Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil economique

  • LE CESE DE VANVES VICTIME DE LA LASSITUDE ET DE LA DECEPTION ? IL N’EN EST RIEN POUR LA MUNICIPALITE

    A l’occasion du conseil municipal du 13 Décembre dernier, Guillaume Moucheroud, conseiller municipal EELV (sur la photo à gauche) qui a remplacé Lucile schmid a posé une question sur le Conseil Economique, Social et Environnemental de Vanves (CESEV) qui a été installé le 30 juin 2015 avec  80 membres répartis sur les quatre commissions Espaces publics, Développement durable et solidarités, Éducation et culture, Économie et prospective.

    « Ces commissions ont travaillé et formulé, conformément aux statuts, des avis et des recommandations concernant les nombreux sujets. Chacun a pu constater sur le site de la ville la qualité de ce travail et la pertinence de nombreuses recommandations, construites par des Vanvéens compétents et motivés. Au-delà de l'intérêt pour la commune de bénéficier d'avis d'experts, cette initiative de participation des citoyens à la vie de la cité a un intérêt en soi, et toutes les personnes qui ont donné de leur temps et de leur bonne volonté dans les commissions soulignent la richesse des rencontres et du travail collectif auquel elles ont participé » a-t-il constaté avec un bémol : « Mais le petit nombre de membres du CESEV présents à la dernière réunion plénière le 19 octobre et à la réunion du 7 décembre dernier laisse penser que l'essoufflement au moins, la lassitude et la déception parfois, ont fait place à l'enthousiasme du début. Les membres du CESEV ont le sentiment que leurs travaux ne servent à rien. La commission Espaces publics a même démissionné. Les statuts prévoient que le rapport d'activité annuel du CESEV est transmis au Conseil Municipal. Pouvez-vous nous dire, Monsieur le Maire, si cela a été fait, et si oui, à quelles dates ? Au-delà du renouvellement des membres prévu en 2018, comment envisagez-vous de redonner de l'élan à cette initiative, et en particulier envisagez-vous la mise en œuvre concrète de certaines propositions, mise en œuvre qui sera la seule façon de réellement reconnaitre le travail collectif réalisé et d'encourager sa poursuite ? Que pensez-vous faire pour que le CESEV soit une instance de véritable démocratie participative ? »  

    « S’agissant des remarques sur ce que vous appelez l’essoufflement du CESEV, je tiens à rappeler et préciser plusieurs points qui contredisent votre interprétation » lui a répondu Bernard Roche conseiller municipal et président du CESEV. « Tout d’abord la commission Espace Public fonctionne toujours et malgré les 8 démissions la majorité des membres demeure au sein du CESEV. Ensuite, il y avait 23 membres présents le 19 octobre dernier à la réunion plénière de rentrée et 20 le 07 décembre pour la rencontre avec Monsieur le Maire. Toute instance de participation locale voit en effet mécaniquement son nombre de membres diminuer suite à des déménagements, des changements de vie qui ne permettent plus aux membres de participer. Cela s’observe dans toutes les instances participatives à hauteur de 10 à 15 % des membres par an. Les membres les plus actifs qui s’investissent dans le CESEV restent tous motivés et travaillent avec beaucoup d’engagement à l’étude des sujets qui leur sont soumis » a-t-il précisé

