Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ars ile de france

  • AU CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES (Suite et fin): Un peu d’histoire, de la réserve parlementaire pour le biblio club et l’hôtel de ville, agrément à l’ESCAL…

    Le dernier conseil municipal de Vanves (avant la fin du monde) de 2012 a été marqué par un remarquable exposé fait par Jacques Landois, maire adjoint chargé du Cimetière, notamment, sur l’historique du Syndicat intercommunal funéraire de la région pazrisienne (SIFUREP) dont l’un des maires de Vanves, Etienne Jarrousse (dont un parc porte le nom) est à l’origine. L’occasion en a été donné par l’exament (très rapide) de son rapprt d’activité annuel comme ce fut le cas pour le SIPPEREC (Electricité et réseaux de communication) qui participe à l’enfouissement des réseaux électriques aériens et au développement duréseat THD92 à  Vanves. D’ailleurs le conseil municipal a fait une demande de subvention au SIPPEREC pour des travaux d’isolation des couloirs de l’école maternelle Marceau   

     

    SIFUREP : Il s’agit d’un syndicat  intercommunal qui regroupe 74 communes dont Vanves, crée en 1905 selon Jacques Landois qui a fait un pêtit historique : « Il faut savoir que du temps de Napoléon et Pie VII en 1804, les services funéraires ont été confiée aux Fabriques et aux Consistoires des religions catholiques et juives qui étaient alors chargé d’entretenir et gérer les lieux de cultes (églises, synagogues...). Mais ils ont connu des difficultés car ce n’est pas simple à gérer, préférant déléguer à des entreprises privées. Notamment en 1840, lorsque fut créé une entreprise de pompes funébres, Langlé, qui a commencé à gérer tout ces services funéraires et s’est transformé en Pompes Funébres Générales (PFG). En 1904, avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat, toute cette gestion a été  confié aux communes qui se sont rendus compte que cette activité revenait très chére, avec corbillard, entretien des chevaux à l’éppoque, tendeurs, porteurs… d’où la création des services extérieures  obligeant à fournir corbillard, cercueil, poignées, capitons,  et intérieurs qui restent aux religions. Un syndicat intercommunal a été crée, qui doit être le plus ancien avec les Eaux et le Gaz, pour mutualisé les moyens, assurer les services funéraires, gérer les crématoriums et conseiller les collectivités. Etienne Jarrousse, maire de Vanves entre 1902 et 1911 a été très impliqué dans sa création. Ce syndicat intercommunal a délégué la gestion aux Pompes Funébres Générales qui ont exercé un monopole jusqu’en 1993. Mais voilà, contrairement au but recherché, les prix n’ont pas baissé. Du coup, le Sifurep a crée un service tarifaire qui est appliqué pour toutes les personnes décédées sur le territoire de l’une des communes adhérentes du Sifurep ».

     

    RESERVES : La ville de Vanves profite bien bien de la réserve parlementaire qui faisait la « Une » du Parisien le week-end dernier, grâce à trois parlementaires comme l’a indiqué Bernard Gauducheau en les citant : 2 sénateurs (Isabelle Devré et Hervé Marseille) et un député (André Santini). Elle a fait appel à celle-ci pour deux opérations : La rénovation du biblio-club  afin de « redynamiser un espace de convivialité et d’éveil pour les enfants » au cœur du Plateau. Ainsi l’espace intérieur deevrait être ré-organisé en agrandissant la mezzanine actuelle qui sert de stockage, en modifiant l’escalier menant à cette mezzanine et en réaménageant les bureaux, en remplçant les luminaires, en changeant les revêtements de sel, en refaisant les peintures et la mise aux normes électriques. Cette subvention devrait représenter 10% du coût total des travaux (335 000€). La rénovation de l’aspect extérieur de l’hôtel de ville  avec la réfection compléte de la toiture et la réfection de l’isolation des combles, avec remplacement des menuiseries extérieures. « Il s’agit pour la ville d’assurer l’étancheité de la toiture et de réaliser des économies grâce aux gains d’énergie que procurera l’isolation des combles et le remplacement des menuiseries » a indiqué le maire en donnant le coûtr des travaux (380 000 €). Claire Papy (EELV) s’est étonné que « l’on fasse l’amélioration thermique de l’hôtel de ville alors que l’urgence est plutôt au centre administratif et le théâtre » - « Mais il faut intervenir sur la toiture de l’hôtel de ville qui a subit les effets du temps » a répondu le maire.

     

    ESCAL : Les agréments triennal  « Animation global » et « animation collective famille » délivrés par la CAF (Caisse d’allocations Familiales) des Hauts de seine ont été renouvelé pour le centre socioculturel de la ville de Vanves, espace Gazier puis l’Escal depuis plusieurs années. Les derniers (2010/12) ont été marqué par l’intégration du Club 11/17 ans dans les activités du Centres, le développement du Forum Familles et les activités de l’ESCAL dans plusieurs bâtiments : Espace Gazier et Giner puis Gazier et Monnet. Cette politique a permis de passer de 652 à 1300 adhéents en  3 saisons, sachant qu’au moins 1900 vanvéens ont bénéficié d’au moins une prestation du centre en 2011/12. Pour la période 2013/15, plusieirs objectifs : développer le pôle « animations/évenements »du club  11/17 ans, créer à l’espace Jean Monnet un pôle « Accueil Parents Enfants », augmenter le nombre de prestations en direction des publics spécifiques (seniors, PMR, Français langue étrangère…), développer l’aide aux projets collectifs ou individuel dans le domaine du multimedia  

     

    ARS : Le Conseil municipal a donné un avis favorable sur le plan stratégique régional de santé de l’ARS (Agence Régionale de Santé) qui a pour objectif de fixer ses priorités et ses objectifs. Ainsi dans ce cadre, la ville de Vanves et son pôle Prévention-Santé relaie les campagnes nationales de prévention et d’éducation à la santé, organise des animations et actions autour des questions de santé d’actualités ou réccurentes. Elle assure également des prestations de sensibilisation et de prévention auprès des collégiens et des lycéens ainsi que des publics adultes et, grâce aux infirmières scolaires, une « veille santé » sur les écoles de la commune. Enfin, « il convient d’encourager l’installation de médecins libéraux et de favoriser, dans le domaine du logement notramment, la stablisation des professionnels ded santé sur le territoire ».