Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déport

  • UN WEEK END A VANVES ENTRE MEMOIRES ET SOUVENIRS DE LA DER DES DER ET DU GENOCIDE

    La dominante de ce week-end à Vanves est ce devoir de mémoire auxquels sont attachés nombres de nos responsables politiques et vanvéens engagés dans des associations patriotiques ou cultuelles. Pourtant, beaucoup d’autres événements ont marqué ses deux jours : Une grande soirée basket au Palais des Sprts Robert Carpentier avec un match exhibition et surtout la rencontre Aviators Vanves GPSO et Tourcoing, dernier match de la saison. Le concours Jean Francaix qui a pour objectif de donner aux musiciens en début de carrière des opportunités supplémentaires de jouer et de se faire connaître tout en promouvant à l'échelle internationale la musique française contemporaine. Créé à Vanves voilà 16 ans, dans le cadre du Centenaire de la naissance de Jean Francaix (1912 – 1997) sous l'impulsion de Monsieur Bertrand Giraud, rappelons que l'édition 2012 avait été exceptionnelle avec  26 candidats de 15 nationalités.

     

    Les cérémonies ont commencé très tôt dés vendredi soir à 18H30 à l’Arc de Triomphe : Comme chaque année, à la fin Avril,  c’était au tour de la 71éme section de l’UNC de Vanves de participer au Ravivage de la Flamme sacrée qui a lieu chaque soir à 18H30. Une quarantaine de vanvéens sont partis en car, des anciens combattants certes, avec leurs portes drapeaux, mais des jeunes du CMJ (conseil Municipal des Jeunes), des retraités, des élus et des maires adjoints avec Bernard Gauducheau, maire qui revenait du Conseil Régional et Isabelle Debré, Sénateur qui entame des vacances parlementaires pendant quinze jours, paranthése d’une session fort agîtée ses derniers temps. Le ciel était gris, comme en Novembre, lorsqu’ils ont traversés Paris, avec quelques rappels historiques sur la tombe du soldat inconnu, et sur cette cérémonie du ravivage de la flamme. Quelques minutes d’attentes dans le car pour éviter pluie et vent, car l’Arc de Triomphe est un site très ventueux quelque soit le temps. Et la délégation vanvéenne accueillie par Paul Guillaud, président de la Section UNC de Vanves et membre de l’association  rejoignait le parvis pour former un cortége. Un peloton de la base aérienne de Tours était présent, dont l’un des soldats lorsqu’il vit passer Isabelle Debré et Françoise Saimpert, ceint de leur écharpe tricolore,  s’exclama : « Qui sont ces miss France ? ». Ce qui n’a pas échappé à l’oreille attentive de cette derniére qui fit les présentations alors que le pauvre militaire se liquéfiait : « Je vous présente madame le Sénateur ! ».

     

    Le défilé jusqu’à la tombe du soldat Inconnu, pouvait commencer avec la gerbe portée par deux jeunes du CMJ,  les portes drapeaux dont celui de la flamme, les élus et les anciens combattants. Isabelle Debré, Bernard Gauducheau, et Paul Guillaud rejoignaient alors les 3 ambassadeurs de la Fédération de Russie, de l’Ukraine, de la Moldavie, et le Président de l’association Européenne des liquidateurs de Tchernobyl qui participaient à cette cérémonie immuable : dépots de gerbe, puis un membre du Comité de la Flamme a invité Isabelle Debré à prendre le glaive pour raviver la flamme, entouré par les autres personnalités. Le feu sacré a alors triplé de volume. Une minute de silence a été respectée, et la Marseillaise a capella  a retentit, très émouvante, sous l'Arc de Triomphe. Enfin, tous ont signé le livre d’or qui conserve la trace de tous ceux qui viennent rendre un hommage particulier au soldat inconnu. « C’est une très belle cérémonie à laquelle il faut participer au moins une fois dans sa vie » confiait une participante dans le car sur le chemin du retour. « On ne peut pas être secoué quelque part en entendant cete marseillaise chantée par tous ceux qui étaient présent dans ce lieu » ajoutait une autre.  

     

    Deux autres cérémonies traditionnelles se déroulent ce matin : Tout d’abord à l’occasion de la journée nationale du souvenir des Victimes et Héros de la Déportation, les vanvéens se retrouveront à 11H45 devant la stéle des victimes vanvéennes du Nazisme.  « J'en profiterai pour rappeler aussi que les horreurs de la déportation et des génocides n'ont pas commencé dans le cadre de la seconde guerre mondiale mais dès le 24 avril 1915 avec l'assassinat du peuple arménien » a annoncé le maire sur son blog. Rappelons que ce sont 6 millions de juifs qui ont été tués dans les camps et 5 millions déportés mais aussi 1,2 millions d’arméniens tués par les turcs  qui est célébré le même jour. Et comme chaque année, la communauté arménienne  d’Issy et de Clamart, avec quelques vanvéens, se retrouve à Issy les Moulineaux, pas loin de Vanves, devant le Monument aux morts Franco-arménien de la rue de la Défense au cœur du quartier armien de cette ville. Elle commence généralement par une messe de requiem  à 10h45 en l’église apostolique arménienne. Puis à 12H un cortège partir pour se rendre au monument franco-arménien où une cérémonie de prières se déeioule à 12H30  au Monument aux Morts Franco-Arménien

