Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prieuré saint bathilde - Page 5

  • LA FEMME ET L’HOMME DE L’ANNEE A VANVES : CLAUDINE CHARGE ET GUILLAUME BENHAMOU

     

    Le Blog de Vanves Au Quotidien a recherché, pour cette trêve de Noël et du Nouvel An, quels vanvéens pourraient être les personnalités de l’année, si l’on prend une femme et un homme. Deux vanvéens ressortent, inévitablement : Claudine Charfe, conseillère Municipale Front de Gaucher/PC qui a pris et célébré sa retraite, un Vendredi 13 …  décembre 2013 dans ce fameux amphithéâtre N de  l’université de Tolbiac où elle côtoyée de très nombreux étudiants dont certains aujourd’hui sont au gouvernement. Et Guillaume Benhamou tout simplement parce qu’il est le vivant témoignage de cette intégration réussie de l’association Simon de Cyréne avec  tous ces résidents dans la communauté de Vanves : Conseiller de quartier (Saint Remy), président de l’antenne vanvéenne de la JCE (Jeune Chambre Economique) de GPSO (ex-JECE de Vanves-Issy les Moulineaux),  il mobilise Vanves notamment pour son projet de tour du monde « En direction du Monde » organisé par HandDirection Monde

    CLAUDINE CHARFE : LA MUSE DE TOLBIAC...ET DU PLATEAU

    Pas besoin de présenter Claudine Charfe, conseillère municipale Front de Gauche/Parti communiste qui prône l’alliance avec les socialistes dans la prochaine élection municipale, alors que ses collègues du Front de Gauche/Parti de Gauche ne sont pas du même avis. Elle adore titiller le maire sur les affaires du personnel communal, la culture et notamment le théâtre, les associations culturelles dans lesquelles elle s’est engagé, et le Plateau qui sont ses sujets de prédilection, comme elle l’a fait au dernier conseil municipal où elle était particulièrement en forme. Mais elle n’a pas eu le temps de préparer une question sur le devenir du Plateau après les déclarations de Bernard Gauducheau lors d’une réunion de quartier (à Marceau) où il a expliqué que « sa rénovation sera un chantier pour l’avenir ». Mais à l’occasion d’un article paru en 2012 dans  le journal de l'université Paris 1 « Le fil de Par1s », qu’elle a distribué à tout le monde, les vanvéens ont découvert qu’elle a travaillé à Tolbiac au service des bourses, participé à la  mise en place d’un service pour les étudiants étrangers, puis du service de la vie étudiante, au Centre Mendés France, qu’elle y a développée des activités culturelles, comme un forum des théâtres, une billetterie de l’université, des ateliers de théâtre, d’écriture, participé et aidé au lancement de projets d’étudiants etc…

    Mais elle était restée très discrète sur les étudiants qu’elle a côtoyée tout au long de ses années jusqu’à la parution d’un livre consacré à « Manuel Valls, les secrets d’un destrin » où elle est citée dans le chapitre « Les séducteurs de Tolbiac » : « Valls était un étudiant engagé qui a toujours suivi ses cours. Ce n’était pas un rigolo. Au conseil d’administration, il était élu en tant que représentant de l’UNEF-ID. Nous n’avons jamais eu de relations particulières, il ne me parlait pas beaucoup » raconte t-elle en parlant « d’un jeune homme en costume avec son journal sous le bras ». Elle a ainsi côtoyé à cette époque là Jean Marie Le Guen, Patrick Cohen, Stéphane Rozés, Harlem Désir, Didier François, Marc Rozenblat … Et même le jeune Arnaud Bouvier qui photographie Vanves et les Vanvéens sous tous les angles. Ils n’étaient pas là pour sa retraite le 13 Décembre dernier, mais elle a reçu surtout d’autres  témoignages  comme celui de Christophe Rameaux : « Merci pour ton engagement contre l'injustice, l'égoïsme, que tu portes au quotidien, naturellement, comme une seconde peau. Pour ton exigence aussi, ta façon en particulier de ne pas t'en laisser conter y compris (surtout!) par ces enseignants qui croient avoir la science infuse. Tu es la muse des luttes sociales à Tolbiac... Et ça fait chaud au cœur de pouvoir compter sur des valeurs sûres comme toi » ou de Phlippe Boutry, président de Paris I : «  Vous m'êtes apparue souvent comme « la femme qui dit non », parfois à raison, parfois (à mon humble avis) à tort. Vous m'avez fait souvent me ressouvenir de ce que j'ai appris en histoire du mouvement ouvrier sur l'/anarcho-syndicalisme/, dans la tradition d'un Pelloutier ou d'un Griffuelhes : mais peut-être me direz-vous encore que non ! » écrit il en se souvenant surtout de  « votre souci constant de nos étudiants avec lesquels vous avez entretenu un lien de proximité direct, exigeant et très exceptionnel ainsi que de vos années de travail au service de l'amélioration de la vie étudiante et, très particulièrement, de la situation des étudiants handicapés »

