Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 6

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    PARC PIC ET SQUARES FERMES POUR CAUSE DE GEL

    Les sols étant rendus glissants par la baisse des températures, plusieurs parcs et jardins du territoire de Grand Paris Seine Ouest dont ceux de Vanves sont restés fermés pendant 4 jours de Jeudi à Dimanche dernier. Ce qui a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux auxquels la mairu=ie de Vanves a répondu par une mise au point ce week-end annonçant leurs réouverture hier : «Les équipes de GPSO du service parcs et jardins ont constaté encore lors des visites de contrôle de grandes plaques de verglas sur les sols dans différentes parties du parc Pic. La nuit, avec les températures négatives, le regel est très fort et, si nous ouvrions, le risque de chute est réel.  Celui-ci engagerait, non la responsabilité individuelle de chacun, mais la responsabilité pénale des services de la ville et des élus.  De plus, nous évitons le salage des allées pour des raisons écologiques.  Par ailleurs les aires de jeux enfants sont très glissantes et présentaient encore dimanche  matin un réel danger dû au gel. L après-midi, un léger redoux était observé, ce qui permettra l’ouverture du Parc Pic lundi  matin». Il n’empêche que beaucoup de vanvéens étaient mécontents : « Le parc pic de vanves est encore fermé ! Je ne comprends pas comment il n est possible en 2021 de ne pas enlever les plaques de verglas au bout de 2 jours , on est à -5 , mais comment.font ils dans les pays nordiques !! Le.parc de l ile saint germain est ouvert ...je ne comprends pas qu’à Vanves ce ne soit pas le cas ... » réagissait Ana Cecilia. « Faudra nous expliquer pourquoi le jardin du Luxembourg est ouvert et pas notre parc de proximité. Totalement incompréhensible !» (Melina) ;  «La neige fond gentiment toute seule dans les allées du parc pic (comme autour de la mare aux canards) ... je ne vois pas trop le danger » (Karina) ; « Quel dommage de fermer le parc , de plus un mercredi alors que nombres d'enfants sont chez eux. Ils se retrouvent privés de beaucoup de choses , piscine, ciné , sport....Et maintenant de jeu en extérieur ! Est-ce plus prudent de les faire jouer sur le bord d'un trottoir pour profiter de la neige que dans un parc sécurisé ?» (Aurélia) ; « Est ce vraiment une raison de fermer encore une fois le parc pic ?? Ce principe de précaution nous enlève toute responsabilité et liberté !!! Encore une fois ce sont les jeunes qui trinquent … Qu’est ce qu’on risque ? de tomber en s’envoyant des boules de neige ??!!! Entre le couvre feu et ce genre de décisions la coupe est pleine !» (Alissa) : «Super, pas de parc, et pas non plus de recréation en maternelle. Gardons précieusement les enfants dans des bulles protectrices » (Poppy Props) ; « Obliger les enfants a jouer dans les rues c'est dommageable pour tous !! » (Kuypper). 

    CAREME ET FETE DES CENDRES

    Les paroisses de Vanves avec les congrégations des Bénédictines et des Xavières qui fêtent leur centenaire cette année  célébreront le mercredi des Cendres inaugurant 40  jours pour se préparer à Pâques, jour de jeune et d’abstinence avec des messes ‘entrée en carême avec imposition des Cendres à 8H à Saint Remy, à 12H chez les Bénédictines, à 12H15 à Saint François. Les paroisses ont prévus durant le Carême plusieurs temps forts : Le Saint Sacrement sera exposé chaque vendredi à Saint François de 7H30 à 8H30. Des paniers du cœur seront disposés dans les églises et les accueils  pour recueillir des denrées alimentaires et les produits d’hygiénes pour les plus démunis. UN chemin de Carême solidaire avec le CCFD-Terre solidaire sera proposé chaque dimanche avec «un parcours d’engagement pour habiter la même maison et construire une terre solidaire». Enfin, chez les Bénédictines de Vanves  le P Jacques Turck donnera un enseignement  chaque jeudi à partir du 25 février de 15h40 à 16h40, « à la découverte des fondements anthropologiques, bibliques et théologiques de l’Eucharistie » dans la salle Saint Jean du Priéuré ou sur sur YouTube et Facebook