    Tout en ajoutant : « Concernant les actions envisagées à court terme pour le CESEV, nous attendons les résultats de la mission confiée à un cadre de la Commune qui travaille actuellement à un état des lieux de la participation locale et qui doit faire des propositions pour redynamiser les instances les moins actives. Ensuite une révision du règlement du CESEV (composition, organisation, fonctionnement…) est à l’étude au regard du bilan des deux années d’existence de l’instance. Il s’agit d’évaluer la pertinence de l’organisation actuelle et d’en modifier certains aspects pour faciliter le travail du CESEV. La visibilité des travaux du CESEV est importante pour les membres qui ont besoin de reconnaissance de la part des élus et des citoyens pour leur engagement au sein de l’instance. La Municipalité accentuera son effort de communication sur les travaux réalisés par le CESEV et permettra au plus grand nombre d’en prendre connaissance. Un échange avec les élus, comme celui du jeudi 7 décembre est aussi très important pour faire un retour aux membres du CESEV sur leurs travaux et les recommandations remises. En outre, ce temps d’échange permet aux élus de préciser auprès des membres les points qui ont suscité leur intérêt dans les avis remis en Assemblée plénière. Enfin, je rappelle que le CESEV est une instance participative de prospective et consultative. Ses préconisations n’ont pas vocation à être appliquées à l’état brut. En revanche, soyez assuré que les avis ou préconisations remises abondent la réflexion des élus et aident à la décision le cas échéant ».

  • LE CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL DE VANVES EN PANNE ?

    Alors que le Conseil économique, social et Environnemental  (CESE) de Boulogne-Billancourt, est devenu une institution locale atypique, son Maire, Pierre Christophe Baguet (LR) n’ayant pas hésité à le consulter sur des sujets aussi divers que brûlants, comme  la planification des travaux, l’organisation des entretiens et concertations, ou sur des sujets structurants comme l’aménagement de la ZAC Seguin, la possible fusion Boulogne/Issy-les-Moulineaux, la valorisation du patrimoine culturel… rien de tel à Vanves, où les commissions ne se réunissent pratiquement plus, et l’assemblée générale qui se tient généralement fin Mai/début Juin, comme l’année dernière,  n’a même pas été convoqué. Et pour cause !

    « Notre dernière réunion de commission en novembre 2016 s’était terminée sur le constat navrant de ne pouvoir traiter les sujets proposés pour l’année 2017. En effet, les questions choisies ne relevaient pas d’un besoin municipal identifié et n’avaient pas d’élu référent.Une réunion des présidents de commission en février n’a fait que constater cette situation pour l’ensemble des commissions qui ne peuvent instruire leurs sujets faute d’interlocuteurs référents. Depuis, rien n’a changé ! » constatait un présidente de commission. Une autre commission (Espace Public)  s’est vu confié à la Rentrée 2016,  une étude  sur les déplacements à Vanves dans le cadre de la création de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart, alors qu’il est vrai que dans le même temps, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine (CD  92) réalisait une étude qui prenait en compte tous les modes de déplacement afin d’assurer pour chacun (piéton, cycliste, PMR, usagers des transports en commun, automobilistes, deux roues motorisées…) la meilleure accessibilité possible aux nouveaux pôles d’échanges, en concertation étroite avec les villes concernées par la future gare. Elle a sollicité la présence du maire adjoint chargé des travaux, de l’urbanisme, de l’environnement et du développement durable à une de ses réunions, sans succès, puisque l’ayant accepté, il l’a annulée au début de la campagne législative sans avoir proposé un nouveau rendez-vous

    L’impression générale est qu’aucun élu, ni administratif est à même de communiquer avec les membres de ses  commissions qui sont victimes d’une véritable rétention d’information. Et pour cause, car ils sont doublés par l’administration. Ainsi cette commission Espace Public qui a travaillé longuement sur la sécurisation de la rue J.BLeuzen entre 2015 et 2016, a découvert, par inadvertance que  GPSO avait réalisé une étude de sécurisation en amont de sa réflexion et qu’elle était en cours d’approbation par la municipalité. « Alors que notre étude sur la rue Jean Bleuzen préconisait des solutions pour apporter une circulation plus douce à cet axe important, en particulier en donnant une vraie place aux vélos, l’étude GPSO renvoyait l’accès des cyclistes à la rue sadi Carnot qui ne dessert qu’une partie de la zone, et tout les cas, pas l’accès au métro, ni à celui de Paris » constatait sa présidente. « Aussi le choix de la municipalité de retenir de notre étude, uniquement la création d’un passage piéton devant le Mac Do, tout en citant les travaux du CESEV dans le Vanves Infos, nous a beaucoup déçus » ajoutait elle en porte parole de ses membres, découragés devant les refus essuyés lorsqu’ils ont fait différentes propositions d’études rejetées pour leur « non actualité ». Du coup l’ensemble des membres de cette commission a décidé de démissionner pour ne pas cautionner ce simulacre de concertation  

