Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CINEMA - Page 4

  • 49éme COUPE DE L’AMITIE : LE CINE IMAGE VANVES A LA VEILLE D’UN CINQUANTENAIRE

     

    La 49ème édition de la Coupe de l’Amitié, rendez-vous annuel des réalisateurs (amateurs) de films courts vidéo regroupés en associations en Ile de France se déroule depuis hier soir dans la salle des Cinéastes qui porte le nom du fondateur tant du CIV que de cette Coupe de l’amitiés : Henri Paul Barolet. 35 films sont en compétition pour ce trophée qui se transmet de club en club et récompense le film qui a été jugé le meilleur par un jury : 17 films « Réalité » reportages, récits, documentaires, 6 « Fiction », 4 films « minute » (dont la durée ne doit pas excéder la minute), 8 films « Expression libre » qui laissent libre cours à l'imagination, la créativité, les nouvelles techniques de traitement de l'image vidéo.  4 films du C.I.V. figurent au programme : « chiens de vénerie de race poitevin » de Francis Fercoq, « Fantaisie aquatique » de Jean-Michel Meunier, « Danse des orchidées » de Philippe Fagot et « 737ème ciel » de André Decobert.

    Un jury de 5 membres a été constitué avec José Albertini du Club Audiovisuel de Paris, spécialiste de films sportifs, Michel Desgranges Président du Club Audiovisuel Le Bouchet,  Claudine Dumas, enseignante et réalisatrice et qui a été adhérente du C.I.V., Nathalie Lavergne, réalisatrice à Rueil Vidéo Bravo dont la dernière réalisation "Dualité" a fait une belle carrière dans les sphères associatives et était au programme des rencontres natonales de la fédération à Bourges, en septembre dernier, et Jean-Pierre Le Loarer du CIV, précieux analyste des réalisations du C.I.V. qui sont régulièrement soumises à l'analyse des adhérents. Vous avez encore le temps d'aller voir quelques uns de ces films en compétition à 14H à la salle des Cinéastes ou de participer à 21H à la soirée de gala animée par Lézards en Scéne avec en prime,  le palmarés. Il parait que le tapis rouge et les marches, c’est pour le 50éme anniversaire en 2014.  

  • VANVES ET SA REGION : L’ETUDE ANNUELLE D’AUDIENS MONTRE QUE LA PRODUCTON AUDIOVISUELLE FRANCILIENNE EST INQUIETE SUR SON AVENIR

    Chaque année, à la veille du Festival du film International de Cannes qui se clôture ce week-end avec le palmarés prévu pour Dimanche, la Commission du Film de la Région Ile de France avec le groupe Audiens installé à Vanves, fait le point sur  l'emploi dans la production audiovisuelle et les tournages de films, devant quelques journalistes triés sur le volet, invités au dernier de cet immeuble qui trône rue Jean bleuzen au niveau du Métro Plateau de Vanves-Malakoff

     

    Ainsi, l’emploi dans ce secteur  a progressé de 8% en 2011 soit un  peu plus de 19.000 emplois permanents et près de 121 000 intermittents aux situations diverses. « Après une année 2010 qui marquait le retour à une dynamique positive de croissance (+1%), 2011 est donc celle d'une « forte reprise », malgré l'accroissement des délocalisations de tournages français. Elle  s'explique par l'arrivée de six nouvelles chaînes sur la TNT (en HD) et les tournages en France de productions internationales comme Jackie Chan au château de Courances (Essonne), et autres séries chinoises » indique t-on à la Commission du Film de la Région qui reste très prudent car «  on sent venir un repli de la production audiovisuelle avec un gros impact de la réduction des commandes de France Télévisons, bien engagée ».

     

    Cette étude est complétée par une autre réalisée par le CROCIS (Centre Régional d’observation du Commerce, de l’industrie et des services) sur cette filière cinéma qui montre que notre région-capitale occupe une place prépondérante avec un quart des cinémas français, la moitié des éditeurs-distributeurs vidéo, 68% des sociétés de post-production et de distribution de films et 82% des sociétés de production, ainsi que 80% des salariés travaillant dans ces sociétés. Cette filière regroupe 6 663 établissements dont les activités sont présentes essentiellement dans le Grand Paris (Paris et les 3 départements de la Petite Couronne) et particulièrement sa partie ouest (Champs Elysées, Boulogne, Issy les Moulineaux, Saint Cloud, Neuilly), même si des activités de production commencent à s’implanter au Nord en Plaine Saint Denis (avec la cité Cinéma de Luc Besson)

     

