Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lep louis dardenne

  • LE LEP DARDENNE SEUL LYCEE DE VANVES 100% NUMERIQUE DEPUIS LA RENTREE

    La réforme des lycées qui entre en vigueur pour les 1ére et les 2éme avec la suppression des filières S, ES et L a aussi  conduit à renouveler entièrement les manuels, soit entre 7 et 9 ouvrages, à 30 € l’unité, ce qui conduit à une dépense de 270 € par lycéen. « Nous avons décidé d’instituer la gratuité pour tous intégralement financé par la Région. Et nous avons profité de cette opportunité pour proposer de passer au 100% numérique avec des manuels numériques » indiquait Valérie Pécresse présidente de la Région Ile de France. Ainsi le LEP Louis Dardenne a adopté les manuels numériques, mais c’était obligatoire pour les LEP, et le lycée Michelet a préféré rester aux manuels classiques, c'est-à-dire papier, alors que 50% des lycées d’enseignement général ont accepté

    Les 300 à 350 Lycéens de Dardenne sont ainsi équipés de l’une des 140 000 tablettes, ou de l’un des 37 000 ordinateurs, financés par la région, conçus et fabriqués par une PME Francilienne Unowhy. Mais ils demeurent  la propriété de la Région, comme les manuels, pour la durée de leur scolarité. «Les élèves s’engageront au maintien des équipements prêtés en condition d’usage. Une convention d’engagement sera signée entre la Région, les parents et les élèves» indique t-elle. Une façon d'éviter la revente sauvage de matériels. Un pool de tablettes ou d’ordinateurs sera par ailleurs mis à disposition dans chaque établissement pour parer aux urgences et éviter qu’un élève se retrouve privé d’équipement  trop longtemps en cas de casse, perte ou panne. Le groupe La Poste a été chargé des réparations et de la maintenance. Des jeux de manuels papier seront également mis à disposition dans les CDI. Enfin, 20 000 tablettes seront distribués aux enseignants dont les établissements ont choisi d’adopter les manuels numériques.

    Ce qui représente un investissement de 150 M€  étalé sur 3 ans, soit une aide moyenne de 340 € par lycéen» a indiqué V.Pécresse en confiant : «Si je n’avais pas pu démanger et vendre le siége (administratif) de la Région (qui s’est installée à Saint Ouen depuis le début de l’année 2018),  je n’aurais pas pu financer la gratuité des manuels scolaires». Son objectif est ainsi de lutter contre la fracture numérique, avec le développement du THD (très haut débit) et de la WI-FI dans l’ensemble des établissements d’ici 2022. Cette transformation numérique concerne également les espaces de travail et le bâtiment. Un groupe de réflexion a été constitué sur le devenir des CDI de demain dans tous les lycées franciliens

  • DES LYCEENS PERTINENTS A VANVES POUR UN GRAND DEBAT SUR LE CLIMAT AVEC DES MINISTRES A « LA MASSE »

    A peine les échanges sur le changement climatique avec ses jeunes lycéens au LEP Louis Dardenne, vendredi dernier, Gabriel Attal secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'Éducation, s’est envolé pour Aix en Provence où il a ouvert une conférence citoyenne avec 80 jeunes tirés au sort. Parmi les sujets de préoccupations : «l'environnement» bien sûr et «la vie quotidienne». «C'était quelque chose qui me tenait beaucoup à cœur» avait il confié sur RTL avant de rejoindre ses 4 autres collègues à Vanves. «La parole des jeunes se libère facilement quand ils sont entre jeunes. Quand on est jeunes et qu'on va dans une réunion avec des moins jeunes, qui ont tous un vécu, une expérience, qui souvent s'appuient sur ce vécu et cette expérience pour s'exprimer, ça peut être intimidant !  On peut se dire est-ce que je suis vraiment légitime ?».

    Mais là à Vanves, les quelques journalistes présents ont pu s’apercevoir qu’ils n’ont pas hésité à interpeller les ministres en rendant ce débat très enrichissant: «On a travaillé sur la transition écologique sous forme d’ateliers participatifs animés par les élèves qui se sont posés la question : «Qu’est-ce c’est la transition écologique» sans avoir eu de réponses !» a constaté Etienne. Ce qui a fait bondir François de Rugy ministre de la Transition écologique : «Je vous comprends, parce que cette question, je me la pose ! La transition écologique, c’est organiser le chemin pour aller vers une situation meilleure et éviter les catastrophes, notamment dans des domaines où cela se dégrade comme le climat». Jean Marc Blanquer, ministre de l’Educatioon   a ajouté que «l’éducation nationale travaille depuis 20 ans sur l’environnement dans  l’enseignement et nos programmes. Vous faites partie d’une génération qui a eu des enseignements sur cette question. Ce qui n’étaient pas le cas des générations précédentes». A ce moment là, il fut interrompu par plusieurs lycéennes : «Mais cela reste insuffisant. La sensibilisation est inexistante en primaire et au collège. Les jeunes se mobilisent par eux même, avec quelques professeurs. D’autres trouvent cela ridicule» ont-elle expliqué.

