Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

simon de cyréne - Page 3

  • UN RIVERAIN MECONTANT D’UN CHANTIER A VANVES ECRIT A BOUYGUES HABITAT

    Les chantiers en cours de réalisation actuellement, même s’ils bien tenus selon la Mairie de Vanves, créent quelques nuisances pour les riverains les plus proches qui s’en plaignent plus ou moins ouvertement.  L’un d’entre eux se déroule rue d’Issy sur une partie du terrain du prieuré Sainte Balthilde : Il s’agit de la construction d’une Maison Relais pour Adultes Handicapés de l’association Simon de Cyréne construit par bouygues Habitat pour le compte de Logirep. Depuis la première pierre le 7 Mai dernier, le chantier a commencé créant quelques nuisances pour les riverains qui ont constaté un manque d’informations sur son déroulement alors que des places de stationnement étaient supprimés, des tranchées creusées…sans trop savoir pour quelles raisons, gênant la circulatioon et le statioonnement. Et pour certains, c’est devenu l’enfer, depuis que la grue a été installée, avec le début des travaux de fondations, de constrctions et de réhabilitation du bâti existants.  Voilà un témoignage d’un riverain qui a fait l’objet d’un courrier envoyé à Bouygues Habitat :

     

    « Résident contigüe à votre chantier, au 15 rue d’Issy, mon véhicule en stationnement autorisé devant l’entrée de mon domicile a subit des dégradations de carrosserie lors des différentes livraisons de chantier. Ayant signalé le fait à votre conducteur et responsable du chantier, celui-ci restant courtois a été désolé de constater les dommages, mais en bon professionnel bien éduqué par vos soins, a évoqué sa non responsabilité devant la malveillance de tous les fournisseurs de ce chantier.

    Or, vous devriez savoir, que sur un chantier, lorsqu’il y a des démolitions, des livraisons de toupies de béton ou autre, vous devez le nettoyage de la voie publique car vous êtes responsable des dégradations provoquées par le fonctionnement du chantier sur le domaine public, même si ces dégradations sont provoquées par des fournisseurs ou intervenants ne faisant pas parti de votre groupe. Vous conviendrez qu’il est difficile de faire un « référé préventif » pour les véhicules garés proche de ce chantier ! Je conçois que si votre grue qui tourne au dessus de ma tête et s’effondre sur moi, votre assurance de chantier sera d’une grande utilité, mais mon véhicule ne semble vous intéresser.

    Les travaux doivent durer encore plusieurs mois et je me demande dans quel état nous allons retrouver nos véhicules, dégradés, sans que vous vous sentiez responsables. Supprimez encore deux places de parking dans la rue d’Issy n’est que repousser le problème  de deux places. Ce n’est surement pas la bonne solution.

    N’oubliez pas que votre chantier ne fait que commencer et, étant donné votre réaction, je crains le pire quand vous allez attaquer plus sérieusement ce chantier et l’intervention également du second œuvre. Votre plan de prévention concerne aussi les personnes et les véhicules se déplaçant à proximité de votre chantier.   Je ne compte pas attendre le nombre de chantiers ou le nombre d’accidents pour que vos responsables sur le terrain comprennent qu’un chantier n’est pas uniquement une rentabilité financière liée à un plan de carrière mais un savoir-faire et un savoir-vivre ».

  • LA FETE DES ASSOCIATIONS DE VANVES AU PARC FREDERIC PIC : UN RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE

    Rendez-vous incontournable de Septembre, le Forum des associations permet d’organiser son temps libre et ses loisirs en quelques heures ! Près d’une centaine d’associations seront présentes dimanche de 10H à 19H au parc F.Pic. Rencontre avec Françoise Saimpert, Maire adjoint chargée notamment de la vie associative pour présenter ce forum des associations et faire le point sur la vie associative à Vanves

     

    Vanves Au Quotidien - Comment s’annonce l’édition 2010 ?

    Françoise Saimpert : « Fort bien ma foi !! En espérant que la météo sera clémente, nous avons tout mis en œuvre en tenant compte des quelques critiques de l’an dernier, pour que le public vienne nombreux passer le week end au parc F.Pic. Samedi, la braderie organisée par le SIAVV en liaison avec le service Animation, devrait attirer sa foule d’habituels chineurs, de Vanves et d’ailleurs. Dimanche, le « Forum des Associations et des Activités » s’adresse davantage aux seuls Vanvéens. Le public devrait apprécier : l’espace enfants, renforcé mais toujours totalement gratuit ; la nouveauté des spectacles dits « de rues », à découvrir aux détours des allées du parc ; l’espace restauration, développé et encore plus convivial  avec ses tables et parasols disséminés autour des buvettes ; et bien sûr la richesse et la diversité des associations vanvéennes, réparties sur la centaine de stands mis gracieusement à leur disposition par la mairie.

