Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marché de vanves - Page 3

  • VANVES EN CAMPAGNE : LES PROPOSITIONS POUR RE-ANIMER LE COMMERCE

    Le bilan en matière d’activité commerciale n’est pas reluisant : Une offre commerciale incomplétet et éparillée, des locaux commerciaux vides, utilisés pour le stockage lorsqu’ils ne sont  pas transformés en appartements, de beaux emplacements laissés à l’abandon. Un marché qui n’est pleinement utilisé que le samedi, malheureusement plus cher que chez des voisins, sans presque plus aucun volants dehors et un fond de marché côté Sadi Carnot sinistré depuis la fermeture de la buvette grâce à un harcèlement administratif bien orchestré qui a découragé son tenancier et sa fille. Des dimanches désertiques sur le Plateau où une agence immobilière va remplacer une crêperie, même si une librairie doit ouvrir, et un Centre Ancien sinistré, aprés la fermeture (temporaire) du Tout Va Mieux, du marchand de fruits et Légumes etc… Le Blog a regardé ce que les différentes listes proposaient, Vanves en Tête (UDI/LR), Vivre Vanves (LREM), Vanves demain (LREM) mais pas Pour Vanves, l’Humain d’Abord (FG/PC) qui n’a pas fait connaître son programme complet, ou même sa liste compléte, sauf par bribes sur Facebook, comme il le fera sur d'autres sujets d'actualités.

    Chaque candidat dans son programme a prévu des mesures pour augmenter le nombre de magasins, pour valoriser le commerce de proximité grâce à un partenariat avec le CCI Hauts de Seine  (Vanves en Tête) en mettant en place un vrai accompagnement pour attirer des commerçants (Vivre Vanves), avec quelques priorités comme un fromager,n un kiosque à journaux dans le quartier Saint Remy avec une brasserie (Vivre Vanves), quite à aller jhusqu’à préempter des locaux commerciaux non occupés pour Vivre Vanves et Vanves demain. Ils prévoient tous un accompagnement, grâce à un « bureau des entreprises, du commerce et de l’artisanat » pour Vanves en Tête, grâce à une société spécialisé pour redonner du souffle aux commerces de proximité et au marché, en travaillant à un meilleur rééquilibrage de la répartition géographique pour Vanves Demain. D’ailleurs cette liste encouragera la création d’une épicerie solidaire qui proposera des produits locaux et éthiques, et accompagnera de nouveaux projets de commerces issues de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) répondant à des critéres solidaires en environnementaux (Autopartage, Repair Cafés, Ressourceries, commerces équitables…).  

    Vanves en Tête et  Vivre Vanves proposent de lancer des boutiques éphéméres, boutique à l’essai (Vanves en Tête), boutique saisonnière (Vivre Vanves). Si Vanves en Tête veut créer un marché bio extérieur, Vivre Vanves veut deux fois par semaine en fin de journée, deux marchés, l’un sur le Plateau, l’autre dans le Centre Ancien même si des tentatuves passées, n’ont pas été concluant contrairement à Issy les Moulineaux. Si Vanves en Tête veut créer une « market place » et une conciergerie en coeur de ville avec tous les commercants, Vivre Vanves privilégie un service de livraison à domicile à partir du marché, par triporteur électrique. Vanves en Tête prévoit de rénover et ré-agencer le marché et de lancer un partenariat entre le nouveau pole hôtelier de la Plaine et les commerçants du Plateau pour qu'ils puissent bénéficier des retombéess.