     

    GUILLAUME BENHAMOU : LE FUTUR GLOBE TROTTER DE SIMON DE CYRENE

    Qui ne connait pas Guillaume Benhamou, surtout dans le quartier du Centre Ancien- Saint Remy ?  Un jeune de 28 ans à la personnalité attachante, habitant dans la résidence de Simon de Cyréne, victime à 7 mois d’une anoxie cérébrale : « Toutes les cellules motrices ont manqué d’oxygène, ce qui fait que je suis en fauteuil. Je ne le vois pas comme une contrainte, ni une obligation, mais comme un mode de déplacement » expliquait il dans ce Blog. Et son handicap n’est pas un barrage, loin de là, même s’il donne quelques frayeurs à ses proches et ses amis lorsqu’il se déplace, n’hésitant pas à traverser un carrefour par le chemin le plus court, au risque de se faire renverser,  ou carrément de circuler par la voie la plus pentue de Vanves (Victor Hugo au niveau de la « côte de l’enfer » ainsi surnommée par les cyclistes). Il s’est lancé voilà un an dans l’idée de faire le tour du monde : « Ce projet est né d’une idée folle avec mon amie qui est une professionnelle de l’handicap. Nous avons constaté que  si l’handicap est connu en France, ce n’est pas le cas à l’international et qu’il y a sûrement des choses à aller apprendre ailleurs, y compris dans des pays en voie de développement. Le but est vraiment  d’aller le voir le handicap ailleurs avec des personnes handicapés et valides, pour échanger au maximum. Nous partirons en trinôme, handicapé et valide  » expliquait il dans cette interview.  « Les étapes sont encours de construction, en fonction des relais associatif que nous avons sur place, dans les pays. Ce tour du monde devrait durer 9 mois, avec 9 étapes d’un mois dans chaque pays : Canada, Argentine, peut être Chili, un pays d’Asie non encore déterminé, l’Afrique au Sénégal. On pourra nous suivre sur le site internet Handirectiondumonde.com . Le départ est prévu dans six mois, en Juin 2014.

    Mais ce n’est pas tout, car il s’est engagé dans la vie municipale et associative vanvéenne : Tout d’abord le quartier Centre Ancien Saint Remy pour lequel il est conseiller de quartier depuis un an : « J’ai eu cette chance  de grandir grâce au milieu associatif, président d’une association « Starting Bloc » qui fait de la sensibilisation à la citoyenneté, à la solidarité au niveau local et international. Lorsque je suis arrivé à Vanves, j’ai eu envie de continuer cet engagement, mais sur le terrain local, pour accompagner le quotidien des vanvéens. Les handicapés ont tendance à râler beaucoup. Au lieu de râler, j’ai décidé d’avoir une position constructive et de m’investir au Conseil de Quartier ». Ensuite, la Jeune Chambre Economique (JCE) de GPSO pour laquelle il est depuis peu le président de l’antenne de Vanves. Il a été intéressé par  « le dynamisme de ses membres, leur capacité à travailler ensemble autour d’événements solidaires ou utiles à la société (dépistage du diabète, conférence sur le handicap), sa dimension internationale, et sa capacité à fédérer des jeunes actifs ». Enfin, comme l’ensemble des résidents de Simon de Cyréne, il reste éternellement reconnaissant à Laurent de Cherisey de cette initiative : « C’est une très belle réussite, car ce projet a été construit sur le principe des co-locations entre jeunes valides et personnes en situation d’handicap, avec des salariés et des jeunes en service civique initié par Martin Hirsch, en  quête de nouveau sens à leur vie, qui s’investissent pendant un an auprès de personnes handicapés. Cela donne à Simon de Cyréne, une atmosphére particulière et un dynamisme particulier. Il y a une capacité d’échanges extraordinaire » expliquait il à Vanves au Quotidien en confiant qu’il a beaucoup d’échanges très enrichissants  avec ses jeunes bénévoles.   

