Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carrefour des métiers

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE TRES MUNICIPALE

     

    Après ce week-end de lancement de campagne pour les deux principaux quatuors UMP et PS, la vie quotidienne reprend à Vanves. Si le PS a réuni une centaine de participants à la salle des fêtes Hunebelle à Clamart Vendredi soir, l’UMP en a réuni 450 dimanche après-midi, réunions sur lesquelles le Blog reviendra demain. Tous les candidats sont confiants, et offensifs. Leurs militants vont boîter cette semaine les premiers tracts de présentation de chaque quatuor, 4 PS d’un côté, 3 UMP/1 UDI de l’autre. Une autre élection devrait intervenir Mardi soir avec le renouvellement du bureau du Stade de Vanves : Si Yves Jurado a fait campagne avec l’intention de changer la façon de faire, ses dernières semaines, c'est aussi le cas de Bruno Chauvet président sortant qui se représente, mais autrement,  confiant après avoir bien fait évoluer la gestion et la communication de cette association omnisport surtout depuis 2 ans.  C’est bien la première fois que la présidence du stade de Vanves fait l’objet d’un tel enjeu que suit ded prés l’équipe municipale. Enfin, Vanves devrait disposer d’un CESEL (Conseil Economique social, Environnemental Local) qui rassemblera finalement les grandes commissions consultatives des deux précédents mandats : Sécurité-Circulation-Stationnement-Voirie… ; Jeunesse, famille, culture… ; Commerce, artisanat, développement économique… avec 80 membres.

    Lundi 2 Février

    A 19H30 à Panopée (Festival Atdanthé) : « Fantôme méchant » création de Rita Teodoro qui rassemble pour le plateau les matériaux exploités dans Assombro présenté samedi dernier, afin d’approfondir l’image de la femme et de ses gestes d’émancipation

    A 21H au Théâtre (Festival artdanthé) : « Notre danse » création de Myléne Benoit qui, à partir de ses trois soli, présente des travaux exploratoires » sous forme d’études entre 2011 et 2013 : « Comment exploiter l’imaginaire et le vécu de chacun pour inventer un nouvel usage, collectif du plateau »

    Mardi 3 février 2015 :

    A 19H au Pavillon des Sports du PMS A.Roche : Comité Directeur de l’association omnisports Stade de Vanves qui devrait élire son président pour un mandat de 2 ans. C’est la première fois depuis très longtemps qu’il y a deux candidats : Bruno Chauvet, président sortant, et Yves Jurado, président de la section Danse.

    A 19h à L’hôtel de Ville : Conférence -débat  avec Hervé Le Guyader  sur « Histoire d'ours : entre le grizzly et l'ours polaire » dans le cadre de la Science se livre. « Cette histoire d’ours sera prétexte à aborder des sujets au cœur de l’actualité scientifique : la biodiversité, le réchauffement climatique, l’adaptation des espèces au changement de milieu, l’hybridation grâce à  ce  professeur de biologie évolutive à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) »

    Mercredi 4 Février 

    A 19H à l’Hôtel de Ville : Conseil Municipal avec peu de questions à l’ordre du jour (13). Il devrait débattre des orientations budgétaires 2015, l’exercice ou l’équation  de la municipalité étant de contrebalancer, par des économies, le gel des dotations de l’Etat, la péréquation et des transferts de charges ( de personnel notamment). Il devrait créér un Conseil Economique, Social et Environnemental Local à l’image du CESER au niveau régional. Il devrait donner un avis négatif à la dissolution de l’EPF (Etablissement Public Foncier) des Hauts de seine conséquence de la loi sur les Métropoles qui crée un EPF Régional. Les Hauts de Seine et les Yvelines disposaient du leur EPF car leurs présidents considéraient que le logement doit rester une compétence de proximité

    A 19H30 à Panopée (Festival Artdanthé) : « Nus, féroces et anthropophages » création de la Cia Brasiliera et du collectif Jakart (France-Brésil) qui est une aberration : « Tenter de rassembler ne quinzaine d’artistes venus de France et du Brésil pour faire, le temps de 4 résidences dans deux pays, un spectacle, où se ménagent langues, cultures, codes théâtraux, plannings et modes de production »

    A 21H au Théâtre (Festival artdanthé) : « Lulu, la boîte de pandore, tragédie monstre, drame pour la lecture »  création de Frank Wedekind et de Thomas Matalou  avec le collectif ADM

