Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juin 1940

  • ISABELLE DEBRE, VICTIME DES PETITES MESQUINERIES DU MAIRE DE VANVES, S’EN FOUT !

    Isabelle Debré, vice présidente du Sénat n’est plus conseillère municipale depuis le 29 Avril 2015 à cause du cumul mandat, puisqu’elle a été élue conseillère départementale le 29 Mars 2015. Même si la Municipalité et le conseil municipal lui ont rendu un hommage amical et convivial à la fin du conseil municipal, il n’en reste pas moins que Bernard Gauducheau lui a fait comprendre que les choses ont changé comme les vanvéens présents à la cérémonie du 18 Juin ont pu s’en apercevoir. Ce centriste  a indiqué à une gaulliste ( ?)  que dorénavant, pour le 18 Juin, ce n’est plus elle qui lira l’appel du Général de Gaulle – qu’elle connaît pas cœur – mais Michel Judde président du CLAP (Comité Local des Associations Patriotiques).

    Malheureusement, ce n’est pas le seul geste mesquin vis-à-vis de cette élue qu’apprécient les vanvéens. Elle n’a pas sa  photo sur les panneaux d’informations de la ville – il faut reconnaitre qu’André Santini aussi alors qu’il est député de la ville depuis 1988– ni un bureau à l’hôtel de ville pour tenir ses permanences de conseiller départementale – comme c’est le cas pour le député Santini. Et  pourtant elle fait partie de la majorité L.R./UDI c'est-à-dire municipale contrairement à Guy Janvier (PS) qui tenait ses permanences dans le bureau accordée à l’opposition dans les sous sol de l’hôtel de ville. Peu lui importe, car elle est passée à un autre niveau. Il n’empêche que les deux votes blancs supplémentaires de Mercredi dernier au conseil municipal pèsent aussi lourd – même s’ils n’ont pas empêché l’élection  de Delphine Roy - que les deux voix qui ont manqué  au candidat gaulliste pour remporter les élections de 1995. Le problème avec les centristes, c’est que l’histoire ne bégaie jamais. Rien n'a changé depuis 20 ans.

    Pour elle, le plus important, en ce 18 Juin, c’est ce petit groupe de Vanvéens, Gaullistes ou non,  fidèles, qui  se réunit depuis 20 ans devant cette plaque commémorative du square Marceau  pour célébrer l’anniversaire de  l’Appel lancé par le Général de Gaulle le 18 juin. Comme c’était le cas vers 19H15 jeudi dernier, une heure après la cérémonie devant le monument aux morts présidé par le maire. « Nous le savons, peu nombreux ont été les Français ayant entendu cette voix d’un général alors inconnu.Et pourtant, notre inconscient collectif, la France, a, dans un consensus général, retenu cette date comme un des symboles clé de notre Histoire, un des éléments de ce qui définit un français.Parce que ce discours résume, au delà de l’action admirable d’un homme seul, ce qu’est la France.Ce jour là, de Gaulle est la France, la France millénaire, la France des rois, la France de la République.Mais il est aussi celui qui dessine l’avenir, non pas d’une France à genoux, défaite, humiliée, mais une France qui doit d’abord passer par la lutte avec ses alliés, pour ensuite, la paix retrouvée, réformer son empire, ses institutions, son pacte social, et retrouver sa place dans le concert des nations.Ainsi le général de Gaulle nous fait comprendre que si la France ne peut ignorer son Histoire, elle ne peut rester figée. Elle doit au contraire, s’appuyant sur ses forces, à travers les difficultés et les épreuves, réinventer constamment l’avenir.Dans les débats d’aujourd’hui, comment ne pas être frappés par nos difficultés à comprendre les changements du monde, les aspirations des peuples, les avancées de la science et les forces de la réaction qui privilégient la défense des intérêts particuliers au détriment du destin de la nation.Dans ces moments difficiles que traverse la France et au de là, l’Europe, inspirons-nous, pour y voir clair, des leçons léguées par le général de Gaulle » a déclaré Isabelle Debré devant ce petit groupe de vanvéens.  Ce sont la nouvelle maire adjointe, Delphine Roy, et la nouvelle conseillère municipale, Anne Marie Souby qui ont déposé une gerbe devant la plaque du général de Gaulle entouré d’enfants. Comme le fait Isabelle Debré lorsqu'elle préside ou participe à des cérémonies patriotiques départementales et vanvéennes. 

