Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enquête publique - Page 2

  • DANS LE CREUX DE L’OREILLE DE VANVES ET D’AILLEURS !

    PARC DES EXPOSITIONS : UNIBAIL SUR LA TOUCHE ?

    Une réunion de la  commission ad hoc sur attribution concession Parc des Expositions s’est déroulée le 27 Mars dernier sous la présidence d’Anne Hidalgo, 1ére adjointe au Maire de Paris avec plusieurs adjoints au Maire de Paris (Gaudillére, Sautter, Mansat, Contassot),  Philippe Goujon maire du XVéme et des élus de cet arrondissement, mais aussi les maires d’Issy les Moulineaux et de Vanves. Il s’agissait étudier les deux offres faîtes pour le renouvellement (anticipée) de la concession puisqu’elle avait été passée pour 40 ans par convention, le 23 Juin 1987 à Paris Expo.  Mais, entretemps,  Paris Expo avait été absorbé par le groupe Unibail en 2000 et surtout « l’opération de la tour Triangle avait été liée à une dénonciation anticipée par la ville de la concession du Parc au motif de l’urgence de nouveaux investissements » selon les spécialistes qui suivent cette  affaire de prés et pensent que les responsables souhaitaient assurer l’avenir pour 40 nouvelles années. Manque de pot, un concurrent,  GL Events  aurait  fait l’offre la plus basse en proposant 250 M EUR sur 12 ans, la mairie étant prêt à donner  son accord si c'est indexé, parait il. Mais voilà, Unibail ne l’entend pas ainsi,  car pour être évincé, cette société demande à la ville 390 M EUR. D’autant  plus que des dispositions prévoit qu’en cas de résiliation anticipée, le délégataire a droit à une indemnisation pour « perte de recettes escomptées » qui avait été évalué alors à 350ME.  

     

    CABOURG : 2 ECOLES EN UNE SEULE !

    Les deux écoles élémentaire et maternelle formant le groupe scolaire Jacques Cabourg devraient devenir l’école primaire Jacques Cabourg avec deux sections, maternelle et Primaire, à la Rentrée 2013, avec autant de classes. L’avantage est de  ne plus avoir qu’un seul directeur au lieu de deux et qu’il bénéficie d’une décharge compléte, c'est-à-dire d’être à plein temps sur sa fonction. C’est déjà le cas  Issy les Moulineaux où l’école élementaire Doisneau et l’école maternelle Le train bleu sont dirigées par un seul et même directeur. Cette nouvelle organisation est appelée à se systématiser à l’avenir.

     

    RYTHMES SCOLAIRES : LE MERCREDI MATIN A 57%

    Vanves comme la grande majorité des communes franciliennes devraient reporter à la Rentrée 2014 l’entrée en vigueur des nouveaux rythmes scolaires : « 827 réponses sont revenues à la Mairie après l’envoi d’un questionnaie aux agents des écoles (93 réponses sur 110 envois),  aux animateurs (61 sur 1110), aux associatons (20 sur 22), aux enseignants (78 sur 90), aux parents d’éléves (585 sur  2100) » a indiqué Marie-Françoise Goloubtzoff (UDI) à une question de Claudine Charfe (Fdeg/PC) au dernier conseil municipal. C’est le mercredi matin qui serait prévilégié (57% contre 33% pour le samedi). Une grande majorité se prononce pour ne pas toucher à la pause méridienne de 2H selon les premiers résultats significatifs

     

    SDRIF : UNE ENQUETE ECOURTEE !

    « Le SDRIF (Schéma Directeur Régional)  a vocation à transfigurer l'Ile de France! Et pourtant, la seule chose intéressante dans ce document est l'intégration du réseau de transport public Grand Paris Express » constate avec amertume Bernard Gauducheau  le monsieur Grand Paris-SDRIF du groupe UDI à la Région qui a reçu le 29 Mars,  dans sa mairie de vanves, les élus UDI des Hauts de Seine pour une sensibilisation sur ce document qui fait l’objet d’une enquête publique pour permettre à chaque Francilien de donner son avis sur les orientations retenues par l'Exécutif régional PS-Verts-PC. Mais voilà, elle ne  durera seulement que 34 jours! « Ce n'est assurément pas une leçon de démocratie locale! C'est pourquoi nous devons nous mobiliser rapidement et efficacement. La mise en révision du SDRIF de 1994 a été engagée en 2004 pour définir de nouvelles orientations pour le développement de la Région-Capitale. Ce processus a été bouleversé en 2008 afin d'intégrer la loi du Grand Paris et les lois du Grenelle de l'Environnement puis réactivé en septembre 2011. Je crains malheureusement que le projet gouvernemental de créer une « Métropole de Paris » n'ouvre une énième phase de mise en révision. Nous risquons de ne plus voir le bout du tunnel! »

