Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre toulouse - Page 3

  • ELECTiONS MUNICIPALES A VANVES : LE 28 JUIN, LA TRIANGULAIRE EST CONFIRMEE AINSI QUE LA REELECTION DU MAIRE SORTANT

    «De toute façon quelle qu’est été la date choisie – le 28 Juin finalement – c’est quasiment plié pour les 2 listes de l’opposition municipales (LREM, EEELV) vu les résultats du 1er tour le 15 Mars» écrivait le blog en début de semaine, sans se tromper, d’autant plus que le maire sortant a fait 47% des voix, qu’il a bien géré le confinement et le déconfinement juqu’à présent, ce que lui reconnaissent les vanvéens, malgré quelques erreurs, mais  surtout surtout parce que  les listes Vivre Vanves (LREM) et Vanves Demain (EELV) ne sont entendus pour fusionner. La première a fait paraître un communiqué un peu sévére, Pierre Toulouse (EELV) le trouvant un tantinet agressif  «mais bon, on va mettre cela sur le compte  de la déception ! » confiait il au blog Vanves au Quotidien, sur un ton très mesuré. Mais voilà, il ne fallait pas s’attendre à un autre résultat que celui-là lorsqu’on arrive à une négociation en déclarant d’emblée, comme l’a fait Sévérine Edou, selon certaines sources bien informés, ce genre de propos : « au fait, ll y a quelque chose de non négociable : Je serais la tête de liste ! » face à un interlocuteur plutôt ouvert, qui avait prévenu  lors de cette rencontre que «si contrairement à ses souhaits, un accord de fusion était décidé par la majorité des membres de sa liste il se plierai à cette décision mais ne ferait pas partie de la liste de fusion». Certains colistiers d’En Marche sont très déçus. Cela n’aurait peut être pas grand-chose, mais les positions sectaires ne sont pas d’un seul côté, comme l’ont laissé entendre les rumeurs

    «Notre liste Vivre Vanves est née d’une double conviction : nous croyons qu’une alternance tant dans les pratiques de gouvernance que dans les projets proposés est indispensable pour Vanves, et nous sommes persuadés qu’il est urgent d’incarner ce changement dès la prochaine mandature.  A l’issue du premier tour des élections municipales du 15 mars dernier, où notre liste a été placée en deuxième position par les Vanvéens, nous avons immédiatement souhaité encourager le rassemblement autour d’une identité citoyenne locale forte.  Dans cette optique, nous avons décidé à l’unanimité de tendre la main à la liste de Vanves Demain, arrivée en troisième position. En faisant le constat d’une complémentarité de nos programmes et d’un objectif commun, mieux Vivre Vanves Demain, nous leur avons proposé une fusion de nos listes, sur une base citoyenne, a-partisane et paritaire. Les conditions proposées, mûrement réfléchies tout au long du silence politique imposé par le confinement, témoignent de la sincérité de notre démarche et de notre réelle volonté d’aboutir. Malgré un enthousiasme sincère d’une partie des colistiers de Vanves Demain et en dépit de la volonté de changement affichée par leurs électeurs lors du premier tour, leur tête de liste a préféré privilégier le dogmatisme, sacrifiant ainsi l’aspiration au changement de nos concitoyens. Alors qu’il annonçait publiquement être prêt à saisir notre main tendue, il a oeuvré pour saborder toute possibilité d’entente » dénonce Séverine Edou dan ce communiqué au nom de l’ensemble des co-lidters.  Les Vanvéens méritent des responsables politiques à la hauteur des enjeux, honnêtes, dynamiques, compétents. Les Vanvéens méritent des élus prêts à se battre pour faire vivre des projets citoyens et participatifs, pour incarner une alternative crédible au tout-béton dont notre ville a encore subi les dramatiques effets lors des récents épisodes orageux. C’est toute la raison d’être de notre liste Vivre Vanves, animée par un sens aigu de l’intérêt général et du bien collectif, composée de profils expérimentés et complémentaires, venant de tous horizons et portant un programme juste, innovant et réaliste. Cette campagne de second tour doit être un moment de vérité. Notre objectif est plus que jamais de faire vivre le changement à Vanves. Pour cela, il nous faut battre l’immobilisme et le dogmatisme»

