Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sécurité Routière - Page 2

  • UNE BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE A VANVES

    Le Pôle Jeunesse devrait mettre en place, à la Rentrée, une bourse au permis de conduire. Il devrait concerner les jeunes (18/25 ans) scolarisés ou en formation qui en ont besoin pour faciliter leur intégration dans le monde professionnel (commerciaux, chauffeurs-livreurs…). En contrepartie de cette aide financière d’un montant de 600 €, le bénéficiaire devra donner 25H de bénévolat dans différents domaines d’aide à la personne  (agées ou à mobililté réduite) aux enfants ou aux jeunes en difficultés scolaires (soutien) ou à la collectivité (mise en place de manifestations sportives ou festives).

     

    Chaque dossier de demande fera l’objet d’un avis d’une commisson technique qui examinera la motivation du candidat, le projet personnel, la proposition de contrepartie. Et d’une décision d’un Comité de Suivi et de décision. En cas d’avis favorable, le jeune sera amené à signer une charte pour l’obtention de la bourse dans laquelle il s’engagera à verser à l’auto école la totalité de la contribution restant à sa charge, suivre régulièrement les cours de code de la route, réaliser une action sociale ou citoyenne sur le territoire de la commune qui sera suivie et controlée par le Pôle Jeunesse…

     

    Ce dispositif a été initié par les villes de Suresnes et de Carcassonne et favorisé par le secrétaire d’État chargé des transports (Dominique Bussereau) et le président de l’Association des maires de France (Jacques Pélissard) qui a fait l’objet d’une charte signée fin 2007, sachant que 700 000 permis de conduire (de catégorie B) sont délivrés chaque année. Ainsi la bourse au permis de conduire repose sur un partenariat multiple entre la ville, le jeune, l’école de conduite et la structure d’accueil, partenariat concrétisé au moyen de conventions et de chartes. La ville s’engage à verser la bourse au permis de conduire directement à l’école de conduite. Celle-ci est choisie, si possible, sur la liste des écoles de conduite conventionnées au titre du dispositif du permis à un euro par jour. L’opération ne peut être mise en œuvre qu’après avis favorable du conseil municipal. À ce jour, on dénombre une soixantaine de communes ayant mis en place ce dispositif, ainsi que quelques communautés de communes.

  • RADARS PEDAGOGIQUES : UNE REALITE A VANVES DEPUIS 2009

    Il a été beaucoup question de radars ces derniers jours, au point de provoquer une crise entre le gouvernement et sa majorité. Le gouvernement a annoncé l’enlévement de panneaux informant les automobilistes de la présence de radars puis devant les protestations de nombreux députés, est revenu sur sa décision en annonçant l’installation de radars pédagogiques quelques kilométres pour informer les automobilistes avant les véritables radarsmais sans préciser où. A Vanves, la municipalité est l’une des premières communes altoséquanaises à en avoir installé en 2009, sur les principaux axes qui sont des voies départementales. Ils ont montrés que très peu d’automobilistes dépassaient finalement les 50 km/h depuis 3 ans. Petit rappel historique dominical avec cet article paru sur ce Blog en 2009.

       

    Vanves innove en choisissant la voie de la pédagogie avant de passer à la phase répressive. 8 radars pédagogiques devraient être installés 2 par 2 – un pour chaque sens – ces prochaines semaines dans 4 sites : L’avenue Larmeroux au niveau de la Piscine, la rue Jean Bleuzen à hauteur d’Audiens, avenue Fratacci et Boulevard du Lycée bien sûr. L’objectif est de lutter bien sûr contre l’insécurité routière : « Nous avons constaté des excés de vitesse dans le trafic de transit. C’est une action préventive qui s’adresse aux conducteurs bien élevés. Pas aux délinquants du volant et pas aux chauffards » expliquait Laurent Lacomére, maire adjoint chargé de la Sécurité devant les membres du Comité Consultatif circulation-stationnement-sécurité.

     

    Ces produits se sont développés depuis 5 ans en France où prés de 3000 ont été installés, après l’Allemagne, l’Italie, les pays scandinaves. Leur objectif est tout d’abord,  de faire dimuner la vitesse au vu de ces panneaux, c'est-à-dire susciter une prise de conscience… notamment des petits excés de vitesse… par  un rappel extérieur. Ensuite de sentir que l’on n’est pas  seul à connaître sa vitesse. Enfin, de voir qu’il y a des actions particulières pour lutter contre les excés de vitesse pour les gens de passage, de l’extérieur, dans cette ville.

