Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plan grand froid

  • VANVES SOUS LA NEIGE MERCREDI MATIN, LE PLAN GRAND FROID DECLENCHE EN ILE DE FRANCE

    Vanves, comme de nombreuses communes voisines,  avait, au petit matin hier, des airs de Chamonix. Les vanvéens ont  découvert leurs toits, trottoirs et capots recouverts de neiges.  Cependant, la couche est moins épaisse que prévu, alors que l’on attendait en IDF,  entre 2 et 7 cm, au lieu de 5 à 10 cm. Mais c’était suffisant pour rendre les rues et les trottoirs glissants, fermer certaines voies comme les rue Falret, L.Dardenne,  Victor Higo le long du lycée Michelet…et même le parc F.Pic, ce qui a fait réagir une mére de famille sur les réseaux sociaux – «On n est pas assez enfermés comme ça ? Les temps ne sont pas faciles laissez au moins les enfants jouer danss la neige ! Enfants vanveens passez à travers les grilles et remplissez le parc de bonhommes de neige !» - et Thomas Campion pour faire quelques photos de sa fenêtre de l’avenue du Parc qu’il a fait paraître sur Facebook. Mais beaucoup de seniors n’ont pas bougés de chez eux, comme lors du confinement.

    Près de 300 km de bouchons ont été enregistré mercredi matin sur les autoroutes et les routes nationales franciliennes, une situation « quasi normale » malgré l’épisode neigeux dans la région, indiquait la direction des routes d’Ile-de-France (DiRif) qui avait fermé la RN 118 jusqu’à 14H Mercredi pour éviter une répétition d’un précédent épisode neigeux en février 2018, où 950 véhicules, soit près de 2.000 personnes, avaient été bloqués par la neige la nuit sur cet axe routier aux pentes marquées, qui relie les Ulis (Essonne) au sud-ouest de Paris.  «Le réseau est circulable mais nous demandons une très grande attention aux automobilistes notamment sur les bretelles et les voies rapides car les températures vont encore chuter» indiqué le DiRiF qui avait mobilisé ses saleuses dés mardi matin : 600 agents sont mobilisés sur les routes d’Île-de-France, il y a 1 300 kilomètres d’axes à saler. «La température peut descendre à -10° dans la nuit de mercredi à jeudi» selon la préfecture. Comme  lors du premier confinement, les cours en distanciel ont donc «privilégiés» dans des départements de la grande couronne où les transports scolaires avaient été annulés

    Enfin dans le cadre du plan Grand Froid, le préfecture de Région a renforcé son dispositif de soutien aux personnes à la rue, relayé par chaque préfecture dans les départtements comme ce fut le cas dans les hauts de Seine, en oiuvrant plus de 250 places d’hébergement d’urgence supplémentaires en ÎDF dont 45 dans les Hauts de Seine à destination des femmes, familles et hommes isolés. Toutes les équipes de maraudes, pédestres, véhiculées et nocturnes (Samu Social de Paris, , associations, etc.) sont renforcées pour aller  à la rencontre de tous les publics, y compris dans les zones les moins accessibles. Le nombre d’écoutants du 115 est également augmenté pour répondre aux demandes les plus urgentes. Ces 45  places ouvertes dans le département s’ajoutent aux 511 places déjà mobilisées pour la période hivernale 2020-2021. Au total, plus de 5 600 places d’hébergement d’urgence sont mobilisées chaque nuit dans les Hauts-de-Seine.

  • PAS DE RENDEZ-VOUS A VANVES POUR LA SECONDE SEMAINE DE VACANCES DE FEVRIER SAUF LE TRES GRAND FROID

    Ce début de semaine est marqué par le grand froid sibérien que les vanvéens ont ressenti dés ce week-end, rappelant certains hivers du passé, 1971, 1985/86, 2000 où les températures étaient descendues jusqu’à -15° en 1985/86 par exemple, avec en plus, de la neige.Certains vanvéens se souviennent de trottoirs ou rues complétement gelées, impraticables. La préfecture de Région a déclenché de nouveau son plan grand froid, la Région comme certaines villes ont ouvert exceptionnellement des gymnases de lycées ou municipaux pour héberger ses personnes sans abri qui pourraient s’élever à 5000 selon le recensement réalisé par la ville de Paris lors de la Nuit de la solidarité du 15 Février, même beaucoup plus sur le territoire métropolitain.   

