Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycée - Page 7

  • LA RENTREE SCOLAIRE A VANVES : MICHELET SUR LE POINT D’EXPLOSER ?

    La cité scolaire Michelet serait elle en sur-effectif : « Au collège, nous avons dépassé la barre fatidique de 30 élèves par classe, au lycée, toutes les classes sont à 35, voir même 37 élèves  pour certaines. Ce qui fait des conditions de travail et de vie quotidienne difficile pour les élèves, se traduisant par exemple par des temps d’attente longs au self service à l’heure du déjeuner : Conçu  1150  élèves, il en accueille 1600 » indique Bernard Gary proviseur du lycée Michelet (sur la photo dans son bureau), en donnant des chiffres :  650 collégiens, 1300 lycéens,  500 étudiants en classes préparatoires,  dont 150 internes pour une centaine de chambres. Là aussi, la liste d’attente est longue, mais le proviseur privilégie les jeunes qui ont vraiment des difficultés à se loger (notamment pour des raisons financières, car leurs familles n’en ont pas les moyens), les autres pouvant financer la location de studios aux alentours. « Nous accueillons les derniers effectifs liés à l’augmentation des naissances en 2000/01, sans compter tout ce qui se construit aux alentours. Compte tenu du prix de l’immobilier, ce sont plutôt des familles un peu installée dans la vie qui viennent et dont les enfants ne sont pas nécessairement dans les maternelles, ce qui rend les prévisions d’effectifs un peu difficile » précise t-il.  Il est vrai aussi que le projet de sectorisation pour les collèges initié un temps par le Conseil Départemental est un échec, car il est au point mort. 

    L’actualité de cette rentrée est l’aplication de la réforme du collége du collége : « Au lycée, on est toujours dans la suite de la réforme du ministre Chatel, ce qui est bien car lorsqu’une réforme est installée, il faut prendre un peu de temps pour voir si elle est efficace. Par contre au collége, c’est l’an I de la mise en place de la réforme avec des programmes qui ont changé à tous les niveaux, 6éme, 5éme, 4éme, 3éme, des nouveaux manuels scolaires, les maisons d’éditions peinent à répondre aux demandes, tous les manuels n’étant pas arrivés, heureusement que le collége est équipé en ordinateur. Nous avons beaucoup travailllé avec les enseignants l’année dernière pour être porêt. Et nous le sommes. Avec le temps, j’ai constaté à chaque fois qu’on demandait au systéme édactif de changer quelque chose, il y avait toujours beaucoup d’inquiétudes, éventuellement de la part de ceux qui disaient « le fonctionnement actuel ne nous satisfait pas ». Mais on va travailler, on va mettre en place, on évaluera » annonce t-il

    D’ailleurs lors de son intervention, devant la communauté scolaire à la veille de la Rentrée, Bernard Gary a déclaré aux enseignants  que sur le plan pédagogique, ils pouvaient être  fier de ce qu’ils ont fait l’année dernière, « car les résultats sont aussi bien au niveau du brevet, du bac  et de nos étudiants en classes préparatoires,  qui ont été très bons ». Et à l’ensemble de la communauté scolaire, enseignants, personnels, vu le  contexte, il a délivré un message de vigilance. « Car même si c’est désagréable de dire cela le jour d’avant- rentrée alors que tout le monde a davantage envie de parler de ses vacances, il faut que cela devienne chez nous une habitude comme les petits japonais qui 's’entraînent régulièrement en prévention des tremblements de terre. C’est malheureux, mais il faut que cela devienne un sixième sens. On a organisé une réunion en Juin pour déjà en parler et nous allons mettre en place un certain nombre de dispositifs de chaînes téléphoniques afin de se donner les moyens de parer au plus pressé ».

  • LES 10 ANS ZEUGMA AU LYCEE MICHELET DE VANVES (Suite et fin ) : UN MEDIA LYCEEN VRAIMENT LIBRE !

