Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bertrand auville pére curé de vanves

  • PAROISSES DE VANVES : LES DEFIS DU PERE CURE BERTRAND AUVILLE ET DE SES FIDELES

    La Saint François est toujours l’événement majeur de la Rentrée dans les paroisses de Vanves, marquée cette année par l’inauguration et la bénédiction de sa statue sur le petit parvis de l’église du Plateau qui porte son nom, par mgr Aupetit, Evêquedu diocéde des Hauts de Seine. Il y a eu bien sûr le forum des associations avec le stand des paroisses vanvéennes, le 10 Septembre dernier, le week-end des 16/17 Septembre où le pére Bertrand Auville, curé de Vanves, a présenté le projet pastoral de l’année 2017/18,  lors des messes suivies d’un apéritif/rencontre pour accueillir les nouveaux paroissiens. Pour le pére curé, «c’est le temps des défis !» expliquait il dans la feuille d'information paroissiale « Sel et lumière » 

    Quatre selon Bertrand Auville : Le défi  de l’accueil : « Ayons à cœur d’être accuellant envers tous. Que la paroisse ne soit jamais un cercle plus ou moins fermé à l’autre ». Le défi de l’engagement : « Il y a urgence à annoncer le christ, sajoie, sa paix, sa Bonne nouvelle. Que chacun s’engage, non pas à le faire, mais à le faire avec moi. La paroisse est un merveilleux moyen de cette annonce dans notre ville ». Le défi de la générosité en n’hésitant à donner l’exemple de la quête du premier dimanche de Septembre à Saint Remy : 27 pièces de 0,01 €, 25 pièces de 0,02€ et 22 pièces de 0,05 € avec ce commentaire : « Ce n’est pas raisonnable. Je sais bien que l’amour et l’eau fraîche sont nourritures substantielles, mais l’amour est inestimable et le prix de l’eau augmente constamment ». Enfin le défi  de l’évangélisation en invitant chaque paroissien à venir avec un voisin, une connaissance, participer à la messe paroissiale un dimanche, à suivre une conférence spirituelle ou théologique. « En comptant large il y a 1000 fidèles à la messe à Vanves  le week-end. Si chacun venait acccompagné d’une personne, nous serions 2000 ! Chiche ! »

  • INAUGURATION DE LA STATUE DE SAINT FRANCOIS A VANVES : UNE ŒUVRE PLEIN DE SYMBOLE

    «C’est un moment important ! La bénédiction d’une statue, mais aussi de ceux qui l’ont conçu et réalisé, de ceux qui vont l’admirer» a déclaré Mgr Aupetit, Evêque du diocèse des Hauts de Seine avant de donner la bénédiction inaugurale de la statue de Saint François d’Assise, Mercredi soir, sur le petit parvis de l’église du Plateau de Vanves qui porte son nom, en présence de nombreux paroissiens, et les édiles de Vanves, député, vice-présidente du Conseil  départemental, maire, maires adjoints et conseillers municipaux de Vanves .

    Tous ont participé à une cérémonie simple marquant, comme d’habitude la Saint François,  le jour même, en présence de Mgr Aupetit qui a présidé la célébration eucharistique avec le père Bertrand Auville curé de Vanves, avec toute son équipe de  prêtres, de séminaristes, d’enfants chœurs. Dans son homélie, Mgr Aupetit n’a pas manqué d’humour en faisant le vœu, pour ce pape qui a choisit le nom de François, bien français, qu’il vienne justement en France. Tout en ayant remarqué que le globe que tient la statue de Saint François, celui désigne l’Argentine. Mais comme l’a si bien remarqué aussi Benoit Mercier, son sculpteur, son œuvre  est pleine de symbole que les paroissiens comme les passants découvriront au fil du temps. Comme celui-ci l’a expliqué, « avec une soeur franciscaine, et ce très beau texte de Si laudate, j’ai essayé de traduire l’esprit de Saint François »

    Réalisé en inox, acier corten et bronze, cet artiste expliquait au moment du choix fait voilà un an par les paroissiens  : « J’ai représenté Saint François comme le chantre de la Création. Saint François est entouré d’animaux qui permettent de le reconnaître facilement…il porte un globe terrestre, comme on porte un enfant. J’ai inversé la symbolique du cantique des créatures, c’est François qui porte la terre ». En tous les cas pour la communauté paroissiale, c’est un signe -  « manifester à l’extérieur ce qui se vit à l’intérieur de l’église »- au  carrefour des rues Gambetta et Sadi-Carnot qui est un lieu de passage. L’inauguration de cette statue rappelle la démarche du premier foyer d’accueil qui s’était installé dans cette paroisse, voilà plus de trente ans : « Une nuit, j’ai eu envie de laisser allumer la croix à l’extérieur de l’Eglise, pour que les gens du quartier qui rentrent tard, la voient… Une présence d’Eglise c’est d’abord une présence de vie, qui anime un lieu, y attire simplement parce qu’elle ne le laisse pas s’endormir au milieu de la cité » expliquait Denis Tournier. C’était déjà un premier signal qui continue encore aujourd’hui, auquel s’est ajouté maintenant cette statue