Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 novembre

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    YVETTE FARNOUX : La résistante Yvette Farnoux, survivante d’Auschwitz, est décédée samedi à son domicile de l’avenue du Parc à l’âge de 96 ans. Elle a été l’une des rares Françaises de l’histoire à être élevées à la dignité de Grande Croix de la Légion d’Honneur , la plus haute de l’ordre, le 31 Décembre 2008. Les honneurs militaires lui seront rendus aux Invalides mardi 17 novembre à 11H dans la cour des Invalides. « Cette combattante de la liberté est devenue après la guerre une militante de la mémoire qui n'a jamais cessé d’oeuvrer pour la transmission de l’esprit de Résistance aux jeunes générations » a souligné le président de la République. "Yvette Farnoux incarnait la Résistance », a témoigné le premier ministre saluant « ses combats, son courage, ses souffrances. Une grande héroïne de la nation ».

    EXPOGRAPH : Jean Royer et le comité directeur de l'AS Expograph Vanves ont eu comme invité d’honneur, samedi dernier, Jean Claude Vignal,président de la section football du Stade de Vanves, pour vivre avec eux l'ambiance des grands jours avec les 32e de finale du championnat de France à Bordeaux, le 7 Novembre dernier. « J’ai tout de suite répondu positivement pour montrer le respect et la cordialité qui existent entre les 2 présidents » a t-il confié. Malheureusement, si c’était une journée exceptionnelle le match contre l’a moins été : « bonne concentration d'avant match, entame de match rêvé avec 1/0 au bout de 2 minutes, penalty râté à la 10e minute pour Expograph, et un... Tir d'Eric Alogo (2/0)... Dans les nuages. Alors la machine s'est déréglée trés vite, les joueurs ont été scotchés sur la magnifique pelouse de Bordeaux à 2/0 à la mi- temps. Trés insuffisant. La 2 éme mi-temps, à l'image de la fin de la 1ére, a été insipide, sans rythme face à une équipe courageuse, mais techniquement nettement en dessous, qui a remonté son handicap à 2 minutes de la fin…pour aboutir à 2/2 » raconte les co-président Jeandonnet et Royer très déçu. « Le seul point positif, c'était la présence de Jean Claude Vignal à nos côtés, occasion a’échanger de nombreux avis en étnt d'accord sur beaucoup de point pour l'avenir du football Vanves".

    FOOTBALL : Défaite du stade de Vanves à l’occasion d’un déplacement à Nanterre pour la 5éme journée de championnat excellence des Hauts de seine. « Pourtant une équipe à notre portée compte tenu des résultats des précédentes journées. Première mi-temps équilibrée, en deuxième période nous avons eu plusieurs occasions de buts ( en football il faut les mettre au fond ) Nanterre a pris l'avantage sur un contre. Championnat très disputé, nous sommes toujours en tête, mais 8 équipes se tiennent en 2 points » indique Jean Claude Vignal, président de la Section du Stade de Vanves qui recevra le Plessis dimanche prochain : « déjà un match capital ».

    9 NOVEMBRE : Isabelle Debré, vice président du Sénat a participé hier au traditionnel déplacement à Colombey les Deux Eglises des parlementaires Républicains pour marquer l’anniversaire de la disparition du Général de Gaulle un certain 9 Novembre 1970. Quelques vanvéens l’ont vu sur BFM aux côtés de Gérard Larcher, président du Sénat. Elle est revenue juste à temps pour participer square Marceau à l’hommage des gaullistes vanvéens au Général de Gaulle devant la stéle inauguré par Charles Pasqua le 22 Novembre 1990, voilà 25 ans, le jour du centiéme anniversaire de la naissance du libérateur de la France à Lille.Un dépôt de gerbe très simple avec beaucoup d’élus et militants Républicains, juste avant la 1ére réunion publique d’automne 2015 du Maire