    L’événement de la semaine est ce salon de l’agriculture aux portes de Vanves où la région est présente avec un village francilien Francilien où sont mis en avant les spécialités de la région capitale, Brie de Melun, biére du Vexin, cresson de Méréville, moutarde de Meaux, miel du Gâtinais, menthe poivrée de Milly-La-Forêt….. Cet espace francilien où les départements des Hautsde Seine et des Yvelines ont un stand commun sera ce soir inauguré par Valérie Pécresse sûremment en présence du conseiller régional de Vanves. A Vanves, le marché prendra des couleurs de printemps samedi prochain avec la fête des grands méres, et plus particulièrement jaune avec le mimosa qui sera distribué aux clients

  • VANVES TOUCHE PAR LE FROID SIBERIEN MAIS PAS A L’ABRI D’UNE PANNE D’ELECTRICITE

    C’est un véritable marronnier, dans le terme journalistique, qui revient chaque année, à cette époque, mais un peu tard, aprés des records de douceurs autour de la tréve des confisseurs, dés que le thermométre descend en dessous de zéro pour atteindre cette semaine -8° à -10° aujourd’hui ou demain dans notre commune et la région. Une offensive particulièrement brutale parce que que le froid n’a commencé à s’installer que depuis le week-end dernier.  Occasion de se rappeler comme le Blog de Vanves Au Quotidien, un certain passé de froid et de gel.  Il s'agit d'une "vague de froid intense", "une bonne offensive hivernale", comme il s'en produit peut-être tous les 3 à 5 ans, mais pas un record comme en 1956 ou en 1985, avec cette petite bise gelante.

     

    Rappelez-vous les terribles hiver de 1985, 1986 et 1987…  annoncé par de petites rigueurs en 1984. Vanves Infos avait relaté particulièrement en Février 1987 les « intempéries hivernales » avec des photos de Vanves croulant sous la Neige. Certains se souviennent de ce banquet des aînés qui se déroulait alors dans l’un des restaurants du Parc des expositions ( à l’emplacement du nouvel hall 5)  où arrivés sous un ciel plus ou moins clément, les cars repartirent difficilement dans les rues enneigées de nos communes. Vanves comme toute la Région parisienne avait connu ses jours et ses nuits les plus froide, où la température était même descendu jusqu’à moins 16° en plein centre de Paris (quartier du Marais). Mais ce n’était pas le record enregistré le 10 Décembre 1879 avec -23,9°

     

    Nos parents ou grands pourraient  nous rappeler le terrible trio de 1940-41-42 durant la seconde guerre mondiale suivis par les grands froids de Février 1956, de décembre 1962 et de Janvier-Février 1963. Ce qui est très rare car le caractère océanique du climat francilien se traduit par des hivers frais (des étés modérés et des pluies médiocres) de plus en plus perturbé par la densité de l’urbanisation. Du coup l’hiver est devenu plus doux, le brouillard et les brumes ont plus ou moins disparu (100 jours par dans les années 20, une douzaine actuellement),  les jours de gel ont diminué : 54 au début du XXéme siécle, plus d’une vingtaine actuellement avec des variations importantes entre les quartiers du Grand Paris (14 à Montsouris, 4 à la Tour Saint Jacques) et des villes comme Trappes (58) et Melun (63). Sans parler du vent dont la densification augmente les effets, comme peuvent quelquefois le constater les habitants du Plateau. Et les pluies sont moins fréquentes avec un soleil qui brille plus longtemps comme l’ont constaté des spécialistes de la climatologie qui se sont intéressés plus particulièrement à l’Ile de France.

