Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

abeilles

  • LES PHRASES CHOCS ENTENDUES A VANVES EN 2009

    ILS ET ELLES…ONT DECLARES

     

    SUR ET A VANVES

    Bernard Gauducheau devant l’UNC Vanves (8/03/09) : « J’ai toujours fait l’effort pour qu’il y ait la concorde plutôt que la discorde au sein du monde combattant à Vanves. Afin de rappeler à tous et tous ensemble  le devoir de mémoire ! »

    Bernard Gauducheau à propos des réunions de quartiers : «  C’est extraordinaire de faire des réunions publiques pendant 3H30 où les vanvéens s’expriment, où les élus expliquent ce qu’ils font. Quel plus bel exemple de ces réunions qui attirent de plus en plus de monde. Ce n’était pas à la mode au début. Il a fallu recréer ce dialogue. Et c’est par plusieurs dizaines que les vanvéens viennent. Vous n’avez pas mesuré ce que représente cette possibilité d’échange ! ».

    Bernard Gauducheau sur la voirie : « Quand on fait un aménagement, on s’interroge sur le fait de savoir qu’est-ce que cela va améliorer chez nous plutôt que pour ceux qui traversent notre ville à toute vitesse. Ma responsabilité est d’assurer la sécurité des vanvéens »…. « développer les zones 30, c’est plus visible, et elles provoquent un plus grand partage de la voie publique. Tous les aménagements (chicane, ralentisseur etc…) entraînent des coûts que vous supportez et ils coûtent chers ».

    Bernard Gauducheau à propos de l’urbanisme (lors de la réunion publique sur la résidence universitaire à l’angle Diderot/Marcheron) :  « Je ne suis pas habilité à demander à la société Rossi de revoir son projet, comme vous n’accepteriez pas que je vous demande de revoir la vente de votre de votre pavillon avec un projet  qui nous convienne ! On ne peut pas l’empêcher lorsque c’est fait dans les régles de l’art et en respectant les régles d’urbanisme. On ne peut pas remettre en cause ce que les propriétaires privées veulent faire de leurs biens »

    Bernard Gauducheau menaçant vis à vis des résidences hôtelières : « L’ancien POS donnait la possibilité de réaliser ce genre de projet que l’on ne veut plus. Cela suffit car ils densifient suffisamment la ville. On sera très vigilant sur la tenue des services de ces équipements »

    Bernard Gauducheau sur son conseiller municipal chargé des entreprises, des commerces, du marché, n’a pu s’empêcher d’ajouter : « On dit souvent que l’on n’a pas de maire adjoint chargé du commerce. Mais on a un élu qui est chef d’entreprise lui-même. Et c’est mieux ! ».

    Bernard Gauducheau sur la réquisition du gymnase Magne pour les vaccinations : « Le début de la saison a été contrarié par des événements qui nous échappent. Nous subissons cette situation. Nous espérons que la pandémie ne s’étende pas. Car nous pouvons avoir une demande plus importante demain. Personne ne le sait, malgré les déclarations officielles. Je sais ce que l’on peut me reprocher – « on est pénalisé » – mais imaginez ce qu’il serait si nous ne faisions rien dans un tel cas de pandémie. Nous nous sommes donné les moyens de moins perturber l’activité de vos sections. Vanves avait un gymnase qui correspondait à des critéres définis par la Préfecture dans notre bassin de population ».  

    Bernard Gauducheau sur la véritable version de l’agression au SuperMarket qui avait déclenché la rumeur d’un mort par balle à l’occasion d’un affrontement entre bandes : « C’était un japonais résident à l’hôtel Mercure qui est venu s’acheter un couteau pour se faire hara-kiri en plein centre commercial ! »

     

    Guy Janvier et ses combats pour le logement : « Bernard Gauducheau n’a fait aucun logement social depuis 9 ans qu’il est en responsabilité à Vanves. Les seuls logements qu’il a inauguré sont ceux que j’avais lancé lorsque j’étais maire. C’est mon combat de la Rentrée, un test. Et je veux que cela se sache. Je suis prêt à mener quelques campagnes un peu radicales là-dessus… Et je veux démontrer qu’il y a un décalage complet entre les discours sur la fraternité, sur la lutte contre les exclusions… et les actes. Un maire qui ne fait aucun logement social pendant 9 ans dans une ville qui en a 23%,  n’est pas à la hauteur des responsabilités qui sont les siennes ! »

    Guy Janvier (PS) à propos des jumelages : « Il faut que ce ne soit pas une élite qui y participe et s’en occupe, mais que les jumelages deviennent citoyen. Et je les ouvert lorsque j’étais maire, en faisant des fêtes. Mais là, ce sont des édiles qui vont à Lerhte, à Ballimoney, à Rosh-Ha Ayin…sans l’élargir aux vanvéens ».

