Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bandes

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    GPSO : Avec son élection à la tête de l’EPT GPSO, Pierre Christophe Baguet, maire de Boulogne, risque de se retrouver face à une fronde des autres maires de droite, car il y a manifestement une tension qui s’est fait jour depuis quelques temps et dont l’origine viendrait de la gestion (désastreuse) de l’aménagement de l’île Seguin dont ils ne souhaitent pas faire les frais. André Santini, député maire d’Issy les Moulineaux était le plus remonté, comme ont pu s’en apercevoir certains de ses collègues au Palais Bourbon. Il ne supporte pas que ces "Santini's Boys" ne soient pas aussi rigoureux que lui en matière de gestion municipale d'autant plus qu'il les a formé et préparé à cette tâche Et le maire de Vanves (sur la photo à l'inauguration de la piscine Feng Shui du Fort d'Issy avec A.Santini) en sait quelque chose, puisqu’il avait pris une avoinée de son mentor pour le dépassement du budget de construction de son conservatoire municipal qui était passé de 11 à 17 M€. 

    GRAND PARIS : A l’occasion de ses vœux, Vendredi dernier, a eu l’occasion de dire un mot sur le Grand Paris Express dont il a été heureux « d’avoir encadré la mise en place de ce projet en tant que président du Conseil de surveillance de la société du Grand Paris (SGP) pendant cinq ans. C’est un projet titanesque, mais pragmatique, utile, financé, qui s’est imposé à tous sans heurts grâce à une intense concertation à l’échelle régionale, avec les citoyens, les élus locaux et les acreurs économiques concernés »… "Les travaux des gares et des tunnels ont maintenant commencé, notamment dans notre ville. Alors l’espoir palpite intensément d’obtenir une meilleure qualité de vie et un formidable accélérateur pour l’économie régionale, à l’horizon 2020-30 ».

    SOIREE DOMINICALE CHAUDE : La police avec l’aide de CRS, serait intervenu dimanche en fin d’après midi, pendant le concert, rue de Châtillon au niveau de la Passrelle pour mettre fin à une bataille rangée entre de bandes de Vanves et de Châtillon. L’un de ses membres se serait pris un coup de bâte de base ball. Et les vanvéens qui rentraient chez eux ou raccompagnaient des amis, ont eu très peur. Mais ce n’est pas tout, car ses jeunes sont descendus dans le Centre Ancien pour continuer leurs exactions provoquant une nouvelle intervention de la police, certains étant même armés selon des riverains témoins de ces faits. C’est au cours de la nuit qu’il y a eu tentatives d’effraction du restaurant Le Tout Va Mieux dans la nuit, et vols des jardinières de sa terrasse comme celle de la Girafe.

    DIMANCHE NON CHOME : La loi du 6 Août 2015 sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques prévoit la possibilité pour un maire de fixer, après avis du conseil municipal, les dimanches où il pourra être dérogés à la régle du repos dominical (12 par an). Le maire de Vanves a proposé de retenir 10 dimanches en 2016 lors du dernier conseil municipal. Boris Amroz (FG/PC) a voté contre et à appeler « les Vanvéens à ne pas fréquenter le dimanche, à Vanves ou ailleurs, les commerces qui profiteraient de cette loi » tout en expliquant son vote : «On le sait très bien, l'ouverture des commerces le dimanche profite aux grands enseignes, au détriment des petits commerçants et artisans.Il est néfaste aux employés, qui en vérité n'ont pas le choix ; l'aspect rémunération n'étant au final lié qu'aux bas salaires pratiqués, avec des contrats précaires et à temps partiel. Le dimanche chômé aura à peine eu 100 ans, puisque c'est une loi de 1906 qui a consacré ce jour de repos, et aujourd'hui la loi Macron-Medef l'achève ».

  • LA MORT D’UN JEUNE HOMME BOULEVERSE LA VILLE PAISIBLE DE VANVES ET RAPPELLE QUELQUES TRAGIQUES SOUVENIRS

    Vanves était sous le choc, notamment dans le quartier du Plateau, après l’altercation qui s’est déroulé devant le café du Soleil Levant vers 19H Mercredi dernier, et a entraîné la mort d’un jeune homme de 24 ans, Nadir. La réaction à cet événement a été cette « marche blanche », sans précédent à Vanves, hier en début d’après midi qui a réunit plus de 500 vanvéens qui ont défilé de la place de la République jusqu’au pied de l’immeuble où habite sa famille sur le Plateau.

