Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

turquie

  • CAFE POLITIQUE DE L’UMP DE VANVES SUR L’EUROPE : Le constat sévére d’une députée européene sarkosyste sur les lendemains hollandais !

    Week-end très UMP car la sénateur de Vanves siége au Sénat sans disconstinuité depuis Vendredi à cause, non pas à cause du débat sur le MTP (Mariage Pour Tous), mais du coup de force du FdeG/PC contre le gouvernement concernant le projet de loi sur la « sécurisation de l’emploi » car ses élus considérents que «  ce texte n'est pas digne de la gauche. Il conduit les salariés dans une régression sociale inéluctable. Loin de protéger l'emploi, ce projet fait sauter toutes les digues du droit du travail ». Elle assure à elle seule la présence du groupe UMP durant ce bras de fer PS-PC,  sans être absente de Vanves, comme elle l’a montrée samedi. Elle est passé à la librairie Blondel, samedi matin, pour se faire dédicacer par Bruno Jeudy, journaliste au JDD et vanvéen,  son dernier livre politique signé avec Carole Bardon : « Le coup monté » (Edt Plon), un récit passionnant sur les manipulations qui ont émaillé le scrutin interne à l’UMP en Novembre dernier. Puis elle a accueillie au Pavillon des Sports, Constance Le Grip, députée Européenne, au café politique de la section UMP de Vanves

     

    C’est l’une des proches collaboratrice de Nicolas Sarkozy qui a animé ce café politique de l’UMP de Vanves, au ministére de l’intérieur, au Conseil Général des Hauts de Seine, à l’Elysée, avant de devenir députée Européenne en 2010 à l’occasion de la nomination de Michel Barnier comme Commissaire Européen. Constance Le Grip a ainsi échangé sur l’Europe avec une cinquantaine de militants et sympathisants UMP  pendant plus d’une heure et demie, après avoir présenté ce parlement européen composé de 751 députés élus au suffrage universel dont 70 euro-français dont 25 MP et 5 UDI qui doit être renouvelé le 25 Mai 2014 prochain. « C’est une institution qui gagne à être connue. Le rendez-vous électoral de l’année prochaine sera important pour donner une assise populaire à ses euro-députés. Ce sera l’occasion d’avoir un débat sur l’Europe, surtout que le Parlement verra sdes pouvoirs étendus, jusqu’à la co-décision » a  t-elle expliquée d’emblée.

     

    Cette ancienne collaboratrice d’Alain Lamassoure, député européen, a présenté son travail de parlementaire européenne sur des sujets ardus (comme seule l’Europe le permet) : la refonte des certtains articles du code de l’union douanière, la révision de la reconnaissance  professionnelle de certaines professions, la rédaction d’une directive européenne pour assurer une meilleure représentation  de la femme dans les conseils d’administration des grandes entreprises (du CAC 40). «  Je suis arrivé au parlement européen au moment où la France bénéficiait d’une bonne image positive grâce à l’action de Nicolas Sarkozy pendant la présidence par la France de l’Union européenne. Puis il y a eu l’élection présidentielle de 2012 qui a été extrêmement suivie par nos collégues surtout les allemands, les polonais, les tchéques… Ce qui se passe dans un pays membre, est important pour tous les autres. Mais voilà, avec l’élection de François Hollande, c’est la désillusion, la déception alors qu’ils avaient placé beaucoup d’espoir en lui. Nous sommes devenus la risée de l’Europe. La France n’y arrive plus, décroche, n’a plus la capacité d’exercer un leadership. Et c’est pénible à vivre sur le plan personnel et politique » a-t-elle expliquée. « La parole de la France est décridibilisée, démonétisée. Il y a une véritable absence de vision française de l’Europe. Il n’y a plus de cap ! Sans parler de ces concepts fumeux et vaseux  développé par François Hollande devant le parlement européen sur la solidarité européenne. C’est dangereux et dommageable pour la suite de nos actions ».

     

    Constance Le Grip a répondu à de nombreuses questions notamment sur le projet de loi MTP (Mariage pour Tous) – « Il n’y a pas de directives européennes car l’Europe n’est pas compétente sur ce genre de sujets, qui relévent de la compétence nationale. Mais il n’y a pas une majorité d’états membres qui ont reconnue ou institutionalisé le mariage entre couples de même sexe » a-t-elle précisée – les élections européennes, puis plus technique sur le dumping social, l’union monétaire et les droits de douane, la politique commeciale communautaire, l’élargissement et ses conséquences  nottamment avec la question de la Turquie : « Elle ne rentrera pas dans l’UE. C’est un état qui fait partie de l’Asie mineure ! »a t-elle reconnue en concluant ses échanges par ses mots : « Nous avons un travail d’approffondissement à faire sur « qu’est-ce que nous apporte l’Europe » à l’occasion de ces électins européennes. Mais sachez qu’on peut être européen, lucide et critique ! »