Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeremy coste

  • CARNETS DECAMPAGNE A VANVES : MOMO SOUTIENT COSTE

    Le jeune poulain d’André Santini, Jeremy Coste (LR/UDI) a reçu un soutien de poids vendredi dernier avec Maurice Leroy dit «Momo» avec lequel il a visité le chantier de la gare du Grand Paris Express Fort D’Issy /Vanves/Clamart. « Maurice est venu voir ce qu’il avait initié ! Il a été un élément déterminant pour la réussite de ce projet» a indiqué André Santini. «C’est vrai que ce projet n’est pas banal. Cette affaire du Grand Paris a été portée par des centristes, Christian Blanc, Michel Mercier qui a réussi à commencer à déminer le dossier, André Santini. Tous les mercredis matin, avant le Conseil des Ministres, on se voyait avec André Santini et le préfet  Canépa.  C’est ce qu’on a appelé la méthode « Momo »… qui a abouti à l’accord avec JP Huchon, en conjuguant les talents. Et c’est le seul projet qui n’a pas été détricoté avec le Grenelle de l’Environement de Borloo. Encore un centriste ! » a confié Maurice Leroy devant quelques élus et supporters de Jeremy Coste après la visite. «Ce projet est à notre image, innovant et fédérateur» a reconnu le candidat qui s’en est pris bien sûr à cette « macronmania régnante » : « Méfiez-vous des sondages. Ses soi-disants marcheurs roulent pour la gauche ! ».

  • LA CAMPAGNE EN PHOTOS A COTE DE VANVES : PAS DE DROITE SCROGNEUGNEUSE POUR BAROIN ET COSTE

    Emoi en fin d’après midi mardi dernier à Corentin Celton, une grosse berline noire s’arrête devant la fontaine sur la place Minard, d’où sort François Baroin sénateur Maire de Troyes et chef de file des Républicains,   pour une photo rapide avec Jeremy Coste (UDI) devant sa permanence. Que ne ferait on pas pour sauver les candidats LR et UDI  d’un scrutin qui se révéle pour eux difficile sur le terrain : « Il suffit de mettre une chévre  avec une photo de Macron avec elle, pour qu’elle soit élue » constatait sévèrement un grand politique altoséquanais. A défaut, ses candidats le font avec le leader courageux des Républicains qui  ne souhaite pas du tout incarner une droite scrogneugneuse ( ?)  

  • LES ELECTIONS LEGISLATIVES A VANVES : LA PARITE AU PANIER

    André Santini a fait avaliser par le bureau de l’UDI 92 qui se tenait à Vanves mardi soir, la candidature de Jeremy Coste (UDI) dans la 10éme circonscription qu’il représente depuis 1988 à l’Assemblée Nationale. Et avec des méthodes dignes d’antan. Il suffit de regarder l’affiche pour s’en apercevoir, faisant fi de la parité sexuelle, deux hommes au lieu d’un homme et d’une femme comme auparavant, de la parité politique, avec deux UDI, au lieu d’un UDI et d’un LR comme auparavant, et de la parité communale, puisque Jeremy Coste n’est plus vanvéen même s’il a été maire adjoint chargé de l’éducation de Bernard Gauducheau, ayant démissionné pour rejoindre Nouméa. Il aurait un studio ou une boîte aux lettres au Centre Ancien ou ailleurs, mais  personne ne le voit notamment faire ses courses ou se déplacer en ville comme c’est le cas pour tous les élus que les vanvéens peuvent rencontrer ou voir au gré de leurs activités quotidiennes. Seul parité respecté : la parité générationnelle : « Notre parité à nous est générationnelle. L’exigence que nous portons, c’est qu’au Parlement continuent de siéger des élus ancrés dans la réalité de la vie et des territoires. C’est tout le sens du tandem générationnel que nous proposons à nos concitoyens. En ce sens, notre candidature incarne l’exigence d’exemplarité souhaitée par les Français » a-t-il écrit sur son site internet.

    Mais voilà, si André Santini était de mauvaise humeur ces temps-ci, c’est tout simplement parce qu’il parait mal en point dans la 10 éme circonscription (Vanves-Issy) des Hauts de Seine où Macron  réalise un score de 36,32%. Elle fait partie des 52 circonscriptions où l’ex ministre de l’économie fait plus de 30%, la première même si l’on ne compte pas Paris dans le classement,  3éme avec la Capitale où il dépasse 50% dans les 4éme et 14éme circonscriptions. Toute la question est de savoir maintenant si son nom et sa photo sur une affiche avec le jeune candidat Coste peut assurer son élection. Et rien n’est moins sûr ! C’est pourquoi on sent une certaine fébrilité dans le camp santiniste. La réunion, ce matin à l’hôtel de ville, des élus LR avec le candidat sera intéressant à suivre, car certains d’entre eux, ont déjà annoncé qu’ils ne feront pas campagne comme l’UDI a fait campagne pour Fillon. Et notamment l’ex-suppléante d’André Santini.