    Beaucoup de vanvéens rentraient de travail, ce soir là, comme Jean Cyril Le Goff conseiller municipal (PS) qui a eu le réflexe de prévenir le maire,  lorsqu’ils ont vu cet attroupement devant le café et les gyrophares des véhicules de police, ou le cuisinier du restaurant Les Platanes qui a dû dévier de sa route, se demandant bien ce qui se passait. Bernard Gauducheau, qui présidait une réunion de travail avec sa future équipe municipale à l’Hôtel Mercure, tout proche, était rapidement sur les lieux, avec Laurent Lacomére, maire adjoint chargé de la sécurité.  « Rien ne peut justifier une telle barbarie. La gravité des faits nous bouleverse tous. Notre ville est rarement touchée par des actes d’une telle violence. Je les condamne avec force. Quelle que soit l’origine des faits, la mort de ce  jeune est inacceptable. La  Police, chargée de l’enquête, déploie tous les moyens afin que le ou les auteur(s) de ce drame, soient retrouvés et condamnés. La municipalité de Vanves lui apporte tout son soutien et collabore avec elle dans le seul but de préserver la sécurité de tous les  Vanvéens » réagissait il sur son blog 

    Ce fait divers sordide était au centre de toutes les conversations des vanvéens comme l’a bien retranscris l’article du Parisien de Vendredi, beaucoup ne comprenant pas une telle violence pour un mauvais regard, un règlement de compte ou une rixe. Est-ce que la vie d’un jeune homme vaut d’être prise, pour cela,  se demandaient beaucoup d’entre eux, quel que soit son passé et qu’il soit connu (défavorablement) des services de police comme l’indiquaient les médias. C’est cette violence dans une ville que tout le mode reconnait « calme, tranquille, paisible » qui a choquée et rendu inquiet des vanvéens. D’ailleurs personne ne remettait en cause la sécurité dans la ville, et les élus, quels que soient leurs bords politiques, en pleine campagne, étaient d’accord pour ne pas politiser cette affaire.

    La réaction des vanvéens a été l’organisation de cette marche blanche, samedi après-midi entre les places de la République et Albert Legris, pour porter un témoignage à la mére de Nadir, qui perd un enfant, et « qui a fait tout fait pour bien élever ces 4 enfants » comme l’indiquait le maire, présent avec des élus de tous bords, droite, gauche, écologistes. Plus de 500 vanvéens ont défilé, dans le calme et la dignité, beaucoup étant ému jusqu’aux larmes, jusqu’au bas de l’immeuble où il habitait, rue Auguste Compte, avec un passage devant le lycée Michelet où il a fait ses études. Là, quelques uns sont venus saluer la mére et la famille, avant qu’ils ne se retirent chez eux.

    Il est vrai qu’un tel événement est très rare à Vanves, et pratiquement unique, avec la mort de ce jeune homme, en dehors d’une simple dispute qui a viré au tragique le 30 Juin 2000 place des Provinces. A la suite d’une banale embrouille, Fabien 24 ans plantait à deux reprises son couteau dans le thorax de Bakri, 30 ans qui n’a pas survécu à ses blessures, malgré l’intervention des sapeurs pompiers. Là aussi, les locataires cet immeuble de la place des Provinces s’étaient étonnés  de cette explosion de violence de la part d’un jeune réputé aimable et courtois, qui, désespéré et rongé de remords après son geste, tenta plusieurs fois de se suicider. Il faut remonter à Janvier 2007 pour relever l’agression  d’un éléve du LEP Dardenne à l’heure du déjeuner, par 4 jeunes qui l’ont mis à terre, roué de coups et blessé par un tir de flash-ball. Ou au 11 Juin 1998, place du Maréchal Leclerc, où un chauffeur de bus du 89  - car à l’époque c’était encore son  terminus – s’était fait agressé par un jeune accompagné d’un pitbull non muselé qui lui avait asséné un coup de poing. Du coup les chauffeurs du 89 suivis par leurs collègues du 58 n’avaient plus desservis Vanves pendant quelques heures, s’arrêtant porte de Vanves, après avoir bloqué le dépôt bus de Malakoff. Une autre agression du même type s’était déroulé le 13 Novembre 1997 sur un machiniste de la RATP de la ligne 89. 

