Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

neige - Page 5

  • VANVES, GPSO, REGION ILE DE FRANCE PRETS A AFFRONTER L’HIVER ET LA NEIGE

    Les vanvéens sont rassurés comme les habitants de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) et les franciliens,  les services de cette communauté d’agglomération dont fait partie notre commune, et ceux de  l'Etat seront, cet hiver, « mieux préparés » à affronter les chutes de  neige qui avaient causé une belle pagaille en décembre 2010 dans la Région Capitale. Vanves  Infos comme l’ensemble des revues municipales des 6 autres communes ont consacrés au moins une page pour expliquer comment elle sont prêtes à affronter l’hiver. L’Etat par l’intermédiaire de sa Secrétaire générale de la zone de défense et de sécurité de Paris a présenté au début de la semaine le nouveau plan neiger et verglas de l’Ile de France (PNVIF) 2011-12

     

    Malgré la douceur qui a régné jusqu’à ces derniers jours, bien tard en cette saison, avec le retour du froid, revient à l’esprit  l’épisode neigeux des 8  et 9  décembre 2010  qui avait marqué tellement les esprits que toutes les revues municipales des 7 villes de GPSO  ont consacré une page à la prévention mise en place pour cet hiver 2011/12. Les responsables de notre communauté d’agglomération (CA) avaient tiré les leçons de ce fort épisode neigeux qui avait vu plusieurs centaines d’agents sans distinction d’appartenance à pied d’œuvre pour désengorger les axes embouteillés ou qui risquaient de l’être. Plus de 2200 tonnes de sel en vrac et 172 tonnes de sel en sac avaient été répandues sur les voies et les trottoirs des 7 communes grâce à 17 saleuses et 6 chargeurs, 30 épandeurs. 5 lames avaient été mobilisées pour dégager les voies. Ce qui n’avait pas empêché que les services techniques soient confrontés à une efficacité du sel limité face aux épaisses couches de glace formé par la neige compactée.

     

    Ainsi GPSO est capable de mobiliser jusqu’à 400 personnes sur le terrain en impliquant son personnel et ceux de ces partenaires-cioncessionnaires en concertation avec les trois direction de proximité responsable de l’espace public et de la propreté, en cas de phase neigeuse. La CA a signé  un nouveau contrat avec Météo France afin de disposer de données plus précise, afin d’nstituer une vigilance météoroogique, consultées une à plusieurs fois par jour en période sensible. Le parc de saleuses sous contrat de location a été renouvelé, avec l’achat de 2 lames supplémentaires. Comme pour le département, elle a établie une hiérarchie des voies à traiter en urgence et en priorité  (principales, empruntées par les bus, en pente, aux abords des gares et des équipements publics, jusqu’à certaines qui ne le seront pas.  Les dépots de sel ont été developpés et optimisés avec une réserve supplémentaire et un stock tampon dédié et disponible en cas de violente vague de froid au port de Rouen

     

    En Ile de France,  le nouveau Plan neige et verglas  (PNVIF) 2011-2012 a été activé le 15 novembre dernier jusqu’au 15 mars, au niveau 1 (vigilance). Il peut à tout moment monter en puissance, au niveau 2 (veille renforcée) puis 3 (activation du PC zonal de circulation), en cas de crise. Il a même été amélioré  grâce à un centre de commandement unique police-gendarmerie. Il prévoit le « pré-positionnement » de forces de l'ordre et de moyens de dépannage « au plus près de 78 points noirs du réseau structurant francilien (800 km) et d'une vingtaine de points noirs du réseau secondaire identifiés à la suite des graves perturbations de décembre 2010 (routes en pente, des carrefours difficiles, etc…. ».  Il prévoit la mise en place « en amont et en aval de ces points noirs »  par les communes, de centres d'hébergements pour les usagers de la route qui seraient bloqués par les intempéries.

     

    Enfin, il prévoit « un grand axe de contournement de la zone IDF » pour les poids lourds et « des mesures de restrictions de circulation progressives », qui concerneront d'abord les poids-lourds articulés dont beaucoup se sont mis l'hiver dernier « en porte-feuille » à cause de la neige, puis  « les poids lourds porteurs ». Il faut noter qu’Aéroports de Paris (ADP) et les compagnies aériennes ont apportés des améliorations à l’organisation du transport aérien en cas de neige intene, autour de 3 axes : Amélioration du dégrivage des avions et du déneigement des pistes, doublement des stocks de glycol, ADP ayant développé des outils informatiques pour suivre en temps réel l’état de ces stocks, renforcement du parc d’engins de déneigement avc l’achat de 70 nouvelles machiners répartis sur Roissy et Orly. Et surtout renforcement de l’information des passagers

  • AU FIL DU QUOTIDIEN DE VANVES : DU PRIX NOBEL DE LA PAIX XIAOBO AU COIFFEUR BOSCHER SURTAXE !