  • VANVES VOILA 20 ANS, EN 2000 : UNE ANNEE MARQUEE PAR L’INCENDIE DU MARCHE ET LES LENDEMAIS DE LA TEMPËTE DU SIECLE

    Tout le long de cette année 2000 fut maqué par les lendemains de la terrible tempête du 26 Décembre, le parc F.Pic ne réouvrant que le 5 Février,   la piscine que le 25 Août, car un vent d’une violence de 160/170 km/h, avait occasionnée des dégâts considérables dans notre ville comme dans nombreux sites de notre Région et de la France : Prés d’une centaine d’arbres avaient été arrachés dans le parc F.Pic, dont toute la lignée de peupliers (une quarantaine) entourant le bassin (sur la photo),  un cèdre d’une dizaine de mètre s’était même écrasé sur le toit du bâtiment principal de l’école du parc alors que la couverture de son préau était entièrement arraché, ainsi qu’un magnifique hêtre tout prés du Pavillon de la Tourelle qui l’avait échappé belle. Quinze arbres fragilisés avaient dû être abattus quelques jours aprés.  D’autres écoles avaient subies des dégâts, Marceau avec la chute d’un mur mitoyen, l’école du centre avec celle d’un plafond, Gambetta avec celle de tuiles faîtiéres.. Les baies vitrées de la piscine municipale côté grand Bassin, et petit bassin/pateaugoire-solarium avaient volé en éclat. Le parc Michelet du lycée était aussi durement touché avec prés de 80 arbres abattus, 200 m2 de toitures endommagés. Les sapeurs Pompiers de la BSPP avaient effectués à Vanves entre 6H30 et 9H plus de 60 interventions (130 au bout de deux jours) uniquement dans la ville… sans compter la police pour 13 toits abîmés, 190 cheminées ou antennes TV arrachées, 6 pour des arbres cassés ou tombés, des palissades effondrées  etc…L’un des effets tangibles de cette tempête fit la mise en place de l’alerte tempête de Météo France dont la traduction à Vanves est par exemple la fermeture systématique du parc F.Pic pour prévenir tout accident, ce qui a été le cas plusieurs fois, et même maintenant lors des alertes neige  

    L’autre événement dramatique fut l’incendie du marché, dans la nuit du 30 au 31 Mai provoquant l’évacuation des 250 habitants de la Tour accueillis dans la salle des fêtes de la mairie. Dés le 1er Juin, il était installé rue Mary Besseyre et avenue Guy Mocquet. Les employés de la  bibliothèque ont dû nettoyer un par un les 60 000 ouvrages contenus dans les rayonnages. Au théâtre, il a fallu rétablir le circuit électrique et le réseau de plomberie, obligeant de reporter les spectacles jusqu’à la Rentrée, puis jusqu’au printemps, obligeant à installer un théâtre en bois dans le parc F.Pic. Dés le 13 Septembre Guy Janvier organisait une réunion publique et le lendemain un conseil municipal extraordinaire sur le réaménagement du marché qui allait entraîner une polémique sur le choix d’un aménagement entre la majorité et l’opposition municipale, jusqu’aux municipales de 2001.

    D’ailleurs, elles occupaient déjà les resprits : Guy Janvier (PS) qui était Maire de Vanves, lançait une grande consultation pour faire émerger les souhaits des vanvéens et « enrichir la construction du futur projet de collectivité dans lequel Vanves se projettera à un horizon de 10 ans ». Isabelle Debré (RPR) annonçait son entrée en liste pour les municipales et était élue Secrétaire RPR de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves-Issy). Roger Aveneau, ancien conseiller général et maire adjoint UDI disparaissait  à l’âge de 77 ans, ainsi qu’un peintre d’origine espagnol, Fran-Baro qui avait séduit par ses œuvres d’inspirations impressionnistes  en laissant en autre, la fresque à l’entrée du théâtre Le Vanves qu’il avait offert pour son inauguration dans les années 80.  Guy Janvier était nommé Délégué Interministériel à la famille avec pour charge de suivre notamment le suivi des réseaux d’aides à la fonction parentale, dont l’objectif était de travailler sur la qualité et la pérennité des liens enfants-parents.

    Vanves donnait le nom de Maurice Magne au gymnase du Plateau qu’il avait construit. Une stèle pour les anciens d’Algérie était inaugurée le 10 Mars à l’angle des rues Auguste Comte et Rabelais provoquant une polémique et du coup l’absence du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et du Sous Préfet. L’équipe municipale  lançait la réhabilitation de la place du Président Kennedy et de la rue Jean Jaurés. Le jumelage avec Ballymoney (Irlande du Nord) était officialisé en Mai et elle  signait une charte ville handicap en Juin

    A Suivre...