    Sans compter les bagarres ou rixes à coups de flashs-balls et de batte de base-balls entre bandes dans les rues du  Plateau, notamment prés du Mac Donald qui se sont déroulées à une certaine époque (Avril 2000, Février 1999), ou sur la place de La République comme en 2002 qui avait donné lieu à une interpellation de 7 jeunes âgés de 17 à 25 ans,  par la police qui avait retrouvé sur les lieux,  une arme de 6.35. Ou  les altercations d’après match de football dont certaines ont été sanctionnées sévéremment comme ce fut le cas après un match entre les équipes de -17 ans de Vanves et de Ville d’Avray.   Et même des fusillades à la suite d’un règlement de compte rue Victor Hugo lors d’une transaction de drogue qui s’est mal passé (1er Octobre 1997). Il est même arrivé que les policiers soient agressés, alors qu’ils effectuaient un contrôle d’identité, comme fin Novembre 2000 lorsqu’un d’entre eux reçu un coup de poing au visage. Enfin dans la nuit de 21 au 22 Avril 2006, vers 2H45 du côté de l’allée Jules Verne, deux jeunes en scooter,  poursuivi par la police, n’ont pas vu la chaîne qui barrait cette impasse et sont passés par-dessus leur machine avant de chuter lourdement 7 et 15 m plus loin. L’un d’eux n’ayant pas de masque, était décédé 

    En dehors de ces agressions, Vanves a connu quelques crimes pourrait on dire passionnels comme cette pauvre femme tué par son ex-mari le 9 Décembre 2000 et retrouvé  dans le hall de son immeuble de l’avenue V.Hugo. Ou sordide  comme cette dispute entre squatters rue Murillo (8 Août 1996) qui s’était mal terminé pour l’un d’entre eux qui est mort à cause d’un coup de poignard au cœur.  Ou ce  SDF qui a poignardé son compagnon (26 Juillet 1996) heureusement sans le tuer. Mais la grande affaire  criminelle reste pour l’instant le crime jamais élucidé de François Doublet, ex-cuisinier de l’Elysée, qui tenait le pavillon de la Tourelle dans la nuit du 15 au 16 Juillet 1978. Mais là c’est une autre histoire qui a fait couler beaucoup d’encres. 

  • ECHANGES A VANVES SUR LA SECURITE AU PLATEAU

    GRIPPE, JEUNE, BANDES, SECURITE, HARA KIRI…

     

    VACCINATION :

    « Je n’ai jamais autant pris conscience du rôle d’une mairie avec notre centre de vaccination ! Je pense que, pour notre pays, une commune est importante. C’est un niveau essenteil » a confié Bernard Gauducheau en ouvrant la troisiéme réunion publique de quartier consacré au Plateau, à l’école Marceau lundi soir. Il est vrai qu’il avait étonné beaucoup de vanvéens par ses propos sur la vaccination dans le parisien : « Je ne pense pas me faire vacciner. J’ai consulté mon généraliste et il me l’a déconseilé. S’il change d’avis, je verrai bien… J’espére que ma santé et ma jeunesse suffiront à me protéger. D’ailleurs je ne me suis jamais fait vacciner contre la grippe saisonnnière ». Du coup, un administré l’aperçevant à la kermesse de Saint François Samedi dernier, avec blouson et écharpe lui a dit : « Ah mais je comprends !  Vous avez raison de vous couvrir, si vous ne voulez pas vous faire vacciner ! »

     

    SEBASTIEN GINER : VERS LA FIN DU FEUILLETON !

    C’est à un véritable feuilleton qu’ont assisté les vanvéens avec cet espace jeune baptisée du nom de l’un d’entre eux  : A peine inaguré en pleine campagne municipale, à peine ouvert qu’il était fermé sauf à quelques activités… Marie François Goloubtzoff a expliqué Lundi soir qu’une solution avait été trouvée avec un changement d’orientation qui devrait permettre d’élargir les activités du centre Albert Gazier  dans cet espace qui accueillera les 13-17 ans car son responsable prend aussi la direction du service jeunesse. Les activités musculations, Ju Jitsu et Foot  en salle seront externalisées dans les locaux plus adaptés d’une association rue Ernest Laval, avec appel à une association Art Evolution. Le home studio restera à Giner.  « Nous sommes plus dans une démarche d’insertion que d’activités pour les  + de 17 ans. Il ne faut pas se faire d’illusion, car à cet âge, ils rechechent du travail et des activités » a t-elle expliqué. Un membre du Conseil de Quartier a déploré un manque d’information alors que cette question avait été soulevé dés le printemps dernier : « Il y avait un accueil prévention et il devait leur permettre de trouver une juste place ! Il aurait pu y avoir un autre choix ! en laissant aux jeunes cet espace Giner. On a fait un beau cadeau à Gazier ! » -

