Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

référendum

  • LES ANNIVERSAIRES DE L’ANNEE 2019 A VANVES (Suite): VOILA 50 ET 70 ANS

    1969 :  C’est cette année là, que commencèrent véritablement les troubles au lycée Michelet qui ont marqué la révolte ou le « Mai 68 des lyvcéens » des années 1969 à 1973. Elle commença à la fin de l’année 1969   avec des tracts déposés dans la salle des professeurs afin de rappeler « le sens et l’importance mondiale de la journée du 15 Novembre 1969 pour la lutte pour la paix au Vietnam » puis à cause du foyer socio-éducatif, avec des affiches « injurieuses » vis-à-vis du proviseur Chevalier, une AG dans la salle des fêtes puis une manif avec 150 lycéens qui scandaient « Chevalier démission » jusqu’à la Cour d’Honneur. Du coup, M .Chevalier  décidait de fermer le lycée 24H avant le début des vacances de Noël  Huit mois auparavant, le général de Gaulle avait démissionné après le résultat du référendum du 27 Avril 1969: 52,41% de Non et 47,39 de oui en France. A Vanves, le NON l’avait emporté aussi avec 7 639 voix (58,8%), 5 337 vanvéens (41,1%) seulement votants pour le OUI, avec une faible abstentions :16,4%.

    1949 : l’église du monastère Saint Bathilde des sœurs Bénédictine est consacrée par Monseigneur Angelo Roncalli (sur la photo), futur pape Saint Jean XXIII, alors Nonce à Paris le 28 mai 1949. Il avait été appelé en urgence par la supérieure de sa communauté des bénédictines de Vanves, Sœur Fulbert, 93 ans, pour consacrer l'église du Christ-Rédempteur. Le futur Jean XXIII avait accepté de remplacer au pied levé le cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris, mourant. « Mon métier préféré, c'est d'être bouche-trous », répondait alors le diplomate, trop content de s'échapper d'une nonciature où il étouffait. Cette célébration fut suivie d’une après-midi de fête. De cette visite, l'église du prieuré Sainte-Bathilde conserve une plaque commémorative, les traces des doigts de Mgr Roncalli sur les croix de consécration apposées dans l'édifice, la chasuble de l'époque, conservée comme une précieuse relique, et des photos noir et blanc sous de grands cadres de verre.

  • RENE SEDES LE « CATALAN DE VANVES » AURAIT AIME ECRIRE L’HISTOIRE DE L’INDEPENDANCE DE LA CATALOGNE

    Un vanvéen, malgré sa santé très fragile, doit suivre de prés ce bras de fer entre la Catalogne et l’Espagne, avec ce référendum que les indépendantistes vont tenter d’organiser aujourd’hui : René Sedes, historien de Vanves qui a des origines dans le Roussillon. Au XVIéme siécles ces ancêtres étaient négociants en chevaux et mulets. « Sedes veut dit crinière en catalan » expliquait il, attablé à la terrasse d’un petit café dans le Centre Ancien voilà quelques temps au bloggeur de Vanves Au Quotidien.  La bataille pour l’indépendance de la Catalogne est toute une longue histoire qu’il aurait aimer raconter dans un livre, car il était, et il l’est toujours, intarissable sur le sujet, multipliant les anecdotes sur cette région, et ses habitants, qui aspirent à être « la Belgique du sud », avec ses 24 dialectes, 25 si l’on compte l’occitan, dont il maîtrisait l’un d’entre eux…

    Voilà ce qu’il avait raconté au blog lors du précédent référendum sur la Catalogne : « Tout remonte au 11 Septembre 1714 qui est une date historique pour les catalans : La fin de l’indépendance de la Catalogne après un siège de 14 mois, et le début d’un long chemin vers l’indépendance. La période du franquisme a été un long calvaire pour les catalans, Franco ayant fait fusiller le président de la Catalogne, Companys, en 1936. Il était même interdit de chanter en catalan dans les lieux publics. Lluis Llach chanteur catalan qui s’est produit à Vanves, s’était vu interdire de chanter en catalan dont la célèbre chanson « Estaca » dans un stade par la police. Alors il avait prit sa guitare, il avait  composé quelques notes, et tout le stade s’était mis à chanter ses succès en catalan pendant 2 h. Les espagnols avaient eu la pétoche que les catalans se vengent après la mort de Franco. C’est pourquoi le gouvernement Suarez a donné l’autonomie aux catalans et aux basques avant de l’étendre aux autres régions. Une expression faisait alors fureur : « Du café pour tout le monde ! ». Et il était prévu de faire le point 25 ans après. Les catalans ont alors proposé une autonomie plus large avec des compétences en matière d’éducation, d’environnement… Mais il y a eu un recours de la droite espagnole (PPE) en 2006 contre cette décision. Et le Tribunal Constitutionnel espagnol avait mis 4 ans pour rendre sa décision en 2010 » raconte t-il. C’est ainsi que ce mouvement pour l’indépendance de cette région espagnol a démarré et a pris de l'ampleur, lancé et soutenu  par des mouvements de citoyens, des associations, et pas seulement par les politiques, même des leaders comme Artur Mas et maintenant Carles Puigdemont s’en sont fait le chantre.