    Guy Janvier (PS) à propos de Coup de Pouce : « Je déplore que des enfants arrivent en 6éme en ayant des difficultés de lecture, alors que l’on pourrait faire quelque chose dés la primaire. Et surtout lorsqu’ils ne peuvent pas bénéficier d’un soutien des parents. C’était le sens de la mise en place de « Coup de pouce » pendant mon mandat (de maire) »

    Lucile Schmid (PS) à propos de la future Communauté d’Agglomération Grand Paris Seine Ouest  (8/06/09): « Ce n’est pas en additionnant que l’on peut définir une dynamique de territoire. Entre Issy les Moulineaux et Boulogne, il y a eu des rivalités. Et ce n’est parce que les deux maires s’entendent maintenant que cela résoudra les choses ».

    Claudine Charfe (PC) à propos des médecins généralistes vanvéens : « 5 médecins partent à la retraite, d’autres vont partir. Ceux qui restent en ont ras la casquette ! ».

    Pierre Toulouse (Verts) sur le vélo en Janvier 2009  «  Rouler sur la neige ne pose pas de problème particulier et on peut même (comme moi qui traverse le bois de Boulogne sur une piste de ski depuis une semaine) y trouver un grand plaisir même si on y perd quelques km/h. Quand la glace se forme la pratique devient effectivement plus délicate et toute crispation peut se transformer en gadin... mais qu’est ce qui nous empêche alors de rouler avec les voitures ? »

     

     

    TRES POLITIQUE :

    Bernard Gauducheau en reprenant une expression typiquement sarkoziste : « Nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que l’on dit . Et ce que nous faisons pour la ville dépasse les clivages politiciens. C’est une action d’écoute, de compréhension. Nous ne satisfaisons pas de mots, nous apportons des solutions concrétes »

    Bernard Gauducheau le 30 Juin 2009 après un déjeuner des maires et des conseillers généraux de la majorité départementale avec le président de la République : « C’est un Président de la République très proche des élus locaux qui s’est adressé à nous, attentif aux préoccupations et aux remarques que nous avons pu formuler. Il a consacré du temps à chacun d’entre nous et m’a encore une fois impressionné par sa capacité d’écoute et sa disponibilité. Pour ma part, j’ai l’intime conviction qu’après l’heure du Gaullisme, voici venue celle du Sarkozysme ! » 

     

    Isabelle Debré, Sénateur et 1ére Adjointe à propos de ses relations avec le maire « Il est important que tout le monde sache que ce cela se passe bien entre nous. On a toujours été d’accord sur l’essentiel. D’ailleurs,  dans une municipalité, le maire fait tout, et le 1er Adjoint fait le reste »

    Isabelle Debré, le 18 Juin 2009 : « Il y avait 69 ans, une voix s’élevait sur les ondes de la BBC. Le Général de Gaulle appelait la France à dire non…cette voie forte, presque inconnue à l’époque, résonne encore, non seulement dans le cœur de tous les français, mais aussi dans celui de tous ceux qui, dans le monde, disent non à ce qui leur paraît inacceptable, quelles que soient les difficultés à venir. L’histoire de notre peuple est ainsi marquée par des événements qui symbolisent aux yeux de tous, la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ainsi au-delà des querelles partisanes, les français se retrouvent ils souvent réunis autour de symboles puissants, qui portent loin la voix de notre vieux pays »

     