  • MARCHE DE VANVES : UN COMMERCANT VICTIME D’UN VERITABLE HARCELEMENT ADMNISTRATIF

    Les habitués du marché ont découvert à la Rentrée au mois de Septembre, une affiche annonçant que « la buvette, lieu convivial et d’échanges fait peau neuve» signée par la Direction ( ?) qui explique : «Afin de garantir les régles de sécurité des établissements recevant du public, les services de la ville et EGS (le concessionnaire) accompagnent le gérant de la buvelle dans une série de travaux qui permettront de mettre un terme aux risques potentiels d’incendie provenant de l’utilisation de matériaux non conformes et inflammables. La rénovation de la buvette, mesure indispensable aux respects des normes réglementaires, permettra très rapidement aux vanvéens de se retrouver et d’échanger dans un cadre plaisant , rénové et sécurisé ». Pour en arriver là, le gérant de la buvette a subi un véritable harcélement administratif,  la direction, c’est-à-dire la mairie de Vanves avec son bras armé, le concessionnaire, et ses services techniques,  croyant à une mauvaise volonté de sa part, alors qu’il a été victime d’une méprise de la part de sa fédération qui n’a pas arrangé sa situation et ses relations avec la « direction »,  d’un changement de concessionnaires, et surtout d’un changement des normes de sécurité. Ce qui l’a amené à s’interroger lorsqu’il s’est rendu compte qu’il était le seul dans cette situation dans ce marché. N’est-ce pas bizarre !

    Ce gérant est là depuis début 2009. Et c’est à la demande de ses clients qu’il a réalisé cette structure en bois inauguré fin 2009 qui a été démontée cet été, bien pratique pour protéger du froid en hiver. Et il ne l’a pas installée, comme cela, sur un coup de tête sans demander les autorisations nécessaires tant à la ville qu’au concessionnaire, Lombard et Guerin à l’époque, avec communication des plans et matériaux utilisés,  comme la «direction» l’a laissé entendre, avec mauvaise foi. D’autant que les hautes autorités municipales ne l’auraient pas laisser-faire comme cela sachant qu’elles appliquent «à la lettre» le principe de précaution. Comme c’est le cas actuellement à la suite de l’accident survenu pendant les travaux de la piscine avec la neutralisation d’une partie du terrain de football à cause d’échaffaudage maintenu en place, et comme ce n’est pas le cas au PMS A.Roche, avec ses étonnantes intrusions dans la tribune du PMS A.Roche en pleine zone de travaux à chaque match de football des supporters et des spectateurs.  « Et puis je ne l’aurais pas fait si je n’en avais pas eu l’autorisation !» explique t-il. Mais il y a eu une exception ! Souvenez-vous, de l’inauguration du marché après l’incendie qui s’est déroulée malgré l’avis défavorable de la commission de sécurité. Mais c’était en présence de Charles Pasqua, alors président du Conseil Général des Hauts de Seine. Alors le principe de précaution!

    En 2011/12,  la «Direction» lui demande les plans et la liste des matériaux pour voir s’ils respectaient bien la norme de sécurité  M3 (française). Entretemps, le concessionnaire a changé, ainsi que les normes de sécurité qui doivent s’aligner sur les normes européennes. Malheureusement, malgré plusieurs demandes restées sans réponses, il n’a jamais eu, à sa disposition,  le cahier des charges correspondant aux nouvelles normes.  C’est à ce moment là que la « direction » lui demande déposer un plan et la liste des matériaux pour une commission de sécurité en Avril 2017. Afin que les services techniques étudient le dossier. Ce qu’il fait, sans réponse de leur part. Ils font une seconde demande et le convoque en Mairie en Juin 2017 où il est accusé de ne pas avoir déposé de dossier, pour après, lui expliquer que celui qu’il avait déposé – le premier donc -  ne correspondait pas à leurs attentes. Ils lui demandaient de réaliser une structure amovible avec des bâches

    Il refait pour la deuxiéme fois son dossier en demandant un délai correspondant à cette demande. Mais cette fois là, il demande l’aide de la fédération nationale des syndicats de marché à qui il envoie un double du dossier. Mais voilà, il est victime d’un quiproquo, car un autre gérant de buvette qui porte, de surcroît, le même nom, a fait la même démarche que lui pour ouvrir une buvette sur un autre marché. Il a pensé que le traitement de son dossier suivait son cours normalement, et que sa fédération traitait directement avec les services techniques. Ce qui n’a pas été le cas. Du coup, il a été convoqué à un conseil de discipline où il a été accusé de n’avoir déposé aucun dossier. Il s’est vu stipulé que s’il n’avait pas déposé de dossier le 15 Janvier 2018 en bonne et du forme, il se verrait suspendu pendant deux semaines.

    A Suivre ...