Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Immobilier - Page 3

  • UN ETE DE PROMOTION IMMOBILIERE ET DE PETITIONS A VANVES

    De nombreux chantiers de constructions neuves arrivent à terme durant cet été alors que les nouveaux font l’objet de pétitions : La résidence social au Rosier Rouge : Prés de 130 logements porté par le Secours Catholique, Toît et Joie, le cabinet d’architecte Haour (60 studios de 18 m² pour les étudiants, 43 studios de 18 à 20m² et 24 deux pièces de 45 m² en moyenne pour les jeunes actifs), gérées par l’Association des Cités Du Secours Catholique (ACSC), dont l’ouverture est prévue en Octobre. L’immeuble de 38 logements de MDH, à l’angle  des rues de la République et Raymond Marcheron  face à l’école primaire Larmeroux,  la résidence Niwa de Bouygues Immobilier rue A.Briand (158 logements dont 36 sociaux), France Logis aux 34/36 rue Marcel Yol ( 36 logements) face au Palais Sud du parc des Expositions avec la résidence hôteliére de grand standing à l’angle des rues H/Martin/M.Yoll, Le 39 rue S.Carnot avec ses 64 logements qui sont terminés mais dont les travaux d’assainissement ont bloqué la rue pendant plusieurs semaines, et le 14 bis rue V.Hugo (13 logements) à l’emplacement d’un pavillon, porté par la SCC VH14   

    Alors que des projets immobiliers qui ont obtenu leur permis de construire,  font l’objet de pétitions :  Franco Suisse à l’angle des rues Jullien/Gabrielle d’Estrée à l’emplacement de deux pavillons, et le projet à l’angle de la rue Raymond Marcheron et Villa Julienne de Wills  de 5 étages à l’emplacement de 2 à 3 pavillons avec local commercial au rez-de-chaussée qui pourrait être utilisé par Intermarché pour faire une extension avec un magasin bio… d’autres sont en cours de constructions – Les maisons de Ville d’Immobiliére 3 F,  rue Sadi Carnot face au marché,  les deux résidences face à la mairie - du groupe Accueil Immobilier qui a écoulé 17 appartements sur 36 à un prix moyen de 8.000 euros du mètre carré, et du promoteur Legendre  - ou  annoncés : Ce qui est le cas avec cette résidence du promoteur Ogic & Care Promotion à l’angle des rues M.Martinie et R.Sahors ( photo du site avant travaux) dont le promoteur vante déjà les qualités sur les réseaux sociaux : «  Appartements d’exception du studio au 5 pièces baignés de lumière, avec loggia, balcon, ou terrasse, avec vues imprenables ! Une résidence à l’architecture épurée et raffinée mettant à l’honneur des matériaux de grande qualité ! Un rooftop partagé, végétalisé et aménagé de 140 m2 avec des vues imprenables sur Paris et la Tour Eiffel, pensé pour le bien-être de tous les résident.  Des prestations de standing : un beau jardin paysager en cœur d’Îlot, des matériaux nobles, comme du parquet massif et de la pierre en façade. Privilégiant la lumière naturelle, les parties communes, traitées par une décoratrice de renom !... ».

    Ce projet a fait l’objet d’une convention de projet urbain patrimonial entre l’EPT GPSO et ses deux sociétés pour le financement d’une partie des travaux de réaménagement et d’extension du groupe scolaire du Parc (65% de la réalisation de deux classes). « la ville a trouvé cette solution pour demander un effort aux promoteurs afin de participer à l’effort d’équipement public qu’implique leur nouvelle construction » avait expliqué le maire de Vanves lors du dernier conseil municipal. Enfin, un chantier semble se préparer rue de la République au niveau de l’ex-entreprise BTH presqu’en face du nouvel immeuble MDH

    A Suivre…

  • 600 LOGEMENTS PREVUS A L’HORIZON 2025 DANS LE TRIANGLE D’OR DU CLOS MONTHOLON A VANVES

    Les vanvéens du clos Montholon commence à sentir les effets de la future arrivée du Grand Paris Express. Surtout les propriétaires des pavillons situés dans le triangle d’or pour les promoteurs , entre la rue du Clos Montholon, et les avenues du Général de Gaulle et de la Paix. Pour l’instant, ils souffrent du chantier et ils sont très sollicités par les promoteurs qui leur font des propositions qu’ils ne peuvent généralement pas refuser, car ils leur proposent le double ou le triple de la valeur foncière. « Le nombre de logements construits d’ici une dizaine d’années est évalué à 600 » selon le maire de Vanves qui a fait un bref commentaire sur la mutation immobilière que vit ce secteur à l’occasion de la réunion publique de quartier des Hauts de Vanves à l’école Larmeroux lundi dernier et de la présentation du projet immobilier du promoteur Franco-Suisse (sur la photo).

