Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enedis

  • UN ETE A VANVES ENTRE PANNES D’ELECTRICITE ET CAMBRIOLAGES

    A croire que l’été à vanves, est marqué par les pannes d’électricité : Souvenez-vous de l’été 2018 marqué par cette panne provoqué par l’incendie d’un poste RTE de le long de la ligne Paris Montparnasse à Issy les Moulineaux, ou de la panne du poste signalisation en gare de Vanves/Malakoff en 2017 qui avait bloqué la gare Montparnasse en plein chassé croisée de Juillet/Août. Là c’est une ligne à haute tension HTA qui a provoqué une coupure d’électricité à la fin du long week-end du 15 Août, mettant dans le noir pendant quelques minutes à quelques heurs le dimanche soir lorsque ce n’était pas jusqu’au lendemain certains secteurs de Vanves et d’Issy les Moulineaux. Enedis a dû intervenir pour réparer en creusant une tranchée dans la rue Sadi Carnot entre Danton et J.Jaurés dans la nuit du 21 au 22 Août. Mais ce n’était pas suffisant à cause de la vétusté du réseau et sûrement de la canicule,  puisque d’autres coupures se sont déroulés, toujours sur Plateau dans les jours qui ont suivis.

    Malheureusement, l’été est aussi marqué par les cambriolages. Le Parisien faisait état, en Août, d’un cambrioleur qui a dévalisé 70 logements grâce aux clés dans les boîtes aux lettres dans le XVe arrondissement et à Vanves notamment au domicile d’un ministre. «Équipé d'une clé passe-partout similaire à celle des facteurs, un quinquagénaire ouvrait les boîtes aux lettres des immeubles de la capitale pour y récupérer les clés de logements et les cambrioler» indiquait ce quotidien du matin. Heureusement, il a été appréhendé par la police et incarcéré. Mais cette affaire montre bien que le nombre de cambriolages a fortement augmenté dans Paris et les communes riveraines comme Vanves, Les vols avec effractions ont augmentés de 16 % dans le Grand Paris en 2018. Une polémique s’est d’ailleurs développée au moment des départs en vacances lorsque la maire de Paris et les élus du Conseil de Paris ont dénoncé l’attitude de la préfecture de police qui a préféré mettre des effectifs pour lutter contre les exactions des gilets jaunes que pour assurer la sécurité des grands parisiens. D’où cette augmentation des faits délictueux dans l’agglomération parisienne

  • L’EVENEMENT DE L’ETE 2018 A VANVES : DES PANNES A REPETITION

    Il faut toujours se méfier de ses déclarations dans les médias. A peine le Président de SNCF Réseau (P.Jeantet) avait assuré  dans Le Parisien que les leçons des problèmes rencontrés l’an passé (panne du poste de signalisation au niveau de la gare de Vanves/Malakoff) que l’incendie d’un poste RTE le long de la voie SNCF au niveau d’Issy les Moulineaux (rue Bara) le 27 Juillet  perturbait le trafic de la gare Montparnasse le dernier week-end de Juillet.

    Mais cette fois-ci pas seulement puisque plusieurs quartiers de Vanves, autour du parc F.Pic, d’Issy les Moulineaux, de Malakoff, de Châtillon et du XVéme se sont retrouvés sans électricité entre le 27 Juillet et le 1er Août. 16 000 foyers ont été privés d'électricité au plus fort de l'incident, mais plus de 13 500 foyers ont été touché plus longuement dont 2800 à Vanves.   Une cinquantaine de camions-générateurs ont été déployés dans ces communes dont une dizaine à Vanves auxquels ont été raccordés ces foyers durant le week-end.  Plusieurs centaines d’agents d’Enedis avaient été mobilisés, en Ile de France mais aussi au-delà, pour tirer les câbles, poser les groupes, puis les surveiller et faire les pleins de carburant à temps. Car les groupes électrogènes fonctionnent grâce à un moteur qui doit être alimenté régulièrement.

    Si les médias ont énormément traités des répercussions de cette panne sur le trafic de la SNCF,  peu ont traités des effets de la panne sur les populations riveraines, et les commerces, pendant 3 jours, en dehors du Parisien et des réseaux sociaux, le patron de « chez Manu » ayant dû faire sa cuisine au gaz, la brasserie de Corentin Celton ayant carrément fermé comme la boulangerie. Sans compter tous les aliments perdus dans les congélateurs tant chez ses restaurateurs que chez les particuliers. 

    Une cellule de crise a été mise en place à la mairie de Vanves, pour assurer une collaboration et un suivi avec Enidis pour l’installation de générateurs, informer les vanvéens, notamment par voie d’affiches sur les portes d’entrée du marché.  

