Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

florence provendier députée lrem

  • LA DEPUTE DE VANVES A LA FRONTIRE DU HAUT KARABAKH : «Un peuple se fait massacrer à notre porte ! »

    Le blog avait annoncé le déplacement de Florence Provendier, députée LREM de Vanves et d’Issy les Moulineaux (10e circonscription des Hauts-de-Seine), le week-end des 24 au 28 Octobre dernier au sein d’une délégation de 12 parlementaires transpartis qui souhaitaient alerter sur le drame qui se joue en Artsakh et témoigner du lien particulier de la France  avec l’Arménie, fruit d’une amitié historique. Elle en est revenu bouleversé comme ses collègues, «parce que nous avons vu, compris, mesurer  les enjeux  mais aussi les conséquences : C’est un peuple qui se fait massacrer à nos portes !  On souhaite que la guerre s’arrête, au plus vite, mais pour les arméniens, cette terre est plus précieux que leur vie ! » confiait elle au blog à son retour.

    Ils ont rencontrés de nombreuses personnalités, premier Ministre d’Arménie, Nikol Pashinyan, le  Ministre des Affaires étrangères du Haut Karabakh, ,le  défenseur des droits de l’homme, mais aussi les personnels soignants hospitaliers qui prennent en charge les victimes militaires et civiles,  des blessés mais également des familles déplacées.  Ils ont pu constater plusieurs éléments : « Suite à l’attaque de l’Atsakh  par l’Azerbadjian, où vivent 150 000 habitants, 90 000 s’étaient réfugiés en Arménie, les autres étant  restés sur place. Ils sont soutenus par  l’armée arménienne qui vient à leur secours, avec énormément de jeunes hommes de moins de 20 ans qui sont partis au combat dont, en l’espace d’un mois, plus de 1000,  ont été tués. Mais, le plus  terribles,  sont ces attaques par drones de la population  qui est restée, avec des armes à fragmentation, provoquant des blessures terribles, mortelles. Mais cette guerre s‘est intensifié avec un rapport de force par du tout équilibré (par rapport au conflit des années 90), l’Adzerbadjian étant le bras armé de la Turquie avec des djihadistes enrôlées  et des drones vendus par les israéliens. Ces arméniens sont en train de se faire décimer à nos portes sans que personne ne réagisse » témoigne-t-elle en constatant que « le seul qui a dénoncé cette agression, est  Emmanuel Macron » et que les cessez-le-feu obtenu par le groupe Minsk, ont été rompus dans les heures qui ont suivi par l’adzerbadjian.  

    « Le fait que l’on se soit déplacer, jusqu’aux limites de la frontière, que l’on ait rencontré le ministre des affaires étrangères et d’autres personnalités, pour montrer notre soutien, notre volonté d‘agir d’agir et d’alerter, était important pour ces arméniens qui se sentent abandonnés car ils se posent la question «mais qu’attend on à l’extérieur pour réagir !  Et pour sensibiliser, à notre retour, les autorités politiques, l’opinion publique » explique-t-elle, adhérant complétement aux conclusions tirées par cette délégation parlementaire, à son retour : « Nous devons agir ! L’Union Européenne et la communauté Internationale ne peuvent regarder se perpétrer un massacre aux portes de l’Europe sans réagir. Sanctions commerciales, sanctions personnelles sur les dirigeants, envoi d’une force d’interposition (…) toutes les options doivent être sur la table pour faire cesser les combats. En tant que députés et au regard de l’histoire qui nous lie au peuple Arménien, nous avons le devoir de sensibiliser l’opinion publique Française non seulement aux exactions commises mais également aux ambitions expansionnistes de la Turquie. Nous mobiliserons également tous les outils parlementaires à notre disposition pour atteindre cet objectif. Le soutien à une résolution visant à reconnaître le Haut‐Karabagh en fait partie. Il en va de la survie du peuple arménien, déjà victime du génocide de 1915. La France est liée par une longue histoire commune avec l’Arménie, un pays qui a fait le choix de la démocratie plutôt que celui de la dictature. Tout comme le Haut‐Karabagh ». Florence Provendier est plus que décidée à relayer, à alerter, à sensibiliser

  • LA DEPUTE DE VANVES EN ARMENIE EN PLEINE GUERRE DU HAUT KARABAKH

    Florence Provendier (sur la photo lors de la manif place de la République dimanche dernier)  députée LREM de Vanves et d’Issy les Moulineaux (10e circonscription des Hauts-de-Seine), qui avait signée la tribune parue dans le JDDde 176 élus, appelant la France à soutenir l’Arménie à la suite de l’agression azerbaïdjanaise dans le Haut Karabakh  et exigeant l’arrêt immédiat des violences de la part de l’Azerbaïdjan, fait partie de la délégation française de parlementaire qui s’estrndu depuis hier en République d’Arménie et en République d’Artsakh jusqu’au 27 octobre 2020.