    Un journal lycéen a une durée de vie de 3 ans en moyenne. 10 ans c’est énorme ! Mais c’est le cas au lycée Michelet avec le célèbre ZEUGMA    dont la renommée a explosée et dépassé les limites de Michelet. D’autant plus qu’il a un statut particulier car il est très actif, pouvant dépêcher des rédacteurs sur des événements comme les Journées de la Refondation de l’Ecole. « Même si on est loin d’être des journalistes professionnels, au niveau de l’Education Nationale, on est reconnu, car la ministre souhaite développer les médias lycéens » selon Tristan Vertanian, l’un de ses deux rédacteurs en chef.  Zeugma se classe parmi  les7 premiers média lycéens français. Sa rédaction a  participé au concours médiatic organisé par l’Education Nationale et son institut qui s’occupe de la presse jeune et son journal s’est vu attribué le 2éme prix académique du rectorat de Versailles

    « Les médias lycéens souffrent d’un manque de reconnaissance, l’un des grands problèmes en France étant que l’on compare souvent les jeunes à des ignorants. On ne pense pas qu’ils peuvent avoir une opinion, des idées. C’est très réducteur. A l’occasion de ce colloque sur la refondation de l’école, nous avons interviewé un haut fonctionnaire qui nous a expliqué qu’il ne voyait pas la légitimité pour qu’un jeune s’exprime sur ce sujet lors d’une table ronde sur « la refondation et les jeunes » où il n’y en avait aucun. Il considérait que permettre à un jeune de s’exprimer à un événement de ce type, pouvait être décalé. Ce qui nous a profondément choqués.  D’autant plus que des jeunes majeurs comme nous vont voter. Pourquoi quelqu’un qui est presque en âge de voter, ne pourrait pas donner son avis, n’aurait pas la pleine possession de ses moyens intellectuels pour discuter d’un sujet, autant qu’un ministre ou le patron d’un entreprise » s’interroge t-il.

    Tout en reconnaissant qu’il y a aussi un manque de représentation de la jeunesse dans la société : « certes il y a des instances collégiennes, lycéennes, avec des délégués de classes, des représentants au sein du conseil d’administration  du lycée… mais très souvent lorsqu’il y a une réforme qui les concerne,  leur avis n’est pas vraiment pris en compte ou en considération. Il pourrait y avoir presque un conseil national lycéen ou de la jeunesse. C’est qu’à voulu mettre enplace la ministre Rossignol avec un haut conseil de la Jeunesse ». Encore faut il que ses jeunes y participent et persévérent tout au long de leur mandat.

    Et c’est bien le problème du CRJ (Conseil Régional des Jeunes )  de la Région Ile de France dont les bilans d’exercice mettent en évidence la désaffection progressive de ses membres : 22 assistaient à la dernière réunion du mandat 2009-11 sur 140 et le mandat 2013-15 avait commencé avec seulement la moitié de ses membres

    Mais revenons à Zeugma : « On  a vraiment la chance d’avoir un média libre,  alors que beaucoup de journaux lycéens ont du mal à se créer, à exister,  parce qu’ils sont bloqués par l’administration, victime de la censure et même de procés contre le directeur de la publication  comme ce fut le cas pour un dessin provocateur présenté en »Une »d’un  journal lycéen de province, avec une femme nue. C’est d’ailleurs un rôle important pour les rédacteurs de faire attention à ce qu’il n’y ait pas de délit de presse (injure, diffamation, prosélitysme). On a la chance d’être un journal conséquent avec une énorme rédaction, une liberté d’expression totale et reconnu » constate Tristan Vartanian  qui reconnaît avoir un besoin de s’exprimer, de partager ses opinions, d’informer les gens. « Ce qui m’a encouragé à continuer sur cette voie est l’ambiance que l’on a créé au sein de Zeugma, tous les rédacteurs étant traité de manière égal, pouvant discuter, débattre notamment lors de la conférence de rédaction mensuelle que nous animons. On arrive à avoir une cohésion entre 1ére et Terminal et entre toutes les filières, d’autant plus qu’elles communiquent pas entre elles, que nous avons des profils très différents entre terminal S et Terminal L. Et Zeugma nous permet à tous de nous rencontrer, ce qui n’aurait jamais été le cas ! »   Tout comme Yahya  Derouich qui l’acccompagnait lors de cette rencontre avec l’auteur de ce blog : « C’est le seul journal que je lis comme eux. Ecrire dans ses colonnes m’offre une vraie liberté d’expression, de faire découvrir des choses vers lesquels les jeunes ne seraient pas allés.  Une trés belle expérience avec une super ambiance. J’ai fait les meilleures rencontres durant cette année grâce au Zeugma ». Longue vie à Zeugma.   