     

    VAQ - Quelles seront les nouvelles associations présentes au Forum ?

    F.S. : « L’association laïque « Randscouts et Randguides de Vanves » ; le CIJ (Conseil Indépendant de la Jeunesse) à l’origine du don de sang effectué avec succès sur Vanves au printemps dernier ; l’association « Phénomène » qui présentera au Fun Park, le samedi 25 septembre, une exhibition de skate et roller ; « Le Libre vanvéen » qui répare ou récolte les matériels informatiques usagés, l’Ecole de chiens guides pour aveugles et enfin  l’Association «  Simon de Cyrène » dont la 1ère maison-relais de 27 logements,  en construction rue d’Issy sur un terrain cédé par les Bénédictines, permettra à des adultes devenus handicapés suite à un grave accident, de vivre en centre ville dans un espace de vie partagée. Projet innovant, soutenu notamment par la Ville.

     

    VAQ - Quelles sont les animations prévues ce jour-là ?

    F.S. : « Certaines animations sont proposées samedi et dimanche. Celles pour les enfants : deux structures gonflables , le monde des dinosaures pour les petits jusqu’à 4 ans et un parcours aventure, jusqu’à 12 ans ; trampoline élastique, stand maquillage…Des animateurs diplômés encadreront les enfants qui resteront cependant sous la responsabilité des parents. Uniquement le dimanche, un  passionnant et reposant coin lecture accueillera les plus jeunes dans un espace adéquat situé entre les stands de « Lire et Faire Lire » et du Biblio-club, à 11h30, 15h et 17h. Pour les adultes, et uniquement le samedi, dans la cour de l’école maternelle du Parc, l’association « Vanves en roue libre » renouvellera sa bourse aux vélos qui l’an dernier avait obtenu un franc succès. Dépôt entre 10h et midi puis vente de 14 à 17h. C’est d’ailleurs au même endroit que « le Libre vanvéen » organisera le recyclage des matériels informatiques usagés. Enfin, tout au long du dimanche, une douzaine d’associations, parmi les 104 présentes, proposera des démonstrations de 15 à 20 mn chacune. Tandis qu’un espace d’ateliers artistiques offrira la possibilité aux créateurs en herbe de donner libre cours à leurs talents en écriture, poterie, modelage, mosaïque…

     

    VAQ - Puisque c’est la fête des associations, pouvez-vous nous dire quelques mots sur les caractéristiques du tissu associatif vanvéen par rapport à d’autres villes ?

    F.S. : «  Je me garderai bien d’établir des comparaisons car ma délégation m’accapare uniquement sur Vanves et ce, pour mon plus grand plaisir ! C’est une de nos grandes fiertés d’avoir 300 associations domiciliées dans notre ville dont 200 vraiment dynamiques et plus d’une centaine offrant directement un service aux Vanvéens. Elles touchent tous les domaines et la grande majorité est animée uniquement par des bénévoles. On ne les remerciera jamais assez  pour la qualité de leur engagement totalement désintéressé. Sans eux tout ce monde-là, si riche et indispensable pour nous tous, n’existerait pas. Cela dit, quelques associations ayant recours par exemple à des professeurs pour pouvoir exister, sont  obligées d’avoir des salariés, comme le Stade de Vanves ou encore  les Ateliers d’expression. Ce qui n’enlève rien à leur remarquable utilité. Dans le domaine social, nous pouvons aussi nous enorgueillir de quelques antennes départementales très actives comme « Les Papillons blancs » ou « L’APAJH » ainsi que d’associations vraiment novatrices comme le « GEM Club Hemisph’Erik » ou, déjà cité, « Simon de Cyrène ». Il faut, dimanche, aller sur leurs stands, à la rencontre de tous ces gens formidables !

     

    VAQ -  En dehors du Forum des associations, que fait la ville pour soutenir les associations ? Qu’en est-il au niveau des subventions et de l’utilisation des salles municipales avec tous ces chantiers ?

