Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marc lipinski - Page 5

  • VANVES EN CAMPAGNE : POURVU QU’ELLE SOIT VERTE MA REGION ?

    Les Verts ont fait moins bien que le Front de Gauche dans la même école, à la même heure, mais 3 jours après, hier soir. Pourtant, ce sont eux qui ont le vent en poupe puisqu’ils ont progressé de 4 points  avec 18% alors que l’UMP/NC a baissé à 2 points (30%), le PS restant stable à 26% et le Front de Gauche à 7% selon un sondage TNS Sofres/Logica pour Le Monde, Radio France et France Télévisions (réalisé du 6 au 8 Mars par téléphone auprès d’un échantillon de 700 personnes).

    Pendant ce temps là, quelques socialistes assistaient au grand meeting au Cirque d’Hiver avec JP Huchon et Martine Aubry. Et le maire avec les dirigeants du Football et du Stade de Vanves s’expliquaient avec les jeunes footballeurs de la section sur les dernières violences qui ont marqué les matchs à Vanves…et ailleurs

     

     

    DIALOGUE ENTRE VERTS A MAX FOURESTIER

     

    Les deux candidats Europe Ecologie (EE) étaient présent, Marc Lipinski, Pierre Toulouse avec Claire Papy et la nouvelle venue, Lucile Schmid, dans ce préau décoré aux couleurs vertes avec petits drapeaux et même un vélo (pliant). Le vice président Verts chargé des Universités, de la Recherche, de l’innovation  a présenté tout d’abord le mode de fonctionnement de cette assemblée si méconnue, et surtout de la place des Verts. « Nous étions 29 sur 209 conseillers généraux (sur 135 pour la majorité de gauche ) avec un président PS, un vice président chargé du budget et des finances – le Bercy régional- socialiste, un vice président chargé de l’administration générale…socialiste, et 3 Vices présidents chargés des délégations les plus importantes niveau budgétaire, socialistes (Transports, Lycées) et communiste Développement économique, emploi, formation professionnelle) ». Et de constater que les Verts en avaient 4 certes mais  sur des compétences non obligatoires – Environnement, Solidarité, Aménagement du Territoire, Université-Recherche – en faisant finalement comprendre sans le dire, pourquoi dans les négociations d’après premier tour, les Verts ont déjà annoncé qu’ils souhaiteraient l’une des 3 vice-présidences majeures, et pourquoi pas les transports. Et de dénoncer le fait qu’il n’y avait pas beaucoup de transversalité entre ses 15 vice-présidents, tout en reconnaissant qu’il a pu faire « des choses intéressantes dans sa délégation ».

     

    CONTRAT, SDRIF, PLU ET VELO

    Marc Lipinski a abordé ensuite le programme d’EE : « Vous avez vu que l’écologie est devenue incontournable : Comment affronter les enjeux en ne reprenant pas les vieilles formules, mais plutôt en inventant un nouveau modèle économique » a-t-il expliqué avant de présenter « le contrat éclogique qui est l’ossature du programme d’EE » - que les vanvéens peuvent retrouver sur www.vanvesecologie-lesverts.fr Occasion de constater que parmi toutes ces propositions, certaines auraient pu s’appliquer à Vanves : Végétalisation des toits et des façades des immeubles dans les quartiers denses (Plateau), création d’éco-quartier (Cabourg).

    Pierre Toulouse est intervenu sur les transports – « L’un des deux sujets avec la météo des conversations autour du café du matin » en partant sur SDRIF (Schéma Directeur) de la Région pour aboutir au PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Vanves en donnant quelques chiffres – «Les vanvéens ont accès à 73% des emplois grâce aux transports en commun, les franciliens de Grande Couronne seulement à 14% ». Et d’expliquer que le SDRIF ne changera pas grand-chose à Vanves. Par contre, l’extension d’Hachette pose la question de savoir si le PLU de Vanves doit faciliter l’accés en véhicules de ses employés et cadres en créant un nouveau parking (privé) ou plutôt les inciter à prendre les transports en commun. Et d’embrayer sur son « dada » : le vélo ! « Il est l’illustration de ce que propose EE pour arriver à vivre mieux tout en étant plus sobre ! » a-t-il déclarant en se demandant « pourquoi arrive-ton à ce que 27% des habitants d’Amsterdam se déplacent à vélo, et pas en Ile de France ? »