    VACCINATIONS

    Le centre de vaccinations d'Issy-Vanves à la halle Christiane Guillaume à Issy continue son travail avec 420 vaccins par semaine. Mi février, près de 1700 personnes dont 40% de vanvéens, ont reçu leur première dose de vaccin. Les secondes injections ont démarrés le 15 février. Parallèlement, le nombre de premières injections sera inférieur dans un premier temps, puis augmentera au fil des semaines. «Nous espérons que de nouvelles livraisons de vaccins permettront d’ouvrir de nouveaux créneaux» indiquent ses responsables. L’équipe du centre d’appel (IRIS) a été renforcée par des agents volontaires pour absorber le flux des appels. Au cours de la première semaine, 6 354 appels ont été traités (par comparaison, IRIS traite habituellement environ 1000 appels par semaine), soit plus de 6 fois le volume habituel. Ceux qui n'ont pu obtenir de rendez-vous ont été inscrits sur une liste d'attente et seront rappelés lorsque de nouveaux créneaux seront ouverts

  • UNE PROFESSION MONASTIQUE CHEZ LES BENEDECTINES DE VANVES, UN EVENEMENT RARE ET RICHE EN SYMBOLE

    La Bénédictines compte une nouvelle sœur de plus depuis une semaine après la profession monastique de Bathilde Moulin-Garrivier qui s’est déroulé le 2 Février dernier dans la chapelle du prieuré, présidé par Mgr Rougié Evêque du diocése des Hauts de Seine, en présence des péres Hauttecoeur et Aville, ancien et actuel curé de Vanves. Une très belle cérémonie pleine de symbole et de gestes significatifs, mais aussi une grande fête pour permettre à Sœur Bathilde d’être accueillie dans l’église et la communauté. La dernière profession de foi monastique remonte à 2015 dans ce prieuré. «Comme il est bon d’être réuni pour cette profession de foi monastique entre les célébration de la Saint Bathilde et la présentation du seigneur » selon Mgr Rougié et à la veille d’un dimanche célébrant les vocations. Notamment d’une nouvelle sieur qui a choisi comme prénom  «Bathilde » :  «C'est un choix à la fois personnel, puisqu’elle a connu la congrégation en étant bibliothécaire à la BNF, au cours de son travail pour la BNF; elle a aimé et a désiré se laisser porter par son patronage pour répondre comme Bathilde à une vocation «tardive» pour passer sa vie «abimée dans la prière.  Il est lié à ce prieuré, qui porte ce nom voulu non par Dom Bello l'architecte mais par nos fondatrices » confiait sœur Marie Madeleine Caseau, prieure à la fin de cette belle cérémonie

    Quatre moments importants ont marqué cette liturgie de la profession de foi monastique, mardi dernier : l'appel tout d’abord, où la soeur répond librement à son nom : « Me voici ! » la réponse est personnelle, accuellie par l'Eglise.

    Le deuxième est l'engagement que reçoit la prieure après que l'Eglise ait authentifié la demande. La prieure reçoit la profession avec l'interrogatoire : veux-tu vivre les trois vœux : stabilité, obéissance et conversion des mœurs. La soeur a ensuite lu sa charte, l’a signée, l’a montrée à la prieure, à l'évêque, à chaque soeur du chapitre de la commnunauté et à l'assemblée, puis Sœur Marie Madeleine, la prieure l’a signé et la soeur l’a déposé sur l'autel, lieu du sacrifice du Christ auquel elle est associée. Elle a fait ensuite profession d'obéissance par le geste d'obédience entre les mains de la sœur prieure, en silence puis chant du suscipe, le verset de profession monastique : «Reçois-moi, Seigneur selon ta Parole et je vivrai, ne déçois pas mon attente» trois fois repris par la communauté. La troisième étape est intervenue avec la consécration monastique, soeur Bathilde s’étant prosternée, que Mgr Rougié a accompli avec l'appel de l'Esprit, la litanie des saints, la prière de consécration, la plupart des soeurs s’étant placés autour d’elle, puis ont étendu la main droite sur elle en signe d’appartenance .

    Le quatrième temps a été remise des signes, la coule, le vêtement de prière par la prieure, l'alliance et le psautier par Mgr Rougié comme signe de l'alliance sponsal et mission dans l'Eglise, pour célébrer les louanges de Dieu. Il s’est terminé par l’accueil dans la comunauté et la congrégation, marqué le baiser de Paix, généralement, mais là par une accolade à cause des précautions sanitaires, avec chaque sœur : «Sœur Bathilde, désormais tu es membre à part entière de notre congrégation des bénédectines de Saint  Bathilde » a alors déclaré sœur Marie Madeleine, la prieure