    F.S. : «  Vaste sujet, difficile à traiter en quelques instants.  Mal venu d’être juge et partie. Disons que grâce à l’engagement sans faille de la sympathique équipe dirigée par Antoine Pasticier au sein du Service de l’Animation qui a fusionné avec la vie associative et le Jumelage, qui figurent aussi dans ma délégation, je crois que l’on peut affirmer que la ville, attentive, apporte un soutien de grande qualité à ses associations. Mise en place d’un guichet unique pour faciliter les démarches, rôle de conseil, un seul interlocuteur pour mieux aider l’aboutissement des projets (ex :1ère Virade de l’espoir le 26 septembre). Partenariats thématiques (handicap, seniors) pour une meilleure intégration à la vie de la cité. Participation aux animations nationales (Téléthon, Printemps des poètes, semaine de la Musique). Développement interface WEB. Création des Rencontres associatives, résultat du travail commun fourni avec le CLVA (Conseil de la Vie associative) à qui j’en profite pour tirer mon chapeau. Quant aux subventions, croyez-moi, elles sont accordées dans un véritable souci d’équité et de transparence. En 2010 elles représentent plus de 860 000 euros versés - sans compter les aides en nature comme les prêts de salles et de préaux d’école qui ne manquent pas sur la ville. Malgré le chantier de  l’espace Cabourg qui nous fait perdre momentanément une salle (Baës), si nous avons parfois dû jongler un peu, nous avons toujours réussi à satisfaire les demandes.

     

    VAQ - Quelles suites avez-vous donné aux rencontres associatives du 13 février dernier ?

    F.S. : « Face au succès de ces 1ères rencontres associatives, en accord avec le CLVA, nous avons décidé de les renouveler chaque année en février. Elles seront ainsi le second temps fort annuel de la vie associative vanvéenne, avec le Forum de la mi-septembre.

     

    VAQ - Où en est le Conseil Local de la Vie associative qui fait peu  parler de lui ?

    F.S. : « Organe de réflexion par excellence, le CLVA se montre forcément discret. Ce sont ses réalisations qui font parler d’elles. La preuve : votre question précédente. Je me souviens aussi avoir lu sur le blog de Vanves92170, une intéressante interview d’un de ses membres, Présidente de « Lire et faire Lire », au sujet de nos 1ères Rencontres associatives et sur le rôle du CLVA.  Ses membres, Présidents d’association, sont élus pour 2 ans par leurs pairs. Le 21 septembre, lors du cocktail des Présidents, aura lieu le renouvellement du CLVA. Nous nous réunissons  tous les 2 mois environ et cela a été un vrai plaisir et un honneur pour moi de travailler avec eux.  Nul doute que le nouveau Conseil marchera fièrement dans le sillon tout  tracé par son prédécesseur !

  • PREMIERE PIERRE D'UNE MAISON-RELAIS UNIQUE EN FRANCE A VANVES

    Le plus beau souvenir, la plus belle image de cette première pierre de la  future Maison-Relais pour personnes handicapés « Simon de Cyréne » restera pour tous en ce vendredi 7 Mai au matin,  ce rassemblement dans le jardin du Prieuré Sainte Barthilde des bénédictines de Vanves de tous les invités autour d’un mur symbolique. Et surtout lorsque Laurent de  Cherisey directeur général de cette association a invité ses membres, handicapés, bénévoles, dirigeants, de venir au premier rang, avec, et même,  devant les personnalités. L’une des futures résidents a inséré  le parchemin dans le rouleau qui a été placé dans une des pierres de ce mur tout blanc. Et dirigeants comme futurs résidents ont manié la truelle tout comme les élus. « Cette première pierre revêt pour nous tous une importance car chacun a apporté la sienne » a-t-il expliqué  en ajoutant que « c’est la première pierre du désir de François », un résident qui avait eu cette phrase lors d’un échange et qu’il a citée plusieurs fois durant cette matinée : « On ne peut plus créer notre famille. Ne voulez-vous pas qu’on la recrée ensemble ». Avec l’aide bien sûr de Simon de Cyréne ».  Il a rappelé bien sûr tout l’historique du projet « qui a suscité plusieurs années de combat » en racontant cette anecdote : « Au début, nous pensions la réaliser à 40 km de Paris. Et c’est un  handicapé qui nous a dit : Et pourquoi pas trouver une ville à taille humaine, prés d’un métro, avec des espaces verts…c’est ce qui correspond à Vanves ». Il a présenté l’esprit et l’objectif du projet en expliquant bien que c’est la loi de Février 2005 qui les a beaucoup aidé : recréer au cœur des villes des appartements partagés pour personnes adultes handicapés et maîtresse de maison, étudiants, volontaires associatifs, redonner du sens à l’existence en créant ces lieux de vie et d’amitié….