    Vendredi 6 Février

    A 19H30 à l’espace Jean Monnet : L’ESCAL organise une dégustation « vins & chocolat » animée par Sylvie Casanova, œnologue et animatrice de l’atelier d’œnologie pour faire découvrir les différents composés aromatiques et les nuances subtiles du chocolat allié au vin

    A 19H30 à Panopée (festival Artdanthé) : « Yeeepeee !!! » de Marianne Baillot qui pose la question des codes de représentations de l’œuvre à l’Opéra : « Comment sont représentés le corps qui chante et qui danse ? »

    A 21H au Théâtre (Festival artdanthé) : « A mon seul désir » création de Gaëlle Bourges « qui plonge dans les six panneaux de la série de tapisserie connu sous le nom de « la dame à la licorne » et explore le statut de « vierge » dans la culture européenne, apanage des femme, Vierge Marie oblige ».

    Samedi 7 Février

    A 9H au lycée Michelet : 13éme carrefour des métiers où éleves et parents pourront rencontrer des professionnels de nombreux secteurs d'activités. Un événement incontournable centré sur l’orientation des élèves organisé par l’association de Parents d’élèves FCPE de la Cité Scolaire Michelet, en étroite collaboration avec l’administration du Lycée, s’adresse à près de 2 000 élèves de la 4e à la Terminale. Il leur donne l’occasion de rencontrer plus de 260 intervenants issus de secteurs d’activité variés, des professionnels, des étudiants, des écoles à la rencontre des jeunes, et notamment 10 grands secteurs d’activités :  « Santé - Social »,« Sciences & Techniques », « Hôtellerie - Tourisme », « Art & Culture », « Médias & Communication », « Sécurité - Défense »,« Droit », « Finances - Commerce - Gestion »,« Enseignement & Sport », « Environnement – Développement durable ».

    A 10H au Tout Va Mieux : Café Théo sur le théme : »Dialoguer avec soi, dialoguer avec Dieu »

    A 20H à l’école Marceau : Loto organisé par le Lion’s Club de Vanves/Malakoff

    Dimanche 8 Février

    A 10H30 à l’Hôtel de Ville : Assemblée Général de l’UNC Vanves/Malakoff présidée par Paul Guillaud, son président

  • LES JOURS D’APRES L’ATTENTAT CHEZ CHARLIE HEBDO : A VANVES, LES LYCEENS DE MICHELET « ONT ETE REMARQUABLES ! »

    « Les lycéens de Michelet ont été remarquable individuellement et collectivement » pour Bernard Gary, proviseur du lycée Michelet qui revient  sur la façon dont la communauté scolaire de Michelet a vécu les événements tragiques de la semaine dernière

    « Les élèves étaient tous bien informés, émus, à telle enseigne que le Mercredi soir, ils m’ont dit qu’ils avaient l’intention de se regrouper Jeudi matin, de faire un rassemblement pacifiste et paisible dans la cour des pyramides. Dés 7H du matin, nous sommes allés à leur rencontre, car ses lycéens qui arrivent si volontiers une minute avant les cours, ce matin là, étaient très nombreux dés 7H. Nous avons beaucoup écouté, discuté, et nous avons réussi à les convaincre que rester dans la cour des Pyramides, en lien direct avec l’extérieur, était quelque peu menaçant. Ils nous ont écouté et se sont rendus dans la cour des Tilleults, côté parc, protégé par les bâtiments scolaires. La plupart des éléves sont montés en classe, car, par ailleurs, nous avions décidé, avec les enseignants, de modifier le déroulement des cours et de parler avec eux, afin qu’ils expriment leurs incompréhensions, leurs craintes, leurs doutes. Nos cours se sont transformés de façon systématique, y compris au collége, en échanges, étant entendu qu’il ne s’agissait pas de forcer les éléves à parler s’ils n’en avaient pas envie, mais qu’il n’était pas question de continuer comme si de rien n’était » raconte Bernard Gary,proviseur du lycée Michelet qui a invité ceux qui voulaient rester dehors, à échanger avec leurs camarades moins bien informés qu’eux, « car tous ne le sont pas comme eux, afin d’alerter tout le monde sur ce qui se passait ». Les riverains comme les passants, ont pu s’apercevoir que les lycéens avaient mis des affichettes sur les grilles d’entrée « Je suis Charlie ».

