Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil régional ile de france - Page 8

  • VANVES, REGION. METROPOLE DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    METROPOLE : « La Métropole est bien assise. Ce qui a été dit jusqu’à présent, complique les choses. On ne parle pas de solidarité, de complémentarité, de partenariat, de mutualisation, ce qui est notre objectif» a  constaté Patrick Ollier, président de la MGP  en annonçant pour le conseil de la métropole du 18 Février des décisions qui démontreront qu’elle marche. « A partir du 18 févier, je vais accélérer le processus de création du conseil de développement économique» sur lequel il travaillera avec André Santini vice président de la MGP. «Nous avons mis en place une gouvernance partagée pour répondre à vos attentes, les élus mettant dans leurs poches leurs idées politiques. Les mauvais esprits vont trouver en face d’eux une équipe unique, décidée à agir ensemble» a-t-il expliqué en promettant des propositions décoiffantes pour les semaines à venir. «Nous allons être accélérateur. Nous allons aider à réaliser les grands projets. Mais qu’on nous laisse travailler ».   

    REGION : «L’Ile de France n’est plus en avant. Elle doit entrer dans l’ère de l’intelligence active, de l’Open Data… Tous les chantiers sont ouverts. On n’a pas de temps à perdre » expliquait la semaine dernière  Valérie Pécresse, présidente de la Région. Elle a  annoncée pour le 21 Mars 2016 l’organisation d’une conférence pour l’emploi, la formation, l’innovation autour de 5 thèmes : L’attractivité qui abordera des questions  des transports (CDG Express, GPE..) de logement pour développer l’innovation en matière de construction ; le rapprochement entre les entrepreneurs et des innovateurs ; l’aide aux jeunes entreprises et jeunes pousses car elle est décidé à vivifier le vivier de start-ups et lancer un plan croissance TPE ; Repenser l’offre de formation (vers les métiers de la transition écologique et énergétique, les services) en rendant plus attractif l’apprentissage ; Réfléchir aux nouvelles formes de travail…  « Et nous allons définir notre stratégie de développement économique et de l’emploi vers des secteurs et des filières stratégiques (Santé & Recherche, Métier de la Finance, industrie numérique, tourisme)» a-t-elle expliqué en affirmant qu’elle veut créer un système favorable à l’entreprise. Elle a confirmée la création d’un conseil pour l’attractivité qui «nous dira comme la rendre à l’IDF» et devrait tenir sa première réunion dés Jeudi prochain,  et sa volonté d’être «la VRP de la Région et de ses entreprises»

    FUSION : Le PS a lancé dans les Hauts de seine une pétition et une campagne militante contre la fusion des Hauts de Seine avec les Yvelines. Dés Vendredi, des militants socialistes distribuaient au métro un tract et invitaient les vanvéens comme les altoséquanais à signer leur pétition. « Ces fiancailles entre ces deux départements laissent tout le monde sceptique » expliquent les socialistes. Le Front de Gauche n’était pas en reste avec Boris Amoroz qui distribue un tract et fait signer une pétition contre cette fusion : « cette décision n’a aucune assise démocratique. Les dernières élections départementales remontent à moins d’un an, aucun candidat, aucun élu, ni M.Devedjian, ni M. Bédier, n’ont évoqué cette idée dans leurs programmes respectifs lors des élections de mars 2015 » expliquent les frontistes de gauche. Et tous de faire le même constat : « Casser, mettre en échec, la métropole du Grand Paris, née en Janvier 2016… ». La réunion de section du PS de Vanves  devrait mardi être consacrée à cette fusion en présence des deux conseillers départementaux, Joaquim Timotéo et…

  • LENDEMAIN D’ATTENTATS A VANVES : Minute de silence, campagne suspendue mais pas les polémiques