    Mais d’en arriver à cette profession de foi monastique, la préparation est longue puisqu'il faut au moins sept ans de vie partagée avant l'engagement définitif. «Les différentes étapes, entrée au postulat, entrée au noviciat avec la vêture, la première profession, jalonnent l'intégration progressive et l'apprentissage de la vie commune. La recherche du bien commun devient très concrète et dans les petits détails. Tout prend sens au fur et à mesure, et c'est cela qui authentifie l'appel et aide à faire le pas définitif tant pour la soeur que pour la communauté. Les semaines qui précèdent sont des semaines de prière, de préparation surtout de la cérémonie avec le choix du jour, des textes, de acteurs, comme les musiciens, les célébrants, les chantres, la répétition des rites pour les assimiler est un moment fort, une vraie connivence naît entre la prieure et la soeur; c'est comme une naissance ... engendrer à la vie de consacrée. La veille, le silence, l'intériorité sont là si tout a été bien orchestré et préparé d'avance, l'essentiel est de vivre l'essentiel, vivre le don au présent donc être totalement dedans, non en représentation, en spectateur mais bien en acteurs mus par l'Esprit. Le Christ s'offre en nous, à par nous, à nous... Mystère qui nous dépasse, nous déborde en nous traversant» expliquait Sœur Marie Madeleine Caseau, après cette magnifique profession monastique qui s’est terminée par un temps convivial.

  • LES BENEDICTINES DE VANVES VONT CELEBRER LE CENTENAIRE DE LA CREATION DE LEUR CONGREGATION

    La Congrégation bénédictine de Saint Bathilde fondée en 1921 qui est entrée dans l’année du centenaire de sa création, a célébrée Samedi  par une messe solennelle, sainte Bathilde, aprés une semaine de retraite animée par un dominicain. Epouse de Clovis, elle  fonda de nombreuses abbayes, entre autres celle de Chelles dans la vallée de la Marne (aujourd’hui diocèse de Meaux en Seine et Marne) où elle termina sa vie, dans la plus grande humilité, se consacrant au service de ses sœurs, des pauvres et des hôtes.  C’est en connaissance de cause que Dom Besse, féru d’histoire monastique, choisit le patronage de sainte Bathilde pour la congrégation de Vanves dont il voyait en Madame Delmas la future fondatrice. «Cette femme forte au cœur viril» qu’était Bathilde, modèle de courage avisé, de conviction religieuse autant que d’abandon à Dieu, Dom Besse la voulait comme protectrice de l’œuvre entrevue. Il avait reconnu en Madame Delmas une femme de cette trempe»

    Bénédictine Waddington Delmas avec soeur Marie Scholastique Richard à Paris  ont créé cette congrégation en 1921, mais elle ne s’était s’installé que bien plus tard à Vanves dans ce prieuré Saint Bathilde  construit en 1934 par dom Bellot,  après avoir fondé le monastére d’Ambositra à madagascar en 1934. Un film est en train d’être réalisé par la société « les Films du Large » intitulé «La congrégation Sainte Bathilde à travers le monde » qui présentera l’histoire et les perspectives de chaque monastére et servira bien sûr de communication après du grand public et à la formation des novices. A Vanves, la congrégation célébrera ce centenaire en Novembre prochain

    Cette congrégation compte aujourd’hui 200 sœurs et 10 monastères en France, à Madagascar, au Vietnam, au Bénin et en éthiopie, dont une vingtaine à Vanves sans compter les novices en formation et des étudiantes. A l’occasion de la fête de la présentation du Seigneur, elle accueille aujourd’hui une nouvelle sœur (Sœur Bathilde) qui s’engage dans la vie monastique et la consécration au cours d’une célébration présidée par Mgr Rougié, Evêque des Hauts de Seine.

    Elle héberge l’AMTN (Amis des Monastères à Travers le Monde) qui rassemble tous les monastères de cette congrégations, finance de nombreuses congrégations et  leurs projets, notamment au brésil, au Brésil, au Rchad, au Rwanda. Elle tenait dimanche dernier son assemblée générale où elle a fait le point sur son action durant cette année 2020 particulière, sachant qu’elle a engagé un projet de création de fondation pour recevoir des dons afin de financer ses projets, qui devrait être formalisé durant l’année 2021.

    Il ne faut pas croire que ses sœurs vivent cloîtrés derrière les murs de ce prieuré. Elles sont en lien permanent grâce à tous ces moyens modernes de communications tant avec Vanves, en étant présent sur le terrain, qu’à travers le monde où elles se déplacent quelquefois. Ainsi l’AMTN a fait 105 303 € de dons à différents monastères en 2020 pour financer 9 projets dont des formations donnés par un monastère au Randwa, à un centre d’accueil ouvert par les soeurs au Cameroun, mais aussi le remplacement d’iun tracteur dans une ferme an Afrique du Sud. Mais elle est aussi sollicitée par des soeurs bénédictines pour la construction d’une hôtellerie au Pérou, l’achat d’une presse à huile de palme au Nigéria, la fondation d’un nouveau monastère au Vietnam