Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fondation abbé pierre

  • VANVES TRES CONCERNE PAR LE DEBAT SUR LE LOGEMENT QUI S’INTENSIFIE EN ILE DE FRANCE

    Un autre sujet d’actualité a marqué cette semaine écourtée par ce long week-end de l’ascension : le logement, cheval de bataille du conseiller général PS,  préoccupation constante du maire NC de Vanves, et source de conflits et de querelles entre ses deux élus qui n’étaient pas présents ou représentés d’ailleurs aux Assises Régionales du Logement qui se sont déroulées mardi dernier. 

     

    Des assises très intéressantes pour deux raisons. Tout d’abord parce que l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme a donné les résultats d’une enquête menée auprès des communes et préfectures franciliennes  (Note Rapide n0546 Mai 2011) qui indiquait qu’il y avait au 1er juillet 2010 en Ile de France,  406 000 demandeurs d'un logement social, alors que le parc disponible atteint un niveau « historiquement bas », de l'ordre de 75.000 appartements. Paris concentre 29% des demandeurs (117.000 ménages) la petite couronne 41% et la grande couronne 30% alors que le parc de logements sociaux (1.208.000 au 1er janvier 2009) est réparti différemment : 19% du total francilien à Paris, 47% en petite couronne et 35% en grande couronne. En 40 ans,  le nombre des ménages demandeurs de logements sociaux a augmenté de 142.000, presque toujours locataires,  près de la moitié d'entre eux vivant déjà dans des logements sociaux. Le délai d’attente est de 5,4 ans.

     

    Ensuite parce qu’elles ont données lieu à un débat très intéressant sur la gouvernance, sur la façon d’assurer la cohérence des politiques de l’habitat dans la région capitale. Et les avis sont partagés surtout entre les maires et les autres sur la création d’une autorité organisatrice du logement demandée par la Région, le CESER, la Fondation Abbé Pierre, le Haut Comité pour le logement des défaborisés... « Les lois successives et l’éclatement des financements ont par ailleurs entraîné une grande confusion des responsabilités dont les premières victimes sont les bailleurs, les élus bâtisseurs, les associations de lutte contre le mal logement, les franciliens » a constaté Jean Paul Huchon (PS), président de la Région, en ajoutant : « cette autorité permettrait de clarifier les compétences de chacun et assurerait la cohésion des programmations et surtout des financements. Le secrétaire d’Etat au logement B.Apparu m’objecte que ce n’est pas possible, car les maires tiennent à la maîtrise de leur permis de construire. Cela ne va pas être simple d’y arriver » reconnaissait il, suivi par bzaucoup d’élus régionaux commpe Marie Piere de la Gontrie (PS), adjoint au maire de Paris : « c’est l’idée d’une structure collective où l’ensemble des intervenants échangeraient, réfléchiraient et décideraient. Ce qui se passe à Paris Métropole où les élus arrivent à travailler ensemble ». Ou Dominique Voynet (EELV) Sénateur-maire de Montreuil :  « Nous avons besoin d’un outil intermédiaire entre la bonne volonté des maires qui se sentent abandnnés et la stratophére étatique, un syndicat, un outil de coopération, de mise en commun ».    .

     

    « Il faut un accord de l’ensemble des maires sur cette autorité car ce sont qui délivrent les permis de construire » a rappelé Philippe Laurent (NC) son collégue de Sceaux qui demandait à ce que « l’on fasse de la pédagogie ». Car comme l’expliquait Michel Teulé (UMP), président de l’AMIF (Association des maires Ile de France), « les maires ne sont que le reflet de leur population. Il faut donc une adhésion de leur population, des outils pédagogiques » pour expliquer la nécessité de construire car « pas un citoyen n’est prêt à accepter de voir se densifier sa ville. Et construire pour un maire est devenu un véritable parcours du combattant avec les recours qui ne sont pas encadrés et font perdre du temps ». Pour le président de l’AMIF, « les maires ne sont pas préparés. Un Stif pour le logement, ce n’est pas encore pour demain ».

    En attendant, ces maires, en tous les cas, ceux qui siégent à Paris Métropole, dont Bernad Gauducheau, maire de Vanves, ont donné un signe fort en approuvant, malheureusement pas à l’unanimité,  voilà prés d’une semaine une résolution intitulée « une nouvelle politique du logement en faveur des habitants et du territoire de la métropole » et en s’engageant à mettre en œuvre tous les moyens à leur disposition pour atteindre l’objectif de production de 60 000 logements par an prévu par le SDRIF puis porté à 70 000 logements par and dans la loi relative au Grand Paris.