     

    UNE TRANSFUGE TOURMENTEE

    Lucile Schmid a tenté d’expliquer sa conversion  en reconnaissant qu’elle a réfléchit de « façon tourmentée à ce qu’elle voulait dire ». Mais elle l’a quand même expliqué : « EE porte un projet de renouvellement de la gauche. Tout l’enjeu est de montrer que les questions des inégalités doivent être posées au niveau des personnes mais aussi des territoires »… « J’ai vécu le succès d’EE aux Européennes, comme une opportunité de repenser les choses face au scepticisme des électeurs. D’autant plus que cela n’avait changé au PS. Et j’en sais quelque chose puisque je me suis intéressé à la rénovation du PS, et je sais qu’il n’aurait jamais donné une chance à une « Cécile Duflot » comme l’ont fait les Verts, en la mettant en avant pour les mener à ces élections ». Et Claire Papy, conseillère municipale mais aussi communautaire a tenté  d’expliquer pourquoi « avec la Communauté d’Agglomération de GPSO (Grand Paris Seine Ouest), on prend en pleine figure la logique du Grand Paris défendu par Nicolas Sarkozy ». Un véritable sujet de thèse dont elle a eu du mal à s’en sortir.

     

    PAS COMME HIER

    Dans le jeu des questions/réponses, ont été abordé plusieurs thémes : Le Grand Paris, les bassins de vie, le logement, la critérisation des aides régionales, et bien sûr ce qui pourrait se passer au second tour, si les Verts n’arrivent pas en tête : « Quoi qu’il en soit, 3 forces sont prêt à travailler ensemble (PS-FG-EE). Par rapport à la situation qui prévaut, on risque d’avoir le même président, mais aussi des écologistes renforcés. Le renouvellement d’EE est d’avoir parmi ses candidats des citoyens qui ont défendus des causes, comme Augustin Legrand. C’est pourquoi, nous ne pouvons pas continuer demain comme cela s’est passé pendant 6 ans » a répondu Marc Lipinski.

  • VANVES EN CAMPAGNE: RETOUR DE VACANCES POUR TOUS

    La plupart des militants politiques étaient au marché, mais aussi devant SuperMarket, Intermarché, pour distribuer leurs tracts aux vanvéens de retour de vacances. L’UMP/NC distribuait le programme  « Avec Valérie Pécresse, c’est possible », ainsi que le Modem le sien : « De l’oxygène pour l’Ile de France, mes 14 engagements prioritaires ». Les Verts et le Front de Gauche pour annoncer leurs réunions publiques à l’école Max Fourestier : le 11 Mars pour les premiers à 20H30 avec Marc Lipinski, Pierre Toulouse, Claire Papy, et Lucile Schmid, le 8 Mars pour les seconds à 20H. Ils donnaient tous l’impression d’un exercice obligé...peut être parce que « les jeux sont faits ».

    Mais ils étaient tous sur le terrain : Bernard Gauducheau et Isabelle Debré pour l’UMP et le NC, Fabian Estellano et sa troupe pour le PS qui privilégient le « porte à porte », « la rencontre sur le terrain », « le tractage », Pierre Toulouse avec son drapeau vert et Lucile Schmid, avec sa nouvelle casquette pour les Verts, les militants du Front de Gauche, à la veille d’un grand banquet régional et dominical qui réunit aujourd’hui à partir de 12H Pierre Laurent et l’ensemble des candidats altoséquanais à Malakoff, à l’initiative de Catherine Margaté, son maire.    

     

    ETATS D’AMES

    « Cette campagne a été excellente en interne, mais triste nationalement, et peu dynamique au niveau local » confie Fabian Estallano, secrétaire de la section PS et candidat sur la liste Huchon. « On a vu Bernard (Gauducheau) mais pas du tout Marc (Lipinski) comme candidat sur le terrain » constate t-il en regrettant l’absence de réunion publique du PS, et de véritable débat, en dehors de 2 à 3 questions, notamment sur les transports. « On aurait bien voulu faire une réunion sur le Grand Paris…parce que c’était une thématique très intéressante mais qui ressort trop tard ». Mais le PS – qui est sur un nuage avec les derniers sondages -  en a fait plus que les autres avec un Café politique, à la mi Février…et une petit surprise pour le  samedi 13 Mars qui précédera le scrutin, au marché.

