Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cambriolages - Page 2

  • LORSQUE L’INSECURITE FRANCILIENNE REJAILLIT SUR VANVES

    L’explosion des chiffres de l’insécurité sur l’Ile de France fait débat. Ainsi, en l’espace d’un an (entre janvier 2012 et janvier 2013) le nombre des cambriolages en petite couronne a augmenté de plus de 40 % et la progression a atteint près de 60 % dans Paris intra-muros. Dans les transports, les vols à la tire dans le métro et le RER ont explosé : +58 % en moyenne en Ile de France.  « Les Franciliens ne sont plus tranquilles ni chez eux ni dans les transports. Depuis 6 mois les violences aux personnes, les cambriolages, les agressions dans le métro, le RER ou les trains de banlieue ont connu une progression spectaculaire, inédite dans notre région depuis 2000-2001. A un point tel que les responsables ne veulent plus officialiser les chiffres qui circulent … » constatent certains élus de droite en ajoutant : «  Chacun sent bien dans sa vie quotidienne qu’il ne s’agit pas  d’un sentiment d’insécurité  comme dirait Lionel Jospin, mais d’une véritable insécurité »

     

    Vanves n’est pas épargné. Depuis le début de l’année, il en a été pratiquement question tous les jours, avec notament ce point de fixation de la rue de Châtillon et de la résidence du logement Francilien qui en est l’illustration depuis l’été 2012, mais aussi l’immeuble de l’office HLM Dépatemental, Hauts de Seine Habitat de la rue Jean Baptiste Potin. Ils ont fait l’objet de deux réunions distinctes animées par le maire Bernard Gauducheau, son adjoint à la sécurité Laurent Lacomére et la commissaire de police de Vanves.  La rue de Chatillon a fait l’objet d’une réunion le 31 Janvier dernier à l’école Lemel durant laquelle plusieurs décisions, attendues depuis des mois,  ont été prises, à la suite de feux de poubelles, de vols à la roulotte, dégradations de véhicules, de halls et de caves. Pour Jean Baptiste Potin, la réunion s’est déroulée le 19 Février au Pavillon des Sports pendant plus de deux heures, à la suite d’un incendie de cave, d’un autre dans un ascenseur, et de trafics de drogue menés par 2 ou 3 familles connues de la police, surveillées et épièes…par des planques puisque la régle veut qu’on les prenne en flagrant délit… Il en est de même sur le Plateau depuis le début de l’année avec des voitures brûlées ou des pneus crevés dans les parkings notamment le week-end dernier (23 véhicules d’un coup)... L’ambiance se détériore depuis quelques temps à Vanves comme ailleurs, car des individus se croient tout permis, et n’ont peur de rien, jusqu’à défoncer les vitrines d’une boulangerie tenus par d’autres jeunes pour un refus, jusqu’à tuer des jeunes policiers de la BAC de Paris sur le Périph…sans coup frémir, à cause d’un excés d’alcool et de vitesse. A croire que la vie n’a plus de valeur. En tous les cas, c’est ce que l’on entendait dans les conversations des vanvéens hier au marché, chez un commerçant ou le café (du commerce).

     

    Ce qui donnait du grain à moudre aux élus de cdroite : «  Aprés des années de baisse avec Nicolas Sarkozy l’insécurité devient un nouveau un élément récurrent de la vie des franciliens. Certes Manuel Valls multiplie les discours martiaux et les circulaires, mais sa politique est en permanence nié par celle de la Garde des Sceaux et de l’ensemble du gouvernement : remise en cause des centres de rétention, abandon du programme de construction des prisons, remise en cause des peines planchers … » constatait par exemple Roger Karoutchi, Sénateur UMP des Hauts de Seine. « Il est temps que le Ministre de l’Intérieur donne les résultats détaillés dans les transports et sur la voie publique. Il est surtout temps qu’un plan d’urgence sur la sécurité en Ile de France soit établi avec le renforcement des effectifs de la police des transports, des effectifs de la Préfecture de Police de Paris, et la fin des mesures judiciaires qui rassurent plus les délinquants que les victimes ».