    La tuerie de Montrouge qui est intervenue à quelques kilométres du lycée, durant cette matinée, a provoqué le confinement de cet établissement scolaire comme beaucoup d’autres dans le secteur. «  Nous avons reçu de la préfecture, la consigne de ne laisser sortir aucun élève sous aucun prétexte. Nous avons commandé, en catastrophe, aux boulangeries 1000 sandwichs, parce qu’il s’agissait de nourrir les élèves externes qui n’étaient pas prévus à la demi-pension. Cela nous a donné l’occasion de poursuivre le débat. A l’heure de la récréation de 10H, les élèves voulaient sortir sur le parvis pour fumer, puisque c’est interdit dans l’établissement. Là encore, ils ont accepté d’y renoncer, en restant dans l’enceinte de l’établissement en comprenant bien que si quelqu’un tuait des innocents à quelques centaines mètres, ce n’était pas une bonne idée d’aller sur le parvis. D’autant qu’au moment où nous leur parlions, personne ne savait où était le tueur et qu’il aurait pu très bien passer devant le lycée ».

    Comme prévu, comme dans tous les établissements scolaires de France, un rassemblement a été organisé à midi dans la cour des Tilleuls, avec éléves, professeurs, personnels, tous les élèves étant très attentif, lorsque le proviseur leur a parlé, lu quelques strophes d’un magnifique poéme d’Aragon de 1944, « la rose et le réséda », en phase avec l’actualité qui résume bien ce qui se mobilise tant de monde aujourd’hui, et qui commence par « celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas ». Il leur a parlé des valeurs de la République, « de ne pas avoir peur »  et que « c’était la dignité qui devait l’emporter ». Tous ont  respecté une minute de silence, des prépas aux petits du collège, dans un silence impressionnant et tous spontanément, se sont mis à chanter la marseillaise. « Un moment très émouvant » pour le proviseur et son équipe. « Ils se sont comportés avec beaucoup de dignité. Je les ai trouvé remarquable individuellement et collectivement. A la fin, comme ils pouvaient sortir, puisque la Préfecture nous avait fait savoir que le confinement n’était plus à l’ordre du jour, et sous forme de clin d’oeil, je leur ai indiqué qu’on avait 1000 sandwichs à leur disposition. Tous sont restés pour grignoter et ont continué d’échanger »

    Leurs réflexions étaient liés pour une bonne part à l’émotion, les discussions tournaient beaucoup autour de la laicité, du « tu ne tueras point », « comment peut on en arriver à des extrémités pareilles », des réflexions très généreuses sur « il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier », « il ne faut pas s’en prendre aux musulmans, ils n’y sont pour rien », « J’ai des copains musulmans, ils sont aussi choqués que moi ». Beaucoup de question sur « qu’est-ce que l’on pourrait faire individuellement et collectivement pour réagir, et essayer de faire en sorte que cela ne recommence pas » dans le lycée, et à l’extérieur, avec  bien sûr,  la marche républicaine qui était prévu ce fameux dimanche 11 Janvier. Beaucoup de lycéens s’étaient donnés rendez-vous sur le parvis, pour y aller ensemble. « La communauté scolaire en est ressorti renforcée, content de pouvoir compter sur l’autre, d’avoir pu échanger de façon libre avec les adultes. Tout le monde était assez fier de ce que le Lycée a fait dans son ensemble » constatait le proviseur. Une semaine après, les lycéens continuent à en parler beaucoup car ils sont branchés sur les chaînes infos, avec les obséques à Jérusalem, dans la cour de la préfecture de police de Paris, les discours des uns et des autres… « Mais, ce qui est rassurant, je ne sens pas de peur chez les élèves, juste une prise de conscience qui a été celle à l’image des adultes, et quelque chose de précieux : Ces événements ont soudé les élèves et les adultes. Une atmosphère assez apaisée mais déterminé régne dans ce lycée ».    

    Evidement, le renforcement du plan Vigipirate a changé beaucoup de choses dans la vie quotidienne de la communauté lycéenne. « Nous avons évidement renforcé les mesures de précautions à l’entrée du lycée, tout en sachant bien que le mur du Bd du lycée est interminablement long et qu’on n’a pas les moyens humains de le surveiller. Les sorties scolaires sont interdites, ainsi que les voyages par avion et train. Nous avons été obligé d’annuler et de reporter les journées portes ouvertes destinées aux élèves qui se préparent aux grandes écoles et qui devaient avoir lieu samedi dernier et samedi prochain. D’autant plus que nous invitons beaucoup de familles sans savoir qui va venir, puisque les invitations sont adressées aux autres établissements, certains venant du bout de la France. Le Carrefour des Métiers qui doit se tenir le premier samedi de Février n’est pas sur de se tenir »