    Guy Janvier, conseiller général PS à propos de Jean Sarkozy (prémonitoire à quelques mois avant l’affaire de l’EPAD) : «  Dans Le Parisien daté du mardi 10 février, dans un article sans intérêt sur Jean Sarkozy, on me fait dire que je le trouve « globalement plutôt sympa ». J'ai dû dire qu'il ne m'était pas personnellement antipathique, ce qui n'est pas pareil. Je n'ai jamais vraiment eu un échange sérieux avec mon nouveau collègue du conseil général.  Lors de ses quelques interventions publiques, il est chapeauté de près par sa tutrice Isabelle Balkany. Surtout, il n'a bien sûr aucune expérience, des idées toutes faites, et notamment un anticommunisme primaire tout à fait condamnable. J'ai surtout redit que, sans son père, il ne serait pas là. Voilà un bel exemple dynastique de la principauté dans laquelle nous vivons. J'ai souligné qu'en arrivant à Nanterre, il avait lancé l'idée d'assises de la jeunesse, rapidement confiées à un de ses collègues de la majorité. Il y a là pourtant beaucoup à faire... Voilà, tout cela n'a pas été repris. Dommage ».

     

    Fabian Estellano Secrétaire de Section du PS de Vanves durant la campagne des Européennes à propos du Front de Gauche : « L'ambiance était conviviale mais les yeux rivés sur le Parti Socialiste. Evidemment la critique fut notoire mais en réalité pourquoi donc ? A les écouter,, on en vient à se poser la même question, « vous critiquez le PS et les autres listes mais quel programme est proposé par le Front de Gauche? ». Le Front de Gauche a des idées. Mais, lorsqu'au PS on y regarde de plus près, le tout est bien maigre ».

     

    Lucile Schmid après son éviction de la liste PS pour les Régionales : « Quelle que soit la valeur de certains candidats, cette liste reflète un équilibre des forces entre les courants socialistes, non un choix de compétences, de mérite etc. Où s’arrêtera donc la balkanisation de ce parti, comment continuer à croire dans les valeurs que nous portons si, au moment où « les choses sérieuses commencent », seules comptent les écuries ? Changer ce système délétère de désignation est une question de crédibilité.  On ne peut pas faire la une à La Rochelle sur le non cumul, faire adopter ce principe, à mes yeux fondamental, par un référendum interne voté d’enthousiasme par les militants et ensuite, alors qu’on a déjà subi une grave défaite électorale en juin, estimer qu’on peut repousser le passage à l’acte aux calendes grecques ! ».

     

    Etienne Chosson, 22 ans, responsable de la section PC de Vanves : « Nous avons la chance d’avoir une action dynamique où il se passe toujours quelque chose, reflet de ce qui se déroule au PC aujourd’hui, avec une présence inter-générationnel très riche, suscitant des échanges entre camarades. Dans cette ville où il y a très peu d’activités politiques et militantes, des organisations de gauche très peu présentes qui se limitent au minimum syndical, des partis politiques qui sont hors sujet durant cette période de crise, comme les Verts qui utilisent leur tribune dans le journal municipal pour parler des ruches et des abeilles, mon but est de toucher les vanvéens au plus prés, avec un PC qui soit cet outil de lutte, de réflexion en commun, d’actions sur le terrain »

     

    SUR LES RADARS

    Laurent Lacomére, maire adjoint UMP  sur les radars pédagogiques mis en place durant l’automne : C’est une action préventive qui s’adresse aux conducteurs bien élevés. Pas aux délinquants du volant et pas aux chauffards »

    Bertrand Voisine, Maire Adjoint UMP,  début décembre 2009 : « Les seuls à dépasser la limitation de vitesse sont les bus lorsqu’ils sont dans leur couloir, BD du lycée. D4ailleurs en restant longtemps à observer ces radars rue J.Bleuzen et Bd du Lycée, j’ai pu constater qu’aucun véhicule ne dépassait la vitesse limite ! ».   

     

    SUR LES ABEILLES

    Patrick Sorin, Proviseur du lycée Michelet lors de l’installation des rûches (21/03/09) : « J’étais réticent à ajouter de nouveaux résidents dans un lycée qui en compte déjà 2500. Mais pour que ce ne soit pas seulement un slogan, nous avons décidé d’installer des ruches à l’écart, dans le parc »… « et puis j’ai mon CP qui n’est pas loin qui pourra les surveiller »

     

    SUR L’ARMISTICE

    Mehdi Doulain, représentant les musulmans,  sur l’identité nationale qui a suscité la réprobation générale pour avoir osé parler d’identité nationale durant les cérémonies du 11 Novembre 2009  : « Cet hommage à nos morts, aux morts de la Patrie, prend un relief particulier avec cette nouvelle polémique ! » a-t-il déclaré en expliquant que « ce débat n’est pas rassembleur » car « il active des peurs, des sensations d’exclusions, il caricature notre posture face à l’histoire. Ce qui est rassembleur par contre, c’est notre identité démocratique » et en concluant que « cet hommage aux morts doit absolument nous recentrer sur le véritable socles de nos « liants démocratiques nationaux » fédérateurs de liens et de sens et de fierté ».