    REUNION PUBLIQUE : Il n’y a jamais eu autant de vanvéens , sauf pour la réunion consacrée à la Tour Triangle avec Unibail voilà 3 ans, pour cette réunion publique de quartier (Plateau) hier soir à Marceau. « A cause d’une éventuelle station GNV » a constaté le Maire qui a bien mis  « les points sur les i » : « Malgré tout ce qui a pu être dit, lu, entendu, c’est un projet ! Les choses ne sont pas ficelés. Un projet est à l’étude et il n’est pas acté. Je veux dépassionner le débat. Je ne prends pas les gens en traite » a-t-il déclaré d’emblée avec son expérience de 15 ans de réunions de concertation et d’informations sur tous ces projets , en laissant le directeur général du SIGIEF et le chef du projet de le présenter avant de répondre aux questions sur lesquels reviendra le Blog demain

    11 NOVEMBRE : Voilà 100 ans, la guerre des tranchées était bien entamée. Le front s’étant stabilisé de la mer du Nord à la Frontière Suisse, le général Joffre a lancé la bataille de Champagne pour rétablir une guerre de mouvement, mais sans véritable succès. Le général Gallieni devient ministre de la guerre, et lance une « chasse aux embusqués, alors que le gouvernement lance un emprunt de la défense nationale le 12 Novembre. A l’arrière, dans nos communes, les femmes remplacent les hommes à des travaux très masculins, conducteurs de tramways, aux guichets des postes et des banques, en dehors des hôpitaux. Enfin, à la fin Novembre 1915, Aristide Duru créera la fondation de l’œuvre des prisonniers de guerre et des combattants de Vanves sur laquelle le blog reviendra

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE ENTRE ARMISTICE, INTERCO ET INAUGURATION

     

    Pour une première braderie « coffre à jouets », ce fut une réussite samedi à l’école primaire Maceau avec 23 exposants et de très nombreux visiteurs. Le Syndicat d’Initiative a fait le plein moins de deux mois avant Noël. Des jouets de toutes sortes ont été ainsi vendus, des jeux vidéo au tigre en peluche avec beaucoup de jeux de société. Des miitants de l’UMP avec quelques élus dont Isabelle Debré ont déposé en fin de matinée une gerbe devant la stéle rendant hommage au Général de Gaulle et se sont retrouvés dans leur permanence de la rue Louis Blanc pour un pot et quelques propos sur l’actualité politique et les municipales. Pendant ce temps là, les militants UDI mettaient la dernière main sur l’aménagement de leur permanence rue Jean Bleuzen juste en face du square Marceau. Elle devrait être inauguré le 19 Novembre prochain à 19H30 et suivi d’un de lancement de la campagne dans le préau  (fêtiche pour la Majorité Municipale et Bernard Gauducheau) de l’école élémentaire Marceau avec Patrick Devedjian, Président du Conseil Général des Hauts de Seine, Valérie Pécresse président du groupe UMP au Conseuil Régional,  André Santini, député,  Roger Karoutchi sénateur,  JJ Guillet député maire de Chaville, Hervé Marseille, sénateur maire de Meudon, Laurent Lafon président du groupe UDI au Conseil régional.

    Dimanche, quelques élus et des anciens combattants de la FNACA se sont rendus à l’Arc de Triomphe pour la cérémonie de remise de la flamme et la ramener en mairie. Elle a été accueillie au son du tambour par le maire et la municipalité, Daniel Noyer ayant prononcé un discours comme si c’était cette flamme qui parlait de cette jeunesse insouciante qui a plongé dans l’horreur de la guerre et des tranchées. Quelques heures plutôt, au gouter offert par l’association Saint Vincent de Paul à Sainty François aux ainés, Pierre Meige a repris une tradition, en chantant « la Madelon » comme le faisait un  certain Jean aveneau qui l’avait appris sur les genoux d’un ancien de la « der des der », avec  un très poéme d’un vanvéen « Guerre et Paix »

     

    Lundi 11 Novembre

    A 10H au Square du 11 Novembre : Cérémonies du 95éme Anniversaire de l’Armistice du 11 Nov 1918 avec dépôts de gerbe au square du 11Novembre, au Carré Militaire du Cimetière avec bénédiiction oécuménique, et au monument aux morts avec message du secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants lu par Michel Judde et discours du maire Bernard Gauducheau

    A 15H au Cinéma Le Vanves : Projection du film « Le Majodorme » dans le cadre des cérémonies du 11 Novembre

    Mardi 12 Novembre

    A 19H30 à la Mairie : Remise des lots du jeu concours organisé lors du Mois du Commerce et soirée de clôture de cette manifestation auxquels ont participé 135 commerçants  sans compter les  50 commerçants du marché avec 18 ateliers et 12 soirées.