    Cette étude entre dans le détail des acteurs de cette filière en notant plusieurs choses :  un secteur de la production structurellement atomisé avec une poignée d’entreprises produisant plus de 5 films par an tandis que plus d’une centaine d’autres ont produit chacune un film. Trois quart de ses sociétés de production n’ont aucun salarié, parce que beaucoup sont créées à l’occasion d’un  projet de film très précis, très souvent des entreprises unipersonnelles. Ce qui expliquent l’augmentation de + 60% en 10 ans.   Les sociétés de post-production sont également de petites structures dont trois quart n’ont pas de salariés, seules 5% en ont plus de 20, avec un ou deux grands acteurs (Euromedia et Technicolor), une dizaine de taille moyenne. Pourtant c’est ce secteur qui est le plus gros employeur de la filére cinéma avec 5 537 salariés (41%)  alors que ses entreprises représentent 31% des établissements.  Les établissements de distribution de films, d’édition-distribution-vidéo et les cinémas sont  beaucoup moins nombreux, avec également peu de personnel (Les cinémas emploient 23% des effectifs, l’édition-distribution vidéo et de films 7 à 8% des effectifs), la caractéristique de ce secteur étant sa diversité et son morcellement.

     

    Mais voilà  « la petite talle de ces entreprises les rend fragiles, les soumet aux aléas de la conjoncture et constitue une faiblesse intrinséque dans une optique de développement et de pérennisation faute d’un volume d’activité suffisante. Si la filière cinéma francilienne s’appuie sur une vrai richesse d’initiative, ainsi que des compétences de très haut niveau appréciés dans le monde entier » note le CROCIS, « l’urgence se situe du côté des industries techniques dont les difficultés accrues par les délocalisations de tournage risquent d’entraîner une perte de savoir-faire qui constituent un avantage concurrentiel crucial. De plus, la nouvelle donne induite par la mondialisation, le piratage, l’arrivée des géants de l’Internet inquiétent les professionnels. Sans parler de l’UE qui envisage de remettre en cause l’exception culturel  ». 

     

    Enfin, sur les intermittents gérés par la société Audiens, ils seraient 110 700 (en 2011) dans notre région pour la filière cionéma-audiovisuel, car ses structures travaillent essentiellement par mode projet, chaque projet pouvant occasionner jusqu’à deux ans de travail. « Les sociétés recrutent par CDD d’usage autant que de besoin, pour la durée du projet, puis ne conservent en emplois permanents que les fonctions intermédiaires (Chef de projet, directeur artistique, responsable studio etc..). Les variations importantes d’effectifs posent aux entreprises du secteur d’importants problèmes de locaux ».

  • LES 30 ANS DU THEATRE LE VANVES : 5 – LES PREMIERES SAISONS CULTURELLES

    Octobre 2012 est un mois anniversaire pour le théâtre Le Vanves qui célèbre ses 30 ans. C’est pourquoi le Blog Vanves Au Quotidien donne plusieurs petits coups de projecteurs sur ce théâtre et ses premières saisons culturelles

     

    Les premiers spectacles ont été très divers :  Maurice Fanon qui effectuait son retour au music-hall, la création mondial du « Congrés du Feutre » qui fit découvrir Bernard Waller,   avec pour la musique, aussi bien des interprétres consacrés comme Henri Genes, que de jeunes artistes qui avaient déjà acquis ou conquis une reconnaissance de la profession : Mouron, Romain Didier, Jacques Haurogné, Rachid Barhi…ou des compositeurs interprétes comme Pierre Meige, avec une exposition Rock & BD qui  fit le tour de France, un quintette à vent de la garde Républicaine, l’ensemble accordéons de Paris, avec des soirées consacrées au synthétiseur, aux percussions, à des formations plus rares (duo de piano, de musique ancienne), de jazz permettant de découvrir d’autres visages de la musiques. Sans parler de la musique dite classique, associé à des œuvres contemporaines avec l’ensemble JF Paillard, le trio baroque, le trio d’argent, les ensembles Organum, Fitzwilliam, Patrick Fourmillier, Jean Marc Luisada, un jeune de Vanves devenu un  spécialiste de Chopin dont la renommée est internationale.

     

    « Notre public a été sensible aux différents mondes sonores mis en avant, y compris l’opéra. Ainsi, il affectionne les films musicaux ou d’opéra » indique Daniel Miguel Maréchal qui a donné une grand place au cinéma en offrant une programmation variée (en version originale et en version françaises) « qui n’est pas seulement une suite de titres de films mais une organisation de mini-cycles : genres cinématographiques, auteurs, comédiens, sujets, conjonctions historiques… tout est bon pour rapprocher le cinéma avec lui-même et faire mieux comprendre qu’il est une culture ». Il a mis en place « Le classique du mois »  qui faisait l’objet de présentations rapides et denses, et « la perle du mois » avec un film qui avait tendance à sortir des sentiers battus. La carte de fidélité Art et Essai qui offrait 20% de réduction sur la moitié de la programmation, a permis au cinéma de trouver son public d’habitués, dont le nombre a augmenté de prés de 7400 par an en 1983 à 18 500 par au début des années 1990. Et les recettes du cinéma ont permis d’entreprendre le travail théâtrale. « C’est peut être aussi cela la polyvalence » constatait il. A SUIVRE…