Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

THEATRE - Page 2

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    JOSE ALFARROBA : Le festival Artdanthé  reprend après une semaine de relâche, mais sans son créateur-fondateur qui est partit à la retraite, comme l’avait annoncé le maire de Vanves lors de la présentation de la saison 2014/15. S’il n’y avait pas eu un article sur le blog.Rue89 – « José Alfaroba s’en va, pas nous » - ni son interview sur France Inter,  il est vrai à une heure de faible écoute, le 20 Février à 23h sans l’émission « Studio Théâtre » de Laure Adler, où il a lancé un appel à l’Etat pour aider des villes comme Vanves, lorsqu’elles font un tel effort pour les artistes,dans cette période de disette budgétaire et financière  -   personne n’en aurait  rien su en ville. D’autant plus que l’équipe du théâtre, avec les artistes,  les habitués, c'est-à-dire peu de vanvéens, lui avaient rendu hommage à l’occasion d’une soirée le 31 Janvier dernier (qui s’est terminé le lendemain matin à 10H)  au cour de laquelle fut présenté « l’étonnante performance « Did Eve need make up ? » de la danseuse, actrice et performeuse Gaël Depaw ». Ce qui n’empêche pas José Alfarroba de revenir comme simple spectateur.

    PATRICK SORIN : L’ex-proviseur du Lycée Michelet doit regretter de ne pas être resté à Vanves. Il doit gérer actuellement, le même problème rencontré par les colléges Michelet et Saint Exupery, mais maintenant, entre les colléges Delacroix qui perd des effectifs et Janson-de-Sailly dont il est le proviseur, qui en attire. Mais dans le contexte de Paris, où le rapprochement de ces deux établissements « met le XVIéme arrondissement en ébullition » comme l’a titré Le Monde du 14 Février dernier. Ce rapprochement doit tout simplement permettre de dessiner autour de l’avenue Georges Mandel un seul bassin d’affectation, bouleversant les projets et les pratiques, puisqu’il prévoit que tous les élèves de 6éme et de 5éme seront accueillis à Georges Mandet, et ceux de 4éme et de 3éme viendront s’asseoir sur les bancs de Jeanson de Sailly. Ce qui n’a pas l’air de plaire à ceux qui défendent la marque « Jeanson de Sailly » et les stratégies familiales qui l’accompagnent. « A partir du moment où l’offre de formation est strictement mantenue, les inquiétudes des familles et de nombreux enseignants ont d’ailleurs été levés » constatait Patrick Sorin. Mais c’est le 16éme et pas Vanves, où l’affaire de re-sectorisation n’est pas encore réglée   

    FOOTBALL : Défaite du Stade de Vanves en football. L'équipe seniors recevait Montrouge en match retard du championnat excellence des hauts de seine. « Rencontre importante pour les 2 équipes, la victoire permettait à Vanves de se caler au milieu du classement, et pour Montrouge revenir à 1 point de son adversaire. Match équilibré, les défenses prenant le pas sur les attaques. Mi-temps 0/0. A 10 minutes de la fin, un pénalty en faveur de  Montrouge mettait fin aux espoirs de Vanves » commente Jean Claude Vignal, président de la section Football du stade de Vanves

     

  • ARTDANTHE DEMARRE SA 17éme EDITION A VANVES ET LA DERNIERE FOIS POUR JOSE ALFARROBA

    « Pour ma dernière édition, j’ai voulu partager avec vous, tout ce que je soutiens et défends : Jeunes chorégraphes, et artistes confirmés, créations, temps forts et cartes blanches, pièce  de répertoire, formes « transgenres », artistes du monde entier etc… » écrit José Alfarroba directeur du festival Artdanthé qui en est à sa 17éme édition (23 Janvier-4 Avril 2015)  avec 54 spectacles, 20 créations donnés par plus d’une cinquantaine de compagnies, inaugurée ce soir au théâtre Le Vanves, alors que son fondateur est sur le point de partir à la retraite. Tout en restant fidèle à l’idée originelle : « Proposer un événement incontournable autour de la « danse théâtre » et d’offrir aux jeunes chorégraphes un espace de création, de questionnement, d’échanges. Encore aujourd’hui, le festival leur permet de faire leurs premiers pas et leur offre une maison, une scène, un accompagnement dans la durée ».