  • LA RENTREE A VANVES ET EN ILE DE FRANCE : LANCEMENT DE LA CONCERTATION SUR GRAND PARIS EXPRESS

    La première des 21 réunions publiques prévues dans le cadre d’une nouvelle étape de la concertation des habitants avant l’enquête publique sur la ligne Rouge Sud de Grand Paris Express entre Pont de Sévres et Noisy-Champs, se déroule ce soir à Arcueil. A Vanves, elle est prévue le Lundi 15 Octobre 2012 à la salle La Palestre

     

    Ainsi à chaque réunion, une présentation du projet de cette ligne Rouge sud sera tout d’abord faite avec l’aide d’un Power Point pendant 40 mn. Rappelons que cette ligne Rouge est une vaste rocade de 100 km autour de Paris desservant notamment Roissy, l’Est du 9.3, traversant l’ensemble des départements des Hauts de Seine et du Val de Marne, et reliant le Val d’oise et la Seine et Marne au réseau du Grand Paris. « La ligne Sud Rouge est la première étape de cette rocade. Ce qui n’a jamais été fait pour les transports en commun » indique Etienne Guyot président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP) en se référant à l’A 86 et à la Francilienne. Elle s’étend sur 33 km du Pont de Sévres à Noisy-champs en traversant 22 communes qui accueillent plus d’un million d’habitants. Entièrement souterraine, ce sera une ligne de métro automatique où les rames à grand gabarit (largeur d’au moins 2,80 m) circuleront de 55 à 60 km/h. 16 gares sont prévus, en correspondance avec les lignes RER, de métro, tramway, dont Fort d’Issy/Vanves/Clamart au niveau du Clos Montholon et de la gare SNCF de Clamart…

     

    Le chantier  devrait démarrer fin 2013 pour se terminer 2018. 7 tunneliers devraient être mis en service en même temps pour creuser un tunnel qui passera notamment sous la Seine à Sévres, dans notre secteur.  L’insertion du tunnel sous une immense zone de carrières souterraines entre Issy les Moulineaux et Arcueil-Cachan sera sensible, car sur plusieurs niveaux, elles n’ont été que partiellement remblayées après leur exploitation. Les premières acquisitions foncières (à l’amiable) devraient débuter cet automne. 1800 parcelles sont à acquérir sur ce tronçon (sur un total de 5500 impactées par le tracé du Grand Paris Express). Le tracé, principalement en rocade, obligera  à passer majoritairement sous des propriétés privées pour les 2/3, à la différence du métro parisien qui a suivi les rues. Moins d’un tiers du tracé est sous voie publique. Pour environ 90% des parcelles, seul le tréfonds sera concerné.

     

    Le coût des travaux sur ce tronçon, s’éléve à 5,025 milliard d’euros hors acquisition foncière (270 M€) et matériels roulants (275 M€) qui devraient être financé par trois sources : la fiscalité, les dotations de l’Etat, et l’emprunt. « Nous verrons s'il y a dotation en capital ou s'il faut avoir davantage recours à l'emprunt, et plus tôt » explique Etienne Guyot président du directoire de la SGP qui est toujours dans l'attente de l'arbitrage sur le milliard de la dotation en capital qu'elle attend. Tout en ajoutant que « le montant de l’emprunt peut être recalibré en fonction de la dotation en capital » 

     

    Cette présentation sera suivie de 1H20 de débats où le public pourra poser des questions sur le tracé, les gares, les conditions de réalisations du chantier, les précautions à prendre au niveau environnemental, l’évacuation des déblais… « qui ne sont pas figées, car ses réunions pourront faire évoluer les choses. Elles pourront nous aider à faire remonter les demandes pour ajouter un accès, un escalier mécanique, un ascenseur à une gare par exemple… » insiste t-il en ajoutant que « ces réunions ont pour objectif de présenter les avancées du projet d’informer les habitants, de leurs permettre de s’exprimer, de répondre à leurs questions et de prendre en considération, leurs observations.  Ce n’était pas une obligation. Mais nous avons souhaité revenir vers les gens, avec cette disposition de réunion publique par gare et commune,  car la concertation est un état d’esprit à la SGP. On ne peut pas mener un projet d’une telle ampleur sans revenir régulièrement devant les habitants ». Il y aura un rapport qui fera le bilan de cette concertation et sera joint à l’enquête publique dont elle sera un des éléments.