    Bernard Gauducheau est arrivé juste à temps pour présider la minute de silence à midi sur le perron de l’hôtel de ville de Vanves lundi dernier, entouré de quelques maires adjoints et d’une bonne partie du personnel communal qui avaient pu se libérer pour se regrouper sur le parvis. Il arrivait du Conseil régional (sur la photo lors d'une aparté avec JP Huchon, Chantal Jouanno, Geoffroy Didier et Laurent Lafon dans l'hémicycle) où une séance exceptionnelle s’était déroulée, en dehors du temps politique et celui suspendu de la campagne électorale,  pour rendre hommage  aux victimes de «événement tragique, brutal, inadmissible, sans distinction de parti ou d’organisation ». Michelet, Le LEP Dardenne, le collège St Ex et les écoles vanvéennes avaient ré-ouvertes où cette minute de silence a été respectée, peut être plus qu’au lendemain de Charlie Hebdo et de l’hyper Casher. Tout simplement parce que ce n’étaient pas des journalistes ou une communauté religieuse qui étaient visé, mais « nos jeunes concitoyens,  » comme l’ont si bien exprimé certains présidents de groupe politiques  et « cette ville de Paris si belle et si ouverte », avec justement ses quatiers où cette jeunesse parisienne et francilienne  se retrouvent  pour « se distraire, manger en famille ou entre amis, écouter de la musique, regarder, regarder un match de foot, se promener »… » parce qu’elle « incarne tout ce que ces fanatiques religieux exècrent ». 

    D’ailleurs, comme beaucoup l’avaient remarqué dés Samedi matin, les jeunes vanvéens qui ont l’habitude d’aller passer leurs soirées à Paris, avaient pris un air grave et sombre, peu causant. D’autant plus chez ceux qui n’étaient pas loin ou qui ont perdu un ami ou une connaissance. Le fait d’avoir laissé ouvert le PMS André Roche pendant ce week-end,  contrairement au parc F.Pic, a permis à beaucoup de jeunes de faire baisser la pression ou la tension en allant courir sur la piste d’athlétisme, faire un tennis sur les courts, jouer au ballon sur la pelouse synthétique du terrain J.Saccard,  et à beaucoup de familles de sortir les enfants alors que le temps clément s’y prêtait bien. Même si cela ne faisait pas plaisir à certains gardiens, dont un très zélé, a mis tout le monde à la porte à 17H30 samedi après midi, parce qu’ils étaient les seuls communaux à travailler. « Il faut montrer que la vie continue, pas se planquer, ne pas tout arrêter ou sinon c’est leur donner raison » revenait souvent dans les propos de plusieurs vanvéens. « On est certes en guerre !  Mais on peut vivre en guerre ! » ajoutait le préfet de région, Jean François Carenco, hier en invitant tous les franciliens « ne pas céder à la panique ».

    L’ambiance lundi matin, sur la ligne 13, n’était pas la même qu’à l’habitude au départ du Plateau de Vanves-Malakoff, avec beaucoup moins de monde à l’heure de pointe, des visages graves, un certain silence qui a été remarqué le plus souvent dans les gares parisiennes et leurs galeries marchandes. Si Bernard Gauducheau a participé à l’hommage du Conseil régional le matin, Isabelle Debré, Vice Président,  a assisté au Congrés à Versailles l’après midi pour écouter le discours de François Hollande. Un événement couvert par le journaliste Vanvéen de Paris Match, Bruno Jeudy. Et le lendemain, elle était bien sûr au Sénat pour assister en fin d’après midi à une séance de questions orales en présence du Premier ministre et des membres du gouvernement sur les attentats et ses conséquences. Mais contrairement aux lendemains des événements du 11 Janvier, la politique et le arrières pensées électorales ont repris le dessus comme ce fut le cas au Conseil Régional notamment sur le thème de la sécurité dans les transports qui a fait l’object d’une réunion exceptionnel du STIF hier matin, mais aussi des lycées.

