Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

région ile de france - Page 4

  • TESTS GRATUITS A VANVES GRACE A UNE GRANDE OPERATION DE DEPISTAGE ORGANISEE PAR LA REGION

    Alors que les chiffres de contaminations à la Covid19 augmentent en Île-de-France, la Région  propose aux Franciliens de se faire dépister massivement dès ce week-end, afin d'éviter le risque d'une troisième vague, tout particulièrement après les fêtes de fin d'année et la récente rentrée scolaire. Les Franciliens pourront se faire tester dans 100 barnums mis à disposition par la Région Île-de-France (300 le week-end prochain), et notamment dans de nombreuses villes volontaires comme Vanves.

    Ce dépistage se déroule à la salle La Palestre (36 rue Antoine Fratacci) aujourd’hui de 10h à 13h et de 14h à 17h et salmedi prochain. L'accès au dépistage doit être égal à tous, pour Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional, sur l'ensemble du territoire francilien.

    Ces tests antigéniques sont gratuits (pris en charge à 100%), rapides (avec résultat sur place en 20 min), et ouverts à tous les Franciliens  Entre 200 et 300 tests antigéniques seront réalisés par ville, de 10h00 à 17h00. La Région indiquequ’elle se chargera de mettre à disposition les équipes de préleveurs ainsi que les tests antigéniques et les villes mettront à disposition de l'opération une salle des fêtes, une salle de la mairie ou un gymnase.

    L'opération est réalisée en partenariat avec les entreprises Medicalib, Juste à temps et AJAN, ainsi que  les équipes de la Croix-Rouge française

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : 6 candidats tête de listes sur le départ dont des vanvéens sur leurs listes

    Malgré les couvre-feux et confinement divers et variés, lesdifficiles campagnesde dépistages et maintenant de vaccinations, une choseest sûre : les vanvéens iront voter comme tous les franciliens et vanvéens, non en Mars, mais en Juin, pour les élections régionales (et départementales). L’Ile de France devrait voir  s’affronter un ministre en Marche, un secrétaire national des Verts, une maire adjointe d’Anne Hidalgo, une député LFI du 93 ex-adjointe du maire de Paris, un euro député RN pour essayer de déloger la présidente (Libres) sortante du nouveau siège de la Région à Saint Ouen (93) , Valérie Pécresse qui bénéficie d’une forte prime au sortant avec des intentions de vote à 32%. A la tête d’un budget de 5 milliards d’euros, le budget 2021 a été voté à la mi-décembre 2020, elle se targue d’avoir réussi un déménagement qui était un véritable serpent de mer depuis des années, d’avoir fait beaucoup pour la Grande Couronne, le rural, la rénovation des lycées. Elle bénéficie du soutien d’élus du centre droit (Modem et Agir) sans compter tous les élus de sa majorité régionale dont le maire de Vanves. Elle a en face un véritable «casting » comme le constatait Paris Match durant la trêve des confiseurs  :

    Jean Michel Blanquer ministre de l’éducation Nationale qui a beaucoup hésité à devenir le chef de file d’En Marche même si l’un de ses collègue expliquait récemment, qu’il est «impatient de se frotter au suffrage et d’être considéré comme un responsable politique et non plus comme un technicien». Il partirait avec des Ministres comme tête de liste départemental - Gabriel Attal dans le 92, Emmanuel Wargon dans le 94, Amélie de Montchalin dans le 91 – une députée Aurure Bergé dans le 78. Il serait crédité de 19%  au 1er tour, à comparer avec les 24% obtenu par Macron aux présidentielles. Depuis Décembre, Jean Michel Blanquer a commencé à plancher son programme avec l’ensemble des ministres franciliens cabdidats ou non,  (Amélie de Montchalin, Agnès Pannier-Runacher, Emmanuelle Wargon, Sophie Cluzel, Gabriel Attal, Adrien Taquet) avec l’aide du député du Val-de-Marne Laurent Saint-Martin. Selon le ministre de l’éducation nationale, la sortante Valérie Pécresse a tort de l’attaquer : «Elle ne gagnera pas sans nous !»