    Fin septembre, les forces azéries ont attaqué le Haut-Karabakh faisant de nombreuses victimes parmi les civils. Depuis, malgré plusieurs appels au cessez-le-feu et l’implication du Président de la République française pour trouver une résolution à ce conflit, la situation reste extrêmement inquiétante. Par ce déplacement, les parlementaires souhaitent alerter sur le drame qui se joue en Artsakh et témoigner de notre lien particulier avec l’Arménie, fruit d’une amitié historique. «Notre pays préside avec la Russie et les États-Unis le groupe de médiation de Minsk qui doit parvenir à trouver une issue au conflit entre les deux territoires du Caucase. Nous avons une grande responsabilité diplomatique et humanitaire» a rappelée Florence Provendier, avant son départ

    Le 17 octobre après l’annonce d’un deuxième cessez-le-feu, la présidence française s’est déclarée « très attentive et restera engagée pour que les hostilités cessent durablement et que des discussions crédibles puissent rapidement s’engager. » Pour autant, la trêve n’a pas été respectée : les attaques ont continué, y compris dans des zones peuplées. Sur le sol national, la communauté arménienne représente plus de 600 000 personnes. Par ailleurs, elle est très présente dans sa circonscription et notamment à Issy les Moulineaux. «Je pense à notre communauté arménienne qui souffre de voir ses concitoyens attaqués. Cette visite diplomatique est un témoignage de soutien mais aussi une manière d’alerter l’opinion publique sur un conflit dramatique qui se joue aux portes de l’Europe» assurait-elle. «Le voyage parlementaire vise à renforcer les liens entre l’Arménie et la France et à identifier sur place les contours d’un différend au retentissement mondial. Il est l’expression d’un soutien fort et d’une volonté de faire cesser la surenchère qui pourrait mener à l’internationalisation du conflit» ajoutait elle, en assurant qu’à ce titre, elle restera vigilante quant à l’évolution de la situation dans le Caucase.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    PREVENTION : La semaine dernière a été marqué par plusieurs cas positifs au Covid-19 dans les écoles qui ont amené à la fermeture d une classe à l’école maternelle Lemel, plusieurs à l’école du Parc, la ville étant en lien avec l’ARS (Agence Régionale de Santé, la médecine scolaire, l’inspectrice de l’Education Nationale et les directeurs d’écoles afin d’assurer un suivi rigoureux de l’évolution sanitaire dans chaque école. «Les mesures théoriques sont super. Malheureusement dans la pratique c'est douteux... »faisait remarquer un vanvéen sûrement parent d’éleve, sur les réseaux sociaux en notant que «devant le collège – sans précise lequel -  à midi notamment le port du masque est absent sur une bonne moitié d'ados une fois la grille vers l'extérieur franchie. Et aucune mais vraiment aucune distance de sécurité. Certains se raclent avec délectation la gorge et lancent de gros crachats.... C'est un comportement civique et responsable en période de virus ? Comment faire respecter le b.a.ba des règles sanitaires» 

    LREM ;  Gabriel Attal Secrétaire d’etat-porte parole du gouvernement devrait candidat aux régionales en Ile de France. Il serait intéressé pour être la locomotive de la liste LREM dans les Hauts de Seine.  Florence Provendier (sur la photo au forum des associations avec Séverine Edou et Jean Cyril Le Goff, conseillers municipaux) qui l’a remplacée comme  député de la 10e circonscription lors de sa nomination au gouvernement,  fait partie de la  Constitution de la Commission d'Enquête pour mesurer et prévenir les effets de la situation sanitaire sur les enfants et la jeunesse créé la semaine  dernière à l’Assemblée Nationale. Présidée par Sandrine Morch avec Marie Georges Buffet, ex-ministre de la Jeuness eet des Sports de Jospin,  comme rapporteur elle comprend 30 députés qui vont travailler jusqu'à la fin de l'année sur ces enjeux déterminants : «Nos enfants ne doivent pas être la variable d'ajustement de la crise !» commente La députée de Vanves qui a ouvert un site pour informer les électeurs de la 10E circonscription sur ses activités parlementaires (florenceprovendier.fr)  

    FETE DES VOISINS : «En ces circonstances si particulières, et dans un contexte où il est primordial de renforcer le lien social et de veiller les uns sur les autres, nous avons pris la décision de maintenir au niveau national la Fête des Voisins du 18 septembre prochain, sauf évolution sanitaire contraire ou interdiction préfectorale. Nous sommes en effet convaincus qu’il est encore possible de passer des moments conviviaux entre voisins, tout en respectant les règles de distanciation et le protocole sanitaire en vigueur» indique Atanase Périfan, organisateur et fondateur de la fête des Voisins qui se déroulera pour la 2e fois le 18 septembre prochain. Ainsi cette nouvelle édition qui se déroulera le 18 Septembre, sera emblématique, non pas d’une distanciation sociale imposée, mais d’un rapprochement choisi tout en restant prudent et en respectant les gestes barrières. Elle se déroulera dans les cours, les entrées d’immeuble, les places de village, sur les trottoirs… mais elle sera masquée et devra respecter toutes les mesures sanitaires et de distanciation physiques qui s’imposent actuellement.. L’ensemble des équipes de la Fête des Voisins se sont mobilisées afin d’adapter les outils de communication à la nouvelle donne sanitaire. Les affiches ont été redessinées, les conseils, trucs et astuces pour s’organiser ont été adaptés à la situation, des masques dessinés… (reprise du doc 10 conseils pour…, de la nouvelle affiche…).