Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

françois mitterrand

  • VOILA 25 ANS UN SQUARE MITTERRAND ETAIT INAUGURE A VANVES

    Après l’année « De Gaulle », l’année « François Mitterrand ». Les commémorations ont commencé avec les 25 ans de sa disparition le 8 Janvier dernier célbré à Jarnac par le président Macron. Mais il y aura aussi le 40 anniversaire de son élection, le 10 mai 1981. Date à laquelle un socialiste a accédé pour la première fois à l’Élysée sous la Ve République. Le 50e anniversaire du Congrés d’Epinay où le futur président a pris la tête du parti à la Rose pour le conduire à la victoire 10 ans après.  Avec deux autres dates en octobre : le 26, les 105 ans de la naissance de François Mitterrand. Et surtout, les 40 ans de l’abolition de la peine de mort, le 9 octobre 2021, avec pour témoin, son ardent défenseur de toujours, l’ancien président dministre de la Justice de l’époque Robert Badinter. 

    A Vanves, il y a un square François Mitterrand  inauguré un samedi pluvieux du 23 Novembre 1996 par justement Robert Batinter alors sénateur des Hauts de Seine. C’est le square de la Mairie, Guy Janvier étant alors maire de Vanves.   Mais contrairement au square Marceau où les derniers gaullistes de Vanves se retrouvent chaque 9 Novembre et 18 Juin devant la plaque inauguré en 1990, ce n’est pas le cas des derniers mitterrandiens vanvéens, sauf une fois pour le 30e anniversaire du 10 Mai 1981. Guy Janvier, alors maire de Vanves avait tenu le 10 Mai 2011, à déposer une gerbe devant la plaque se trouve juste en dessous du bureau du maire.  Ce jour là, certains figures locales du PS d’alors, avaient confiés leurs souvenirs à l’auteur du Blog qui les rappelle, même si, pour certains, ils s‘en sont éloignés (du PS) rejoignat LREM.  Antonio dos Santos, trésorier de la section PS de Vanves, qui s’était marié juste un mois avant, et avait cru à un moment donné que c’était perdu comme beaucoup de français, en voyant se dessiner un crâne chauve puis le visage de François Mitterrand– « J’espérais un changement après avoir vu le Portugal se libérer de la dictature » confiait il. Josette Sala a entendu en même temps une clameur s’élevé qui l’a fait descendre dans la rue avec son mari. Claudine Charfe (FdeG) confiait que « le PC avait pris lors de ces élections là une claque ! On n’est pas descendu dans la rue. Mais on a bu le champagne ! » Jean Cyril Le Goff qui avait 11 ans s’était retrouvé sur les épaules de son père à la bastille. Lucile Schmid qui avait 18 ans n’était pas encore engagé politiquement  se souvient que « Ma famille qui était de droite a ressenti de l’inquiétude ! ».   Claire Papy (verts) se souvient être partie à la Bastille : « Tout était bloqué ! Mais c’était un moment de grande liesse. Il a plu et on a pris une douche bienfaisante ! »

  • LE 10 MAI 2011 A VANVES, 30 ANS APRES, ENTRE LEFEBVRE ET MITTERRAND

    Cette journée un peu spéciale, mais pour pas tout le monde, s’est déroulée tout à fait normalement, entre un petit déjeuner très politique des forces vives de Vanves avec le Secrétaire d’Etat Frédéric Lefebvre à l’invitation de Bernard Gauducheau au dépôt de Gerbe square François Mitterrand à l’initiative de Guy Janvier en fin d’après midi, le temps étant lourd et assez orageux comme un certain 10 Mai 1981. Personne ne portait le deuil de cette défaite de VGE, 30 ans après alors qu’elle était encore vivace dans l’esprit de ceux qui l’ont toujours appelé « le Président », alors que l’envie n’avait pas manqué à un vanvéen resté giscardien de porter une cravate noire ce jour là.  

     

    « L’intérêt d’un tissu économique local fort » était le théme du petit déjeuner que le Maire a organisé à Panopée avec les forces vives de Vanves, commerçants, artisans, chefs d’entreprises, hier matin, avec un invité de marque : Frédéric Lefebvre, secrétaire chargé notamment du Commerce et de l’artisanat auxquels s’étaient joint, PC Baguet, président de GPSO et député maire UMP de Boulogne, Hervé Marseille, Maire de Meudon et Vice Président de GPSO, MM Goupillat et Durance, présidents de la CCI 92 et de la Chambre des Métiers 92.  « Vanves n’est pas isolé depuis qu’elle fait partie d’une Communauté d’Agglomératioon, troisiéme pôle économique après la Défense. Nous appartenons à ce véritable porte-avions et il nous faut renforcer les liens avec  GPSO pour profiter de cette dynamique » a expliqué Bernard Gauducheau en introduction, tout comme Hervé Marseille et Pierre Christophe Baguet qui a indiqué que Velizy souhaitait rejoindre GPSO qui pourrait accueillir des villes comme Marnes La Coquette, Vaucresson, Garches et Saint Cloud.