    Cette première pierre a évidemment donné lieu à beaucoup de discours des différents acteurs et surtout financeurs de ce projet,  Conseil Général avec Christian Dupuy, Vice Président, Région avec Laure Lechatellier, Etat avec le Sous Préfet d’Antony et de Boulogne, ce qui a peut être paru long pour certains invités parmi lesquels on reconnaissait Isabelle Debré, sénateur, Guy Janvier, Conseiller Général, des élus de Vanves mais aussi beaucoup de vanvéens engagés dans des associations sociales. Bernard Gauducheau a parlé d’un « projet plein d’humanité » considérant que les mots « solidarité, dignité, combat » le résume bien. Le directeur général de Polylogis a présenté le projet conçu par l’architecte Pierre Villeminot qui prévoit d’installer 8 logements dans le bâtiment de l’ancienne hostellerie qui sera refait, et  une construction neuve  (2500 m2) de 4 étages le long de la rue d’Issy, avec 19 logements aux étages,  avec table d‘hôte, ciné club, salon de thé, ateliers d’activités au rez de chaussée. Mais c’est la mère Lazare supérieure de ce prieuré qui a eu le mot de la fin : « Il fallait que cette maison reste pour être un lieu de vie ! ». Il est vrai que ce projet unique en France permet aux bénédictines de rester dans leur prieuré cher au cœur des vanvéens. 

     

    UN PREMIER LIEU DE VIE OUVERT POUR DES SEJOURS D’ESSAIS

    Patrick Devedjian qui n’a pu assister à cette première pierre, a eu une idée du projet de cette association que le Conseil Général finance,  en visitant tout seul – peut être est-ce la raison pour laquelle personne n’a été prévenu, même pas le maire, ni le conseiller général de Vanves -  avec Laurent de Cherisey, juste avant, l’appartement de type familial comprenant 5 studios dont 2 adaptés à la vie en fauteuil, 3 chambres dédiées aux assistants et un studio indépendant pour la maîtresse de maison. Il est installé au rez de chaussée de l’immeuble du 18 av. du Général de Gaulle qui était occupé auparavant par une petite communauté de sœurs de la congrégation des franciscaines Missionnaires de Marie. Elles s’étaient installé là après avoir cédé leur couvent au Rosier Rouge pour en faire ce foyer d’accueil pour familles d’hospitalisés initiés par le Secours Catholique et permis la construction de cet immeuble sur une partie de leur terrain.

     

    Depuis le 20 Janvier 2010, 24 personnes dont la vie a basculé dans le handicap viennent passer 4 séjours d’essais  de 10 jours pour voir s’ils sont prêts à vivre dans un appartement partagé à partir de l’an prochain, avec 4 bénévoles et une maîtresse de maison. « 10 000 personnes basculent dans un handicap lourd chaque année et rencontrent soudain une grande solitude » a expliqué Laurent de Cherisey au ministre en lui expliquant le contexte – « les progrés de la médécine d’urgence permet de sauver les personnes victimes de ces accidents (traumatisme crânien, accident cérébro-vasculaire, lésion cérébrale…) qui ne l’auraient pas été voilà 25 ans et dont la vie est cassée  »- en présentant le projet Simon de Cyréne, en lui faisant visiter cet appartement  et rencontrer les cinq personnes accueillis ce jour là et qui arrivaient à la fin de leur 3éme  séjour : « L’appartement est très coal et très agréable ! C’est important de ne pas se sentir enfermé » a expliqué l’une d’entre elle. « On se retrouve comme dans une grande famille. C’est très important de se bien se sentir dans ses baskets ! » a ajouté un autre.

     

    Il a ainsi passé trois quart d’heure pour se rendre compte et écouter : « C’est une expérience intéressante car il tend de recréer une vie sociale et familiale pour des gens dont le handicap les conduit à l’isolement qui aggrave en fait le handicap. Et en même temps, c’est une recherche ! » expliquait Patrick Devedjian à la fin de sa visite qui donnait les raisons du soutien du conseil général : « C’est un projet innovant, qui est intéressaant car il peut transformer complètement la vie d’un certain nombre de gens. On voit bien qu’il ne suffit pas d’avoir l’accompagnement que l’on a aujourd’hui sur l’handicap, car souvent celui-ci provoque l’isolement qui est désespérant. Ces gens apprécient une vie collective, une vie sociale, car l’homme est un animal social, et ne peut pas vivre longtemps tout seul ».A ses yeux, l’effort considérable du département en faveur des handicapés, doit laisser la place à l’innovation : « Cette association est en train de frayer la voie à une organisation nouvelle de traitement de l’handicap. Le souci là, est l’accompagnement : Faire vivre plusieurs handicapés tout en recherchant dans la diversité du handicap, la possibilité de recréer un tissu social, avec en même temps un accompagnement fort et permanent à caractère bénévole et professionnel »