espaces verts)  et à la ré-installer sur le Plateau dans son local actuel du 55 Rue J.Jaurés, à la fin de son mandat

    Dans son programme en 2001, Bernard Gauducheau avait inscrit : « Renforcement de la Police Municipale en complémentarité de la police nationale dotée de moyens humains et matériels permettant d’assurer une présence constante, une intervention rapide, ainsi qu’une surveillance accrue des sorties d’écoles ». Elle est ainsi passée à 21 puis 24 agents de proximité dont les agents dits de surveillance et les gardiens de square, a été équipé de gilets pare-balle, d’une nouvelle voiture (scenic Renault) et de VTT et scooters, d’un nouvel uniforme en décembre 2004 afin de bien les différencier des autres forces de sécurité etc....  « Le maire ne s’est pas donné les moyens d’une police municipale efficace, comme elle l’était sous le mandat de Didier Morin, présent 24H sur 24 sur le terrain, avec des résultats » notait un observateur averti qui ajoutait : « Ce n’est pas avec une police municipale présente de 9H à 16H qu’on réduira le sentiment d’insécurité. Mais plutôt avec une police municipale qui sorte de son bocal et qui soit présente sur le terrain à d’autres horaires ». 

    L’opposition municipale  ne s’y est pas trompé en proposant, pour le PS, de revenir à l’ilotage et la police de proximité, avec des rondes en soirée et le week-end -  « la municipalité peut avoir un rôle catalyseur », développer les caméras de vidéosurveillance « qui font partie du système de sécurité » car reliées au commissariat de police, ouvrir une antenne de la police municipale rue de Châtillon… alors que la majorité s’en tenait à « étendre la vidéo protection » et à « renforcer le partenariat entre la PM et la PN », c’est à dire la police municipale minimum.