Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecole marceau - Page 3

  • L’EFFET CABOURG SUR LA CARTE SCOLAIRE DE VANVES : « C’est notre quartier pour aller voter, mais plus pour l’école de nos enfants ! »

    « Nous habitons rue Ernest Laval qui était jusqu’à présent sectorisé à l’école Cabourg. Notre fille aîné qui vient d’entrer au collége a fait toute sa scolarité à l’école élémentaire Cabourg et a vécu les travaux de transformation de l’école du centre avec les classes installées dans des pré-fabriqués à côté du lycée Michelet. Sa sœur est dans la grande section maternelle à Cabourg et elle risque de se retrouver à l’école maternelle Marceau lorsqu’elle rentrera en CM1 à deux ans du collège. Alors qu’elle est à 5 mn de Cabourg, elle va se retrouver à 10 mn de Marceau avec une rue Jean Bleuzen très circulante, dont les trottoirs sont, par endroits, étroits, avec un seul feu rouge au niveau de la boulangerie pour traverser. Et on le sait d’autant plus que notre fille ainée suit des cours de danse au conservatoire, et avant soin installation dans le bâtiment ODE, elle allait suivre ses cours à Marceau, dans les sous-sols. On a apprécié le changement » explique cette mère de famille qui ne comprend pas : « Marceau, ce n’est pas notre quartier. A pied c’est dangereux et en voiture c’est lmpossible ! Nous avons toutes nos habitudes dans ce quartier de la gare, où nous avons nos repères, notre vie sociale avec nos relations, avec des amis retraités qui peuvent venir chercher note fille à Cabourg lorsqu’on n’est pas là, mais pas à Marceau parce que c’est trop loin. D’ailleurs on votait avant à Marceau et maintenant à la Palestre. Alors c’est notre quartier pour aller voter, mais plus pour nos enfants. On a l’impression que les élus ne tiennent pas compte des conséquences » ajoute t-elle

    LES ENFANTS VARIABLE D’AJUSTEMENT

    « On comprend l’argument du maire avec ses nouvelles habitations qui vont faire venir de nouvelles familles que la ville doit bien accueillir, ce est tout à fait louable, et nous y adhérons. Mais pas le raisonnement : Pourquoi les familles qui habitent là depuis longtemps doivent en faire les frais. Et elles sont nombreux dans le quartier, cinq dans mon immeuble à être concerné. Certaines n’en dorment plus la nuit ! » ajoute une autre mére de famille. « C’est une vision administrative des choses. D’autant plus que 30 à 35% des effectifs de cette école Cabourg sont des dérogations accordées à des familles qui avaient leurs enfants dans d’autres écoles ! Et si on commençait par leur demande de mettre leur enfant dans l’école la plus proche de leur domicile, nous pourrions rester à Cabourg ? » explique t-elle en faisant état de ses familles qui sont préoccupées parce qu’ils ont des enfants en maternelle. « Il y a une incompréhension et vraiment une impression que nos enfants sont une variable d’ajustement pour l’administration et l’Education Nationale ».

    INCIDENCE SUR L’AFFECTATION AU COLLEGE

    Ces familles ont eu une première réponse lors du dernier conseil municipal qui a voté cette modification de la carte scolaire autour du groupe scolaire Cabourg : Solliciter une dérogation auprès de la commission où siège les directeurs et directrices d'écoles de Vanves. « En tenant compte de votre place dans la carte scolaire et l'effectif des écoles, ils vous accorderont ou pas le droit de rester à Cabourg. C'est pour cela, que d'expérience, nous sommes très vigilant sur ce sujet et nous tenons à informer les parents bien avant. D'expérience, on vous présente cette commission comme une simple formalité et quand le verdict tombe en juin, vous n'avez aucun recours. Vous devez suivre l'affectation » indique un parent d’élève sur le site Internet de l'API . « Et lorsqu'un parent reçoit un refus, je peux vous dire que l'on se sent bien seul, car la réponse est sans appel. On vous présente la commission comme une simple formalité – comme ce fut le cas au conseil municipal - et ensuite quand la sentence tombe, il est trop tard, on n'a aucun recour : « La décision est collégiale ».C'est à dire que personne n'est responsable de la réponse » ajoute t-ilAinsi l’API comme la FCPE se sont fortement mobilisé sur cette question. D’autant plus que plusieurs familles les ont saisis pour demander de l'aide sur le sujet « car elles ont réalisés qu'ils n'étaient plus dans le secteur de l'école Cabourg » ? Autre source d’inquiétude des parents : l'incidence que cette nouvelle carte engendrera sur l'affectation au collège

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    COUPE DU MONDE : Les effets des matchs de l’équipe de France sont très visible dans les rues et places qui se dépeuplent, surtout lorsqu’ils ont lieu à 18H. Au fur et à mesure du temps, la circulation et le flux des véhicules se rarifient, les vanvéens rentrant rapidement du boulot lorsqu’ils n’ont pas pu se rendre libre plus tôt. Même les médecins généralement surbookés le soir, n’ont pas eu beaucoup de rendez-vous ou n’ont vu que des femmes comme en témoignait l’un d’entre eux après le match contre le Nigéria. Au Parc municipal des Sports André Roche, aucun cours de tennis n’était occupé, et la piste d’athlétisme restait vide de tout coureur Par contre, les cafés de Vanves, étaient pleins à craquer, la plupart ayant installé un grand écran ou plusieurs, comme hier soir contre l’Allemagne. Les vanvéens étaient là, mais pas les résultats. "Onv a pouvoir maintenant passer au tour de France" 