  • AU CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : LE PS ENTRE QUESTION RECURENTE ET SERPENT DE MER

    Au moins deux questions orales du groupe PS ont abordées deux préoccupations vanvéennes : L’une est nouvelle avec  la fusion d’Issy les Moulineaux et de Boulogne…et peut être de Vanves. L’autre est un véritable serpent de mer : l’ouverture au public du parc du lycée Michelet (sur la photo lors du 150éme anniversaire) 

    FUSION ISSY/BOULOGNE : « Pas de changement de postion»

    Le groupe socialiste a souhaité, lors du conseil municipal de mercredi soir en savoir plus le changement de position du maire de Vanves concernant ce projet de fusion à la suite de l'édition du Parisien du 28 février dernier  où est paru un article sur « Fusion : Vanves envisage de rejoindre Boulogne et Issy ». Et dans lequel il s’exprimait  comme suit : « Il y a effectivement une vraie logique à ce que Vanves rejoigne la commune nouvelle. Nous sommes dans la même circonscription, il y a une continuité territoriale avec Issy et nous sommes tous les trois limitrophes de Paris, avec une sociologie assez proche». «  Si Vanves rejoint les deux autres communes, quel est le calendrier prévisionnel ?  Comptez-vous au préalable consulter les Vanvéens dans le cadre d'un référendum local ? » a demandé Jean Cyril Le Goff (PS)  

    « Les propos qui sont prêtés à Monsieur le Maire dans l’édition du 28 février du journal Le Parisien correspondent effectivement au point de vue de la Municipalité sur la place de Vanves face au projet de Commune Nouvelle Issy-Boulogne.

    En revanche, ces propos ne constituent pas un changement de position de notre part » a déclaré Françoise Saimpert maire adjoint et élu au Conseil du Territoire GPSO  en les renvoyant aux  précédentes réponses aux questions posées  devant cette assemblée le 30 mars 2016 et le 28 juin dernier.« Il y a déclaré qu’il était nécessaire que notre commune ne soit pas tenue à l’écart d’un projet capable de faire gagner l’action publique locale en efficacité. S’il est démontré qu’un échelon géographique plus important permet des économies d’échelle et un développement de nos atouts, il semble naturel de songer à ce rapprochement qui s’impose en toute logique avec les communes les plus proches de nous qui sont aussi nos partenaires depuis treize ans et sept ans dans l’intercommunalité locale.  Pour le moment seules Boulogne Billancourt et Issy-les-Moulineaux travaillent ensemble sur ce projet de Commune Nouvelle et Vanves n’est pas incluse dans les discussions.S’il advenait que notre commune engage une démarche pour rejoindre cette Commune Nouvelle, nous veillerions à ce que le débat et la concertation soient menés de façon à ce que chaque citoyen puisse s’exprimer. Dans cette hypothèse, nous veillerons en temps utile à déterminer les formes que prendrait la participation citoyenne »

    PARC MICHELET : « Une espérance inespérée ! »