  • LE DEVOIR DE MEMOIRE A VANVES : UNE REALITE VECUE ET ENTRETENUE

    Souvenirs et Mémoire vont marquer cette semaine avec le ravivage de la flamme à l’Arc de Triomphe Mercredi à 18H30 par des anciens combattants de Vanves accompagné d’élus, avec la commémoration dimanche prochain à 11H45 au square de l’Insurrection à l’occasion de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Elle a commencée par l’assemblée générale de la 71éme section de l’UNC (Union Nationale des Anciens Combattants) durant laquelle a été annoncé le recensement des anciens combattants de 1939-45 pour la remise du diplôme d’honneur

     

    « C’est peut être tardif. Surtout pour ceux qui sont maintenant très âgé comme mon père qui a fêté ses 90 ans le 16 Avril dernier. Mais si l’on peut encore témoigner de la reconnaissance de la Nation, il est encore temps » a réagit Bernard Gauducheau en racontant cette anecdote : « Je l’ai appris lorsque M.Dumont (président de la FNACA) est arrivé à la mairie  avec le journal La Croi xà la main en disant : « Ca y est ! ». Ainsi comme l’a expliqué le représentant de l’UNC départemental, le secrétaire d’Etat aux anciens Combattants, Hubert Falco a décidé d’attribuer le diplôme d’honneur à tous les anciens combattants de 1939-45. Mais il va falloir les recenser, à partir de listes données par le ministère, avec l’aide des communes, de leur association d’anciens combattants, sachant qu’il y en aurait 3500 dans les Hauts de Seine, le nombre variant de 5 à 300 selon les communes. Et leur remettre ensuite lors d’une cérémonie patriotique. Le maire a souhaité que cette remise se déroule lors des commémorations du 11 Novembre qui prendraient ainsi une nouvelle ampleur, et a chargé le Comité Local des Anciens Combattants qui réunit toutes les associations d’y réfléchir.

     

    Dans le bilan de l’année 2009, Paul Guillaud, président de l’UNC Vanves a indiqué que la section avait participé à 35 cérémonies patriotiques et réunions, tenue 24 permanences, permis d’apporter des aides particulières à des vanvéens en difficulté pour l’obtention de documents administratifs ou des aides spécifiques, et surtout créé un site Internet : Il a reçu plus de 2000 visites en 2009, réalisées par 1450 visiteurs, de 37 pays différents dont le Benin, le Mali, le Niger ou le Cameroun. Enfin, a continué de récolter des dizaines de lunettes inutilisées par ses adhérents et leirs amis, chez les opticiens de la ville pour être reconditionnées et transmises à des associations d’anciens combattants d’Afrique.

     

    Pour la partie historique de son exposé, il a évoqué l’appel du 18 Juin du Général dont on célébrera le 70éme anniversaire cette année et surtout ce qui s’est déroulé à Vanves en 1940 : Un bombardement allemand  (24 bombes) le 3 Juin qui a fait malheureusement 15 morts et quelques dégâts matériels. L’occupation dés le 14 Juin 1940, avec l’installation de la Kommandantur et d’une division motorisée de la Kriegsmarine dans le lycée Michelet, la réquisition des bâtiments de l’équipement militaire militaire là où se trouvent le lotissement Larmeroux avec les Ateliers/garages municipaux, le remplacement de tous les drapeaux français par ceux à croix gammée, l’instauration d’un couvre feu etc…Enfin, autour du 8 Mai, pour l’anniversaire de la victoire, une exposition sur Jean Moulin est prévue à la Mairie.