  • RENCONTRES AVEC DES HABITANTS DE VANVES - CHEZ SIMON DE CYRENE (suite et fin) : GUILLAUME BENHAMOU, UN MILITANT PARTICIPATIF

    Le Blog de Vanves au quotidien va profiter de ce temps de campagne pour aller à la rencontre de vanvéens  pour les faire parler de leur ville, de leurs projets. Il a commencé par Guillaume Benhamou, un jeune de 28 résidant de la maison  d’accueil Simon de Cyréne, très engagé dans le milieu associatif, conseiller de quartier et bientôt membre de la JCE (Jeune Chambre Economique) GPSO qui se constitue actuellement à Vanves. Il s’en explique

     

    Vanves Au Quotidien - Qu’est-ce qui vous a incité à devenir Conseiller de Quartier et de vous engager dans la vie citoyenne ?

    Guillaume Benhamou : « J’ai eu la grande chance d’être autodidacte, n’ayant pas suivi de scolarité ordinaire et classique. J’ai eu cette chance  de grandir grâce au milieu associatif, président d’une association « Starting Bloc » qui fait de la sensibilisation à la citoyenneté, à la solidarité au niveau local et international. Lorsque je suis arrivé à Vanves, j’ai eu envie de continuer cet engagement, mais sur le terrain local, pour accompagner le quotidien des vanvéens. J’ai souhaité m’impliquer dans le Conseil de quartier du Centre Ancien-Saint Remy. Les réunions étaient extrêmement enrichissantes, constructives. Il a fait preuve d’un grand dynamisme, notamment au travers du village des artistes, le mois du Commerce, le forum des associations. Enfin, à côté de cela, je souhaite m’engager dans la JCE GPSO qui vient d’ouvrir une antenne à Vanves et qui m’attire par le dynamisme de ses membres, leur capacité à travailler ensemble autour d’événements solidaires ou utiles à la société (dépistage du diabéte, conférence sur le handicap), sa dimension internationale, et sa capacité à fédérer des jeunes actifs. 

     

    V.A.Q. - Pourquoi vous intéressez-vous à votre ville ?

    G.B. : « Parce que la cité, c’est l’endroit où on évolue, où on grandit. Vanves est une ville fort intéressante parce que l’on est en très proche couronne, de Paris.  Il faudrait que ses habitants s’engagent plus dans la ville généralement. Les handicapés ont tendance à râler beaucoup. Au lieu de râler, j’ai décidé d’avoir une position constructive et de m’investir au Conseil de Quartier

     

    V.A.Q - Qu’est-ce qui vous plait à Vanves ?

    G.B. : « Tout d’abord la proximité qu’ont les vanvéens, la convivialité entre eux qui est une réalité, l’ambiance de place de village, où les gens échangent, vivent librement et normalement.

     

    V.A.Q. - Qu’est-ce qui ne vous plait pas ? 

    G.B. : « Cela fait 2 ans que je suis là. Je ne vois pas ! On pourrait amélioré tout ce qui est cheminent, accessibilité des commerces…

     

    V.A.Q. - Est-ce que Vanves est une ville accessible ?

    G.B. : « L’accessibilité prend en charge simplement le critère : est-ce accessible à la roue, à la canne, aux personnes sourdes. Il faut rentrer dans tellement de champs. La ville met en place un certain nombre de commissions, de travaux par l’intermédiaire de GPSO pour faire avancer les choses… qui avancent

     

    V.A.Q. - Quels sont les lieux que vous appréciez et que vous fréquentez ?

    G.B. : « La place de Lattre de Tassigny, avec ses commerçants, la place de la République, les Platanes où je vais régulièrement, le Relais de Vanvres sous réserve de la marche,   La Girafe etc…

  • RENCONTRES AVEC DES HABITANTS DE VANVES - CHEZ SIMON DE CYRENE : GUILLAUME BENHAMOU PREPARE UN TOUR DU MONDE

    Le Blog de Vanves au quotidien va profiter de ce temps de « pré-campagne » électorale  pour aller à la rencontre de vanvéens  pour les faire parler de leur ville, de leurs projets. Il commence par Guillaume Benhamou, un jeune de 28 résidant de la maison  d’accueil Simon de Cyréne, très engagé dans le milieu associatif et conseiller de quartier. Son handicap n’est pas un obstacle pour lui car il est né en situation d’handicap. « Je suis né à 7 mois et j’ai fait une anoxie cérébrale. Toutes les cellules motrices ont manqué d’oxygène, ce qui fait que je suis en fauteuil. Je ne le vois pas comme une contrainte, ni une obligation, mais comme un mode de déplacement » explique t-il en annonçant qu’il a décidé de faire le tour du monde. 