    A l’UMP et au Nouveau Centre, ce n’est pas la joie ! Les élus et les militants tractent et font les boîtes (à lettres). Mais ils n’en pensent pas moins pour certains … de la politique d’ouverture de « Sarko » : « On va voter pour Huchon. ! Quand on voit notre président nommer des gens de gauche, après Krouchner, Besson » ont entendu au téléphone les responsables UMP ses derniers jours. Ca râle dans les troupes de l’UMP parmi les plus convaincus qui augure mal pour les résultats de Dimanche prochain. Sans compter l’abstention, car cette fois-ci, contrairement à 2004, il n’y a qu’une seule élection et pas deux. Les élections cantonales avaient eu voilà 6 ans un effet d’entraînement. L0, la politique d’ouverture et les dérapages des dernières semaines devraient amplifier la défaite de la majorité présidentielle

     

    SOUTIENS A VALERIE PECRESSE

    Nos deux leaders communaux de l’UMP et du NC ont signé un tract personnel pour soutenir la liste conduite par Valérie Pécresse, qui sera distribué cette semaine. Bernard Gauducheau, maire et candidat sur sa liste, explique les raisons pour lesquelles, il est candidat : « Depuis 2004, malgré une hausse massive des impôts régionaux (+46% en 6 ans), le conseil régional dirigé par la gauche et les verts a été incapable d’anticiper, de programmer et de financer les investissements attendus par les franciliens. Ici à Vanves, de nombreux habitants souffrent de la saturation de la ligne 13, les éléves du lycée Dardenne n’ont toujours pas de cantine scolaire, et l’ouverture au public du parc du Lycée Michelet est bloquée depuis le transfert de la gestion de la Cité Scolaire du Département vers la Région. A l’heure du Grans Paris, il est temps d’apporter un nouveau souffle à l’Ile de France. Toutes les énergies doivent être rassemblées afin que notre Région devienne l’une des plus attractives d’Europe tout en améliorant la vie quotidienne des franciliens ». Ainsi, il se présente à ces élections « pour faire avancer les dossiers locaux et régionaux, pour contribuer à la mise en œuvre d’une véritable politique de proximité de la Région Ile de France »

    Isabelle Debré signe avec ses 3 collègues sénateurs UMP, Jean Pierre Fourcade, Charles Pasqua et Jacques Gautier, une lettre de soutien à Valérie Pécresse en expliquant : « Comme dans toutes les démocraties modernes, les « élections intermédiaires » sont souvent, pour les électeurs, l’occasion de manifester un mouvement d’humeur à l’égard de leur gouvernement, sans frais croient-ils. C’est une erreur. Car les compétences des institutions régionales, départementales ou locales, n’ont cessé de croître, touchant de nombreux aspects de la vie quotidienne comme de l’avenir de notre environnement, en particulier sur les plans économique et politique : Or il convient de le répéter, la majorité actuelle du Conseil Régional est pleinement responsable du déclin relatif de notre région en regard des grandes métropoles européennes ».  Et d’ajouter, bien évidemment : « Enfin, le résultat de ces élections modifiera en partie la composition du corps électoral appelé à renouveler le Sénat en 2011. Autant dire que les enjeux de ces élections sont de taille ». Autant pour la Région, que leur devenir personnel de sénateur et de celui de la majorité sénatoriale.

     

    DERNIERES REUNIONS

    Le Front de Gauche ouvre le bal des dernières réunions publiques Lundi 8 Mars à 20H à l’école Max Fourestier sous la présidence de Claudine Sharfe, conseillère municipale, Lyse Alezard, sa collègue d’Issy et élue régionale, Daniel Kossowski et Claire Villiers,vice présidente à la Région chargée de la Démocratie.