    Il rappelle que beaucoup de chorégraphes aujourd’hui y ont fait leurs premiers pas et pris leur envol, que ce festival réserve depuis toujours une large place à la création, s’engage auprès de jeunes compagnies pour la création de leur premier projets et  propose des reprises de pièces créées dans l’année qui ont été peu vues. « A travers un foisonnement de propositions chorégraphiques, y sont programmés des projets singuliers, inclassables, innovants qui questionnent la société, ses mœurs, ses évolutions. La programmation témoigne de la parole politique exprimée avec force dont les artistes sont porteurs, de leur conviction et de leur radicalité » explique t-il en ajoutant : « Mon insatiable désir de découverte, de transmission et de partage me conduit à maintenir mon objectif, sans jamais céder aux pressions, ni à la censure, avec une conviction et une ténacité inébranlable ».

    Il indique que ce 17éme festival présentera des artistes venus de différents pays comme l’Allemagne  (avec Fabien Prioville, ancien danseur de Pina Bausch), l’Australie (avec Luke George), les  Etats Unis avec (Trajal Harrel et Faye Dricol), le. Brésil avec Gustavo Ciriaco, Volmir et La Cia Brasileira de Teatrol, le Portugal avec Nuno Lucas qui présenera une création «  I could write A Song », Ana Rita Toedoro  « qui pensent la danse comme une expérience organique et personnelle » avec « Assombro » le 31 Janvier et « Fantôme Méchant » le 2 Fev,  Mariene Monteiro Freitas qui proposera « De marlim ecarne – As estatuas também sefrem »  chorégraphie en référence au film d’Alain Resnais et Chris Marker « les statues meurent aussi » (4 Avril). Il y a bien sûr le Québec : Marie Béland avec « Behind » et « Between » le 7 mars, Nicolas Cantin avec « Grand singe » et « Klumzy » (le 3 Mars), Dana Michel avec « Yellow Towel » (le 28 Fev) qui « témoignent de l’intense créativité de la scéne québecoise, chacun avec des univers singuliers ». Et la Belgique avec de nombreux artistes :  Jan Fabre et Jan Lauwers « enfants terribles de la scéne flamande » qui présenteront ce solo conçu pour l’interprête Cédric Harron « Attends, attends, attends…(pour mon père) » (23-24 Janvier), Maarten Seghers et Dahlbonnema de la Need compagny, Clément Thirion, Salvatore Calcagno musicien de formation et fou d’images qui « conçoit ses spectacles comme des partitions visuelles »  avec « le garçon de la piscine » (10/14 Mars), David Strosberg…. Mais aussi des collaborations avec d’autres lieux de diffusion et de recherche : Le Théâtre des Tanneurs (Focus) avec Armel Roussel qui donnera sa version quasi sadienne « Ondine (démontée )» de Jean Giraudoux (17/21 Mars),  le théâtre de Gennevilliers, le centre Wallonie-Bruxelles-Paris. …Mais aussi le collectif « colette » issu de l’école des éléves-comédiens de la Comédie Française qui ont adapté au théâtre le scénario de « Pauline à la plage » (2 Avril)

    Le duo d’auteurs-interprêtes Boris Charmatz et Dimitri Chamblas redonneront leur duo historique « A Bras le corps » revisité 20 ans après (3 Mars) avec un solo de Maguy Marin avec « Singspiele » magnifié par David Mambouch et Bejamin Lebreton (30 Mars). Deux univers seront à découvrir «, intimes et délicat » de Mohamed El Khatib avec « Finir en Beauté » 19 Mars) où « il raconte la maladie et la mort de sa mère, son deuil et sa culpablité, son double héritage culturel entre la France et le Maroc », Musical et loufoque de Jeanne Candel  avec « le gout des autres et autres chansons » (26 Février). De son côté, Vincent Thomas proposera une réflexion sur son parcours et son identité d’artiste avec « sus à la Bibliothéque », « Les protagonistes » et « Médial décor »’ le 7 Mars. Avec « Notre danse » (Le 2 Février), Mylène Benoit s’interrogera sur la « danse comme geste essentiel ». Gaëlle Bourge avec « A mon seul désir » (le 6 Fev) s’interrogera « sur le regard que l’on porte sur la chasteté à travers le double motif de la représentation d’une vie et d’une licorne, cet animal mythique que Dali qualifiait de « complexe aigu phallique ». Enfin, le collectif « Traffik » a conçu un parcours qui se déploiera sous forme d’installation dans l’espace « La Galerie » jusqu ‘au 13 Février avec d’une part des photographies issues des reportages d’informations, et d’autre part, le phénoméne des « selfies » et de l’autoérotisme des réseaux sociaux, vers la surface des murs  figé à l’aide d’azulejo au sein d’un espace « passage »