     

    Les écarts de température entre le Grand Paris (Paris et son agglomération) et la région Ile de France (Grande Couronne) varient de 4° C à 6 C° en hiver. Et ses 2°C d’écart se vérifient si vous montez sur le plateau de Clamart à Béclére, ou du plessis dans la zone d’activité par exemple. Et c’est particulièrement visible en hiver, car cet écart peut être de 14°C entre un quartier très dense du Grand Paris et une vallée verdoyante et peu habité des Yvelines. Et notamment pour les températures nocturnes : les points les plus chauds sont le 9éme arrondissement de Paris (1°C à 1,5°C en plus) en hiver et les quartiers centraux situés à quelques distances de la Seine, généralement sans espaces verts et à forte densité de bâtiments.

     

    De même et sûrement entre le Plateau et le quartier du parc F .Pic ou du PMS André Roche, car les espaces verts font sentir leurs influences sur plusieurs centaines de métres. Il suffit de se promener dans la rue JB Potin lorsque les premiers gels se sont sentir. Tous les véhicules au dessus de la porte d’entrée du parc entre les HLM sur pilotis et les cours de tennis sont blancs le matin, pas ceux qui se trouvent en dessous. Sauf évidemment en cas de grands froids où ils sont tous logés à la même enseigne.  D’ailleurs durant les journées de grand froid et de neige, dans cette rue comme d’autres, qui ne sont pas encore sous le régime du stationnement payant, un phénoméne curieux se déroule  : Comme par hasard, il y a  des places disponibles à des heures où ce n’est généralement pas le cas. A croire  que certains ont quand même garé leur véhicule dans leur parking.

     

    En  attendant, l’Etat avec les moyens des préfectures des Hauts de Seine et de l’Ile de France se sont mobilisés avec les associations  depuis le début de la semaine. Les Préfets ont décidés de renforcer les capacités d'accueil et d'hébergement des SDF  dans le département en activant le niveau 2 du plan grand froid. « Avec l’activation du niveau 1 du plan hiver, 55 places d’hébergement supplémentaires ont été ouvertes hier (à Nanterre, La Garenne Colombes et Puteaux). Aujourd’hui, 55 places additionnelles sont mobilisées (à Nanterre et Garches).  Le dispositif de maraudes nocturne et de jour, assuré par le SAMU social et les équipes mobiles de la Croix-Rouge (dont des éléments de Vanves)  et de l’Ordre de Malte,  a été renforcé et élargi aux bois et squats avec une intervention 7 jours sur 7 » indiquait hier,  un comuniqué de la préfecture des Hauts de Seine en rappelant que « le signalement d’une personne en danger doit être effectué auprès du Samu social (composer le 115). Le 115 évalue l’urgence des situations, déclenche l’intervention des équipes mobiles et régule les places d’hébergement disponibles pour la nuit sur l’ensemble du département ».

     

    Enfin, malgré l'apparent paradoxe, cette petite  vague de froid « ne remet pas en cause le réchauffement climatique » nous expliquent les experts de Météo France. Depuis la fin du 19e siècle, la température moyenne de la France s'est élevée d'un degré. « Là où vous rencontriez des hivers à -20 degrés, aujourd'hui ça fait -19. Ce n'est pas parce qu'on parle de réchauffement climatique que d'un seul coup on va avoir des températures positives tout l'hiver et 40 degrés tout l'été ». Ouf cela nous rassure. En attendant on se couvre et on se tend chaud ! Avec une seule crainte :  La panne d’électricité à cause d’une consommation trop forte d’électricité. 3 départements sont concernés (Bretagne, Alpes Maritimes, Var)où les consommateurs sont invités à modérer leur consommation pour passer sans coupures les pics de consommation. Ce qui n’empêche les vanvéens de faire pareil…surtout Vendredi où il faut s’attendre au pire.