    « On ne peut pas rester sans mesures concrètes au niveau des transports et des lycées » demandait Laurent Lafon président du groupe UDI où siège le maire de Vanves. Valérie Pécresse (LR) s’est faite plus précise en reprenant certains éléments de son programme : «La Région doit participer à un déploiement de la sécurité sur les territoires… en votant un fonds pour participer à l’équipement en  portiers électroniques des lycées avant Noël, en réactivant la convention avec le ministère de l’intérieur pour aider à s’équiper la gendarmerie et les forces de la police nationale, en répondant aux demandes de la RATP et de la SNCF déjà formulées au moment de Charlie Hebdo» a-t-elle expliquée. « On doit prendre des décisions pour assurer la sécurité dans les transports et les lycées. Si l’on doit renforcer la présence humaine, n’hésitons pas à recruter » a demandé Pierre Laurent (FG/PC) tout comme Guillaume Vuilletet (UDE). Muriel Genoux (PRG) a  carrément demandé de fermer les lieux de culte où se développe le radicalisme.

    Jean Paul Huchon (PS) a invité ses collègues à ne pas  se prêter au jeu de la surenchère dans les propositions plus ou moins fantaisistes, comme les portiques électroniques qui freineraient la fluidité de la circulation des voyageurs dans des gares hyper fréquentés selon les spécialistes. Mais à peine avait il terminé qu'une autre polémique se développait sur le fait que l'un des terroristes était conducteur de bus à la  RATP.

  • VANVES ET L’ACCUEIL DES REFUGIES : « Des communes comme Vanves ont mis en place des dispositifs pour répondre à une 2éme vague ! »

    Pour la dernière séance de la Commission Permanente du Conseil Régional, ses membres ont tous votés, sans la participation des Républicains, les premières individualisations du Plan d’Urgence Réfugiés-Migrants, c'est-à-dire 108 subventions pour un montant total de 1,08 M€ (sir les 5,5 M€ votés le 25 Septembre dernier) versées à deux départements dont les Hauts de Seine, de nombreuses villes comme Malakoff, Sceaux… ou des associations comme la Croix Rouge Française…

     « On  peut se réjouir de la réactivité de la Région ! Des communes ont mis en place des dispositifs pour répondre à une seconde vague comme c’est le cas dans ma commune de Vanves » a déclaré Bernard Gauducheau (sur la photo en commission permanente à côté du maire de Vincennes) pour le groupe UDI  en s’inquiétant de la pérennité de ces aides. « On voit bien que notre délibération est confrontée aux réalités du terrain car tout se met en place. Les réfugiés ne sont pas encore là, des locaux sont disponibles et non occupés. Peut être que les associations seront confrontées à d’autres dépenses. Je ne suis pas sûr que l’on ne doive pas convoquer une nouvelle CP pour répondre à l’urgence sur le terrain » ajoutait Gabriel Massou (FG/PC) par ailleurs conseiller départemental des Hauts de Seine 

    C’est le même constat fait par Marie Françoise Goloubtzoff (UDI), maire adjoint que le maire de Vanves a désigné pour suivre ce dossier, devant les adhérents de la LICRA lors de l’Assemblée générale de la section de Vanves, mercredi soir. « On attend et on n’a pas encore de réponses aux questions posées » a-t-elle constatée en faisant le point de la situation. « Nous avons proposé à la Préfecture des Hauts de Seine la mise à disposition d’un logement de 8 lits totalement équipé. Nous avons créé une cellule d’accueil avec les services municipaux, des associations susceptibles d’apporter leur quote-part à cette action comme le Secours Catholique, la Croix Rouge, l’Institut Lannelongue, l’ASTI. Mais nos associations sont pauvres et démunies face à l’ampleur de l’action. Enfin des vanvéens se sont manifestés pour proposer des logements. Mais dans ce cas là, ce sont des associations comme France Terre d’Asile par exemple, qui prennent en charge ces logements, pas la mairie » a-t-elle précisée.