     

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi ?

    Guillaume Benhamou : « Ce projet est né d’une idée folle avec mon amie qui est une professionnelle de l’handicap. Comme je vis dedans depuis mon enfance, nous connaissons bien tous les deux le milieu et ses acteurs. Nous avons constaté que  si l’handicap est connu en France, ce n’est pas le cas à l’international et qu’il y a sûrement des choses à aller apprendre ailleurs, y compris dans des pays en voie de développement. Le but est vraiment  d’aller le voir le handicap ailleurs avec des personnes handicapés et valides, pour échanger au maximum. Nous partirons en trinôme, handicapé et valide,  avec Corinne, une argothérapeute qui a lancé le projet avec nous. Le départ est prévu en Juin 2014.  Les étapes sont encours de construction, en fonction des relais associatif que nous avons sur place, dans les pays. Il devrait durer 9 mois, avec 9 étapes d’un mois dans chaque pays : Canada, Argentine, peut être Chili, un pays d’Asie non encore déterminé, l’Afrique au Sénégal ou au Togo. On pourra nous suivre sur un site internet (Handirectiondumonde.com)

     

    V.A.Q. - Qu’est-ce que cela va impliquer ?

    G.B. : « Beaucoup de préparation comme tout voyage autour du monde. Nous devons lever des obstacles de santé (vaccins etc…), sachant qu’il faut faire deux fois plus attention avec des handicapés, vérifier que l’on puisse dormir tous les jours dans un lit. Mais nous voulons le vivre de la manière le plus « routard » possible, en ne prenant que les transports locaux, train, bus, de jour comme de nuit. Notre handicap ne doit pas être  un obstacle pour nous et pour les gens que nous aurons en face de nous, mais que ce soit un apport à la conversation et à l’échange. J’ai fait le pré-projet de l’association cet été, en allant en Roumanie où il y a quelques progrès à faire, non sur l’accueil, mais sur l’accessibilité, mais moins que je ne l’imaginais parce que l’UE a fait beaucoup de travail dans ce domaine.

     

    V.A.Q. - Est-ce que l’on peut dire que les résidents de Simon de Cyréne se sont bien intégrés dans la ville et que ce foyer fait vraiment partie du paysage de Vanves depuis maintenant prés de 2 ans ?

    G.B. : « Je crois qu’on peut le dire. Cette résidence fait vraiment partie du Centre ancien. A titre personnel, j’ai été particulièrement bien intégré dans cette ville, accueilli à bras ouvert, dés que j’ai dit que je voulais m’investir, que je voulais apporter du conseil ou de l’information. Pour l’ensemble des autres résidents que je côtoie, j’intégration s’est faite, et elle est même impressionnante ? Vous savez, Simon de Cyréne est une très belle réussite, car ce projet a été construit sur le principe des co-locations entre jeunes valides et personnes en situation d’handicap, avec des salariés et des jeunes en service civique initié par Martin Hirsch, en  quête de nouveau sens à leur vie, qui s’investissent pendant un an auprès de personnes handicapés. Cela donne à Simon de Cyréne, une atmosphére particulière et un dynamisme particulier. Il y a une capacité d’échanges extraordinaire,

     

    V.A.Q. - N’y a-t-il pas depuis cette Rentrée quelques tiraillements, quelques petits problèmes relationnels car faire vivre 75 personnes ensemble n’est pas toujours facile ?

    G.B. : « La vie n’est pas facile ! Il y a des tiraillements comme dans tout groupe humain, des discussions, des engueulades normales. II y a eu des changements et des mouvements dans les équipes qui peuvent entraîner des difficultés.  Mais, je crois que la présence des bénédictines joue beaucoup, apporte un calme et une certaine sérénité, une réflexion, Simon de Cyréne étant basé sur des valeurs chrétiennes, fondé en accord avec l’Arche. Ne l’oublions pas !

     

    A Suivre