    LIU XIAOBO : Ce n’est pas un vanvéen, ce n’est pas quelqu’un qui a fait quelque chose  à ou pour Vanves. Mais c’est l’homme qui aurait dû recevoir aujourd’hui, comme chaque 10 Décembre, lors de cette cérémonie prestigieuse, le prix Nobel de la Paix. Car le Comité Nobel a choisi, avec courage contre les pressions du régime chinois, ce dissident politique emprisonné, auteur et professeur d'université, condamné l'an passé à 11 ans de prison pour avoir participé à l'écriture de la Charte 2008. Un texte qui plaidait en faveur d'une démocratie multipartite et du respect des droits humains. Et si ce blog de Vanves Au Quotidien soutient ce dissident, c’est justement parce que les autorités chinoises n'ont cessé d'exprimer leur colère et de faire pression sur les autres États pour organiser le boycott de la cérémonie d’aujourd’hui.

    COIFFEUR SURTAXE : Ce n’est pas tellement le cas à Vanves ! Malgré un appel à boycotter la musique et à faire signer une pétition contre la hausse des redevances à verser  à la Sacem et à la Spré, deux sociétés chargées de percevoir et répartir les droits versés aux artistes et producteurs, pour avoir le droit de diffuser de la musique dans les salons de coiffure.

    Laurent Boscher qui est le patron de plusieurs salons à Vanves (Ty Coif, Métamorphoses…) n’a pas, pour l’instant, réagit, tout simplement parce que ce boycott est parti de l’Est de la France en Alsace, et commence tout juste à se répandre sur le reste de la France. « Ce sont des clients qui m’en ont parlé cette semaine ! » reconnait il en indiquant que des salons comme les siens paient à la Sacem  de 200 à 250 €  par an pour la radio, 300 € pour les CD et encore plus s’il y a la TV, et à La Spré, 20/30 € par an. De son côté, la Fédération Nationale de la Coiffure (FNC) indiquait que la Spré airait l’intention d’augmenter sa redevance de 47 € par salarié employé. La Sacem aurait expliqué, comme à son habitude (hypocrite), y être «totalement étrangère», les redevances de droits d'auteurs de son répertoire « n'ayant pas été modifiées», contrairement à la rémunération équitable gérée par la Spré, qu’elle perçoit au nom de celle-ci. Laurent Boscher reconnait « que la redevance de la Spré ont augmentés jusqu’à 80 à 90 €.  Mais s’ils le font par salarié,  je ne sais comment nous allons nous en sortir ! On ne fait pas la gréve,  mais c’est abuser quand même de doubler ou tripler. On ne mettra plus de musique et on fera chanter les salariés » annonce t-il avec sa petite pointe d’humour.

     

    PREFACE : « Ils ne sont pas responsables politiques... Ils ne sont pas journalistes... Ils ne sont pas sociologues... ... mais tout simplement de jeunes actifs en quête d'authenticité et de courage dans une société à rénover. Âgés de 25 à 32 ans, diplômés de grandes écoles et d universités renommées, l'un est salarié dans une PME en province, le second est cadre supérieur dans le privé, un autre est caissier dans la grande distribution malgré un bac +5, le dernier travaille dans le secteur public. Quatre profils, quatre regards... une vision, un idéal ! Forts de ces parcours différents, ils livrent en 22 thématiques leur diagnostic des principaux maux dont souffre la France. Le discours, rude et atypique pour des jeunes de cette génération, revigorera tous ceux qui ont perdu la force ou l'envie de s exprimer. Un appel à se relever ». Voilà le livre qu’a préfacé Isabelle Debré, sénateur et 1ére Maire adjoint de Vanves : « La France ! Regards croisés de quatre jeunes sur leur pays » de Pol et Ronan Datausse et Bertrand et Vincent Mathieu (Edt Persée).  « C’est bien moins pour donner la saveur du défaitisme ambiant qui touche l’hexagone que pour : proposer un regard décapant sur notre modernité, qu’elle soit médiatique, politique, professionnelle, sociale ou artistique ; mettre en avant des idées pour avancer tous ensemble vers une France unie capable de répondre aux attentes d’un monde en perpétuel mouvement; pousser chacun d’entre nous à se prendre en main pour avancer, sans se contenter du minimum. Il s’agit donc de relever la tête, de regarder en face les défis qui incombent à notre pays et donc à chacun des citoyens qui composent cette entité territoriale qu’on nomme l’hexagone ».

