Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gpso (grand paris seine ouest) - Page 3

  • GRAND PARIS SEINE OUEST (GPSO) ET VANVES REDUISENT LEUR CONSOMMATION ELECTRIQUE

    Voilà quelques jours le blog faisait de l’initiative prise par la Ville de Paris pour réduire sa consommation d’électricité  pour  prévenir d’éventuelles coupures sur le territoire national, qui pourraient impacter les particuliers ou les professionnels, lors de cette vague de grand froid qui commence à prendre fin.  Tout en s’étonnant que de grands établissements comme le parc des expositions à Vanves ne donnaient pas aussi l’exemple« Les collectivités territoriales ont un rôle fondamental à jouer dans les enjeux du réchauffement climatique, de la qualité de l’air et des économies d’énergie. Ainsi, pour réduire les appels de puissance sur le réseau électrique national à cause de la longue période de grand froid, nous avons pris des décisions immédiates pour réduire la consommation électrique sur l’espace public et dans les bâtiments publics » indiquait Pierre Christophe Baguet président de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) qui a aussi montré l’exemple en la matière ces derniers jours 

    Dans le cadre du Partenariat public privé (PPP), GPSO a demandé à Bouygues Energies Services de mettre en place une télégestion c'est-à-dire un  pilotage quasi en temps réel de la gradation électrique dans l’ensemble des villes dont Vanves de cette interco, comme c’est le cas à Boulogne et à Sévres : « Si une baisse de 20 % était déjà effective de 23h à 6h, cette plage horaire a été allongée : baisse de 20 % dès l'allumage, puis baisse de 40 % à partir de 22h, puis baisse de 20 % au-delà de 6h. Ce qui  représente une réduction nocturne totale de 35 % et une économie de 2 820,40 KWh/jour,  soit l’équivalent de l’énergie consommée chaque jour par une centaine de logements » indiquait un communiqué de GPSO qui a d’ailleurs montré l’exemple. Dans la semaine du 16 janvier, la température a été abaissée d’un degré dans les bureaux de son  siége à Meudon, au bord de la Seine et de la VRGS. Il a même été demandé aux collaborateurs de limiter les envois de  courriels collectifs, particulièrement voraces en énergie.  

    Mais ce n’est pas tout car les élus deGPSO  ont inscrit la réduction des consommations énergétiques dans le Plan climat énergie territorial élaboré et voté en 2011. Dans ce cadre là, ils ont mis en oeuvre deux plans de rénovation de l’éclairage public afin de réduire la  consommation énergétique de 30-35 % , la pollution lumineuse, les coûts de fonctionnement et de maintenance,  et optimiser le service grâce à la télégestion. A Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray, un schéma directeur  de l’éclairage public, d’un budget d’investissement annuel de 2,4 M€, est suivi depuis 2010 : 2 436 points lumineux ont déjà été renouvelés, soit 25 % du patrimoine, et une baisse de 25 % de la consommation énergétique est observée . A Vanves, il s’agissait notamment dernièrement des rues  Marcelin Berthelot et  Victor Hugo, du carrefour du 19 Mars 1962   où les points lumineux rénovés sont équipés de LED, dont la consommation est quatre fois inférieure à une ampoule classique

    Le budget consacré aux illuminations  de Noël a été divisé  par deux sur les exercices 2015-2016, soit 996 300 € /an (contre 1 536 450 € en 2014), en faisant appel aux leds. Cette  réduction se traduit par une consommation énergétique également divisée par deux. Enfin, GPSO propose aux particuliers deux subventions pour l’installation d’équipements à énergie renouvelable ou l’isolation des toitures. Plus de 128 715 € ont été attribués depuis 2010.

  • VANVES AU SEIN D’UN TERRITOIRE ATTRACTIF AXE SUR LE NUMERIQUE AVEC GPSO

    La Région s’est dotée d’une stratégie économique globale pour la période 2017-2021, avec l’ambition de renouveler en profondeur l’action régionale au service de la croissance, de l’emploi et de l’innovation (SRDEII) : « La Région doit devenir un grand ensemblier qui n’annihile pas les initiatives individuelles mais qui leur donne les moyens de s’épanouir et les met en valeur à travers de portail numérique ou d’outils permettant de leur donner de la visibilité aux meilleures initiatives » indiquait Valérie Pécresse, présidente de la Région,  décidée à positionner la Région comme acteur centrale de l’économie, à même de rayonner au niveau international et de piloter des politiques structurantes  comme les initiatives des acteurs institutionnels. Cette stratégie adoptée lors du conseil régional de la semaine dernière  comporte un volet territorial qui  précise les enjeux territoriaux par territoire, notamment de la Métropole du Grand Paris, dont celui de Grand Paris Seine Ouest (GPSO). Et ce qu’il dit sur ce territoire dont faire parti Vanves est intéressant. 