    Mercredi 13 Novembre :

    A 15H30 à la mairie de Boulogne : Signature du CDT (contrat de Développement Territorial) de GPSO en présence des 7 Maires, des préfets de région Jean Daubigny et des Hauts de Seine, Yann Jeunot. Rappelons qu’il s’organise autour de 3 thématiques : « La ville numérique » qui ambitionne de fairede GPSO un laboratoire de l’innovation au service de la ville ; « La ville durable » notamment avec l’élaboration du schéma de trame verte et bleue du territoire afin de maintenir et reconstituer un réseau d’échanges propice à la circulation des espéces animales et l’aménagement d’éco-quartiers tels que les ZAC bords de Seine (Issy) ou La Pointe de trivaux (Meudon) ; « La ville créative » autour du projet culturel de l’ile Seguin contribuant à faire de l’agglomération l’un des centres culturels majeurs de la métropole

    Jeudi 14 novembre 13 A 19H à l’espace Giner : Vernissage de l’exposition du photographe Jacques Ballereau

    Vendredi 15 Novembre

    A 19H à l’hôtel de Ville : Remise des médailles du travail

    A 20H à la Salle des Cinéastes : 49éme Coupe de l’Amitié du CIV

    A 20H30 à Panopée : « Le Voyage Record » par le collectif I am a bird Now. L’histoire d’un deuxiéme disque imaginé par deux astrophysiciensnnes propulsées dans l’espace

    Samedi 16 Novembre

    à 10H  à Issy les Moulineaux (Auchan) : Opération de la JCE GPSO sur le diabéte. La JCE et ses patenaires se sont mobilisés pour informer le grand public sur les impacts du diabéte en marge de la journée mondial de lutte contre le diabéte le 14 Novembre 2013. Il est fort possible que cette association réedite cette opération au marché de Vanves, un samedi matin, ses prochaines semaines

    A 10H à la Palestre (jusqu’à 18H) : Marché Associatif et solidaire dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale

    A 11H au 1 rue de Châtillon : Inauguration de la mini-créche Pain d’Epices Vanves grâce au legs généreux de l’un de ses habitants,  Maurice Magne, et d’un don de ses deux enfants héritiers, qui souhaitaient qu’un service dédié aux vanvéens soit ouvert dans ce local. Cet homme qui a présidé pendant plus de 20 ans le Stade de Vanves, était chef d’une entreprise de BTP qui a construit de nombreux bâtiments dans la ville (Gymnase du Plateau qui porte son nom, immeuble BNP à l’angle A.Fratacci/V.Hugo, écoles Larmeroux, Marceau) et cet immeuble de la rue de Châtillon avec ce local où il avait installé ses bureaux..  La mairie a aménagée cette mini-créche dans les 100 m2 de ce local qui comprend 16 berceaux avec de nombreux espaces fonctionnels (jeux et activités, sommeil, change, buanderie, vestiaires…). Doté d’un plafond chauffant et d’une cuve de récupération des eaux pluviales,  la mini-créche Pain d’Epices a été construit dans un réel souci d’éco-responsabilité avec isolation des sols, double-vitrage, systéme d’éclairage régulé en fonction de la lumière naturelle.

    A 14H à la salle Cinéastes : 49éme Coupe de l’Amitié du CIV

    A 16H30 à l’espace J.Monnet : 1ére boum pour les 8-10 ans organisé par l’ESCAL encadré par des anilmateurs qui proposeront jeux musicaux et défis dansants.   

    A 16H30 au PMS A.Roche : Match Expograph-Vanves contre CACL

    A 21H à l’espace J.Monnet : 3éme soirée dansante de l’ESCAL réservée aux adultes avec un DJ professionnel. Les participants auront l’occasion de tester durant la soirée, une innovation qui a rencontré un vif succés lors de la soirée précédente « silence on danse », c’est à dire danser avec un casque ce qui évite bien sûr de gêner les voisins. 