  • LA DERNIERE SAISON DE JOSE ALFARROBA AU THEATRE LE VANVES : « Ma plus belle aventure professionnelle a été à Vanves ».

    Il flottera comme un goût de nostalgie ce soir lors de la présentation de la prochaine saison du théâtre Le Vanves, la dernière pour José Alfarroba, qui « est à l’image de ce que j’ai défendu tout au long de ces 18 années : l’expérience artistique, l’audace, l’accompagnement de l’émergence, le parage, la découverte, les rencontres » écrit il dans la page d’accueil du livret consacré à cette nouvelle saison. « Dans cette période difficile, pour les intermittents, et la création artistique, nous réaffirmons également notre soutien à la recherche, convaincus qu’elle est fondamentale et indispensable au renouvellement des formes et des esthétiques » ajoute t-il en citant ses nouvelles collaborations avec  des écoles de théâtre, le LFTP (Laboratoire de formation au théâtre physique), et l’ESAD (Ecole Supérieure d’Art Dramatique), 3 universités parisiennes, le Centre Nationale de la Danse, le Théâtre des Tanneurs de Bruxelles, La Loge à Paris….

    « Vivre pour José Alfarroba, c'est oeuvrer pour que la culture soit accessible à tous, en frayant de nouveaux chemins, comme à Vanves, où il se passe toujours quelque chose, et où l'on va avec plaisir, parce qu'on s'y sent bien. Il n'y a pas de chichis, mais un bar nommé Pina, en hommage à Pina Bausch, avec des murs couverts de photos et des tables bricolées, où, pour 5 euros, les gens peuvent manger des assiettes préparées par l'équipe. Pareil pour le prix des places, qui flirte avec les 12 euros. Mais, le plus remarquable, c'est qu'on sort de Vanves sans être agacé, même quand le spectacle n'était pas bon. Et pourquoi donc ? Parce qu'il règne à Vanves un état d'esprit particulier. On y vient pour la découverte, on sait que José Alfarroba peut se tromper, mais qu'il sait fleurer l'air du temps. A quelqu'un qui lui disait un jour : "Je n'ai pas l'impression qu'il y ait une ligne très précise dans votre programmation", il a répondu : "Il n'y a peut-être pas de ligne, mais il y a pêche à la ligne. On lance, et on essaie.". Ce "on" n'est pas de majesté. José Alfarroba se définit comme un "chef de collectif" : "La seule obligation que j'impose à mon équipe est d'aller voir des spectacles, et d'y aller ensemble. Ce ne sont pas nécessairement des choses que je programmerai, mais ça permet d'ouvrir le regard à d'autres esthétiques » écrivait à son propos un journaliste du Monde en dressant le portrait de ce « drôle d'homme, énergique et touchant » né au Portugal en 1950 sous la dictature.

    Revient à l’esprit lorsqu’on l’a entendu parler de lui, cette passion pour le 7éme art, son père l’ayant emmené très tôt dans une salle de cinéma (à 4 ans parait il), « pour la France et le français », avec  ce départ pour Paris où il a fréquenté la fameuse université de Vincennes, puis travaillé pour le Mouvement Culture et Liberté, la Fédération Léo Lagrange, au service culturel de Clichy et au théâtre Ruteboeuf recruté par Jacques Delors puis le Théâtre Le Vanves par Guy Janvier,  Art Danthé…José Alfarroba insiste toujours sur son « bonheur de parler français » qui ne lui a pas fait perdre son accent, de son « histoire d’amour fabuleux avec la France », de ce « terreau extraordinaire » qu’il a trouvé à Vanves où il a bénéficié « d’une liberté totale », où il a pu mener son projet comme il l’entendait. « Ma plus belle aventure professionnelle a été à Vanves ».

