Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commerce local - Page 2

  • 40 ANS POUR L’HÔTEL MERCURE DE VANVES QUI A SU S’ADAPTER A UN CONTEXTE TRES CONCURRENTIEL

    Depuis maintenant 40 ans, l’hôtel Mercure a traversé de multiples événements, de nombreuses transformations, avec 7 directeurs qui se sont succédés à sa tête, en apportant chacun  leur «touche» : Michel  Freschel qui a été conseiller municipal. Fabrice Mauny , Patrick Belloir,  Jean Paul  Peres,  Yveline Sacotte, Jean Michel  Lebrun et Philippe Marchand depuis 2018. Son activité est très liée au parc des expositions (à 50%),  suivi par les séminaires (25%), le tourisme (20%) de groupe,  et des clients d’affaires (5%) qui a subie les contrecoups au fil des années, de la guerre du Golfe, des attentats tant en 2001 qu’en 2013/2015,  de la crise économique de 2009, et surtout de la crise sanitaire de ses deux dernières années, avec un très net fléchissement d’activité  

    10 ans après son ouverture, il avait plus ou moins bien traversé les effets de la guerre du Golfe comme tous les hôtels parisiens. Sa direction, sous la houlette de Jean Michel Peres,  avait développée un plan de numérisation de l’ensemble de ses services et de sa gestion, de la réception clientèle aux services techniques et de sécurité, avec quelques travaux d’embellissements.  20 ans après, Yveline Sacotte, dirigeait cet hôtel  alors que l’hôtellerie parisienne ressentait les contecoups de l’attentat du 11 Septembre 2001. Elle a embellie l’Atrium pour le rendre plus chaleureux, casser l’ambiance béton, avec 1200 plantes vertes dont des palmiers de Californie, donné une teinte bleue à la verrière…, climatisé l’hôtel et transformé  le bar puis le restaurant en « bistrot des terroirs ». Pour ses 30 ans, Jean Michel Lebrun a rendu l’hôtel moins énergivore, en transformant une nouvelle fois l’atrium mais surtout en menant la première grande rénovation de ses 388 chambres dont 4 suites et 50 chambres « priviléges » notamment au niveau éclairage, literie, salle de bains, et une réfection des salles de séminaires avec un décor « tendance » et plus moderne, avec les dernières technologies en termes de signalétique par exemple. Mais il avait dû gérer les nuisances des cars de tourisme stationné rue du Moulin auxquels étaient devenues plus sensible les riverains

    Pour ses 40 ans, l’hôtel sort de deux ans de crise sanitaire, n’ayant recommencé à fonctionner normalement que depuis Février 2022 avec Vinexpo, les salons de la plongée, de l’agriculture rétro-mobile, des séminaires aux effectifs limités (25) au début.  Il avait connu un sursaut entre Septembre  et Décembre 2021 entre deux confinements, après avoir été complétement fermé pendant le premier confinement,  puis fonctionné au ralenti lors des suivants, «en mode «warning» sur la bande d’urgence » comme Philippe Marchand, son directeur actuel (sur la photo), l’avait expliqué au blog, «  ouvert dans la limite de ce que l’Etat nous permet, en maintenant une prestation 4 étoiles, sans restauration, avec service des clients en chambres tout  en continuant à apporter un service 4 étoiles pour surtout une clientèle d’affaires, puisque nous n’avons pas de touristes». Ce qui représentait une vingtaine de clients chaque soir, en semaine.

    «Jamais, il n’avait connu une telle baisse d’activité ! » constate Philippe Marchand qui avait lancé en 2019 des travaux de transformations de grande ampleur qui se sont terminés pendant le confinement,  des chambres à l’atrium avec ses espaces d’accueil, son bar, son restaurant, les salons … confié à un architecte décorateur Laurent Maugoust qui a voulu recré une ambiance lié à l’exposition universelle. Grâce des motifs liés à l’art décor sur le sol, dans les chambres avec une tête de lit particulière, un comptoir de réception avec des structures tubulaires, et les luminaires où il a essayé de représenter des dirigeables, avec des plantes naturelles. Ils ont été complété par une rénovation extérieure des façades sur l’arrière du bâtiment. Prochaine étape : l’ouverture d’un bistrot à la Rentrée 2022 qui est une façon de se tourner vers Vanves, dans la salle du Millésime avec une terrasse extérieure dans le petit enclôt donnant sur la salle Michel Ange et la chapelle orthodoxe. Notre objectif est de nous situer entre le très festif Mama Schelter et le Roof du Novotel» indique-t-il .