    ENTRISME : Sandrine Bourg et Delphine Roy, conseillères municipales UMP devraient avoir une explication assez musclée avec les responsables locaux du parti gaullistes aujourd’hui. Elles ont organisées une soirée football UMP au café Le Paris avec leurs jeunes collègues UMP pour suivre le match France-Allemagne où ont débarqués, comme par hasard, des jeunes UDI accompagnés de Bernard Gauducheau, Pascal Vertanassian et Jeremy Coste…. qui lorgnent depuis les élections municipales sur des jeunes UMP afin de les ramener vers leur camp. Et ce n’est pas la première initiative qui créé des tensions entre UMP et UDI au sein de l’équipe municipale   

    BAROMETRE : Pour les observateurs attentifs, le  Conseil Municipal de Vanves est un véritable barométre. Il permet de savoir qui est en hausse ou en baisse dans ses relations avec le maitre. Il suffit de voir qui a été désigné  pour présenter  une délibération, même lorsqu’elle sort de son champ de compétence, notamment parmi les maitres adjoints. Pour l’instant Alain Toubiana, après ses prises de position sur le double sens de la rue Jacques Jezequel et son insistance pour l’installation d’un grand écran pour la finale de la Coupe du Monde, n’est pas en odeur de sainteté. Ainsi que Claire Vignaud qui n’a pas dit un mot au dernier conseil municipal.

    TRAVAUX : L’association « Tous Ensemble » vient d’envoyer un courrier aux riverains de son futur centre cultuel et culturel musulman pour leur annoncer que les travaux de démolition du bâtiment situé rue de l’Avenir auront lieu en Juillet 2014. Il s’agit d’un pavillon sur un terrain de 135 m2 qui doit donc être démoli, et que l’association s’est rendu propriétaire durant l’automne 2013, pour construire un centre cultuel et culturel. Ce projet a fait l’objet d’une réunion publique le 3 Octobre 2013, durant laquelle, en dehors des opposants farouches à une telle réalisation, beaucoup de riverains s’étaient inquiétés d’une forte fréquentation dans une si petite rue, surtout au moment des grandes fêtes de la religion musulmane, et mis en  avant des problèmes de nuisances et de sécurités car un quartier pavillonnaire ne se prête pas  l’installation d’un tel équipement.

    OPEN DATA : Vanves est un vivier de compétences en matière de numérique, même si sa voisine, Issy les Moulineaux, est en avance. Quelques vanvéens pensent que Vanves pourrait en tirer partie en mettant en valeur ses atouts numériques. L’un d’entre eux a déjà permis à Vanves, voilà prés de deux ans, d’expérimenter un prototype de démocratie participative, avec une consultation sur Internet sur le théme du  bruit dans la ville, mais sans suite. Pourtant les idées ne manquent pas pour lancer de nouvelles initiatives, comme par exemple « travailler sur les données ouvertes – Open Data – sur la ville comme l’ont déjà fait le Conseil général des Hauts de Seine et la Région Ile de France, et même sur l’urbanisme collaboratif ». Mais voilà, malgré quelques contacts, la mairie de donne pas suite pour l’instant.       

    ECHAFFAUDAGE : Alors que le chantier de l’école Marceau devrait commencer dés la fin de l’année scolaire, la semaine prochaine, l’échaffaudage qui a fait tant de bruit (dans tous les sens du terme) a été enlevé voilà quinze jours. A ne plus y rien comprendre, où inutilisé durant 4 mois, il est a été démonté alors que le chantier va démarrer. A croire que les services de la ville n’aient pas d’autres moyens de stocker le matériel.

    CINQUANTENAIRE  : L’un des maires de Vanves a fait partie des pionniers du département des Hauts de Seine qui célébre ce week-end ses 50 ans. André Roche a été élu conseiller général de Vanves en 1967 lorsque la première élection cantonale s’est déroulé après la création des 8 Départements franciliens en 1964 et des 40 cantons altoséquanais. Il a même été vice président chargé des sports du temps où le conseil général était présidé par Jacques Baumel, député maire de Rueil Malmaison entre 1970 et 1973 puis 1976 et 1982. Ce qui l’a sûrement aidé pour obtenir des financements pour la piscine municipale qui a été inauguré en 1971 par Jacques Baumel. Elle porte le nom de Roger Aveneau qui lui a succédé au Conseil Général en 1981 lorsqu’il est décédé.