     

    Ils se sont ainsi fixés des objectifs : Au minimum 30% de logements conventionnés dans les nouvelles constructions – même si certains élus altoséquanais de droite ont votés contre (UMP) ou se sont abstenus (NC)  - mettre en cohérence leurs documents d’urbanisme avec le projet métropolitain, incluant une exigence d’intensification urbaine et de façon adaptée à chaque territoire infra métropolitain, réaffirmer la place prépondérante de la production de logements dans les CDT (Contrats de Développement Territorial. Ils ont demandé que « la part des moyens financiers apportés par l’Etat soit à la hauteur des enjeux, et ceci de façon pérenne », que « les moyens réglementaires évoluent pour accompagner le volontarisme des élus » et que « l’Etat s’engage pour faire respecter les obligations des collectivités en matière de logement », référence à la loi SRU (Taux de 20% de logements sociaux dans les communes). Pour Philippe Laurent, Vice Président de Paris Métropole, « cette résolution marque une prise de conscience des élus locaux sur l’objectif de 70 000 logements par an, en introduisant l’idée d’avoir 30% de logements sociaux dans les nouvelles constructions, même si cela a posé des difficultés à certains collégues. Un tel accord était inimaginable voilà encore 5 ans ». Pour Jean Paul Huchon, « c’est un  signal fort » qui « consacre l’objectif de 30% de logements sociaux énoncé dans le SDRIF, et qui appelle à la refonte de nos politiques de l’habitat ».

  • CETTE SEMAINE A VANVES : C’EST PAS ENCORE LES VACANCES

    Il y a des signes qui ne trompent pas pour affirmer qu’en fin de semaine, ce sont les vacances : Le calendrier scolaire et les programmes des réjouissances municipales : De nombreux jeunes devraient partir pouir une séjour d’une semaine à  Sainte-Marie (séjour sports de glisse pour les 10-13 ans), à Chamonix( stage de ski pour les 12-13 ans),
    à Saas-Grund en Suisse (séjour ski ou surf pour les 14-17 ans). Mais on n’y est pas encore. Il y a les cantonales puisque les candidats NC (soutenu par l’
    UMP), socialistes et Front de Gauche, après les Verts, devraient commencer à présenter leur programme. Un Conseil Municipal Mercredi soir qui devrait donner une idée des orientations de la municipalité pour 2011. Et sûrement un débat sur le logement, puisqu’après le rapport de la Fondation Abbé Pierre la semaine dernière sur l’état du logement en France, beaucoup d’associations se mobilisent comme un collectif mené par le Secours Catholique notamment au plan local – une réunion de coordination est prévu aujourd’hui à 14H pour préparer des initiatives -  et le Conseil Régional doit arrêter un plan Logement Jeudi en relançant l’idée d’un STIL, c'est-à-dire une haute autorité du logement dans la Région pour là ausso coodonner les efforts notamment des différents acteurs.  

     

    Lundi 7 février
    A 12H au Conseil Général des Hauts de Seine :
    Guy Janvier, conseiller général participe à la conférence de presse du groupe PS présidé par Michel Canet avec Pascal Buchet qui présentent le projet PS à l’occasion de ses cantonalres qui « redéfinit les vraies priorités pour que les Hauts de seine retrouvent la solidarité et la justice ». Programme que Guy Janvier a commencé à décliner sur son blog avec ses propositins pour Vanves.  
    Mardi 8 février
     A 20H à l’écle Martenelle Lemel :
    Réunion public de quartier avec
    Bernard Gauducheau et Fraçoise Saimpert dans le cadre de la campagne des cantonales
    A 20h30 à l’Espace Gazier:
    Boeuf jazz
    Mercredi 9 février
    A 19h à l’Hôtel de Ville:
    Conseil municipal avec à l’ordre du jour,  le débat d’orientations budgétaires qui doit donner une idée des objectifs poursuivis par la commune dans un contexte très difficile pour les collectivités locales qui ont vu les dotations de l’Etat geler. Il étudiera une garantie d’emprunt pour la création d’un EPHAD de 27 chambres, une demande de subventions (réserve Parlementaire) pour le réaménagement du Pavillon du Parc Frédéric qui devrait être réservé aux associationset aux familles, des conventions financières avec le SIPPRERC pour l’enfouissement des réseaux d’électricité, du câble (Numéricâble) et de la fibre optique (France Téklécom) dans plusieurs voies (rue du Docteur Arnaud, Carrefour Arnaud-Gresset-Mansard, rues Gresset et Mansart), des subventions exceptionnelles aux associations Œuvre Participative et Les P’Tites Canailles
    Jeudi 10 février
    A 9h30 au Conseil Régional :
    Séance plénière à laquelle devrait participer le conseiller régional Bernard Gauducheau