    Le contexte de ce 40e anniversaire a complétement changé pour cet hôtel qui se trouve dans le futur 4e pôle hôtelier de l’Ile de France autour du parc des expositions grâce à l’ouverture de 800 nouvelles chambres avec le Mama Shelter et le Novotel à la porte de la Plaine, le Marriott à Issy les Moulineaux…en autre avec bientôt la tour Triangle, et en face un hôtel Oklo etc… «Nous avions deux solutions : Maintenir l’hôtel à son niveau, ou le transformer en plus haut de gamme. Accor a vraiment fait ce qu’il fallait pour que l’hôtel reste dans son marché. Il a voulu que l’établissement soit représentatif et un produit répondant aux aspirations des clients. Il a choisit de mettre 11 M€ dans ses travaux qui lui ont permis de se repositionner » explique Philippe Marchand qui, à défaut d’un spa ou d’un rostoff, s’est tournée vers d’autres produits d’appel comme ce simulateur de vol d’un A 320 installé dans un petit salon par la société Aviasim pour ses formations et des animations, qui a fait l’objet ‘un article dans le Figaro…dont pourront peut être profiter les invités à la soirée anniversaire prévue le 10 Mai prochain

  • VOILA 40 ANS, L’HOTEL MERCURE OUVRAIT SES PORTES A VANVES SUR LE PLATEAU

    L’Hôtel Mercure a ouvert ses portes le 23 Avril 1982  à la veille de la Foire de Paris, et était inauguré en grande pompe  le 9 Juin 1982, après 18 mois de chantiers. L’architecte Martinet avait conçu cet hôtel de 395 chambres dont 10 réservées aux handicapés, répartis sur 8 étages qui formait un énorme quadrilatére renfermant un vaste atrium, le premier en France alors, sur lequel donne toujours un tiers des chambres. « A chaque fois qu’un client arrivait pour la première fois, il levait la tête automatiquemnet étonné par ce vaste espace intérieur » avait remarqué l’un de ses premiers directeurs. Cet espace de rencontre dessert toujours le bar et la brasserie qui étaient alors très « art déco 1930 » en 1982 avec colonnes Morris, cabines téléphoniques, boutiques de journaux et  de parfum Marrionaud qui ont disparu, et bien sûr les salons  « Elysée » modulables,  et ses 465 places de parkings…qui sont toujours là. 120 Millions de francs avaient été investis à l’époque par le groupe Accor. 

    A l’époque des liens étroits s’étaient développés entre la ville et cet hôtel, à tel point que son premier directeur, Michel Freschel,  a siégé au Conseil municipal. Il cherchait à attirer une clientéle vanvéenne avec la clientéle d’affaire et de tourisme. D’où ces soirées cabaret au bar auxquelles a participé Zanini notamment en Mai, Septembre/Octobre/Novembre 1983, Mars 1984,  ses diners spectacles et soirées  thématiques, ainsi que ses manifestations politiques et associatives organisées dans ses salons dont certaines ont laissés des souvenirs encore vivaces.

    Vanves Infos a même consacré régulièrement entre Septembre 1982 et Mars 1984, une page de pub (en dernière page) dénommée « La Brasserie » dans chaque numéro pour annoncer les soirées, les animations, les événements marquants de l’hôtel avec des publi-reportages (recette, coktail, Pleins feux sur les responsables des services de cet hôtel).

    Une partie du personnel était vanvéen (40 sur 120 employés) à l’époque, la direction ayant mis en place un accueil original pour ses nouveaux employés : Ils étaient invités à se retrouver dans la peau d’un client pour une soirée et une nuit, afin de se mettre dans l’ambiance. 40 ansaprés, cet établissement compte 85 collaborateurs dont une dizaine habitants Vanves et Malakoff. Il est en plein recrutement pour la restauration, le commercial avec un objectif de 100 personnes en 2022 (contre 110 avant la crise

    Il est vrai que, depuis maintenant 40 ans, il a traversé de multiples événements, de nombreuses transformations sur lesquels le Blog reviendra demain

  • L’HOTEL MERCURE DE VANVES PROPOSE DE PILOTER UN AS 320

    Un simulateur de vol A 320 ,grâce à la société AVIASIM,  est installé dans un petit salon de l’entresol de l’hôtel mercure depuis Novembre dernier : « Je n’avais pas la possibilité d’avoir un roostoff ou une piscine avec spa. J’ai répondu favorablement la proposition de cette société d’installer son simulateur pour 2 ans.  De surcroît, Aviasim cherchait un lieu autour du parc des exposition» explique Philippe Marchand, directeur de cet hôtel qui  cherchait à créer une animation en mettant un salon à sa disposition. Ainsi Aviasim fait ses formations, et permet aussi de créer une animation  pour une soirée ou un séminaire afin de permettre à des invités de piloter un A320

    Ainsi, pendant une séance d'au moins 45 minutes, ils peuvent apprendre à contrôler un avion aux côtés d'un vrai pilote, diplômé, et aux manettes d'un poste de pilotage fidèlement reconstitué, selon un plan de vol qui comprend plus de 15000 destinations.  «Cette expérience ludique et captivante  permet au moins de se familiariser avec cet appareil si complexe et fascinant qu'est l'avion ». La simulation de vol est très réussie : les bruits de l'appareil s'ajoutent au décor numérique qui évolue en face de vous, comme si vous y étiez ! En effet, face au tableau de bord, le novice se trouve une vue panoramique de l'aéroport et de la ville de son choix. France, Grèce, Angleterre, Etats-Unis, Inde, Japon, Australie, Brésil, Afrique du Sud...

    AviaSim est connue aussi pour proposer des stages spéciaux afin d'aider à vaincre la peur de l'avion. « Cette formation de plusieurs heures  permet d'identifier clairement les craintes avec le pilote. Ensuite, il accompagne et fait découvrir le fonctionnement de l'avion, pour permettre de mieux maîtriser son environnement. En prenant le contrôle des manettes, Aviasim entend vous faire dompter cette bête inconnue qui vous angoisse tant » explique l’un de ses animateurs