Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Immobilier - Page 2

  • UN COLIVING AVANT L’HEURE A VANVES AVEC LA RESIDENCE DES CELIBATAIRES

    Enfin, dans le projet Mixcité, suspendu pour l’instant grâce à l’action des riverains, il y avait ce projet de coliving, résidence d’appartements à parttager : Des logements à partager, avec divers services dans la résidence du genre spa,  salle de fitness, café épicerie etc…

    Ce qui n’est pas nouveau à Vanves même si le concept a évolué avec le coliving : Mais c’est ce que proposait à l’époque de sa construction la résidence des célibataires rue du Moulin, construite en même temps que l’hôtel Mercure et ses immeubles voisins en 1982/1983 sur le Plateau : Ce n’était pas des appartements partagés, mais 220 studios de 25 m2 avec différents services : Salle de gymnastique, buanterie avec des machines à laver le linge et deux sécheusses, une sllteTV…Cette résidence avait été imaginé par le promoteur Pierre Devillard.

    D’ailleurs dans les immeubles riverains du parc des expositions à Vanves comme chez les communes voisines, les agents immobiliers et notaires, ont noté que des entreprises recherchent de grands appartements pour les transformer en coliving avec 3 à 4 ou 5 chambres avec living/salle à Manger, cuisine communes pour les louer à des personnes venant travailler pour un salon ou plus longtemps 6 mois, un an ou plus à Paris. Un nouveau phénoméne.

  • REVUE DE PRESSE A VANVES : LORSQUE «LE MONDE» PARLE DE STEPHANE PLAZA

    Un article du Monde très intéressant s’est intéressé voilà quelques jours  ( 19 Janvier 2019) aux «bonnes affaires de la maison Plaza» consacré à cet «animateur de M6 spécialisé dans les émissions d’achats et de ventes de logements » qui «est un touche à tout, désormais à la tête d’un réseau de 400 agences immobiliéres» dont une à Vanves, rue de la République dans le Centre Ancien (photo de l’équipe parue dans Vanves Infos)  depuis plusieurs mois.

    Occasion pour Jean Michel Normand d’expliquer sur toute une page que «Stephane Plaza creusé son sillon en théatralisant le rapport à l’immobilier» à travers ses trois émissions hebdomadaires qui réunissent régulièrement plus de 2,5 millions de téléspectateurs. «Stephane Plaza a eu l’intuition qu’il fallait réintroduire un zeste de marketing pour réenchanter l’austére profession immobilière jusqu’alors rétive à la mise en scéne » explique le journaliste « en ayant importé des USA le concept de «home-staging » qui vise à faciliter la vente d’une maison en rénovant la décoration à moindre frais et en adoptant un style moderne  mais neutre, voire dépersonnalisé, acceptable par le plus grand nombre» explique t-il en ajoutant que « depuis 2 ans il a levé le pied sur ses activités extra-immobilières pour se consacrer à son vaste projet : mettre son aura médiathique au service de la constitution d’un groupe qui pourrait se hisser parmi les cinq premiers réseaux français », en visant 500 points de vente en 2020.

    Rappelons qu’il avait lancé en 2025 son entreprise « Stephane Plaza Immobilier » depuis son agence du 11éme arrondissement «supervisant le recrutemet des franchisés, les nouveaux venus (devant) versés 27 000 € de droit d’entrée et 8% de royalties sur le chiffre d’affaires » avec à la clef, une formation comprenant des cours d’expression théâtral. «Ils soucrivent aussi à un règlement intérieur qui interdit notamment au personnel de fumer devant l’entrée de leur agence – « pour le public, cela veut dire qu’on glande » assure t-il. « A L’intérieur des locaux, l’atmosphère se veut plus cosy et décontractée qu’aillleurs, les couleurs sont gaies et les tables rondes plutôt que carrés » décrit il en le citant «Il faut retrouver une qualité d’écoute une empahie. Un peu de la magie de la télé »…. « Reste à savoir si ces disciples consacreront autant d’énergie aux causes perdues – à l’image de leur mentor dans ses émissions- qu’aux ventes ficelées d’avance »  

  • IMMOBILIER : VANVES DEVIENT ATTRACTIF POUR LES PARISIENS

    Vanves est devenu attractif tardivement par rapport à Issy les Moulineaux, et même Malakoff comme l’a indiqué un article des Echos cet été :« Avec un prix moyen au mètre carré dans l'ancien qui dépasse à peine les 6.000 euros (selon MeilleursAgents.com), Vanves fait partie des marchés immobiliers porteurs de la petite couronne…. La demande a beaucoup augmenté dernièrement. Vanves est tout près de Paris, juste derrière le périphérique, et les familles des 14ème et 15ème arrondissements commencent tout juste à le réaliser.  En l'espace d'un an, les prix de la commune ont flambés de 5,5%, un point de plus que la moyenne des Hauts-de-Seine. L'une des raisons : l'existence de grandes surfaces et de maisons de ville, des atouts plutôt rares en banlieue proche.  Les biens au bon prix se vendent en l'espace de quelques semaines voire parfois de quelques heures. Ce qui ne laisse quasiment aucune place à la négociation. La clientèle familiale est aussi attirée par la qualité de l'enseignement. La proximité avec le lycée Michelet, qui jouit d'une bonne réputation, est un critère très demandé, d'après l'agence Laforêt » peut on lire dans cet article.

    «Les pavillons d’environ 100m2 avec garage et jardinet qui s’alignent dans le secteur de Michelet, trouvent preneur en quelque semaines aux alentours de 850 000 € » indiquait le newsmagazine l’Express de cette semaine dans un dossier consacré à l’immobilier en Ile de France qui constatait que Vanves comme Montrouge « attirent de nomb)reux actifs qui cherchent à acheter moins cher que dans la capitale ». En donnant des exemples cités par les agences immobilières Parent et Guy Hocquet  : « Très densément urbanisées, ces villes comptent de nombreux immeubles collectifs des années 1930 à 1980 dont les appartements avec balcon, cave et parking se négocient entre 5000 et 6500 le m2 ».  Et de citer des exemples comme ce célibataire qui a acheté dans un immeuble des années 30 de la rue V.Hugo, bien entretenu, un 2 pièces de 46 m2 pour 294 000 € (6 391 € le m2), ou ce couple de trentenaire qui a jeté son dévolu sur un 3-pièces des années 1980 (79 m2) pour 460 000 € (5823 € le m2