     

    Frédéric Lefebvre a reconnu que Vanves représentait ce matin une pause entre plusieurs étapes provinciales, qui l’avait amené à parler du commerce de centre ville  « qui est un enjeu majeur » à ses yeux. « Il fait parti des préoccupations des français. D’autant plus qu’il y a un retour du commerce en centre ville depuis 3 ans grâce à sa proximité, sa convivialité, sa qualité ». Il a parlé des armes et des moyens dont disposent les élus : Le droit de préemption, pour assurer la diversité des commerces. L’Internet pour préparer l’avenir avec d’énormes surfaces de ventes à conquérir. Il a expliqué qu’il travaille beaucoup sur Internet qui doit prolonger l’activité des commerçants et leur permettre d’affronter les mutations à venir. Le FISAC  qui est un outil pour les maires qui veulent dynamiser leurs villes, qu’il essaie de ré-organiser et de décentraliser : « s’il a aidé à la rénovation des vitrines, je souhaite qu’il aide les vitrines virtuelles »… Vanves en a bénéficié sur 3 tranches (1,2M€) pour le centre ville. Il a abordé » la simplification des démarches et formalités des entreprises, TPE, PME, commerces… en revenant sur ses assises où ont été annoncés 80 décisions demandés depuis 30 ans pour quelques unes d’entre elles par les PME et TPE

     

    Quelques heures plus tard, Vanves avait rendez-vous avec la nostalgie, en tous les cas pour les représentants du peuple de gauche vanvéens. Plus d’une quinzaine de personnes se sont retrouvés square François Mitterrand pour un dépôt de gerbe devant la plaque qui rappelle son inauguration un certain samedi pluvieux du 26 Novembre 1996, juste en dessous de la fenêtre du Bureau du maire de Vanves. Guy Janvier y avait tenu. Et c’était une première dans notre ville, car jamais jusqu’à présent, les socialistes n’avaient, comme les gaullistes, déposer une gerbe au square portant le nom de l’homme qu’ils vénérent.

     

    Ils se sont retrouvés ensuite à leur permanence du 82 rue Sadi Carnot  pour un pot amical et convivial et inaugurer une exposition de journaux et revues datant du 10 Mai 1981 et des jours suivants avec  des témoignages écrits de militants socialistes sur leur 10 Mai 1981. Un militant diffusait même sur un écran, le film de l’inauguration du square François Mitterrand qu’il avait tourné, en présence de Robert Badinter, l’actrice Danièle Delorme qui a lut des extraits du discours de cancun. Et Suzanne Guerif a remis à Guy Janvier un exemplaire du discours qu’il avait prononcé ce jour là et qu’il avait gardé. Quelques militants sont allés à la Bastille pour le concert, mais sans l’orage cette fois-ci.

  • 30 ANS APRES LE 10 MAI A VANVES, TEMOIGNAGES DE VANVEENS…DE GAUCHE

    A l’occasion de la petite fête de la Rose à Vanves Samedi dernier pour la victoire de Guy Janvier aux  élections cantonales, plusieurs participants se sont rappelés de ce qu’ils faisaient ce jour là et comment ils ont vécu cette soirée.

     

    Manifestement, la plupart se souviennent de cet écran TV où s’est dessiné petit à petit le visage de François Mitterrand. C’était vraiment inédit ! Que ce soit René Sédes qui a passé sa soirée devant la TV, Antonio dos Santos, trésorier de la section PS de Vanves, qui s’était marié juste un  mois avant, et a cru à un moment donné que c’était perdu comme beaucoup de français, en voyant se dessiner un crâne chauve puis le visage de François Mitterrand– « J’espérais un changement après avoir vu le Portugal se libérer de la dictature » confiait il. Josette Sala a entendu en même temps une clameur s’élevé qui l’a fait descendre dans la rue avec son mari, son fils rejoignant la Bastille, Suzanne Guerif et madame Vetter qui confie que « cela a été du bonheur », Valérie Mathey…  à une exception prés : André Desloges qui était encore au bureau de vote, sûrement comme assesseur, et qui l’a appris par la radio. Claudine Charfe (FdeG) confie que « le PC avait pris lors de ces élections là une claque ! On n’est pas descendu dans la rue. Mais on a bu le champagne ! » 

     « J’ai vu pour la première fois pleurer mon pére ! Et le lendemain, notre surgé au lycée (qui nous terrorisait) est arrivé en s’exclamant « On a gagné ! ». On n’en est pas revenu » confie Nathalie. Tout comme René Sedes qui le lendemain suivait des cours à Paris VIII : « Notre prof nous a dit que la gauche était passée, on a bu un coup. Mais c’est vrai qu’on ne s’attendait pas à ce résultat là ! ». Fabian Estellano, secrétaire de la section PS de Vanves qui avait un an raconte « que cela  a servi à mes parents de se rendre compte de l’importance d’un vote. C’est pourquoi ils ont demandé à être naturalisé ». Jean Cyril Le Goff qui avait 11 ans s’est retrouvé sur les épaules de son père à la bastille. Lucile Schmid qui avait 18 ans n’était pas encore engagé politiquement  se souvient que « Ma famille qui était de droite a ressenti de l’inquiétude ! ».  Valérie Mathey qui avait alors 20 ans, n’en revenait pas criant « Youpie » lorsque l’image de François Mitterrand est apparue.   Claire Papy (verts) se souvient être partie à la Bastille : « Tout était bloqué ! Mais c’était un moment de grande liesse. Il a plu et on a pris une douche bienfaisante ! »