  • LES 10 ANS ZEUGMA AU LYCEE MICHELET DE VANVES (Suite) : 10 BOUGIES ET LE PETIT JOURNAL

    Un journal lycéen a une durée de vie de 3 ans en moyenne. 10 ans c’est énorme ! Mais c’est le cas au lycée Michelet avec le célèbre ZEUGMA    dont la renommée a explosée et dépassé les limites de Michelet lorsque sa rédactrice en chef a eu l’idée d’organiser une collecte de vêtements et de denrées non périssables au sein du lycée pour les réfugiés à l’automne dernier. 10 ans après sa création, son équipe pour son action de solidarité vis-à-vis des réfugiés, est passée à l’émission culte du moment : Le Petit journal de Yann Bartés

    A la Rentrée  2015, Florine Hausfater,  sa rédactrice en chef a eu l’idée, au début de la crise des réfugiés, d’organiser une collecte de vêtements et de denrées non périssables au sein du lycée pour eux, suite à une rencontre avec une militante de SOS Racisme. « SOS Racisme nous a aidé à la mettre en place, Bernard Gary le proviseur nous a donné son feu vert ! Le Zeugma a fait campagne pour cette collecte qui a eu un énorme succès. Un journaliste du Monde a fait un article sur Florine et la collecte, le Petit Journal s’est intéressé à nous, et on a connu une grosse période médiatique qu’on a essayé de modérer pour ne pas en faire trop. Cela nous intéressait qu’on en parle, mais pas trop, pour montrer notre vision des choses, faire émerger dans l’esprit d’autres lycéens l’idée de reprendre cette initiative. Du coup, on a réactivé nos réseaux sociaux, créant un énorme engouement pour le Zeugma » raconte Tristan Vartanian, l’un des deux rédacteurs en chef.

    «L’ancienne équipe  qui était encore en place,  est passée de 25 rédacteurs à 50 aujourd’hui, ce qui était  assez compliqué à gérer tout seul. C’est à ce moment là que Florine Hausfater a  décidée de me nommer rédacteur en chef pour mieux maîtriser le journal, afin de réaliser des numéros de qualité avec du contenu, maintenir  sa périodicité mensuelle ». Imprimé au lycée, il est tiré entre 800 et 1000 exemplaires par mois, et uniquement distribué au lycée, pas au collège, gratuitement. « Aucune appartenance à une obédience politique, mais on traite de la politique, de l’actualité que l’on privilégie. On a vraiment voulu, avec Florine, cette ouverture sur l’extérieur, la société, en parlant de politique,  de l’actualité qu’on privilégie, d’économie, de société,  et maintenant de culture qu’on a développé  pour que les lycéens s’informent ».

    Ainsi, ce journal  ne s’intéresse pas seulement à des événements propres concernant le lycée, fort heureusement d’autant plus si les lycéens lisent très peu les journaux: Ses rédacteurs ont réalisés un  dossier sur «Nuit Debout », « la loi El Khomri »,  le film « Merci Patron », les élections américaines, la mort de Prince, mais aussi des articles d’opinion pour que tout le monde puisse s’exprimer librement comme sur « les hommes se maquillent » ou un autre qui a fait beaucoup de bruit en Novembre 2015 sur le « dress-code au lycée » : « Qu’est-ce qui est décent ou moins décent, et comment peut on  s’habiller au lycée », car il y avait beaucoup de problèmes à l’entrée, de nombreux lycéens se faisant refouler, et  considéraient que les critères étaient très strictes, l’auteur de l’article jugeant cela comme de la perte de temps, car on vient étudier, pas pour repasser chez soi se changer  et revenir une heure plus tard. Est-ce qu’un trou au genou était suffisant pour se faire refouler ? Ce qui suscite débat » reconnaît il en indiquant qu’il  s’est investit dans l’interview de personnalités surtout politique, comme Isabelle Debré,  la ministre de L’Education Nationale, Vallaud Belkacem, Louis Pasquier, rédacteur en chef de la Miuette Baillonnée …,  Dans l’actualité du lycée, Zeugma a parlé de la collecte, la Maison des lycéens, association lycéenne, présidée par une élève, qui a beaucoup de projets : Elle réhabilité la cafétéria du lycée, organise le bal du lycée… et la conférence de Claire Péretié, conseillére auprès du Parlement Européen.  A suivre...