     

    Ces radars préventifs sont donc des panneaux lumineaux qui seront installés en hauteur, à 2 ou 2,50 m du sol, pour indiquer la vitesse des automobilistes. Mais ils seront bridés pour éviter que certains s’amusent à battre des records, c’est à dire qu’ils n’afficheront plus la vitesse au dessus de 80 km/h.

     

    Leurs installations s’accompagnent d’un autre objectif : Faire de Vanves, une ville zone 30, à à cette vitesse on peut réduire les accidents et développer un partage dela voirie. Mais voilà, il semble que sur les voies choisies pour installer ces radars pédagogiques, la vitesse sera limité à 50 km/h et non 30. Tout simplement parce que ce sont des voies départementales où la ville n’a aucun (sous réserve de démonstration contraire) pouvoir de décider de réduire la vitesse limite. Fontenay aux Roses qui était l’une des  premières villes à instituer une zone 30 s’était heurtée à cette difficulté sur la rue de Paris. Mais au moins ces radars pédagogiques auront le mérite d’amener ceux qui ne font que traverser notre commune, à réduire leur vitesse.

  • UN SITE PROPRE QUI ENGENDRE L’INSECURITE ROUTIERE A VANVES

    Deux réunions importantes se déroulent cette semaine : Sur le centre ancien avec la première réunion de quartier du printemps à 19H aujourd’hui, à l’hôtel de ville, le maire commençant cette fois-ci par le cœur de ville au lieu du Plateau ou des Hauts de Vanves. Le logement sera justement le théme de la seconde  réunion organisé à 20H30 le jeudi 5 Mai à la salle paroissiale Saint Remy par l’EAP et le groupe local constitué pour la campagne Logement 92 par les associations Secours Catholique, CCFD, Saint Vincent de Paul et SNL, à l’initiative du Diocése et de son évêque Mgr Daucourt. Mais commençons par le Centre Ancien

     

    Ce soir Bernard Gauducheau parlera du budget 2011 et des finances locales, du bilan du passage à la TV tout Numérique et du quartier avec ses réalisations notamment l’îlot Cabourg déjà bien avancé dont certains équipements ont fait l’objet de dénomination lors du dernier Conseil Municipal : L’espace Escal a été baptisé du nom de Jean Monnet, pére de l’Europe, la salle polyvalente La Palestre et le parking Jacques Cabourg. Il devrait sûrement parler site propre rue Antoine Frataccci dont les derniers éléments se mettent en place cette semaine,  pour s’en féliciter bien sûr. Mais voilà, si cette réalisation du Conseil Général a été quelque peu imposée à la ville, elle pose maintenant de sacrés problèmes de sécurité routière sur lesquels devraient veiller  de plus prés, nos élus. Les services du département ont pensé à tout, replanter des arbres, refaire et élargir les trottoirs, tracer une poste cyclable…Mais pour empêcher les piétons de traverser n’importe où, le long de cette voie toujours rapide ? Rien ! Auparavant l’ilôt central vert fermés par des barrières les empêchait de traverser en dehors des passages protégés. Maintenant, il suffit de circuler lors des sorties du LEP Dardenne pour assister à une envolée de lycéens traversant n’importe où  pour attraper au vol le bus qui arrive ou les jours de marchés pour s’apercevoir que tout le monde traverse n’importe où…Jusqu’au jour où. Il ne faudrait pas avoir permis au bus 126 de gagner quelques secondes pour faire perdre la vie à quelques insouciants !  Mais ce n’est pas tout, car ce site propre devrait enrichir les garagistes, avec les tôles froissées que va engendrer l’accès à la rue A.Fratacci au niveau du vidéo Club, car avec le site propre, il n’y a plus qu’une voie montante au lieu de deux. Ce qui pose quelques problèmes surtout lorsqu’il y a un bus. Sans parler d’un deux roues qui a réussi à percuter la vitrine du vidéo club ou de ceux qui, au début, se sont retrouvés sur le site propre mais en sens inverse. Et ne parlons pas des panneaux de signalisation.