    Il faut savoir que cette liste rassemble le Front de Gauche, OC et Alternatives citoyenne qui exclue toute union avec le Modem. Elle  tire un « bilan absolument pas négatif » de la majorité sortante à laquelle le PC a participé, mais reconnaît des « échecs » car « trop souvent sa gestion a accompagné les décisions d'un système économique inique, sans vraiment entrer en résistance pour les mettre en échec ». Parmi ses 10 priorités figurent les transports, avec un « Pass UniGo » à tarif unique, la gratuité pour de nouvelles catégories de chômeurs, les précaires et les jeunes, le triplement des moyens consacrés au logement « avec l'objectif de 100.000 nouveaux logements écologiques par an, dont 50.000 logements sociaux », la suspension des aides régionales aux communes en cas de non respect de la loi SRU (20% de logements sociaux). Le FG compte « développer un fonds régional pour l'emploi et la formation » et « promouvoir l'école publique par l'arrêt des subventions attribuées aux établissements privés ». Il demande un « moratoire des actuelles restructurations hospitalières » et des assises de la santé en Ile de France, et il compte mettre en place un plan de renforcement de l'accueil de la petite enfance qui pourrait créer « à terme, 15.000 emplois ». Il souhaite également un « plan d'urgence pour rattraper le retard d'implantation des services publics dans les quartiers populaires », le doublement du budget régional de la culture et l'augmentation des fonds alloués aux projet de coopération et de solidarité internationale. Pour le financement de ce programme, il propose un engagement plus important de l'Etat, un grand emprunt régional et une « responsabilité renforcée » des entreprises.

    Les Verts organisent leur réunion, dans la même école, le jeudi 11 Mars à 20H30 avec Marc Lipinski, Pierre Toulouse, Claire Papy, et Lucile Schmid. Une occasion de présenter le programme d’Europe Ecologie, « un rassemblement nouveau qui fourmille d’idées, né de la fusion entre Verts, représentants d’associations, personnalités d’autres horizons politiques, avec un programme innovant, réaliste, solidaire et ambitieux »  Ils parleront de ce « contrat écologiste pour l’Ile de France » qui contient 140 propositions  dont les 12 mesures qui seront lancer dans les 12 premiers mois de la mandature si Cécile Duflot est élue à la tête de la Région : Organiser dés le printemps 2010 les conférences de l’emploi par filières « afin de protéger les salariés, créer des emplois, écologiser les activités » ; Mettre en place la nouvelle tarification des transports collectif avec le Pass Vert à 65 € unique pour toute l’IDF, le ticket à 1 € le week-end, et la gratuité pour les enfants de moins de 6 ans ; Rénover et réhabiliter à basse consommation 50 000 logements pour lutter contre la précarité et financer 25 000 logements sociaux ; Recruter des médiateurs régionaux (3000) de la tranquillité publique dans les transports en commun et les lycées afin  de « remettre de l’humain au cœur de la société » et non « des caméras de vidéosurveillance  dans nos villes et quartiers » ; Augmenter la place de l’agriculture biologique dans les restaurants scolaires d’Ile de France ; Ouvrir le « Chéque Santé Jeunes » pour les moins de 25 ans ; Créer IDF Nouvelles, le service public des énergies renouvelables qui prendra en charge les travaux de rénovation  et soutiendra les initiatives collectives citoyennes et des collectivités locales ; Lancer l’ouverture des premières Fabriques de la culture qui seront de « véritables pépinières pour favoriser l’apparition et le développement de lieux de création et de diffusion ; Ouvrir le droit d’initiative citoyenne pour permettre à chacun d’imaginer une politique régional ;  Initier le plan « objectif autonomie et solidarité pour le grand âge » ; Lancer un grand emprunt mutualisé des régions de France dont l’Ile de France sera chef de file pour lever 200 000 E

  • VANVES EN CAMPAGNE : C’ETAIT EN 2004 !