    Julien Bayou conseiller régional sortant, secrétaire national EELV qui s’est déclaré dés l’été 2020 pour couper le pied à des velléités de liste commune à gauche. «Notre point fort, c’est l’écologie. Il y a une attente phénoménale sur les questions de transport, de pollution, de rénovation thermique»  explique-t-il en voulant surfer sur une « vague verte » . Il aurait réussi à avoir six partis écologistes, dont le mouvement Génération.s de Benoît Hamon. Son problème est de se situer par rapport à la candidate socialiste, même si elle n’est pas encartée : Audrey Pulvar, ex journaliste, maire adjoint de Paris chargée de l’Agriculture, de l’Alimentation durable et des Circuits courts, soutenue par une plateforme qui rassemble PS, PRG, société civile comme l’a fait Anne Hidalgo pour sa campagne municipale. Elle est créditée de 17% et rêve d’un duel de femmes avec Valérie Pécresse. Elle défendrait un programme estampillé de gauche, humaniste et écologiste, et n’a pas hésitée à commencer à faire des propositions iconoclastes comme la gratuité des transports en IDF. «Nous sommes en train de réfléchir à la façon de financer cette mesure et on pense pour le moment à une taxe sur les transports de marchandises les plus polluants, une taxe sur l'e-commerce, une taxe sur les grandes fortunes immobilières de la région Ile de France» explique-t-elle face aux réactions qu’elle a suscité du côté de Pécresse (Libres) et de Bayou (EELV)

    Les deux autres candidats sont Clémentine Autain, député LFI  de la Seine Saint Denis qui veut porter la voix des quartiers populaires, bénéficie du soutien du PC mais jugée clivante par ses adversaires. Et peut être Jordan Bardella eurodéputé et conseiller régional RN du 93 qui n’a encore pris une décision définitive et qui devrait bénéficier du soutien de Debout La France

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    SOLIDARITE : Cette période de Noël est marqué par la solidarité : Les 10 tonnes de produits de première nécessité récoltées dans certaines villes dont Vanves, viennent d’être acheminés par GPSO à Beyrouth où ils été distribués à des familles sinistrés de cette explosion survenu ans le port en Août dernier. Un cédre du Liban a été planté la semaine dernière dans le parc F.Pic. Les seniors vanvéens ont retirés leurs ballotins de chocolats distribués par le CCAS dans trois salles municipales ( La Palestre, le Square et la salle  Latapie) la semaine dernière. Mais il n’y aura pas cette année de banquet pour le nouvel an à cause bien sûr de la crise sanitaire. La Croix Rouge (sur la photo) a organisé 3 collectes pour confectionner des boites de solidarité de Noël pour être distribués aux plus démunis des villes de Vanves et de Malakoff durant cette période de fêtes. 

    BUDGET 2021 : Cette semaine a été marqué par le vote du buget 2021 de la Région ile de France au bout de 3 jours de débat. Ce budget de 5 milliards d’euros présente une hausse des investissements à 2,6 milliards d'euros (+17%), tandis que les dépenses de fonctionnement s'établissent à 1,9 milliard. Un budget  considéré comme «offensif» et «inédit», selon sa présidente Valérie Pécresse : «Ce budget est rendu possible parce que nous avons les reins solides et que depuis 2016, nous avons su dégager des marges de manœuvre financières par une gestion exemplaire» a-t-elle affirmé en annonçant un milliard d'euros pour la santé, par exemple pour «créer 500 lits de réanimation modulaires et former 3000 soignants.

    SOUTIEN AUX RESTAURANTS : Par ailleurs, la région a voté une aide aux loyers de 1000 € aux commerces, bars et restaurants confrontés à une fermeture administrative pendant le deuxième confinement. «Déjà affectés par les premières mesures de mars et d'octobre, les petits commerces, les services de proximités, les bars et les restaurants sont dans une situation préoccupante, accentuée par le second confinement et la chute brutale de leur chiffre d'affaires. De plus, les commerçants et artisans, souvent travailleurs non-salariés, ne bénéficient pas du dispositif d'activité partielle et le paiement des loyers reste notamment une charge importante (entre 6% et 12% du chiffre d'affaires des restaurants et des commerces franciliens). Le dispositif proposé vise donc les commerces de détail et de services (coiffure, soins de beauté...), les entreprises de la restauration (bars-restaurants hors restauration rapide) et l'artisanat commercial qui ont dû fermer le 30 octobre dernier, alors même que leurs charges restaient dues» indique-t-on à la Région