    Mais pour les vanvéens, ce n’en était fini avec les pannes, car 200 habitants du triangle vanvéen entre le parc des expositions et le lycée Michelet (Jullien/4 Septembre à Vanves et Eugéne Beaudoin à Issy) étaient victime d’une panne qui a duré du 16 Août à 7H au  17 Août à 23H. Les équipes d’Enedis ont eu du mal à en trouver l’origine, ayant dû creuser plusieurs trous dans les trottoirs et la chaussée, qui n'ont pas encore été rebouchés à ce jour

  • VANVES REFUSE DE SURSEOIR AUX COMPTEURS COMMUNICANTS DEMANDE PAR LE FRONT DE GAUCHE/PC

    Le combat contre les compteurs de gaz et d’électricité intelligent dont l’installation chez les particuliers fait débat est relayé à Vanves  par Boris Amoroz (FG/PC) depuis longtemps. Il a d’ailleurs présenté deux vœux au dernier conseil municipal du 28 Juin demandant à la ville de surseoir à leur installation. Ce qu’elle a refusé  bien sûr.

    « Comme vous le savez, des centaines de villes en France, comme Melun, Yerres, Bagnolet, Saint-Macaire, de tout bord politique, ont voté des délibérations similaires. L’Allemagne a décidé de surseoir au déploiement de ces systèmes. En effet, l'installation des compteurs communiquant, que GRDF et ENEDIS veulent imposer à tous les abonnées, sans avoir demandé leur avis ni obtenu leur assentiment, contient de nombreux risques. La principale est le souci de protection de la santé des habitants. En effet, s'ils sont installés, les compteurs communicants émettront ondes et rayonnements dont la prétendue innocuité est fortement contestée par diverses associations comme Robin des Toits, PRIARTEM, le CRIIREM, et même l’agence sanitaire européenne. Qui plus est, pour exploiter les fonctions des compteurs communicants LINKY, ENEDIS injecte des signaux dans le circuit électrique des habitations, par la technologie Courant Porteur en Ligne (CPL). Or, les câbles des habitations n'ont pas été prévus pour cela, ils ne sont pas blindés, et de fait le CPL génère des rayonnements nocifs pour la santé des habitants. Enfin, l’effet cocktail joue à plein, avec les ondes déjà présentes dans notre environnement » a-t-il expliqué en relevant que « par ailleurs, toutes les compagnies de réassurance excluent la prise en charge en Responsabilité Civile des dommages liés aux ondes électromagnétiques. Les compteurs communicants, bien que prétendus « intelligents », sont aisément piratables. Les économies d’énergie promises sont avant tout fictives. Les compteurs communicants, s'ils sont installés, permettront aux opérateurs de recueillir d'innombrables données sur notre vie privée, utilisables à des fins commerciales mais aussi de surveillance et de remise en cause des libertés publique. Le coût énorme de ce grand remplacement, alors que l’existant est robuste et fiable, sera en fin de compte payé par les usagers .Il apparaît que, contrairement à ce que prétendent les opérateurs, les programmes de compteurs communicants ne bénéficieront aucunement aux usagers mais bien aux sociétés commerciales qui préparent déjà leurs « offres » ainsi que des projets fort contestables comme « l'Internet des objets ». Les communes sont des organismes de service public dont l'objet est de servir la population et de la protéger, elles ne sauraient être instrumentalisées au profit d'intérêts commerciaux ».

    La majorité comme l’opposition socialiste n’ont pas du tout partagé cet avis : « Les communes n’ont aucune compétence pour interdire ces compteurs, pour intervenir dans le comptage. Leur installation répond à des objectifs économiques et écologiques pour mieux maîtriser sa consommation, pour payer au juste prix. Ces compteurs n’émettent pas plus d’ondes que les autres appareils » a répondu Pascal Vertanassian (UDI) maire adjoint chargé de l’urbanisme. Jean Cyril Le Goff (PS) a même cité l’étude de l’ANFR selon laquelle « les niveaux des champs électromagnétiques émis par les nouveaux compteurs électriques Linky ne seraient pas plus importants que ceux des compteurs actuels ou de n'importe quel appareil électrique classique », en expliquant que c’est dans le cadre de la loi pour la transition énergétique que projet de remplacement des compteurs a été lancé. « Et cela aura un impact sur l’emploi » a-t-il précisé. « Ce débat sur les compteurs intelligents prend une vraie ampleur, car beaucoup de choses dérangent. On décide pour le bien de la population trop vite. Mais qui va payer cet investissement ? Le consommateur ou le contribuable » s’interrogeait Lucile Schmid (EELV). « Beaucoup de voisins nous inerpellent sur ece sujet. Il faut leur expliquer. Ils permettront de facturer leur consommation au prix  réel et chacun pourra faire des efforts en voyant où il en est de sa consommation pour la réduire » a ajouté Gabriel Attal (PS) qui ajoutait : « Je ne vois pas  pourquoi, il faudrait les interdire ! »