    « C’est une démarche discutée. C’est le fruit d’expériences passées.  Je ne  voulais pas revoir ce qui s’était passée à la Casa avec mon prédécesseur, où cet espace était monopolisé par quelques individus qui n’avaient rien à faire de l’éducatif ! Nous avons repris les choses en main, redistribué les rôles. Nous allons élargie l’inter-générationnel à Gazier » a répondu le maire qui souhaite que l’on retrouve des locaux qui ne soient pas squattés

     

    LE PLATEAU A L’ABANDON ! UN DEBAT HAUT EN COULEUR

    « Le Plateau est laissé à l’abandon ! Il faudrait faire un réaménagement de la place des Provinces, du mail du centre comercial. Il faudrait l’assanir dans tous les sens du terme ! Il y a eu des batailles à armes réelles ! » a attaqué une vanvéenne en colére. Ce qui a fait réagir le maire tout de suite. « Ce n’est pas vrai ! Je ne peux pas laisser parler d’armes réelles ! Cela n’a rien à voir avec des flashs balls ! » a-t-il répliqué en donnant plus tard,  la véritable version de l’agression au SuperMarket qui avait déclenché la rumeur d’un mort par balle à l’occasion d’un affrontement entre bandes : « C’était un japonais résident à l’hôtel Mercure qui est venu s’acheter un couteau pour se faire hara-kiri en plein centre commercial ! »

    « Nous sommes confrontés depuis 3 ans à des problèmes d’incivilités qui se sont accrus avec des courses poursuites. La situation se dégrade très fortement depuis Septembre pour que la sérénité revienne sur le Plateau » témoignait un autre vanvéen - « Je ne néglige pas ce problème. Je vois le climat qui régne dans les quartiers. Il n’a rien à voir avec ce qu’il en était voilà 10 ans où les violences étaient permanentes » a-t-il répondu en indiquant que l’un de ses indicateurs sont les plaintes,  en reconnaissant tout de même « une résurgence du regroupement de bandes… dûe à la météo ( ?) », en assurant que « l’on travaille avec la police » d’autant plus qu’elle vient de se réorganiser avec la police d’agglomération  dépendant directement de la Préfecture de Police pour Paris et les 3 départements de la Petite Couronne qui remet en place « la police de proximité ».  Ce qui ne l’a pas empêché de reconnaître qu’il y avait eu + 300% de cambriolages à Vanves, qui sont passés de 12 à 80, comme dans le sud des Hauts de seine, perpertués par des gens extérieurs très organisés selon la DDSP (Direction Départementale de la Sécurité Publique) qui a mis en place un service spécial justement dans le Sud 92 basé à Antony. Et d’expliquer que la Police Municipale est une police d’appoint : « C’est volontaire ! Elle n’a pas les mêmes pouvoirs et les mêmes responsabilités que la police nationale ».

    Laurent Lacomére, mùaire adjoint chargé de la sécurité, a pris le relais en expliquant «que Vanves est victime de ses bons résultats précédents ! Il ne se passait rien jusqu’en Août 2009. Certains secteurs du Plateau sont concernés » - « Au commissariat, lorsqu’on est venu porter plainte, on nous a conseillé de déménager ! » asséne un participant. « Nos enfants sont agressés lorsqu’ils traversent le hall de l’immeuble ! » ajoute une autre – « Il faut porter plainte ! » clame t-il en rappelant « que l’on avait mis en place 80 observateurs qui avaient permis de cîbler les problèmes. Vanves est une ville calme  et les bandes du 15éme et de Malakoff viennent régler leurs comptes chez nous. Mais beaucoup de gens n’ont pas le courage d’appeler la police ».

    « Au commissariat, c’est le « club med » depuis le changement de commissaire. Notre nouvelle commissaire attend un enfant. Donc on n’en a plus ! Elle est en congé de maternité ! »  - « Mais le Commissaire de Montrouge assume l’intérim ! Il y a toujours un patron au commissariat. Et je rencontre souvent le Préfet et le directeur départemental de la sécurité publique » réplique le Maire – Mais voilà, le probléme est tout simple : par rapport à son prédécesseur, la commissaire a mis le paquet sur Malakoff considérant Vanves comme une ville calme. Désespérant. Il va falloir attendre la Rentrée 2010 pour voir un nouveau commissaire à Vanves. En attendant, son capîtaine essaie de faire son possible avec inteligence. Heureusement.