  • 2éme REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER : LE PLATEAU DE VANVES SERA LE GROS CHANTIER DU MANDAT

    La seconde réunion publique de quartier pour le Plateau n’a pas réunie autant de monde que la première consacrée largement au réaménagement de la rue jacques Jézequel avec les habitants du quartier Centre Ancien-Saint Remy à la Mairie. Et peut être à cause de l’assemblée de la copropriété du 55 rue Jean Bleuzen. Dans cette école Marceau, lundi soir, Bernard Gauducheau était entouré par quelques nouveaux, Xavière Martin, Nathalie Le Gouallec, et anciens, Alain Toubiana, Bertrand Voisine, Marie France Munier, et quelques opposants : Anne Laure Mondon, Valérie Mathey, Boris Amoroz. Il n’a pas caché que le Plateau de Vanves serait l’un des gros chantiers de la mandature pour requalifier ce quartier qui a plus de 40 ans et qui a besoin d’un lifgting

    Une habitante du Plateau a tout d’abord posée une question sur l’enquête domaniale du Plateau effectuée voilà plus d’un an. « C’est la conséquence de l’absence de repères pour déterminer les propriétaires des différents espaces publics et privés  sur le Plateau dans la mesure où il y avait très peu de traces domaniales, Nous avons mandaté un expert géomètre (pour un  coût de 84 000 €) qui a tout répertorié, identifié, avec un plan concret qui permet de savoir qui est chez qui. Ce plan disponible en mairie peut être consulté, et contesté, mais à la condition que le plaignant finance un nouveau paramétrage » a-t-il expliqué en reconnaissant que c’est une base de travail pour commencer à travailler avec les copropriétés dans de bonnes conditions pour rénover ce quartier qui a maintenant plus de 40 ans d’existence. Une riveraine a justement demandé ce qu’il en était de la requalification de la rue Auguste Comte : « Nous aurons l’opportunité de le faire avec les immeubles de bureau (où sont installés l’ADEME, Orange…) qui devraient ête rénovés ou reconstruit à l’occasion d’un changement de propriété (un fonds de pension). Il faudra alors jumeler les travaux «  a-t-il indiqué en ne cachant pas que l’un des gros chantier d’aménagement du mandat, concernera justement  ce secteur du Plateau de Vanves

    Le maire avait d’ailleurs  commencé  la réunion en passant en  revue, les chantiers : Le réaménagement du square Jarrousse qui a commencé début Juin, avec conservation de la fontaine, du kiosque et du bassin devant, suppressions des canaux en croix, avec cheminement piétonnier en périphérie pour dégager une pelouse centrale. « Le coût des travaux se monte à 500 000 €. Ils commenceront  par la fontaine et le comblement des canaux ». Le siège d’Hachette dont le bâtiment devrait être livré à la mi Juillet 2014 même si beaucoup de riverains craignent que les délais ne soient pas tenus vu l’état du chantier. Une participante a  demandée ce qui a été prévu pour les accueillir : « L’expérience d’Audiens montre que beaucoup viendront par le métro ou les bus ». Une autre s’est inquiété que des antennes soient érigées, ayant aperçu une forêt de tuyaux. « Ce qui ne veut pas dire qu’il y ait des antennes. Je n’ai pas de demande d’autorisations en cours ».  Des équipements publics où les travaux poursuivent plusieurs objectifs avec la mise en accessibilité, la performance énergétique, la remise aux normes incendie et électrique : Ecole Marceau avec réfection du préau, création d’un  bureau pour le centre de loisirs, installation d’un ascenseur, réaménagement d’un étage. Des échaffaudages qui ont été installés avec 4 mois d’avance, alors que ses travaux seront réalisés pendant les vacances scolaires,  font beaucoup de bruit dans tous les sens du terme. Biblio club avec création d’un mezzanine avec des bureaux, une salle des contes réaménagé. La Créche Pomme Canelle avec la poursuite d’une réhabilitation déjà entamée lors d’une première tranche avec agrandissement de l’unité d’accueil, réfection de l’espace jeux et local poussettes, installation de radiateurs basse température….  

    Une cliente, sûrement, s’est inquiété du départ du boulanger de la rue S.Carnot (prés de l’église Saint François) : « le propriétaire du fonds ne veut pas vendre alors que le gérant était prêt à l’acheter ». Jacques Dumont a demandé s’il était prévu « une autre salle pour le sport car le gymnase du Plateau est devenu trop juste » - « On a bien conscience que la population augmente. Mais on a jeté notre dévolu sur le quartier Aristide Briand où serrait aménagé un petit gymnase. Peut être à plus long terme, le gymnase Maurice Magne pourra faire l’objet d’une rénovation ou d’une extension ». L’ex-président de la FNACA a demandé si l’on ne pouvait pas prévoir un escalier mécanique à la station Malakoff-plateau de Vanves pour rejoindre le quai en direction de St Ouen ou Gennevilliers. « Le probléme n’est pas de créer un ascenseur ou un escalier mécanique, mais de faire aussi dans toutes les autres stations m’a expliqué le président de la RATP Mongin lorsque je l’ai rencontré récemment. Une étude de faisabilité devrait être lancé, mais ils ont d’autres priorités » lui a-t-il répondu en ajoutant : « Sur le métro, je ne veux pas me faire avoir comme pour le mur anti-bruit le long des voies SNCF  Paris Montparnasse où l’Etat vient de désengager »