    Le groupe socialiste a posé une  très longue question sur un « vieux serpent de mer » : l’accès au parc du Lycée Michelet pour les Vanvéens qui,   même s’il ne constitue pas la première préoccupation des habitants, est toujours souhaité par bon nombre d’entre eux. « Vous n’êtes pas sans méconnaître cette demande, ni sans y avoir prêté attention puisqu’en juin dernier la Municipalité avait donné son accord pour que la commission « Espace public » du Conseil Economique, Social et Environnemental de Vanves (CESEV) réfléchisse sur cette question. Information relayée dans le « Vanves Infos » de Juillet/Août 2016. Depuis, la commission a malheureusement été « dessaisie » de ce « dossier »…Entre temps le concours de maîtrise d’œuvre pour la rénovation des espaces sportifs du lycée Michelet a été attribué. Celle-ci a pour objet la recomposition des espaces sportifs existants sur une emprise d’environ 38 500 m². Dans la perspective de l’ouverture à un public extérieur, une séparation physique entre les installations sportives et le parc du lycée sera créée et intégrée à la composition générale du parc. Ce programme prévoit la réalisation d’un terrain multisport, d’un plateau de lancer (disque, poids, javelot), d’un anneau d’athlétisme, d’un terrain de foot/rugby pour une surface totale de 19 367 m², l’éclairage extérieur des aires de sports, la construction d’un bâtiment pour une SDP d’environ 200 m², comprenant vestiaires, sanitaires, stockage, et la couverture éventuelle du plateau multisport. L’enveloppe prévisionnelle affectée à ces travaux s’élèverait à 4,5 millions d’€ HT » a rappelé Valérie Mathey (PS). « Nous savons que la rénovation de ces installations sportives profitera aux associations sportives Vanvéennes, qui pourront de fait les utiliser.  Mais qu’en est-il d’un éventuel accès des Vanvéens au parc du Lycée le dimanche et lors des vacances scolaires ? »

    « La question de l’ouverture au public du parc du lycée Michelet est effectivement une affaire ancienne sur laquelle Bernard Gauducheau a commencé à travailler dès l’année de sa première élection en 2001 » a rappelé Pascal Vertanessian, maire adjoint chargé de l’irbanisme. « En 2001 et 2002, le Maire de Vanves est ainsi intervenu auprès du Président du Conseil Général de l’époque (Charles Pasqua) pour défendre un projet complet de rénovation du parc avec l’intégration d’aménagements permettant son ouverture au public. Ce projet avait reçu l’accord du Conseil Général, collectivité compétente pour la gestion du site, mais en 2003 c’est la Région qui est devenue compétente sur l’ensemble de la cité scolaire et cette collectivité n’a pas donné suite à l’opération. Les motifs principaux invoqués par la Région étaient le coût trop important de l’opération mais aussi la grande réserve des différents chefs d’établissement de la cité scolaire inquiets pour la sécurité des lieux ce qui peut se comprendre compte tenu de la responsabilité personnelle directement liée à leur fonction.Le parc est donc demeuré exclusivement réservé à l’usage de la cité scolaire et à de nombreuses reprises j’ai appelé l’attention de la région Ile-de-France  sur le manque d’entretien des espaces extérieurs et des installations sportives quasiment laissés à l’abandon pendant dix ans. Il y a trois ans un projet de remise en état des installations extérieures a été discuté grâce à l’intervention de la commune qui s’est engagée à participer au financement en échange d’une réservation de créneaux d’utilisation des équipements sportifs pour des associations vanvéennes » a-t-il expliqué.

    « Ce projet a fait l’objet d’un concours d’architectes et il devrait aboutir pour la rentrée 2019. A cette date, le parc sera équipé d’une clôture qui le fermera en partie haute afin d’empêcher toute intrusion extérieure dans l’enceinte de la cité scolaire. La partie basse du parc et les équipements sportifs extérieurs pourront être utilisés par des associations locales pour la pratique sportive.  Certes il ne s’agit pas d’une ouverture au grand public mais d’un premier pas important vers une meilleure intégration de ces espaces à la vie locale puisque des centaines de vanvéens inscrits dans les sections sportives concernées pourront bénéficier des créneaux réservés. Nous gardons bien évidemment à l’idée qu’un jour le parc puisse être ouvert de façon plus large au grand public et l’expérience tentée sous conditions avec les associations locales devrait faciliter cette évolution dans les années à venir ».