     

    Ces réunions seront complétées par un site Internet dédié – www.lignerougesud.fr – où les franciliens pourront déposer leurs avis, des expositions dans chaque commune concernée, la diffusion de 600 000 dépliants d’informations dans toutes les boites aux lettres…. Et pour les vanvéens qui ne pourraient pas être présent le 15 Octobre à La Palestre, ils pourront alors assister aux réunions prévues  - toujours à 20H - à Issy les Moulineaux le 25/09 au PACI,  à Boulogne le 05/10 à l’amphithéâtre Landowski, à Malakoff le 09/10 à la salle des Fêtes, à Clamart le 13/11 au préau de l’école élémentaire Jules Ferry.

  • VANVES AU FIL DE L’ETE : LES VANVEENS BIENTOT CONSULTES SUR LEUR GARE DU GRAND PARIS EXPRESS

    Le dossier d’enquête publique relatif au premier tronçon Pont de Sévres-Noisy Le Champ du Grand Paris Express, élaboré par la SGE (Société du Grand Paris) a été transmis par le ministre en charge du Grand Paris (Cécile Duflot) à l’Autorité Environnementale qui a trois mois pour rendre son  avis. Un volumineux dossier de 4000 pages a été constitué après 107 comités techniques et 47 réunions en comité de pilotages organisés localement sur cette ligne longues de 33 km, comprenant 16 gares et traversant 4 départements. La SGP devrait  intensifier la concertation entre le 6 Septembre et le 15 Novembre 2012 auprès des habitants, élus, acteurs socio-économiques : 22 réunions publiques sont ainsi prévues dans toutes les communes traversées par cette nouvelle ligne de métro, dont une à Vanves bien sûr qu’il ne faudra pas rater : Lundi 15 octobre 2012 à 20h à la Palestre ( 36, rue Antoine Fratacci à Vanves). A leur issue, l’enquête publique pourra démarrer à la fin de l’année

     

     

    Vanves disposera d’une gare sur cette ligne Pont de Sévres-Moisy Le Champ  longue de 33 km qui en disposera de 16 : La gare du Clos Montholon/Vanves/Issy. Le lancement des travaux est prévu en 2014, car d’ici là, plusieurs étapes d’études de faissabilité, technique, de procédures administratives avec l’enquête publique ... sont nécessaires. Cette gare se situerait en sous sol entre -15 et -30 m, et occupera entre 1500 et 2000 m2,  entre finalement la rue du clos Montholon et la place de la gare de Clamart au niveau du passage souterrain piétonnier et de l’ancien passage à niveau, dont les émergences restent à déterminer. Des forages sont effectués actuellement pour déterminer la nature des sols.  Ce sera une gare dite de proximité, l’un des 5 niveaux de gares déterminées par les architectes.

    « Il faudra prévoir des équipements raisonnables qui répondent aux besoins dans le temps. La SGP va acquérir des parcelles pour ses gares et leurs émergences, en vérifiant l’équilibre financier et économique de l’opération. Elle ne va pas acquérir tous les terrains dans un rayon de 450 à 500 m2. D’autant que nous sommes obligés d’agir dans un contexte éconmique difficile ! » indiquait Etienne Guyot  Ainsi 5500 parcelles devront être acquises sur l’ensemble des tracés pour les gares, dont 1800 sont concernés par le tréfond, soit l’entre sous sol.

     

    Plusieurs directions ont été données par l’équipe d’architects qui travaille avec la SGP  sur ces gares :  Elles devront être des lieux organisés de façon claire, permettant à tous, un accès facile au service de transports, dans des conditions irréprochables de sécurité et d’informations, offrant un environnement lisible et apaisant. Elles devront permettre des correspondances avec les autres réseaux (métro-RER-tram-bus-Transilien) afin de répondre aux enjeux de maillage et de désaturation recherchés, en garantissant la chaîne de mobilité.  A la différence du métro parisien, cette gare sera un ouvrage compact, avec des accès concentrés en un point d’émergence unique, évitant ainsi la multiplication des couloirs souterrains et de petits accès dispersés. Mais il ne s’agit aucunement de répéter à 57 ou 72 exemplaires les mêmes gares, de faire la même « boite », mais des lieux très proche de ce que veulent les élus, d’autant plus constrastées qu’elles seront en milieu dense, ou entourées de friches, haut perché, aux portes de la Métropole. Les réunions publiques devraient être très importantes, car comme pour la consultation sur Grand Paris Express menée voilà deux ans, les équipes de la SGP comptent beaucoup sur les remontées pour mieux définir les aménagements de chaque gare, car beaucoup de choses ne sont pas arrêtés définitivement