    A 19H à Levallois : Fabien Lachaud, candidat FdeG avec Claudine Charfe participent au grand meeting de Levallois du Front de Gauche élargi  et de NPA, avec l’ensemble des candidats sur les Hauts de SDeine
    Vendredi 11 février
    A 9H30 au Conseil  Régional :
    Séance plénière à laquelle devrait participer le conseiller régional Bernard Gauducheau

    A 10H au conseil Général : Assemblée Générale de Paris Métropole à laquelle ddevrait aussi participer Bernard Gauducheau
    Samedi 12 février

    A 20h au  Stade André Roche: Match de basket Vanves / Gravelines
    A 20h au Gymnase Maurice Magne :
    Match de hand Vanves / St Ouen l'Aumône

    Duimanche 13 Février

    A 10H30 à l'Hôtel de Ville : Assemblée générale de la 71éme section de  l’UNC/AFN présidé par Paul Guillaud

  • VANVES EN CAMPAGNE REGIONALE : LE LOGEMENT AU CŒUR DU DEBAT

    Le logement est l’une des questions cruciales et récurrentes des Régionales qui traverse toutes les strates locales comme ce fut le cas cette semaine : Au Conseil Municipal de Vanves de Mercredi dernie, par exemple,  où Guy Janvier est revenu sur le sujet à l’occasion du débat sur les orientations budgétaires – sur lequel nous reviendrons demain – en s’étonnant du faible chiffre de relogement de 60 à Vanves en 2009 et en reparlant du cas ses deux familles dont une seule a été pour l’instant relogé, et l’autre devait l’être au moment des fêtes et « qui vit, à bientôt 4 personnes, dans un studio de 14 m2 à la limite de l'insalubrité et à qui l'on refuse depuis des mois d'avoir un logement digne de ce nom. J'ose répéter qu'il y a là maltraitance à enfants »a-t-il expliqué devant le conseil municipal comme sur son blog. « Si vous entendiez offrir un logement social pour ces deux familles comme cadeau de Noël, vous auriez pu vous y prendre autrement ! » lui a répliqué Marie Anne Sorensen, maire adjoint (Logement) en indiquant que cette famille aurait refusé l’agrandissement de son logement et que l’on entame une procédure DALO.

     

    La publication, lundi dernier, du rapport de la Fondation Abbé Pierre pointant l’aggravation des inégalités dûe à la crise du logement a suscité de nombreuses réactions, notamment, aprés la proposition de Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au logement de racheter par l’Etat les logements vacants en IDF – 3000 en 2010 – en partenariat avec les organismes HLM où le manque de foncier pénalise la construction,  au lieu d’utiliser la réquisition : « Ce rachat de 3.000 logements vacants en IDF sera le premier test pour voir si cette solution marche avant de la déployer sur les autres régions » a souligné le ministre. 

    Du coup à gauche,  tant le PS que les Verts considéraient que le ministre avait fait preuve d'opportunisme : «  Quel crédit accorder à une déclaration à l'opposé des choix idéologiques et financiers du gouvernement.  Depuis 2007, la boussole gouvernementale, c'est le slogan présidentiel « La France des Propriétaires » (PS). Et de dénoncer  la priorité donnée à l'accession à la propriété, la spéculation fiscale via l'investissement locatif (dispositif Scellier), ou encore la vente du parc HLM par les bailleurs sociaux, le désengagement de la construction de logements sociaux., la baisse des aides à la pierre qui vont disparaître en 2012.

     

    Jean Paul Huchon  tête de liste PS propose de créer un « grand établissement public du logement qui serait un peu comme le Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France) dans le domaine des transports » : « presque 300 maires ne respectent pas la loi SRU (qui impose un quota de 20% de logements sociaux aux communes de plus de 3.500 habitants). Il faut quintupler les sanctions ». Cécile Duflot, tête de liste Europe Ecologie fait la même proposition en parlant d’une Autorité Organisatrice du Logement sur le modèle du STIF en rappelant ses objectifs : Zéro logement vacant en Ile-de-France (on en compte près de 300.000 aujourd'hui) et doublement du budget régional consacré au logement pour  construire 100.000 constructions nouvelles, 50.0000 acquisition-rénovations et 200.000 rénovations.  Le chef de file MoDem Alain Dolium, se  prononce pour la création d'un « véritable gendarme du logement » 

     

    Curieusement dans le même temps, un communiqué de la Préfecture de Région parlait de « nouvelle année record en 2009 » pour les logements locatifs sociaux financés en IDF : 36 323 logements  (+14%) alors que les objectifs de réalisation cumulés du plan  de cohésion social (2005-09) et du droit au logement social avaient été fixés à 28 500. Ils se répartissent en 5 463 logements très sociaux (PLAI), 9 825 PLUS et 12 335 PLS. 57%, soit 16 000 constituent de futures constructions neuves, le reste correspondant à des opérations d’acquisition-amélioration.