    Il va de nouveau se prêter à « cet un exercice ennuyeux »qu’est une présentation de saison « que l’on a essayé de faire plus court » comme il le dit chaque année, et ne respecte pas jamais, en présentant pièces, carte blanche, soirées jazz, festival de forme émergente, musique ancienne, Artdanthé…. Il avait confié au Blog Vanves au Quotidien les petits secrets de préparation d’une saison : « Quelquefois, elle est déjà pré-montée 3 saisons avant. A chaque fois que l’on rencontre des gens, que l’on va voir des spectacles, parce qu’on voit des choses ailleurs, on peut le retenir pour l’année d’après. Mais je n’ai jamais réussi à comprendre pourquoi. J’ai un peu le nez, j’ai acquis de l’expérience, et je vois beaucoup de choses. Dans ma tête, je me fais toujours un peu la saison idéale, pas pour moi, parce que j’essaie de ne pas forcément présenter ce que j’aime, et que je trouve intéressant,  à une population, à un public. Mais on ne peut pas non plus présenter des choses que l’on n’aime pas complètement. Il faut toujours qu’il y ait une petite accroche » confiait José Alfarroba. Il est  très rare qu’il programme sur dossier. « C’est souvent des réseaux de jeunes artistes qui nous disent « tu dois aller voir cela, c’est superbe ! ». Et Olivier, Tristan ou José y vont « car il est très rare que je programme sans que nous l’ayons vu  ou que je l’ai vu moi-même, même si je leur fais confiance. On aime bien être tous d’accord ! »

    Enfin, il faut vendre cette saison ! « On essaie par rapport à ce lieu – on  est tous conscient que c’est de l’argent public -  à faire très attention, en tirant les prix, en, faisant en  sorte qu’il n’y ait pas d’abus de quelque nature que ce soit. Le bâtiment est occupé pratiquement tout le temps, à part le mois et demi d’été où on se repose. La salle n’est jamais vide. Le projet que j’avais présenté aux élus c’était : « 300 jours par an, il se passe toujours quelque  chose à Vanves !». J’aimerais, mais c’est peut être  utopique  que le vanvéen se dise « qu’est-ce que je peux faire ce soir ? – Et il y en a – et qui vient au théâtre : « Ah il n’y a pas de ciné. Et bien ce n’est pas grave ! on vient ! ». Le travail est plus dur avec Internet, la TV, pour faire venir du monde, avoir de nouveaux spectateurs, garder ceux qui sont là, les appeler…avec un bar convivial où l’on se fait quelques petites assiettes ! ». Il racontait alors l’histoire de cette vanvéenne qui ne connaissait rien à la danse mais qui venait à tous les spectacles du festival Art Danthé. « Nous en discutions ensuite, surtout lorsqu’ils étaient quelquefois difficiles. Elle me disait alors : « Je ne pense pas être plus bête qu’une autre, je lis Le Monde,  mais là je ne comprends rien ». Et je lui répondais que « cela m’arrive. Des fois, je ne comprends rien. Mais je me fais ma propre idée, je voyage à l’intérieur d’un projet ». Et elle a continuée à venir, à prendre des abonnements tout en disant « Il y a des choses que je ne comprends toujours pas. Mais c’est vrai que je passe des bons moments…d’émotion ». Et en plus la danse est un spectacle pas très long ».    

    A l’occasion des trente ans du Théâtre et de sa remise des insignes  de Chevalier dans l’Ordre National des Arts et des Lettres, en 2012, il avait fait part  de son « véritable bonheur de travailler dans cette ville. La politique et la culture font bon ménage. C’est pourquoi je suis resté… » - Il est vrai qu’il avait prévu de rester 3 ans. Il en est à sa 18éme saison culturelle – « …avec une équipe extraordinaire, et un théâtre où tout est fait main, ce qui n’est pas négligeable en cette période de crise » précisait il