    .
    Pour Pierre Toulouse «on n’avait pas de mandat de négociations, seulement une prise de contact, où on a acté les propositions de la République en Marche, de faire une liste sans étiquette…. » explique-t-il.  «On a eu  une discussion collective du groupe aussi bien sur la fusion de la liste avec Séverine Edou (LREM), avec Boris Amoroz (FG/PC) avec des tenants de toutes les solutions, fusion avec Edou, fusion avec Amoroz,  fusion avec les deux. On a analysé tous les solutions,  mais on avait peu de chance de gagner, et quand bien même, on aurait gagné, on aurait eu peu de chance de faire les choses auxquels on tient ! finalement on est chacun de notre côté » ajoute t-il reconnaissant que « ce serait passé autrement si la maire avait fait  35% des voix. Mais avec 47%, nous n’avions pas de chance d‘être aux affaires». Ce qui ne l’empêche pas d’être convaincu que «sur les listes LREM et  FG/PC il y a des gens avec lesquels on pourrait tout à fait travailler, mais nous avons un marquage social et environnemental à gauche. Pour le coup, pendant les six ans de calvaire qui s’annoncent, on pourra sûrement travailler ensemble, puisque, ayant été conseiller municipal de l’opposition, j'ai connu cela, malheureusement, cela ne va pas s’améliorer avec ce qui s’est passé : la victoire va rendre son arrogance insupportable ! » prédit Pierre Toulouse (EELV)

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : Vanves demain (EELV) veut gouverner autrement

    La campagne s’est quelque accélérée ce week-end avec deux réunions des écologistes vendredi soir et des marcheurs, samedi, après midi, aprés une matiné de ballade urbaine du maire sortant avec ses colistiers de Vanves en tête dans le Centre Ancien, revêtu de l’anorak blanc. En les voyant, un vanvéen chantonnait « Etoile des Neiges » alors qu’une bruine s’abattait sur Vanves. Ce qui n’a pas empêchait marcheurs et écologistes de tracter notamment dans le Centre ancien place du Val (de Lattre de Tassigny)

    Vanves demain a réunie prés de 200 personnes à la Palestre vendredi soir pour la première de ses trois réunions de campagne consacrée à la circulation en ville, les espaces publics et la concertation. 3 thématiques présentés par un membre de la liste, commenté par deux grands témoins, deux maires adjoints l’un du XIVe (F.Letissier), l’autre de Malakoff (R.Aarsse), et introduit par Pierre Toulouse tête de la liste avec Aurélie Zaluski : «Vanves demain pour une ville verte et solidaire. Une liste plurielle avec des citoyens engagés, convaincu que l’urgence sociale et environnementale sont très importants pour agir sur ces sujets » a-t-il expliqué en parlant de «gouverner Vanves autrement, collectivement, sans maire sur son piédestal, mais abordable, avec une personne chargée de l’éthique pour veiller à un contrôle carbone, à l’égalité Femme/Homme, prés à rappeler le maire à la raison ». Il a ensuite rapidement présenté ses colistiers dont la liste n’est pas encore définitivement arrêtée où apparaissent des écologistes de la première heure, Cathérine Naviaux, Claire Papy, des socialistes comme Anne Laure Mondon

    Plusieurs éléments ont été retenu lors de cette réunion : Tout d’abord la concertation avec l’exemple du  projet de la porte de Malakoff autour de la tour Insee : «A Malakoff on aparlé du projet avant qu’il ne se fasse ! A Vanves, on en parlé après du projet woodeum et de la station GNV pour les camions d’ordures de la ville de Paris ! » a remarqué la tête de liste de Vanes Demain qui s’est engagé à ce que les propositions des habitants soient toujours suivies de réponses argumentées de la municipalité. Ensuite le plan vélo où Vanves est en dessous de sa strate en la matière : « Vanves n’est pas du tout praticable en deux roues notamment sur ses deux grands axes traversants entre Paris et Clamart, et entre Malakoff et Issy lesMoulineaux. Il n’est pas question que Vanves ne fasse rien !» s’engageait Pierre Toulouse qui a en tête de favoriser aussi la marche en réalisant une sorte de « magistrale piétonne entre la future gare du Grand Paris Express au Clos Montholon et le centre ancien-Saint Remy». Enfin, la place de la voiture qu’il veut réduire bien sûr en traitant plusieurs points noirs comme la rue Marcheron par exemple, en supprimant des places de stationnement par exemple pour permettre de créer une piste cyclable, élargir le trottoir à certains endroits