    Il s’agir de 89 Logements répartis sur deux bâtiments, l’un sur le devant de la rue du Clos Montholon (53 logements) et un autre en arrière (37 logements) sur 4 parcelles pavillonnaires, conçus par l’architecte Emmanuelle Gustin. Cette société de promotion immobilière est connue pour être l’un des derniers de cette profession à travailler la pierre de taille à la main. Ces immeubles  s’étendront sur 5500 m2 avec des logements allant du studio au 5 piéces avec un prix du mètre carré à 7400 €. Le permis de construire qui a été déposé à la mi-Mai devrait permettre un début de chantier au second trimestre 2018.

    De tels projets devraient se multiplier. Heureusement « Vanves a réussi  à faire valider un PLU qui est plus restrictif que d’autres en petite couronne parce que notre ville est déjà très dense. 3 à 4 étages semblent raisonnables pour maintenir un certain cadre de vie urbain. On a réussit à garder un contrôle dans le cadre de nos régles actuelles du PLU » indiquait Bernard Gauducheau  et notamment dans ce triangle qui a fait l’objet d’une révision particulière. Il est d’ailleurs très attentif au choix des promoteurs, se permettant de refuser de voir l’un d’entre eux construire sur la ville, comme ce fut déjà le cas dans la rue Raymond Marcheron voilà quelques années.  

    Mais ces constructions vont entraîner nécessairement de nouveaux équipements publics, pas de crèches, mais surtout un groupe scolaire élementaire, car vu le prix du mètre carré, il ne s’attend pas à voir arriver de jeunes couples avec de très jeunes enfants. Pas question d’en construire un nouveau  mais plutôt de réaliser une extension de l’école du Parc qui bénéficie de surcroît d’un environnement privilégié, fréquentés d’ailleurs par les enfants de ce quartier. « Vu le prix du mètre carré, il sera difficile de faire du logement social » a-t-il répondu à une question.    

  • TRANSACTIONS IMMOBILIERES A VANVES : CALME PLAT DANS UN MONDE AGITE

    Dans le même temps, il était intéressant de voir comment cela se passe sur le terrain où le magazine Capital notait « qu’il faut jusqu’à six mois de délai avant de pouvoir céder son bien à Issy-les-Moulineaux ou Vanves »  en faisant le point sur les ttransactions immobilières

     

    « Les acheteurs qui avaient déserté ces deux communes du sud-ouest parisien à partir du printemps 2012 ne sont toujours pas revenus. Résultat, une forte contraction des transactions (de l’ordre de 30%) au cours des douze derniers mois. La raison? Des tarifs jugés beaucoup trop élevés, sauf pour les petites surfaces de haut standing et en parfait état. Désormais, les acquéreurs ne sont plus disposés – alors que la demande est ­désormais inférieure à l’offre – à payer le même prix pour n’importe quel logement. D’où, globalement, un mètre carré qui commence à chuter, de 2 à 10% selon les cas, et des délais de vente qui se sont allongés, entre trois semaines pour le haut de gamme à plus de six mois pour le tout-venant. » Le problème est que beaucoup de propriétaires «continuent à surestimer leurs biens, ce qui durcit les négociations et retarde, voire annule, la vente», constate Bernard Séguy, de Sabine Immobilier. A une exception près – le mètre carré est 10% plus cher à Issy qu’à Vanves –, la situation est la même dans les deux villes : le marché ne semble pas près de repartir ! » indique Capital.

     

    C’est peut être la raison pour laquelle Parent immoblier a lancé un magazine depuis quinze jours sur ses deux communes : « Bien Vivre à Vanves et sa Région », journal de proximité et d’informations utiles ayant pour ambition de d’apporter une nouvelle approche du maché de l’immobilier et de son actualité. Dans son éditorial, Gilles Parent constate durant ce dernier trimestre 2013, « un recul des ventes de façon général et un ajustement des prix » dûs  principlement « aux nombreuses incertitudes pour les priopriétaires, acquéreurs et investisseurs ». Pour lui, « la situation est plutôt tendue, mais les conditions sont réunies pour qu’elle soit meilleure. Une amélioration des transactions est d’ailleurs survenue à la fin de l’été, grâce à une légére baisse des prix, un coût de crédit encore très abordable et l’assouplissement du régime d’imposition des plus value » indique t-il en se voulant optimiste : « En dépit de toutes les informations drainées dans la presse, globalement pessimiste, nous tenons à vous rassurer sur notre marché qi reste tout de mêrme très actif pour les biens de qualité ». Il indique d’ailleurs  que ses agences réalisent depuis plus de 3 mois, 15 à 20 transactions par mois.