    A 21H à la salle des Cinéastes : Soirée de gala et palmarés de la 49éme Coupe de l’Amitié

    Dimanche 17 Novembre

    A 10H au Mont Valérien : Des anciens combattants de Vanves avec quelques élus participeront à la Cérémonie du Souvenir au Mémorial de la France Combattante qui rassemblent toutes les associations patriotiques du département le  premier dimanche suivant le 11 Novembre à l’initiative de l’UNC 92 et de sa présidente d’honneur Lysiane Tellier. Une cérémonie qui se veut très sobre, sans lectures, ni discours, marquée par le recueillement et le silence, avec des jeunes : un dépôt de gerbe sur ce parvis où brûle la flamme devant l’immense Croix de Lorraine suivi du refrain de la Marseillaise, du Chant des Partisans, d’un passage par la crypte et d’une marche vers la clairière des Fusillés, avec dépôt de bouquets sur la dalle des fusillés  entouré de tous les drapeaux pendant l’interprétation de « ceux qui sont pieusement morts pour la Patrie », minute de silence suivie de la Marseille des Chants du Matrais, des Partisans et des Adieux, puis de deux clairons qui se répondent « saisissant d’émotions les participants à chaque fois,  alors que devant le grand mât aux couleurs de la France, les arbres, témoins silencieux, laissent leurs feuilles retourner à la terre » raconte elle souvent dans ses interventions devant les anciens combattants et  notamment à Vanves lorsqu’elle venait présidait l’AG de la sectioon locale. 

    A 17H30 au Théätre Le vanves : « Le crocodile trompeur », opéra théâtrale  d’après l’opéra baroque d’Henry Purcell « Didon et Enée » et d’autres matériaux glanés au finl des répétitions dans la littérature le cinéma, le documentaire, la peinture, mise en scéne par Samuel Achache et Jeanne Candel

  • LE CARRE MILITAIRE DU CIMETIERE DE VANVES : 202 MORTS POUR LA FRANCE EN 14-18 DONT 113 VANVEENS

    Jean Marc Valentin, président de l’association des généalogistes de Vanves a donc mené ce véritable travail de bénédictin sur ces 212 morts pour la France reposant dans ce carré militaire : 113 sont des vanvéens qui vivaient alors dans cette ville de 14 500 habitants, et 11 des enfants de Vanves nés dans leur ville. Ce qui veut dire que tous les vanvéens morts pour la France en 1914-18 ne sont pas  enterrés à Vanves. Et pour cause, car ce généalogiste dans l’âme a constaté plusieurs élements : 500 morts pour la France sont inscrits sur le livre d’or de la mairie dont 69 reposent dans le Carré Militaire. 607 noms sont inscrits sur la plaque de marbre de la mairie rendant hommage aux  habitants de la commune morts pour la France dont 95 sont enterrés dans le Carré Militaire. Enfin 591 noms sont inscrits sur la plaque de l’Eglise Saint Remy dont 87 reposent dans le Carré Militaire. « Il s’agit des mêmes noms pour les 9/10éme sur les deux plaques » a-t-il constaté en ayant l’explication pour les non vanvéens enterrés dans ce carré militaire : « Le cimetière est à proximité du lycée Michelet qui avait été transformé en hôpital pendant ce conflit. 80 des soldats du carré militaire y sont décédés de maladie ou des suites de blessures de guerre, 37 proviennent d’autres hôpitaux militaires, 9 chez eux des suites de maladies contractées en service, sans parler des 3 femmes tuées par une explosion. 74 sont  morts au combat. Pour 9 d’entre eux, nous ne connaissons pas encore la cause du décés »   

     