    4 VANVEENS CANDIDATS SEULEMENT AUX REGIONALES

    4 élus seulement étaient présents sur les listes aux élections régionales de Mars 2004 : Isabelle Debré (UMP) qui formait le binôme avec Roger Karoutchi conduisant la liste UMP dans les Hauts de Seine, Marc Lipinski (Verts) sur la liste PS/Verts conduite par JP Huchon et Lucille Schmid (PS), alors Secrétaire de la Section Locale du PS qui participait au staff de campagne de JP Huchon sur les questions de l’émigration, et Philippe Nicolas (UDF), alors maire adjoint qui avait fait des pieds et des mains pour être sur la liste conduite par André Santini. Il  avait obtenu la 19éme place – non éligible - sur la liste des Hauts de Seine.

    Isabelle Debré s‘était dépensée sans compter à l’époque en participant à de nombreux déplacements de campagne et meetings au niveau régional, toujours aux côtés de Roger Karoutchi. Elle avait même reçu un très bel hommage de Patrick Balkany, député maire de Levallois lors d’un meeting dans sa ville: « Isabelle est la plus ravissante des Debré que je connais. Elle serait mieux sur le Perchoir ! ». Une façon pour le grand copain de Sarko de montrer qu’il n’avait pas oublié les critiques que lui adressait en 1995 le chiraquien Jean  Louis Debré, alors président de l’Assemblée Nationale lorsqu’il soutenait Balladur. Jean François Copé, alors tête de la liste UMP en Ile de France était même venu le 27 Janvier à la galette des Rois de l’UMP Vanves/Issy avec R.Karoutchi, où  B.Gauducheau (UDF) avait fait des pieds et des mains pour être présent, mais Isabelle Debré avait refusée.

     

    Mais voilà, à l’époque, la campagne des régionales avait été plus ou moins occultée par celle des cantonales d’autant plus que Bernard Gauducheau remettait en jeu son fauteuil face à Guy Janvier (PS), Pierre Toulouse (Verts),  Jean Pierre Bourely (PC). Et les réunions publiques organisées alors dans la ville étaient plutôt concentrées sur l’enjeu de ses cantonales : Permettre à Guy Janvier (PS) de prendre sa revanche de Mars 2001. Mais c’était une autre histoire.  Au 1er tour le 21 Mars, André Santini (UDF) arrivait en tête (35,8%) suivi par JP Huchon  (PS) avec 34,1%, JF Copé (UMP) avec 13,6%, Marine Le Pen (FN) avec 6,9%, Marie Georges Buffet (PC) avec 4,2%, Arlette Laguiller (LO/LCR)  avec 2,7%, Carine Pellegrin (Oxygéne) avec 2,2%, Nicolas Bay (MNR) avec 0,5%.

    La semaine qui s’écoula entre le 1er et le 2éme tour fut particulière animée avec un meeting de Guy Janvier le 24 Mars qui avait invité Francine Bavay, Catherine Margaté et Robert Badinter. « Cette soirée est l’une des pierres du mur de la victoire » avait il même déclaré en annonçant le soutien de Bertrand Delanoë Maire de Paris. Le lendemain, c’était au tour de Nicolas Sarkozy et André Santini de venir soutenir Bernard Gauducheau pendant sa réunion publique. Au second le 29 Mars,  JP Huchon réalisait 50% des voix, suivi par JF Copé (44,2%) et Marine le Pen (5,4%), alors que la gauche remportait l’ensemble des régions sauf l’Alsace.

     

    Peut être est-ce l’une des raisons qui expliquait la victoire de Guy Janvier (PS) qui l’emportait avec 94 voix d’écart (35,38%) face à Bernard Gauchucheau (34,79%). Les craintes s’étaient faites jour dés le 1er tour, victime de la poussée générale de la gauche, alors qu’il bénéficiait de toutes les investitures UMP-RPF-UDF et du soutien personnel de Nicolas Sarkozy. Trois vanvéens se retrouvaient dans l’hémicycle de l’assemblée régionale : Marc Lipinski (Verts), élu Vice Président chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, Lucille Schmid (PS) et Isabelle Debré (UMP). Un seul a été reconduit, Marc Lipinski sur la liste Europe Ecologie. Lucile Schmid a été éliminée de la liste constituée sur les Hauts de Seine par ses camarades sociales qu’elle a quittée pour Europe Ecologie ses derniers jours. Enfin, Isabelle Debré, élu sénateur, a choisi de garder son mandat municipal, quittant la Région à l’automne 2004.