  • WEEK-END PASCAL A VANVES : BAPTEMES ET DEVOIRS DE MEMOIRES

    Deux vanvéennes ont été baptisés samedi soir à Saint Remy, lors de la vigile pascale, célébré dignement par le pére-curé de Vanves, Vincent Hauttecoeur,  avec tous les prêtres de Vanves et la communauté paroissiale dont  Elsa et Angéle devraient se souvenir longuement. Ce fut le véritable temps fort de ce week-end pascal marqué par un très beau temps, quelque peu orageux et d’autres cérémonies du souvenir notamment avant ce lundi de rentrée pour beaucoup de vanvéens partis sous d’autres cieux à cette occasion.

     

    Vanves était déserté durant ce weeek-end par ses habitants, beaucoup ayant profité de la fin de ses vacances de printemps pour prendre une semaine durant la semaine sainte couplée avec ce week-end prolongé. Le samedi ressemblait à un dimanche, avec peu de monde dans les rues, sauf autour du Marché qui a créé une certaine animation durant la matinée, et bien évidemment le parc Frédéric Pic l’après midi où beaucoup des vanvéens ont profité du soleil et de la chaleur malgré un temps orageux en fin d’après midi qui a fait tomber quelques gouttes et entendre quelques coups de tonnerre. Ce samedi a été marqué par la vigile Pascale à l’église Saint Remy qui a durée prés de 3H avec une assistance très priante et participante, ainsi que chez les bénédictines de Vanves où elle a été plus courte.

     

    Elle a commencé par la liturgie de la lumière lorsque tous les paroissiens présents ont participé à la bénédiction du feu nouveau dans la cour-parking de la maison paroissiale. Ils sont entrés dans l’église obscure par une longue procession de la lumière qui « manifeste que le christ chasse les ténébres ». Elle s’est poursuivie par la liturgie de la Parole de Dieu qui évoque toute l’histoire du salut : « Des lectures longues mais passionnantes qui permettent de feuilleter l’album de famille, celui de nos fréres aînés, celui du peuple juif, qui nous conduit au christ » a expliqué le pére-curé dans son homélie. « Chaque texte met en évidence un aspect Pascal en le référant au baptéme qui incorpore au Christ ressuscité » avec  la création de la nature et de l’homme, le sacrifice et la délivrance d’Isaac, la libération d’Israël par le passage de la mer Rouge etc…Sept textes qui ont conduit à l’évangile annonçant la résurrection, véritable concentré de catéchisme qui a rappelé beaucoup de souvenirs aux adultes présents.

    Enfin, la liturgie Baptismale, après l’homélie du pére curé Vincent Hauttecoeur marqué par ce très beau chant de la Litanie des Saints, puis le baptéme des deux catéchuménes, Elsa et Angéle, avec l’onction, la remise du vêtement blanc et la remise de la lumière  qu’elles ont transmise à chaque paroissien présent qui avait gardé leur cierge. Cierges allumés, tous ont renouvelés leur profession de foi, et ont été aspergé d’eau par les péres Hauttecoeur et Pincé, le premier très sérieux, le second très souriant.  La vigile Pascale s’est terminée par l’Eucharistie au bout de 3H d’une très belle cérémonie à laquelle tous ces prêtres avec de nombreux paroissiens avaient contribué…avec cœur.

     

    Mais voilà, ce week-end Pascal pour les chrétiens mais aussi d’autres religions, juifs orthodoxes…a été marqué par d’autres anniversaires que Vanves a célébré, malheureusement, durant la grande messe de Pâques et la bénédiction du Pape Benoit XVI suivi par de très nombreux vanvéens sdur leur poste TV ( à cause d’une mauvaise coordination ou information des organisateurs) le dimanche matin : le 66éme anniversaire de la libération des camps à l’occasion de la Journée Nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation. Comme chaque année, une assemblée peut être plus clairsemée qu’à l’habitude, à cause des vacances et de la Pâque, s’est retrouvée dans ce square de l’insurrection où sont inscrit sur une stéle, le nom de tous les vanvéens déportés.

    Bernard Gauducheau, Isabelle Debré, Guy Janvier étaient présents avec de nombreux élus, le Pére curé et le Rabin de Vanves, une partie de la communauté israélite, les anciens combattants pour une cérémonie toute simple marquée par le dépôt de ces roses par des jeunes très intimidés par cet honneur, et ce fameux « chant du marais » que certains reprennent en chœur doucement comme ce couple aperçu dans l’assistance, où l’époux tenait l’épaule de sa femme. « Cette déportation est l’illustration de la férocité des hommes contre les hommes » a déclaré Bernard Gauducheau qui a rappelé deux événements à l’occasion de ce 24 Avril : Ces 6 millions de juifs tués dans les camps et ses 5 millions déportés mais aussi ce génocide de 1,2 millions d’arméniens tués par les turcs  qui est célébré le même jour.