  • VANVES DANS LE CREUX DE L'OREILLE

    VELOS A VANVES : Du cyclotourisme au vélib

    Les écologistes ont repris leur « café politique » mercredi dernier, au Relais de Vanvres, consacré au « vélo à la conquête de Vanves » animé par Pierre Toulouse, un vanvéen ex-conseiller municipal qui est adjoint coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo. Occasion d’expliquer, devant une assistance fournie, ce retour à la mode du vélo bousté par les gréves des transports de 1995, le Vélib, et les politiques développées par les municipalités, volontairement ou par la force des choses : « Le maire de Vanves d’abord circonspect, a bien senti le vent et affiche aujourd’hui une politique vélo dont il n’a pas à rougir au regard de ce que l’on peut voir chez ses voisins de Montrouge, Meudon ou Boulogne. Mais on pourrait alors beaucoup plus loin » a-t-il expliqué. « On apprécie les progrès réalisés par la municipalité et GPSO ces dernières années : contre-sens cyclables, « tourne à droite » qu'il faudrait plutôt appeler « cédez-le-passage », rue Sadi Carnot... Heureusement qu'elle est là comme itinéraire de circulation apaisée pour éviter la rue Jean Bleuzen où les cyclistes se sentent en insécurité » ont constaté les participants qui souhaitent aller plus loin : Aménager une piste cyclable sur l’axe Porte Brancion - Clos Montholon, prévoir des aires de stationnement devant les équipements publics, faire des classes de vélos… . A cette occasion, ils ont découvert, grâce au patron de ce café qui en était un adepte, les vertus du cyclo tourisme, qui répondait à ce souci d’initiation des jeunes de bonne pratique du vélo et de ce goût de l’effort physique couplé au plaisir de la découverte : « chaque dimanche, on emmenait avec nous une dizaine de jeunes pour faire 20 à 30 et même 50 km dans le sud de Paris. Et c’était très formateur pour eux ! » a-t-il expliqué en rappelant que Vanves organisait sa course de cyclistes et même son épreuve de cyclo cross

    VŒUX : Vanves parmi 13 200 collectivités en colére !

    A l’occasion du 97éme congrés des Maires qui s’est déroulé aux portes de Vanves, les responsables de l’AMF (Association des Maires de France)  ont indiqué qu’ils ont reçu 13 200 délibérations, « de toute tendance à tout territoire confondu », dont celle du Conseil Municipal de Vanves, voté le 10 Novembre dernier, répondant à son cri d’alarme sur les conséquences inéluctables pour l’investissement,  l’emploi et les services à la population du gel des dotations de l’Etat couplé avec de nouveaux transferts de charges (nouveaux rythmes scolaires, revalorisation du salaire de certains agents…). « C’est un mouvement  sans précédent dans l’histoire des communes de France » car « jamais jusqu’à présent il y a eu un texte commun, provenant de 13 200 collectivités où vivent 27,3 millions d’habitants ». Mais  « Les annonces du gouvernement pour la loi de finances 2015 sont extrêmement graves. Elles prévoient une nouvelle baisse des dotations de l’Etat de l’ordre de 11 milliards d’euros jusqu’en 2017 soit une baisse cumulée de 28 milliards d’euros pour la période de 2014-17 ! A cela s’ajoute la mise en place par l’Etat de nouvelles politiques non concertées (rythmes scolaires) qui grévent le budget des communes » a t-on expliqué durant ce Congrés. D’ailleurs, le nouveau président de l’AMF a été très clair face à Manuel Valls, premier ministre  : « Notre congrés s’inscrit dans un contexte de forte tension entre l’Etat et les collectivités locales. Cet état d’esprit n’a jamais atteint un tel niveau d’angoisse, d’inquiétude. L’annonce d’une baisse sans précédent des dotations va avoir un effet de souffle. Une forte interrogation existe sur les effets de la réforme territoriale.. » a expliqué François Baroin en ajoutant :  « Il est curieux que l’Etat qui annonce une pause fiscale améne les collectivités à augmenter les impôts… Nous n’acceptons pas le transfert de l’impopularité fiscale ! »