     

    LENDEMAIN DE NEIGE : Nos hommes politiques nationaux sont vraiment détestables entre celui qui rejette la pagaille sur les journalistes – heureusement qu’il a un chauffeur – et l’autre qui recherche le lampiste chez Météo France à propos d’intémpéries sur lesquelles l’homme ne peut rien…et surtout prévoir…au millimétre prés la neige qui va tombre dans ce cas. Pitoyable. Heureusement qu’il y a des élus de proximité qui essaient de faire ce qu’ils peuvent à Vanves comme ailleurs. Mais hier après midi, c’était vraiment la pagaille qui s’est prolongé jusqu’en début de soirée. La rue de la République était bloquée par un poids lourd, à tel point que la circulation y était interdite. Une plaque de verglas ralentissait encore la circulation Antoine Frataccci dans le sens de la descente au moment du journal de 20H. La côte de la rue Victor Hugo était impraticable, mais certains petits malins ne prenaient pas en compte le panneau d’interdiction d’emprunter cette voie, et s’engageaient, très vite découragés. Même le lendemain matin, certains automobilistes ne s’y risquaient pas. Par ailleurs les trottoirs étaient devenus glissants et boueux par certains endroits, mais le soleil était revenu faisant oublier les soucis d’hier. Enfin, beaucoup ont dormi dans leurs lieux de travail, après avoir diner dans le petit restaurant du coin.

  • LA NEIGE SEME LA PAGAILLE ET BLOQUE COMPLETEMENT VANVES, MAIS PAS LE CONSEIL MUNICIPAL

    Vanves hier après-midi était entièrement bloqué par la neige. Sans pneus à clous ou des chaînes, il était pratiquement impossible de rouler, notamment sur les rues pentues. Les principaux axes et carrefours étaient complétement bloquès, les véhicules avançant à pas très lents lorsque c’était possible, comme place de l’Insurrecton ou place de Lattre de Tassigny où un caméraman  de France 3 peut être, venu en voisin, filmait la rue Antoine Fratacci où les véhicules étaient enchevetrés. Et personne ne s’aventurait dans la fameuse côté de la rue Victor Hugo. Aucun bus à l’horizon, la RATP ayant cessé de les faire circuler depuis pratiquement midi, la place du Général Leclerc étant resté toute l’après-midi et la soirée deserté par ces « 58 ». Même le libraire d’à côté n’avait pas reçu Le Monde. « C’est toujours comme cela lorsqu’il neige. Je l’aurais demain matin » constatait il fataliste.  La seule solution était de devenir piéton sur des trottoirs qui començaient à devenir glissant, mais avec encore de la poudreuse par endroits.  Les enfants s’amusaient bien sûr, à coup de boules neige, alors que certains automobilistes s’enguelaient. Ceux qui habitaient trop loin, en grande couronne, préféraient rester sur place à leur travail, comme ce garagiste empêché de rentrer dans l’Essonne, la RN 118 ayant été fermé, ou ce boulanger qui a dormi prés de son fournil, car les hôtels affichaient déjà complet en milieu d’après midi.

     

    Le maire Bernard Gauducheau avait été prévenu par la Préfecture des Hauts de Seine de chutes de neige très sévéres jusqu’au début de soirée, ce qui s’est révélé exact. D’ailleurs il confiait qu’il roule toujours en cette période de l’année avec des pneus neige pour ne pas rester bloqué et intervenir sur place lorsqu’il y a une urgence. Les grilles du parc Frédéric Pic et autres squares avaient été fermés dés 13H/14H, et la ville s’était habillé de blanc, certains quarriers et rues en dehors des grands axes  prenant cet air ouaté et silencieux qu’impose ce manteau blanc. Il parait qu’un niveau record de neige a été battu à Paris, et peut être à Vanves : 11 cm de neige enregistré par la station de Météo France à Paris Montsouris, dans le XIVéme. Un niveau record qui n'avait été dépassé qu'en 1987, selon Météo France. « Pour retrouver des quantités de neige comparables à cet endroit, il faut remonter à mars 2005 ou alors janvier 1987 où on en avait eu encore plus » indiquait on  à Météo France. Le record absolu enregistré à Paris Montsouris date du 2 mars 1946 lorsqu'il était tombé 40 cm en une journée.

     

    Pourtant l’activité continuait à Vanves. Notamment avec un Conseil Municipal qui commença avec un peu retard, le temps que le quorum soit atteint, certains élus ayant été retardé par 3H de bouchons ou un train en retard. Alors que d’autres étaient restés dans leur bureau à l’autre bout de Paris, après une vaine tentative de prendre la route. 400 km de bouchons en Ile de France. Bernard Gauducheau l’a ouvert vers 19H20 en excusant l’absence de Bernard Roche, maire ajoint qui a perdu sa mére, et surtout en saluant « le rôle de cette famille pour Vanves ». Pour une rare fois personne n’était présent dans le public de cette séance sur laquelle le Blog reviendra au cour de laquelle le Conseil Municipal a donné son avis sur les réseaux de métro prévus autour de Paris (Arc Express et Grand Huit) qui font l’objet d’un débat public.