Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

isabelle debrÉ

  • VANVES ET LES DROITS DE L’ENFANT : ISABELLE DEBRE MOBILISE UNE FOIS DE PLUS CONTRE LE SILENCE QUI TUE FACE A LA MALTRAITANCE DES ENFANTS AVEC « L’ENFANT BLEU»

    A l‘occasion de la journée Internationale des droits de l’enfant du 20 Novembre, de nombreuses initiatives ont été prises par différents elus et plusieurs associations durant la semaine qui vient de se dérouler. Et notamment l’association l’Enfant Bleu qui est fortement mobilisée et mais aussi sollicité lors de ce second confinement, comme au prntemps dernier. Sa présidente que les vanvéens connaissent bien isabelle Debré a rappelé une nouvelle fois que «le silence tue» face à la « maltraitances faites aux enfants » :comme elle l’a fait dans une tribune parue cette semaine dans Ouest France

    «Bien que les pouvoirs publics se soient emparés de la lutte contre ce fléau, le nombre d’enfants victimes de violences ne diminue pas. 22 % de français déclarent avoir été victimes de maltraitances graves et répétées durant leur enfance, soit des millions de citoyens. Malheureusement, 80 % des victimes ne parlent pas et ne bénéficient donc pas de mesures de protection administrative ou judiciaire. Alors ensemble mobilisons-nous pour une société digne de ses enfants.  En effet, la loi oblige chaque français à signaler toute suspicion de maltraitance perçue dans son entourage (article 434-3 du Code pénal). Pourtant, les récents procès concernant les meurtres de Kenzo (2 ans) et de David (8 ans), nous prouvent que le silence tue encore. Une nouvelle fois, l’entourage des petites victimes avait connaissance des maltraitances répétées, mais n’a pas alerté. Pourquoi ce silence ? Beaucoup invoquent la crainte de se tromper. D’autres considèrent que l’éducation des enfants est de la seule responsabilité des parents. Certains n’ont simplement pas su vers quelles institutions se tourner» explique-t-elle.

    «Alors comment vaincre ce silence meurtrier ?  En sensibilisant le grand public, tout d’abord, via les réseaux sociaux et les médias. Mettre en avant l’existence d’équipes de femmes et d’hommes, à leur écoute, pour protéger chaque enfant potentiellement victime. Le premier confinement nous a prouvé l’efficacité de cette sensibilisation : grâce aux campagnes d’information du gouvernement et des associations, les citoyens ont pris conscience du rôle qu’ils avaient à jouer. La part des voisins dans les appels reçus par L’Enfant Bleu durant cette période est passée de 2 à 16 %. Rappelons que notre association a créé le site alertersauver.org, qui permet à chacun de s’informer sur la maltraitance des enfants et d’identifier les interlocuteurs auxquels s’adresser en cas de doute. Les divers professionnels exerçant auprès des enfants ont également un rôle décisif. Pour cela, il est essentiel qu’ils soient formés aux repérages des signes de la maltraitance infantile et au recueil de la parole de l’enfant. Mais aussi qu’ils soient informés et accompagnés pour donner l’alerte. Enfin, s’agissant des petites victimes, il nous faut développer la prévention en milieu scolaire. Une action qui fait ses preuves et qui se doit d’être déployée dans tous les établissements, comme le recommande le code de l’Éducation (Article L542-3). L’objectif de ces interventions est notamment d’aider les enfants à connaître leurs droits et à identifier les adultes protecteurs. Chaque famille doit pouvoir élever ses enfants selon ses valeurs et ses croyances dans le respect des droits de l’enfant et des lois de la République. Nous devons néanmoins tous nous sentir concernés et responsables. Il est de notre devoir d’alerter, dès la moindre suspicion, pour sauver un enfant en danger. Le silence tue ou blesse à jamais» conclue Isabelle Debré

  • LA DERNIERE SEMAINE DE CAMPAGNE POUR LE 2e TOUR DES MUNICIPALES A VANVES

    L’image de cette campagne de 2e tour pour les élections municipales restera, samedi aprés-midi,  cette présence massive de la liste Vanves en Tête (UDI/LR) sur l’allée menant à  l’entrée du parc F.Pic  devant laquelle s’était glissé à gauche la liste Vanves Demain (EELV) et à droite, les colistiers de Vivre Vanves (LREM). SI les premiers distribuaient de minuscules bouquets de fleurs, pour la fête des péres – « Je n’en veux pas parce que c’est du clientèlisme » leur a dit une vanvéenne particuliérement excédé par cette présence – les seconds distribuaient aux enfants (seulement) des ballons multicolores, comme ilsl'ont fait aussi dimanche aprés-midi. Il y en avait partout dans le parc et aux alentours. Tout ce petit monde de colistiers de Vanves en Tête et de Vivre Vanves se sont retrouvés sur la place de la République en fin d'aprés-midi  pour une fête de la musique simple mais perturbée par la oluie qui a dissuadé les vanvéens de venir. nfin, il est quand même bizzare que certains événements se répétent à Vanves avec ses croix gammées sur les affiches de la tête de liste Vivre Vanves (LREM), peintes entre 11H30 et 12H samedi par exemple, qui se multiplient. Mais cette fois il est possible que son auteur ait été filmé par une caméra de vidéosurveillance. Espérons qu’elle n’était pas en panne...comme d'habitude, pour indiquer quel st son auteur ! 