    Mais à ses yeux, « les noms des morts inscrits sur les monuments aux morts paraissent surévalués dans toutes les communes. Beaucoup de noms apparaissent sur plusieurs monuments aux morts à Vanves, Issy les Moulineaux, Malakoff, Sceaux et même en province, là où habitaient les familles de ses soldats décédés et enterrés à Vanves pour certains ». Pendant la guerre et les années qui ont suivis, il n’y avait pas de carré militaire, mais des carrés français, russe et musulman. Ce n’est qu’en 1931, à la suite de travaux, que les corps de tous ses morts pour la France ont été exhumé et ré-enterré dans ce carré militaire et laic, sans distinction religieuse. Il comprend ainsi 15 russes des missions militaires décédés des suites de leurs blessures au Lycée Michelet, sauf pour l’un d’entre eux ; 9 musulmans dont 2 tirailleurs algériens, 3 Tirailleurs tunisiens, et 4 du bataillon sénégalais qui portent la mention « Morts pour la France ». Et 3 femmes qui sont enterrées côte à côte : Elles n’ont pas trouvée la mort au combat mais ont été victimes d’explosions : l’une à l’usine Gevelot à Issy les Moulineaux le 28 Novembre1914, une autre dans l’usine de grenade militaire de la rue de Tolbiac. La troisiéme, Jeanne Trehet, née Legendre, a été tué le 5 Août 1918 par un tir de la grosse « Bertha » qui a détruit sa maison du 28 rue Danton. Ainsi que son voisinqui avait 61 ans et a été enterré à côté d’elle dans le carré militaire

     

    Grâce à ce travail de bénédictin, ses morts de la France prennent un visage, notamment ses 11 enfants de Vanves nés dans leur commune et morts dans la force de l’âge : Charles Baillet qui était blanchisseur, marié à une blanchisseuse, soldat de 2éme classe au 354 R.I., Croix de Guerre et étoile de Bronze, tué le 28 Septembre 1915 à Souaire (Marne). Louis Baligean, blanchisseur, tué le 7 Novembre 1918 dans la Somme. Albert Bosonnet, chauffeur, 2éme classe à la 8éme section d’infirmierr militaire mort de ses blessures le 10 Mai 1915 à Chartes. Victor Lamiral, caporal au 75éme R.I. décédé à la suite de ses blessures à l’hôpital de la Salpétriére le 16 Octobre 1915. Edouard Lechevalier du 124éme R.I., tué à Virginy (Marne) par des éclats d’obus  le 28 Juillet 1916. Gaston Lemazurier, 2éme cannonier au 45 R.A. tué à Vauquois (Meuse) le 9 Septembre 1914. René Oudier du 321éme R.I. tué en Belgique le 13 Octobre 1917, René Rocher 1ére classe au 120éme R.I., Croix de guerre tué à Maure dans les Ardennes le 2 Octobre 1918.

     

    Il faut ajouter les fréres Julie, Anatole, caporal au 43éme R.I. colonial tué le 25 Septembre 1915 dans le Pas de Calais et Victor, 2éme classe au 128éme R.I. tué le 30 Octobre 1914 en Meurhe et Moselle. Ils sont enterrés dans la même tombe. Tout comme huit autres vanvéens : le pére (Roger) et le fils (Achille) Archambault mais il n’y a pas de mention « Mort pour la France » sur leur tombe ;  les fréres Dupré, Charles et Eugéne ;  Mazoyer avec Louis sergent et Jules 2éme classe dans un R.I. territorial qui regroupait alors des militaires plus âgés, le premier ayant été tué le 23 ctobre 1914 en Champagne et Jules le 28 Août 1916 dans la Somme ; et Rouvel avec Léon 2éme classe au 367éme R.I. tué en Meurthe et Moselle le 30 Mars 1915. 

     

    Enfin, parmi ses 202 combattants, Jean Marc Valentin a recensé 3 officiers russes et 3 officiers français. Parmi ses derniers : Le Lieutenant Edouard Hénon du 28éme R.I. tué dans la Marne le 11 Novembre 1915. Et le sous lieutenant Paul Souman du 8éme Régiment de Zouaves tué dans la Marne le 17 Avril 1917. Et  le sous Lieutenant René Martin Audigier dont le pére était un homme de lettres et a écrit un manuscrit sur son fils après sa mort suite à des blessures de guerre. Il avait blessé au Chemin des Dames