    « A chaque 11 Septembre, 1,5 millions de catalans (sur 7 millions d’habitants) se rassemblent à Barcelone pour la fête nationale de la Catalogne…  - et ce fut le cas le 11 Septembre dernier avec cette grade manifestation  - où ils célébrent une défaite ( ?). En 2013, ils ont fait une chaîne humaine de 450 km de la frontière française à Valence qui a rassemblée 1,8 millions de personne. Les matchs de football entre le Barca de Barcelone et le real de Madrid sont toujours des grands moments comme un peu les matchs PSG-OM. Lors d’un match dans le stade de Barcelone, avaient été distribué des cartons jaune et rouge au public. Et 11m 11s après le début du match, ils ont tous levé leur plastique, et on a vu se déployer ainsi le drapeau catalan. Ce n’est pas pour rien que l’âne est le symbole de la Catalogne, car les catalans se faisaient traiter « d’âne de Catalogne ». Alors ils avaient choisis cet animal robuste, solide, intelligent qui ne veut pas aller n’importe où ».     

    René Sedes rappelle qu’il y avait déjà eu une consultation lorsque le référendum avait été interdit comme ce dimanche. « Ils avaient alors organisé un vote avec des urnes sur la voie publique. 80% des 2 millions de votants s’étaient prononcés pour l’indépendance ! ». Les indépendantistes qui avaient remporté le scrutin régional avaient précipité le mouvement. « Et vous constaterez que contrairement à d’autres régions qui revendiquent leur indépendance, il n’y a pas eu d’attentats en Catalogne. Les écossais, les québecois, les irlandais, les pays baltes soutiennent leur cause, mais ce n’est pas le cas en France » constatait t-il tout en s’inquiétant tout de même des conséquences : « Que vont faire des contrées comme les Baléares, les régions de Valence et  d’Aragon… qui forment la « grande Catalogne » ?. Ne seront-elles pas tentées elles aussi  ? »

  • ISSY/BOULOGNE : LES CONDITIONS DE LA REUSSITE D’UNE FUSION…ENCORE SANS VANVES

    En dehors de la politique et des élections présidentielles, cette semaine a été marqué par plusieurs événement :  un Conseil territorial de GPSO au cours duquel s’est déroulé le débat d’orientation budgétaire mercredi soir alors qu’à Audiens, avait lieu le lancement officiel de la mission handicap de la branche de la production audiovisuelle. La réélection de Bruno Chauvet à la présidence du Stade de Vanves lors du Comité directeur jeudi soir…Et vendredi, une interview est parue dans Première Heure de Guy Sorman qui indiquait quelles sont les conditons de la réussite d’une fusion entre Issy les Moulineaux et Boulogne Billancourt

    Guy Sorman est le président du Conseil Economique, social et Environnemental local (CESEL) de Boulogne qui a été saisi par son maire, Pierre Christophe Baguet,  de cette problématique. Ce CESEL a étudié ce qui s’était fait en la matière en France et notamment dans les agglomérations d’Annecy et de Cherbourg et consulté des rapports du Sénat et de la Cour des Comptes, et en a conclu plusieurs choses : Une fusion est réussie si vous avez une volonté politique commune et des projets en commun. La finance n’est pas une condition de la réussite. Beaucoup de fusions se sont faîtes pour obtenir une carotte fiscale de l’Etat, obtenir une prime, mais voilà la réussite n’est pas au bout du chemin. C’est même  très aléatoire.  Par contre « lorsqu’il s’agit de faire quelque chose ensemble, que l’on n’aurait pas pu faire séparément, permet de réussir la fusion. Nous avons beaucoup insisté dans le rapport sur la nécessité de projets collectifs commun -  amélioration des services publics, de l’environnement etc…- pour que les populations adhérent » indique t-il en parlant d’aménagement des rives de seine incluant les îles d’Issy les Moulineaux et de Boulogne, et même d’un campus commun puisque Boulogne et Issy ont beaucoup d’étudiants.

    Le référendum ne sert à rien, car comme cela a été vérifié pour Cherbourg ou la fusion ds départements du Haut et du Bas Rhin, car les électeurs répondent à une autre question que celle qui est posée. Il n’est surtout pas apparu comme un élément qui contribue à réussir une fusion.  Par contre l’explication,  la concertation  sont des conditions de la réussite. « Et nous disons clairement que jusqu’ici la communication n’a pas été bien menée, qu’elle a plutôt introduit le trouble dans les esprits, qu’elle a un peu perturbée, et même beaucoup, les fonctionnaires des deux villes.  Et que la communication soit entièrement axée sur la notion de projet territorial commun sinon les habitants n’en verront pas l’utilité ! » explique Guy Sorman qui parle de « capitale alternative à Paris suffisamment attractive  où l’on trouve une qualité de services et d’offres commerciales, d’emplois, d’activités culturels qui fait qu’on n’est pas obligé d’aller à Paris  de plus en plus inaccessible,  en particulier en voiture, sans perspectives d’amélioration de dessertes en transports en commun immédiats »

    Enfin, ce CESEL ne s’est pas saisi de la question d’un élargissement de cette fusion à d’autres communes comme Vanves par exemple, isolée à la pointe est du territoire de GPSO. « Il est bien trop tôt pour parler de cela, il faut bien que nous commençions par avancer de notre côté » expliquait récemment PC Baguet maire de Boulogne dans les médias qui remarquaient d’aileurs que « faute d’informations techniques suffisamment précises, le maire de Vanves gardait, pour le moment, un silence prudent ». En tous les cas, une preuve est apportée que les CESEL peuvent être saisis de questions d’actualités brûlantes. Encore faut il le vouloir !