Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ordre nationale du mérite

  • RENCONTRE AVEC UN JEUNE DE VANVES ATTACHE A SON VILLAGE

    Vanves Au Quotidien a interviewé Julien Le Goff, en classe de 3éme à Saint Exupery, qui vient de recevoir le prix du civisme attribué par l’association regroupant les membres de l’ordre national du Mérite, en présence de son pére et de sa famille, du maire, du conseiller général, de la Sénateur. Occasion d’entendre un jeune de Vanves sur sa ville, ses engagements, ses préférences

     

    INTERVIEW DE JULIEN LE GOFF DU CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES

     

    Vanves Au Quotidien – Que représente pour vous ce prix du civisme ?

    Julien Le Goff : «  C’est un honneur ! C’est une reconnaissance de la Mairie pour mes actions au sein du CMJ (Conseil Municipal des Jeunes).

    VAQ – Qu’avez-vous fait de particulier au CMJ  qui vous a distingué pour recevoir ce prix ?

    J.L.G. : « J’ai commencé en 2007 au sein du CMJ où j’ai été élu. Comme j’allais souvent avec mon père aux cérémonies du souvenir, on m’a demandé si je voulais rejoindre le CMJ. J’ai accepté ! Et j’ai pu participer à des actions humanitaires pour les Resto du Cœur, le Téléthon, pour inciter les vanvéens à donner et à offrir quelque chose pour ces associations. J’ai continué à participer à des cérémonies patriotiques, et notamment au ravivage de la flamme voilà plus d’un an en 2009.

    VAQ – Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

    J.L.G. : «  Nous travaillons sur le projet d’une piste cyclable rue Mary Besseyre. Comme beaucoup de lycéens empruntent cette voie dans les deux sens, nous avons pensé à cette solution, car beaucoup se déplacent à vélo. Et nous pensons organiser une soirée.

    VAQ – Que représente pour vous ce devoir de mémoire ?

    J.L.G. : « C’est une façon de rendre hommage à tous ces français, ces vanvéens qui ont combattu pour défendre notre patrie. Et surtout de se souvenir d’eux. J’ai eu l’occasion au collège Saint Exupery d’assister à des réunions où nous avons rencontré des rescapés des camps, et j’ai été très étonné du traitement qu’on leur avait infligé, et bien évidemment de la haine qu’ils ont vers les nazis. 

    VAQ – N’en fait on pas trop avec le devoir de Mémoire et ses cérémonies patriotiques ?

    J.L.G. : « Non ! Quand j’étais plus petit, mon grand père m’entraînait à l’Arc de Triomphe. Dernièrement, nous sommes allés au défilé du 14 Juillet avec mon père, lorsque le Brésil a défilé sur les Champs Elysées.

    VAQ – Quelles sont les aspirations d’un vanvéen de votre âge ?

    J.L.G. : «  La majorité des jeunes partent sur Paris pour s’amuser, aller au cinéma, dans les magasins. C’est pourquoi au CMJ, nous avons décidé de faire une carte jeunes pour inciter les jeunes à sortir aussi à Vanves, et peut être à faire leurs courses à Vanves. A part le Skate park, où il y a de plus de plus de tags, il n’y a pas tellement de lieu pour se réunir, se rassembler, se rencontrer.

    VAQ – Quels sont justement les lieux que les jeunes vanvéens fréquentent à Vanves ?

    J.L.G. : « Le Skate Park, la place de la République, quelquefois le square Marceau, et le square Jarrousse. Et l’été on va souvent au parc F.Pic. En dehors de cela, c’est Paris pour les cinés et les magasins…Quant aux musées, j’y vais avec ma classe.

    VAQ – Qu’est-ce qui vous plait ou pas du tout à Vanves ?

    J.L.G. : « Ce qui me plait est le côté village de Vanves, sa proximité avec Paris, les transports. Ce me déplait, c’est le trop grand nombre d’immeubles dans certains quartiers.

    VAQ – Qu’est-ce que vous avez envie de dire aux élus de Vanvéens ?

    J.L.G. : « C’est ce que nous faisons au CMJ en proposant des idées pour les jeunes. Nous travaillons sur une soirée « rollers » à Vanves, comme cela se déroule à Paris (tous les vendredis). Nous avons proposé de réaliser un mur d’expression au skate Park pour éviter les tags sur les murs.

    VAQ – Est-ce qu’un jour vous serez intéressé par un engagement municipal comme votre pére ?

    J.L. G. : « A mon âge, on ne le sait pas encore ! La politique, je ne sais pas ! l’humanitaire…mais c’est encore trop tôt !