    LES RENDEZ-VOUS

    Mardi 23 Juin

    A 20H45 à la Maison Paroissiale Saint Remy : Regards croisés d’un prêtre (bertrand Auville), d’un enseignant  (Vinciane de Samie) dans un lycée technique et d’un psychothérapeute (Vincent Landreau)  sur le post-confinement : « Après l’épreuve du confinement vient le défin du déconfinement. Faisons ensemble un bilan sincère du premier et élaborons des jalons pour le second » invite la pére curé Auvillle

    Dimanche 28 Juin

    A 8H dans les bureaux vote : 2e tour des élections municipales sans surprise qui devrait voir le maire sortant réélu. Le taux d’abstention sera intéressant pour juger de la légitimité des maires élus ou réélus selon les spécialistes

    A 16H à Sain t Remy : Vincent de Labarthe qui a été en insertion à Vanvesentre 2014 et 2016 qui aura été ordonné prêtre par Mgr Lebrun à la cathédrale de Rouen viendra célébrer l’une de ses premières messes.

    MISE AU POINT GAULLISTE

    L’ambiance de la campagne, ces derniers jours devient délétére, à cause des propos particulièrement haineux et orduriers tenus   sur les réseaux sociaux par des co-listiers et supporters du maire sortant qui, de surcroît, est assuré d’être réélu. Ils s’en sont pris ces jours-ci à une Debré, Isabelle ex-sénatrice, ex-1er maire adjoint de Vanves,  vice présidente du Conseil Départemental, présidente de l’Enfant Bleu qui lutte contre la violence faite aux enfants, en la traitant de tous les noms pour avoir rendu un hommage du cœur au Général de Gaulle à l’occasion du 80e anniversaire de l’appel du 18 Juin. Mais de quel droit peuvent ils lui donner des leçons de gaullisme ? Faut il rappeler tout d’abord que les centristes ne sont pas des alliés fiables aux gaullistes, car ils ont trahi le général de Gaulle au Référendum de 1969 en votant « oui mais » à l’instigation de leur leader d’alors, VGE, fondateur de l’UDF et de l’UDI qui lui a succédé. Mais il y a pire. Certains élus UDI  se seraient glorifiés d’avoir voter Marine Le Pen  à la présidentielle de 2017, plutôt que Macron. La chef de file du FN, parti qui a toujours été anti-gaulliste primaire, malgré ses tentatives de récupération ses derniers jours jugés scandaleuses, répugnantes par Jean Louis Debré. Comme on dit en Afrique « quand on monte au cocotier, il faut avoir le cu propre !». Alors les leçons de gaullisme de la part des centristes vanvéens, les vrais gaullistes qui ont rendus l’hommage du cœur le 18 Juin devant la plaque du Général de Gaulle, et ils étaient peu, s’en tapent le coquillard !   

  • LA PHOTO DU JOUR : L’HOMMAGE DU CŒUR D’ISABELLE DEBRE AU GENERAL

    Isabelle Debré, vice présidente du Conseil Départemental des Hauts de Seine, s’est recueillie devant la plaque rendant hommage au Général de Gaulle square Marceau aujourd’hui à l’heure du déjeuner, comme elle l’a twittée. Il n’était pas possible à ses yeux de ne pas marquer cet anniversaire devant cette plaque inaugurée par Charles Pasqua président du département à l’époque et Didier Morin, maire de Vanves,  en Novembre 1990 pour les cent ans de sa naissance,  les 80 ans de sa disparition, les 50 ans de l’appel.  

    Et pour plusieurs  raisons : L’absence de cérémonie prévue comme d’habitude par la section LR de Vanves devant cette plaque, pour soi-disant des raisons de sécurité sanitaire alors que parcs et jardins, restaurants et cafés sont maintenant ouvert, et les rassemblements (de moins de 5000 personnes autorisés),  les tentatives de récupération indécentes comme le disait son beau frére, Jean Louis Debré, de l’extrême droite qui a toujours été anti-gaulliste primaire et dont certains membres ont tenté de l’assassiner. Elle a toujours en tête cette phrase de ces mémoires inscrites sur cette plaque :  «Puique tout recommence toujours, ce que j’ai fait, sera tôt ou tard, une source d’ardeurs nouvelles après quer j’aurai disparu »