    M. Noyer (FNACA) lors du discours d’accueil de la flamme à la mairie à la veille du 11 Novembre : « j’ai eu le privilége d’avoir à l’Arc de Triomphe un long aparté avec le Général Combette, Président du Comité de la Flamme, qui pointa alors sa canne vers la dalle où repose le soldat inconnu en déclarant : « Voyez-vous, cher monsieur, cette flamme ne doit plus être celle du souvenir mais celle de l’espérance ». … « Cette flamme doit être maintenant celle de l’Espérance qui éclaire l’avenir pour qu’enfin, les sacrifices consentis et les souffrances subies par des millions d’être humains ne soient plus vains ». 

     

    DIVERS

    Radhouane Bouster, parrain de Vanves en Sports 2009 : « J’ai toujours plaisir à venir ici ! J’ai toujours des images dans ma tête, et je me souviens des entraînements très durs avec Fernand Buisson. Et j’ai montré ce que pouvait faire un petit magrhébin pouvait faire pour que la Marseillaise retentisse à Sao Paulo et dans le gymnase André Roche » (lorsqu’il a gagné le cross des As en 1981)

     

    André Gingras, journaliste de Libération à propos de la programmation (fort décrié) du théâtre de Vanves et de son directeur  José Alfarroba qui « se tient loin des querelles de chapelle, des prescriptions et des effets de mode. Pourtant, ce que l’on voit à Vanves, n’est pas sans parti pris. Les récents spectacles que l’on a pu apprécier témoignent d’une discipline décomplexée qui renoue, sans en faire une priorité avec une certaine prouesse, qui explore de nouvelles techniques et qui croit ainsi à l’émergence d’uned jeune génération d’auteurs ».

     

    L’ECHANGE DE L’ANNEE A PROPOS DE VACINATIONS

    « Est-ce que vous avez décidé de vous faire vacciner ? » a demandé Guy Janvier (PS) à Bernard Gauducheau (NC) à l’occasion d’une question orale du PS sur les vaccinations à Vanves au dernier conseil municipal : « J’ai répondu (au Parisien) que lorsque je recevrais ma convocation, j’en parlerai à mon médecin » - « Mais vous pouvez y aller tout de même ! » - « Pas question de passer devant tout le monde ! ». Ambiance grippale ! Il est vrai qu’il avait étonné beaucoup de vanvéens par ses propos sur la vaccination dans le parisien : « Je ne pense pas me faire vacciner. J’ai consulté mon généraliste et il me l’a déconseilé. S’il change d’avis, je verrai bien… J’espére que ma santé et ma jeunesse suffiront à me protéger. D’ailleurs je ne me suis jamais fait vacciner contre la grippe saisonnnière ». Du coup, un administré l’apercevant à la kermesse de Saint François Samedi dernier, avec blouson et écharpe lui a dit : « Ah mais je comprends !  Vous avez raison de vous couvrir, si vous ne voulez pas vous faire vacciner ! »

     

    SUR LA RESTAURATION DE ST REMY

    Bernard Gauducheau : Ce n’était pas une petite et mince affaire. Ces travaux n’auraient pas pû se dérouler aussi bien s’il n’y avait pas ce binôme maire-curé de Vanves » a-t-il expliqué. «  On sentait quelque chose nous dépasser. C’est une œuvre commune » a-t-il ajouté quelques mois plus tard en lui offrant un poster de l’intérieur rénové de Saint Remy à l’occasion de son départ pour un nouveau ministère. 

    Yves Morel, ex-curé de Vanves : « Nous nous inscrivons à travers le temps – des hommes et des femmes ont partagés ici des espoirs et des douleurs depuis plus de 600 ans – et nous souhaitons que ce lieu soit ouvert à tous, à la recherche du vrai, du beau, de l’unité »