    «Pourquoi le gouvernement et les ministres ne sont pas plus ambitieux pour appliquer les décisions de la COP 21 ? Comment se fait il que l’on n’a pas encore appliqué les solutions proposées par les scientifiques ? C’est maintenant qu’il faut bouger pour éviter d’atteindre + 3° ! Pourquoi le gouvernement soutient de grands projets d’aménagements qui vont à l’encontre des objectifs poursuivis en matière de transition écologique ? Pourquoi ne pas parler de la disparition de la biodiversité et de ne pas avoir interdit le gyphosate ? » se sont ils interrogé. Et les ministres ramaient : «C’est une transformation très profonde que vous nous demandez. Cela va prendre du temps !» constatait Emmanuelle Wargon secrétaire d’Etat à la transition éxologique.  «L’accord de Paris (COP 21) a été signé voilà 3 ans .C’est la première fois que les Etats se sont engagés. Mais voilà un pays s’est retiré, et pas des moindres. Je peux espérer que ce mouvement de jeunes puisse se lever aussi aux USA. Beaucoup de transformations sont en cours. On se bat au niveau européen pour des objectifs plus élevés» a répondu François de Rugy.

    D’autres lycéens ont posé quelques questions plus locales sous l’œil attentif de Marie Carole Ciuntu vice présidente Lycées de la Région IDF  qui était présente : «Pourquoi avoir attendu 4 ans pour obtenir l’installation de cendriers aux portes du lycée Duruy à Paris ? Pourquoi ne pouvons nous pas réserver nos repas à la cantine pour éviter le gâchis ? Pourquoi ne pas instituer un repas végétarien par semaine ? » ont demandé des lycéens parisiens.

  • 5 MINISTRES A VANVES POUR ECHANGER AVEC LES JEUNES DU LEP LOUIS DARDENNE SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

    Encore un record battu à Vanves grâce à Gabriel Attal ! Lorsqu’il était député, il avait fait venir fin Janvier 2018, 3 ministres au lycée Michelet dans le cadre de la semaine de mobilisation pour les JO de 2024, Jean Michel Blanquer (Education National), Sophie Cluzel (Handicapés) et Laura Flessel (sports). Hier matin, ils étaient 5 au LEP Dardenne pour un échange  sur le théme du changement climatique et du développement durable, à la suite de la mobilisation des jeunes le 15 Mars dernier avec la marche pour le climat : Jean Michel Blanquer (Education national, François de Rugy (Transition écologique et solidaire) et ses deux secrétaires d’Etat : Brune Poirson et Emmanuelle Wargon…. Et Gabriel Attal Secrétaire d’Etat à la Jeunesse qui les a accueillis dans sa ville avec son maire Bernard Gauducheau, sa député, Florence Provendier.  «Vous êtes dans une commune qui travaille beaucoup avec les écoles sur ce théme ! » a indiqué Gabriel Attal aux ministres et aux jeunes présent qui ont pu découvrir les résultats des travaux de plusieurs écoles comme Cabourg, Gambetta sur des thèmes très variés allant de la circulation alternée au jardin écologique idéal, en passant par l'aquaponie et la biodivrsité etc…. «Dans nos communes, nous nous sommes approprié la question de l’environnement. Dés leur plus jeune âge, ses futurs citoyens doivent comprendre que c’est la clef de leur avenir. Dés la maternelle, nous prenons en charge une familiarisation non seulement avec ses questions, mais aussi avec nos institutions grâce à des visites de la mairie, de l’assemblée nationale » a expliqué le maire de Vanves.

    La proviseur, des enseignants, des lycéens de ce LEP Vanvéens ont exprimé l’honneur que « ce petit LEP soit choisi pour tenir ce débat. Cela nous a énormément touché ! » et affirmé que «la question de l’environnement est  l’affaire de tous ». L’un des professeurs a expliqué qu’il a fait travaillé ses éléves sur le discours de Jacques Chirac avec cette phrase : «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Et certains lui ont dit qu’à l’époque, ils avaient 2 ans : «Ils sont en plein dedans ! » a t-il constaté en expliquant que les classes de seconde travaillent sur les risques naturels, de première  sur les avancées scientifiques et techniques, de terminales sur l’aménagement du territoire, avec notamment le conservatoire du littoral. «A l’occasion de la marche pour le climat, nous avons fait réfléchir les éléves sur un état des lieux de la situation climatique, avec des échanges et des débats sur la transition écologique. Plusieurs questions ont émergés sur les actions individuelles, la mobilisation des états, les craintes face au déreglement climatique. Ils ont créé des groupes d’experts de 3 à 4 pour travailler sur des actions concrétes ! »a indiqué le professeur .  « Ce débat est très représentatif de tout ce qui s’est passé. C’est tout sauf marginal. Vous illustrez le fait que la jeunesse à vocation à être à l’avant-garde. Avec une dimension concréte. Il faut faire attention à tout ce qui est anxiogéne car cela peut aboutir à un cercle vicieux ! » a déclaré Jean Marc Blanquer en ajoutant : «Etre en situation d’alerte et de solutions, montre qu’il y a de la créativité parmi les lycéens».