    Ce bassin  qui comprend 8 communes dont Vanves,  compte 179 446 emplois (3,2% des emplois régionaux) pour 2,6% de la population où le taux d’emploi est supérieur à la moyenne régional (1,7%), où l’emploi salarié augmente à un rythme supérieure à la moyenne des Hauts de Seine et de l’Ile de France (avec un taux de chômage de 8,8%), où le revenu net moyen par habitant est le plus élevé d’Ile de France pour un bassin comptant 46% de cadres et seulement 6% d’ouvriers.   « Un territoire attractif dans un environnement concurrentiel » où l’information-communication est le premier secteur employeur et occupe une part de l’emploi 4 fois plus élevé que l’emploi régional avec BouyguesTelecom, TF1, Canal Plus, Microsoft et  Sogeti pour le numérique…

    Il a une identité forte axée sur un enjeu majeur, le numérique, GPSO ayant déjà fait le choix de mettre en avant ce secteur, dans le cadre de son contrat de développement territorial, afin de pouvoir développer des expérimentations et des programmes ayant vocation à soutenir des initiatives liées à la « smart city » autour notamment de l’efficacité énergétiques et des mobilités durables.  Enfin, il  a des opportunités importantes pour accélérer le développement économique et de nouveaux emplois (cité musicale sur l’île Seguin, rénovation du musée Albert Kahn, projet de création d’une cité des métiers  d’art à Suresnes, chantiers du Grand Paris Express…).

    Le SRDEII propose d‘inscrire GPSO dans les dynamiques régionales axée sur le secteur et les métiers du numérique, notamment en matière d’innovation avec notamment l’accélérateur de start-up « booster so digital », la diffusion de données publiques liées à l’Open Data et les expérimentations en matière de ville connectée (projet « so mibility », « smat grid »)… Il  considère qu’il est nécessaire de renforcer la notoriété de GPSO via la création d’une marque territoriale en lien avec celle de « Paris Région ».

  • LA NAVETTE MUNICIPALE PAYANTE A VANVES AU PRIX D’UN TICKET DE BUS +

    Le dossier de la navette municipale a été abordé tant lundi soir à Marceau qu’hier soir à Larmeroux et le sera le 12 Novembre prochain à l’hôtel de ville lors des réunions publiques de quartier. Pour résumer, la ville a pour projet de rendre payant ce service qui était gratuit jusqu’à présent pour de multiples raisons  qui ont été expliquées lors de ces réunions.

    Rappelons que cette navette municipale a été créée en 1983 par Gérard Orillard et qu’elle a été exploitée pendant plus de 20 ans en régie directe jusqu’en 2004. Sa gestion a été reprise en main par GPSO et elle est assurée par un prestataire privé, le groupe SAVAC depuis 2006. En 2010, le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France) a transféré sa compétence (transport local) à GPSO et donc la gestion de cette navette comme de toutes celles qui existent dans les communes de ce Territoire de la Métropole. Elle effectuait trois parcours - Un circuit le matin, un autre en journée et un troisième le soir - avec un fonctionnement réduit au matin, les jours de marché, pendant les vacances. En 2015, GPSO a passé un nouveau marché public en créant un service plus visible et lisible, avec une offre simplifiée et quelques suppressions  : La boucle passant par la rue 4 Septembre pour créer une correspondance et le tramway T2 dont profitaient très peu de vanvéens, le Bd du lycée avec des arrêts peu fréquentés du fait qu’ils sont déjà desservis par les bus 126 et 189, ainsi que les rues du Docteur Delafosse et Aristide Briand remplacé par un passage rue Raymond Marcheron. Trois nouveaux arrêts ont été créé devant le conservatoire de musique, l’Ode, le Commissariat de police avec avenue du Général de Gaulle pour créer une correspondance avec le bus 394.

    « On a ainsi pu réinjecté des kilométres les jours d’été qui n’étaient pas assuré. Les horaires ont été adaptés. De nouveaux poteaux ont été installés aux arrêts » a indiqué Alexis Gatauer qui suit ce dossier à  GPSO en annonçant une surélévation des trottoirs aux arrêts pour rendre plus accessible aux PMR et personnes en fauteuil cette navette qui est assuré depuis plus d’un an par un véhicule électrique à plancher bas. Il a surtout indiqué qu’elle est fréquenté à 75% par les jeunes et les seniors, et des utilisateurs dont 25% possèdent un abonnement (Pass Navigo) et 57% ont l’habitude d’utiliser des tickets et de payer leur transport en commun. C’est pourquoi la ville avec GPSO a décidé de rendre payant la navette en pratiquent la tarification normale de tous les modes de transports existant dans la Région Ile de France avec la possibilité d’utiliser le même ticket lors de correspondances avec des bus, des tramways de la RATP (mais pas le métro) dans une période de 1H30. « Cette tarification permettra de garder les horaires adaptés et de couvrir 18% du coût du service » a-t-il indiqué

    « Tout a un coût. Les chose ne sont plus gratuites. On n’était plus que 3 communes sur 7 de GPSO à avoir une navette gratuite. Ainsi tout le monde sera traité de la même façon ! » a ajouté Bernard Gauducheau le maire en faisant remarqué que « Vanves est l’une des villes les mieux desservie d’Ile de France » et en parlant des projets en cours de réalisation ou d’études : La gare du Grand Paris Express Fort d’Issy/Vanvces/Clamart qui désenclavera le  Clos Montholon, mais aussi le prolongement du bus 58 jusqu’à cette gare, une nouvelle ligne entre Montparnasse jusqu’à la gare du GPE Issy-RER via la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart, sans parler de la mise en place sur la ligne 189 de véhicules articulés pour transporter plus d’usagers notamment aux heures de pointe (du matin).